Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Les 4 façons de sauver la terre


Recommended Posts

Posted
Marseille (13) (alt : 40m) et Gap (05) (alt : 780m)

Voila il y a une semaine j'ai vu un reportage qui passait sur France5 vraiment très interressant sur les 5 façons de sauver la terre (le reportage s'appelle "les 4 façcons de sauver la terre) du rechauffement climatique et j'aimerai avoir vos avis sur ces différents projets : Les risques , la probabilité de reussite et les effets bénefiques...

Voici les 4 projets inventés pas 4 scientifiques pas tout recconu en tant que tel :

-n°1: Nourrir les planctons avec de l"urée pour en augementer la quantité et ainsi absorber plus de Co2...

Avantage

: Absorber plus de Co2 sera benefique pour en diminué la quantité dans l'atmosphére.

Incovénient

: On ne connait pas vraiment les dangers d'une tel prolifération de planctons dans les océans du monde. Le principale risque est que les poissons meurts quand les planctons sont trop présents.

-n°2: Creer des arbres "synthethiques"(non végétal) absorbant du Co2 en le stockant dans des cavernes sous-terraines.

Avantage

: Absorber beaucoup de Co2 grace à une grande quantité de ces arbres "synthetiques" et stocker le tout dans les sous-sols de la terre.

Incovénient

: Le Co2 ne peut pas etre stocker indeffiniment et on ne connait pas les risques de poche de Co2 dans les sous-terrains de la terre

-n°3: Injecter des particules pour rendre les nuages encore plus reflechissants et augmenter la quantité de rayons de soleil renvoyés.

Avantage

: Les nuages seront reflechiront jusqu'a 10% de plus de rayon de soleil et les terres en dessous seront moins chauffer par le soleil.

Incovénient

: Il n'y a pas des nuages partout sur terre et on ne sais pas vraiment si c'est efficace...

-n°4: Envoyer un trillard de minuscule panneau solaire dans l'espace pour reflechir en grande quantité les rayons de soleils

Avantage

: Les rayons de soleil seront déviés avant de toucher la terre et une moins grande quantité passera et ainsi n'arrivera pas sur terre pour la chauffer.

Incovénient

: Son coût tres élevés plus d'un Trillard de dollars ( 1000 milliards) et la façon d'envoyer ces mini-paneaux solaires dans l'espace est encore compliqué meme si un chercheur a une idée. Placé en haut du mont blanc 4 tubes contenants des particules elecrtomagnétiques. La mini-fusé sera lançé de tout en bas et accelerera au fur et à mesure qu'elles montent. Il faudrait plusieurs millions de fusés ( Une vingtaines de panneaux par fusé) et equipé chaque panneau d'un mini ordinateur pour ne pas toucher les autres une fois dans l'espace et se dirigé face au soleil.

n°5: Injécté dans l'atmopshére plusieurs tonnes de soufre pour empecher diminué le rayonnement solaire comment l'ont fait beaucoup de volcan et provoqué des aires glaciére. ( Plus d'infos voir ici>>)

Avantage

: Diminution du rayonnement solaire et ainsi refroidissement de la terre

Incovénient

: On ne connait pas les effets secondaires d'une trop importante dose de soufre dans l'atmopshére.

L'humanité éspere ne jamais devoir en arrivé là mais si il le faut certains de ces projets seront mis en route

ps: J'ai essyer au mieut de vous traduire ce reportage et vous donner une idée du projet (desolé pour les fautes d'orthographes)

Link to post
Share on other sites
Posted
Marseille (13) (alt : 40m) et Gap (05) (alt : 780m)

Très beau reportage que tu nous réexplique très bien default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Ca serait bien une solution ne comportant QUE des avantages mais il ne faut pas rêver default_dry.png

Et oui malheuresment toute solution a ses qualités et ses defauts et il faut faire avec. Mais certains projets pesse plus lourd sur la balance defaut mais sont meilleur en qualité... Il faut voir. Soit plein de petit projets avec leur qualité et défaut.. Soit un enorme projet mais qui serai très cher mais efficace default_laugh.png
Link to post
Share on other sites
Posted
Remiremont - Porte des Hautes Vosges (400 m)

Il ne semble pasy avoir de solution miracle, hélas ! default_cool.png

Je suis très sceptique sur les solutions avancées dans ce reportage. Quelques petits efforts de tout le monde, mis bout à bout, seraiet probablement plus efficaces que l'ensemble des solutions ici évoquées default_laugh.png

Mais comme le dit David : "Faut pas rêver" default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Link to post
Share on other sites
Posted
Nice (06)-Corniche Fleurie / parfois Saint-Félix de Lodez (34)

Cela fait 5 façons et non 4 default_laugh.pngdefault_cool.png

Effectivement bien vu default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">
Link to post
Share on other sites

J'adore les petits panneaux solaires, il y a déjà assez de déchets qui naviguent autour de la Terre...

Sinon une solution beaucoup plus simple serait se repeindre en blanc tous les bâtiments., ca ne coûte pas très cher et ca augmenterait l'albedo.

Link to post
Share on other sites

J'adore les petits panneaux solaires, il y a déjà assez de déchets qui naviguent autour de la Terre...

Sinon une solution beaucoup plus simple serait se repeindre en blanc tous les bâtiments., ca ne coûte pas très cher et ca augmenterait l'albedo.

Même les batiments de pompiers ?? default_laugh.png
Link to post
Share on other sites

je trouve ces solutions à grande échelle un peu ridicules. et puis c'est surtout avant qu'il ne soit trop tard qu'il faut agir. à chacun de se responsabiliser d'abord. les projets pharaoniques ne devront être que la solution ultime (si toutefois ils sont possibles à mettre en oeuvre, ce dont je doute: coût et volonté politique, comme d'hab...).

bref... default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Link to post
Share on other sites
Posted
Marseille (13) (alt : 40m) et Gap (05) (alt : 780m)

default_sorcerer.gif Ca me rappelle le fameux : plantez au moins un arbre dans vos jardins de l'année dernière.

default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20"> .. Sa aurait pu etre une bonne idée si tout le monde l'avaient faits.. Sinon je connais des gens aussi qui le font mais pour une naissance c'est bien apres tu a ton arbre default_sleep.png/emoticons/sleep@2x.png 2x" width="20" height="20">
Link to post
Share on other sites

default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> .. Sa aurait pu etre une bonne idée si tout le monde l'avaient faits.. Sinon je connais des gens aussi qui le font mais pour une naissance c'est bien apres tu a ton arbre default_flowers.gif

Face à un réchauffement en cours et qui va très probablement continuer, il y a quatre attitudes possibles

1 espérer que ce "très probable" ne signifiant pas "certainement", il reste une possibilité et tout miser dessus comme à la roulette

2 dire, c'est inéluctable, advienne que pourra

3 essayer de lutter contre

4 s'adapter et se donner le plus vite possible le maximum de moyens pour cela

La première attitude, on connaît.

La deuxième est celle de beaucoup de gens en réalité: laisser aller , tant pis, mektoub!

Les deux autres sont plus raisonnables amha et sont complémentaires

L'augmentation de la concentration atmosphérique en GES est pratiquement inéluctable parce que les réserves de combustibles fossiles seront

(quasi) certainement toutes utilisées. Dans ces conditions le réchauffement ne va pas s'arrêter (sauf la petite chance sur laquelle misent les partisans de la solution 1, cad en fait la rétroaction négative, voir la discussion sur l'effet d'iris par exemple).

Si on en reste sur le plus probable, le réchauffement continuera. On peut, au mieux, le ralentir et c'est très important pour se donner du temps et s'adapter. En ce sens, toutes les mesures envisagées ( diminution de la consommation ou , tout au moins, moindre augmentation, séquestration du CO2, ingénieurie climatique), tout est bon à prendre ...à la condition que ça marche et que les dégâts collatéraux ne soient pas supérieurs au résultat obtenu.

L'ingénieurie climatique me laisse très sceptique tout au moins pour les solutions évoquées (peut être en trouvera t on d'autres)

En la matière, il ne faut pas oublier que le forçage des GES va régulièrement augmenter, il faudrait donc régulièrement augmenter

la surface de miroirs au Point de Lagrange

la production de phytoplancton

la quantité de soufre envoyée dans la strato (sans oublier que la durée de vie est de l'ordre de l'année: il faut donc envoyer de plus en plus de soufre sans la strato)

et pour reprendre la boutade que je viens de lire , la surface des toits pour pouvoir les peindre en blanc

Pëut être une vraie bonne idée peut elle sortir, je n'y crois pas trop mais ça serait sans doute fort utile, en tout cas, celles là ne sont pas très bonnes.

Link to post
Share on other sites

Bonjour, pour les prochaines décennies, la hausse exponentielle de la consommation d'énergie est une évidence...quels que soient les discours plus ou moins pavés de bonnes intentions et qui ne seront jamais appliqués style Kyoto.

Je ne porterai aucun jugement de valeur...simplement un réalisme froid :

3,5 milliards d'hommes, donc 10 fois la population des USA veulent accéder aux standards de vie occidentaux, et se moquent totalement de savoir si cela provoquera 0, 2, 3 ou 5° de plus sur notre planète. C'est vraiment le dernier de leur soucis, ils préfèrent avoir notre standing de vie et s'adapter à qq degrés de plus plutôt que rester là où ils sont, et nous n'avons certainement pas à leur donner de leçons de ce point de vue !

Et pour y parvenir, il faut bien être conscient qu'ils choisiront systématiquement les filières énergétiques les moins coûteuses...c'est aussi une évidence !

Tant que les occidentaux n'intègreront pas cela, et le fait que la hausse de la consommation d'énergie au cours des prochaines décennies sera faite à 100% par les pays émergents, ils n'auront rien compris au problème des énergies fossiles (et du possible effet de serre associé).

Actuellement, 95% des discours écologistes et des projets portent sur la réduction des émissions de GES et sur les possibilités d'économie d'énergie dans les pays développés...efforts qui représenteront une goutte d'eau face à la croissance des pays émergents, et tout au plus un décalage de quelques années du problème (et encore en supposant qu'on arrive à changer les comportements des habitants des pays riches, ce qui est loin d'être acquis !)

Donc si on veut être efficace, il n'y a pas 36 solutions : il faut être en mesure de proposer aux émergents une source d'énergie non polluante, abondante, bon marché (sinon ils choisiront automatiquement le fossile).

Et pour cela, il faut un vrai "plan marshall" de tous les pays développés en faveur de la recherche sur 3 filières (sans à priori, parce qu'on ne sait pas sur quelle(s) filière(s) on aboutira en premier) :

- Fusion nucléaire

- Solaire (le potentiel des autres sources d'énergies renouvelables étant insignifiant face aux nouveaux besoins)

- Filière à neutrons rapides (qui ne règlera pas le problème mais donnerait une marge de manoeuvre en multipliant par 60 les réserves d'énergie fissile disponible).

Petit calcul au sujet des neutrons rapides :

Actuellement, on dispose d'environ 60 ans de réserves d'uranium pour 7% de la prod d'énergie totale.

Si on était sur du "tout uranium", on n'aurait que 4,2 ans de réserves...solution impossible et sans intérêt.

Par contre en maîtrisant la filière à neutrons rapides, on passe d'un coup à 250 ans sur un schéma mondial caricatural "tout nucléaire" ou 500 ans sur un schéma "50/50"...et en supposant une multiplication par 5 de la consommation d'énergie mondiale (niveau selon moi très probable vu la demande à venir des émergents), on resterait à 50 ans en "tout nucléaire" (caricatural) ou 100 ans en "50/50" : un délai supplémentaire intéressant pour avancer sur la fusion ou le solaire.

Ce serait une folie, et un idéalisme stupide et contre-productif dans le contexte actuel de freiner les recherches sur le nucléaire...parce qu'au delà du RC (qui ne m'inquiète pas énormément, voir file sur les effets bénéfiques du réchauffement) se posera un autre problème infiniment plus grave, à échéance de 50-70 ans si l'accélération de la consommation se produit comme prévu : le "peak fossile", cad le moment ou 50% des réserves seront consommées et où la production d'énergie fossile ne pourra plus être augmentée.

Toute restriction au niveau de l'énergie conduira à des conflits militaires, bien plus dangereux que le RC, et il faut éviter à tout prix cela.

Pour le moment, un discours écologiste "restrictif" sur l'énergie sera inévitablement rejeté par les pays émergents, qu'on le veuille ou non...c'est peut-être regrettable, mais c'est comme cela. Et si on est pragmatique, on se doit de prendre en compte ce fait plutôt que de faire semblant de croire aux miracles.

Le peak pétrolier "conventionnel" est imminent, et des solutions de rechange seront adoptées de façon quasi-certaine et repousseront le problème de quelques décennies : la production de pétrole synthétique via le charbon (et sables bitumineux), désastreuse en terme d'émission de CO2 (3T de charbon brûlés pour produire 1T de pétrole synthétique, brûlé à son tour), mais très bon marché (prix de revient à 25-40$/baril), donc ce sera automatiquement le choix N°1 pour les pays émergents (vu que nous n'avons rien de mieux à leur proposer).

Ces solutions de rechange augmenteront fortement la demande en charbon, et accélèreront à terme son épuisement...nous avons un peu de temps devant nous, mais il est évident qu'au lieu de faire de grands discours, on ferait mieux de se mobiliser massivement et dès maintenant pour arriver à une solution concrète avec au moins une des 3 filières dont j'ai parlé plus haut. Cela vaut aussi bien pour ceux que le RC inquiète que pour ceux (c'est mon cas) que l'épuisement des ressources fossiles inquiète.

Link to post
Share on other sites

revient à 25-40$/baril), donc ce sera automatiquement le choix N°1 pour les pays émergents (vu que nous n'avons rien de mieux à leur proposer).

Ces solutions de rechange augmenteront fortement la demande en charbon, et accélèreront à terme son épuisement...nous avons un peu de temps devant nous, mais il est évident qu'au lieu de faire de grands discours, on ferait mieux de se mobiliser massivement et dès maintenant pour arriver à une solution concrète avec au moins une des 3 filières dont j'ai parlé plus haut. Cela vaut aussi bien pour ceux que le RC inquiète que pour ceux (c'est mon cas) que l'épuisement des ressources fossiles inquiète.

Le pb de l'accés à l'énergie est évidemment ultr critique. mais ce n'est pas le seul: le pb est , plus encore, celui de la résonance des crises: énergie, surpopulation, eau, climat. Clairement ces crises auront pour conséquence des transferts de population (c'est déjà le cas mais à petite échelle), on retrouvera alors les pbs géoplitiques que tu évoques. On n'en est pas si loin.

Tes propositions tombent sous le sens évidemment mais la séquestration du CO2 sera peut être applicable quand on commencera à liquéfier le charbon parce que cela se fera de façon concentrée.

Link to post
Share on other sites

Le peak pétrolier "conventionnel" est imminent, et des solutions de rechange seront adoptées de façon quasi-certaine et repousseront le problème de quelques décennies : la production de pétrole synthétique via le charbon (et sables bitumineux), désastreuse en terme d'émission de CO2 (3T de charbon brûlés pour produire 1T de pétrole synthétique, brûlé à son tour)

Petites nuances (mais importantes) :1) d'après le DOE le pic pétrolier n'est pas imminent : il se situe à 2026, 2037 ou 2047 suivant les différentes hypothèses de croissance.

2) La production de pétrole synthétique via le charbon n'est pas du tout désastreuse : le charbon brûlé en excédent n'est pas perdu, mais utilisé pour produire de l'énergie électrique qui, autrement, aurait été produite en brûlant du pétrole.

Link to post
Share on other sites

Petites nuances (mais importantes) :

1) d'après le DOE le pic pétrolier n'est pas imminent : il se situe à 2026, 2037 ou 2047 suivant les différentes hypothèses de croissance.

Cela repose sur des hypothèses non seulement des hypothèses de croissance mais aussi des hypothèses quant aux ressources réellement disponibles . On peut donc être tout aussi circonspect là dessus que tu peux l'être vis à vis des scenaris du GIEC.

Mais ce n'est pas vraiment la question: que ce soit demain ou après demain, il faudra de toute manière s'adapter et ça ne se fera pas très facilement, labadie a raison là dessus. En ce sens, il y a convergence entre les efforts pour ralentir le réchauffement et la recherche de nouvelles sources d'énergie et dans un cas comme dans l'autre, le mieux est de gagner du temps

2) La production de pétrole synthétique via le charbon n'est pas du tout désastreuse : le charbon brûlé en excédent n'est pas perdu, mais utilisé pour produire de l'énergie électrique qui, autrement, aurait été produite en brûlant du pétrole.

Il faudrait quand même calculer le rendement en bout de chaîne. Par ailleurs, le charbon émet davantage de CO2 que le pétrole et surtout le gaz naturel

respectivement 1100, 800 et 650 kg équivalent carbone par tep.

Alors désastreux, le mot est peut être fort mais franchement mauvais, c'est certain et encore, à condition de vraiment optimiser le procesus. Par contre, je répète que c'est bien là que la séquestration est envisageable.

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Par contre, je répète que c'est bien là que la séquestration est envisageable.

envisageable oui, sans doute.

Quant à son application, qui coûte de l'argent, et qui donc n'offre aucune rentabilité, elle est soumise à des contraintes internationales, ou à un comportement volontaire vertueux.

Je partage assez l'avis de labadie concernant l'énergie nucléaire mais il faut bien dire que la 4ème génération a pris un retard fou, sans parler de la fusion qui a pris pas mal de retard mais qui a au moins décider un investissement majeur.

EDIT: pouah! quel charabia! default_clover.gif

sans parler de la fusion qui a aussi pris du retard mais pour laquelle on a au moins décidé un investissement majeur.

On dit également que si l'on exploitait l'U des océans on aurait encore plus de réserves, enfin restons réalistes.

Alors manque de volonté politique ou défi technologique trop important?

Peut-être les deux.

Mais j'ajouterai que, comme pour ITER, les recherches et investissements colossaux nécessités par la filière NR ne peuvent se concevoir que dans le cadre d'un effort international associant de puissants groupes publics et privés.

Pour le moment on n'emprunte pas cette voie ne serait-ce qu'au niveau européen où nb de pays, dont certains qui possèdent une puissance technico-économique considérable, ont abandonné ou abandonnent le nucléaire.

Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...