phoenix

Tendance été 2013

Messages recommandés

Jocelyn   

Il est temps de finaliser nos prévisions saisonnières, il reste un mois avant l'été.

Pour juin, je reste sur mes origines (de ce topic et de celui du printemps) c'est à dire flux de sud/sud/ouest dominant dans une NAO plutôt positive.

Tendance positive (par rapport aux normales) en températures avec dominance du soleil sur la majeure partie du pays.

Pour juillet/Août, retour de courants d'ouest à nord/ouest, dans une ambiance NAO négative.

Sur une grande partie du pays, températures normales à fraiches et une humidité globalement excédentaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour , il s'agit pas de l'Activité solaire mais l’Irradiation Solaire Totale qui est une Constante ( 1360 W/m² selon Sorce ) qui Varie légèrement selon le nombre des taches solaires .

moins de taches solaires ------> moins d’énergie ou TSI . ( une légère variation ) cette variation faible du TSI ( malgré qu'elle est en hausse de 3% depuis 100 ans ) ne constitue pas un élément principal pour faire des Prévisions Saisonnières . il sagit encore des interprétations expérimentales

voici les prévisions de Nombre des Sunspots pour cet année et les année a venir

Salut Momo,

Tu ne comprends pas ton propre tableau (ce sont des obs et non des prévis) et ce que tu racontes n'a pas de sens, car tu ne connais pas le sujet.

Les UV qui sont dans la TSI (toutes les longueurs d'ondes électromagnétiques générées par l'activité solaire sont dans la TSI qui nous parvient) sont très importants pour la prévis saisonnière vu qu'ils pourraient agir localement bien plus fortement que ne le montrent la TSI, les GCR, les UV dans la T au niveau global.

Essaie d'assimiler cet élément de base donné par un des meilleurs physiciens de ce domaine :

As the sunspot number is primarily determined by the number of spots, the SSN will be too low as a measure of solar activity.

http://www.leif.org/research/Synoptic-Observations.pdf

Je le dis et le répète, suivre le nb de taches quand il ne colle plus avec les mesures modernes de TSI et autres, n'a plus de sens pour la prévis saisonnière (il garde son sens pour le passé pendant des cycles normaux dans lesquels l'effet LP ne jouait pas et odon coù la TSI collait avec le nb de taches)

Tu peux commencer par mettre à jour tes connaissances sur les effets de la TSI et aller consulter tous les papiers donnés en référence dans ce texte.

3.1. Direct influence of TSI

A primary effect of solar variability on climate is the direct

influence on the energy balance of the Earth. The average estimated

global temperature change directly resulting from the difference

between a 20th-century 11-year maximum and a

minimum is ~0.07 C (Gray et al. 2010). However, the changes

in temperature at the surface are spatially diverse and regional

changes in temperature can be much higher than the mere average

of 0.07 C (Gray et al. 2010).

The direct effects of TSI on climate are amplified by a

mechanism that is often referred to as the ‘‘bottom-up mechanism’’,

which mainly involves the uptake of solar heat by the

ocean. The bottom-up mechanism involves increasing solar

absorption over relatively cloud-free subtropical oceans during

solar maxima (Cubasch et al. 1997, 2006; Gray et al. 2010). An

increase in solar absorption leads to an increase in evaporation,

which will result in an increase in the amount of moisture that

converges in the precipitation zones, leading to higher precipitation

maxima. The intensified precipitation maxima and the

associated upward vertical motions result in stronger trade

winds, greater equatorial Pacific ocean upwelling and colder

SSTs consistent with stronger Hadley circulation (Meehl et al.

2004; Gray et al. 2010). A strengthened atmospheric circulation

enhances subtropical subsidence, resulting in a positive feedback

mechanism of a further reduction in cloud formation

and an increased solar absorption at the surface (e.g. Meehl

et al. 2008, 2009; Gray et al. 2010).

Comme dans la TSI il y a les UV :

3.2. Response to variation in UV irradiance

Variability in TSI is strongly wavelength dependent, where

large changes are seen in the UV part of the spectrum (Gray

et al. 2010). An increase in solar UV intensity leads to an

increase in stratospheric ozone production. Ozone is an important

agent in the radiative heating in the stratosphere (Gray et al.

2010) and an increase in ozone production will lead to changes

in stratospheric winds and an increase in absorbed solar energy

and thus heating of the stratosphere (e.g. Haigh 1996). There is

growing evidence that dynamical coupling across the tropopause

means that changing stratospheric temperatures and

winds can influence the underlying troposphere (Matthes

et al. 2006; Gray et al. 2010; Lockwood et al. 2010). For

instance, disturbances of the stratospheric polar vortex could

affect the tropospheric jets (Baldwin & Dunkerton 1999). Alternatively,

solar-induced stratospheric changes may influence the

refraction of tropospheric eddies (e.g. Kushner & Polvani 2004;

Simpson et al. 2009). Although the mechanisms behind the

coupling of the stratosphere and the troposphere are not yet

fully understood, it seems likely that UV heating of the stratosphere

indirectly influences the troposphere (Gray et al. 2010;

Lockwood et al. 2010). The effect of changes in TSI on processes

in the stratosphere, ultimately leading to changes in tropospheric

climate, is often referred to as the ‘‘top-down

mechanism’’.

Observations show that the 11-year variation in TSI indeed

results in a ~2 K response of temperatures in the upper tropical

stratosphere (Frame & Gray 2010). Gray et al. (2009) estimate

that half of this signal is caused by direct effects of changes in

solar irradiance and that the other half results from the topdown

mechanism (Gray et al. 2010). Simulations with an atmospheric

model showed that a 1% increase in UV radiation at the

maximum of a solar cycle generated a 1%–2% increase in

ozone concentrations in the stratosphere. Haigh (1996) modeled

the effects of an increase in ozone in the stratosphere and

showed that a broadening of the latitudinal extent of the Hadley

cell circulation occurred together with a poleward relocation of

mid-latitudinal storm tracks. This would lead to warming in the

mid-latitudes, regional decreases in precipitation and wetter

conditions in the tropics. Section 4.2 discusses palaeoclimatic

evidence that supports the model outcome by Haigh (1996).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
momo4850   

Bonjour ,

j'ai répondu une fois mais mon message n'as pas était publié ( il ya quelques jours ) . pour les Sunspots je me suis trompé il s'agit des Observations et pas des Prévisions . voici les prévisions :

[align=center]Issued on Apr 02 2013[/align]

[align=center] [/align]

------------------------ SMOOTHED SUNSPOT NUMBER ---------------------------

Year Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec

----------------------------------------------------------------------------

2000 113.0 116.9 120.0 120.9 119.0 118.8 119.8 118.7 116.3 114.5 112.7 112.1

2001 108.7 104.0 104.8 107.5 108.6 109.8 111.7 113.6 114.1 114.0 115.5 114.6

2002 113.5 114.6 113.3 110.5 108.8 106.2 102.7 98.7 94.6 90.5 85.3 82.1

2003 81.0 78.6 74.2 70.4 67.9 65.3 62.1 60.3 59.8 58.4 57.0 55.0

2004 52.1 49.4 47.2 45.6 43.9 41.7 40.2 39.3 37.6 35.9 35.4 35.2

2005 34.6 34.0 33.6 31.7 28.9 28.8 29.1 27.5 25.9 25.6 25.0 23.0

2006 20.8 18.7 17.4 17.1 17.4 16.4 15.3 15.6 15.6 14.2 12.7 12.1

2007 12.0 11.6 10.8 9.9 8.7 7.7 7.0 6.1 5.9 6.1 5.7 5.0

2008 4.2 3.6 3.3 3.3 3.5 3.2 2.7 2.6 2.2 1.8 1.7 1.7

2009 1.8 1.9 2.0 2.2 2.3 2.7 3.6 4.8 6.1 7.0 7.5 8.2

2010 9.2 10.6 12.3 13.9 15.4 16.3 16.7 17.4 19.6 23.2 26.5 28.9

2011 31.0 33.5 36.9 41.8 47.6 53.2 57.3 59.1 59.6 59.9 61.1 63.4

2012 65.5 66.9 66.8 64.6 61.7 58.9 57.8 58.2 58.1 57.7e 56.8e 55.3e

2013 54.0e 52.6e 51.2e 50.2e 49.0e 48.1e 47.1e 46.0e 45.0e 43.3 42.0 40.3

2014 38.4 36.7 35.1 33.7 32.8 32.0 31.4 30.8 30.6 30.5 30.0 29.5

2015 28.6 27.3 26.1 24.8 23.8 22.7 21.3 20.0 18.8 17.9 17.1 16.5

2016 16.1 15.7 15.5 15.5 15.3 15.0 14.7 14.2 13.7 13.2 12.5 11.7

2017 11.0 10.3 9.8 9.4 9.1 8.9 8.9 8.8 8.3 8.0 7.8 7.6

2018 7.4 7.2 7.0 6.8 6.6 6.0 5.8 5.6 5.4 5.2 5.0 4.8

2019 4.6 4.4 3.9 3.5 3.4 3.3 3.1 2.8 2.1 1.9 1.8 1.7

Source : IPS Australie .

Selon le même centre : l'Activité Solaire est mesurée par la variations des Rayon X :


Very Low: x-ray events less than C-class

[*]Low: C-class x-ray events

[*]Moderate: isolated (1 to 4) M-class x-ray events

[*]High: several (5 or more) M-class x-ray events, or isolated (1 to 4) M5 or greater x-ray events

[*]Very High: several (5 or more) M5 or greater x-ray events

voici l'état Actuel des choses :

solplot.gif

( Mise a Jour 1 fois / jours ) .ou aussi :

noaa_xrays.gif?

Je passe a la Relation entre nombre des tâches solaires et la TSI , avant de terminer avec les Autres facteurs qui influencent la TSI .

SolarIrradianceAndSunspots.gif

on Remarque selon le graphique là-dessus qu'il ya une Certaine Corrélation entre les Deux .

pour les Années avant 1979 , voici un Graphique établi par

(

Lean 2000 ) . et il met en évidence une relation entre des évènements climatiques dans l'histoire et une baisse ou hausse de la TSI . ( exemple : la Campagne de la Russie en 1812 par Napoléon et la Baisse Spectaculaire de Température entre Fin Octobre et début Novembre ) lien :

http://www.climate4you.com/Sun.htm#Solar irradiance and sunspot number

SolarIrradianceReconstructedSince1610.gif

finalement , je veux mettre l'Accent sur le faite que la TSI dépend de plusieurs Facteurs , tels que , les Rayons Cosmiques , l'Activité Volcanique ( baisse de la TSI a causes des Gaz Sulfuriques éjectes dans le Stratosphère ) , les Vents solaires , les Eruptions Solaires , les Rayons UV .

Voici ce que dit (Mendoza 2005) a ce Sujet

5. Correlations between TSI and climate

Changes in the TSI produce changes in the energy in-put into the EarthÕs atmosphere where weather and cli-mate occur and the biosphere exists. Since the 18thcentury it has been suggested that the Sun affects theEarthÕs climate. Many correlations between climate vari-ations and solar phenomena have been proposed, butthese correlations did not stand statistical validity or ap-pear and disappear according to the length of the cli-mate time series used. Therefore this has been acontroversial issue of the Sun–Earth relations (see re-view by Hoyt and Schatten, 1997).An average global warming of 0.6 ± 0.2 °C has beenmeasured along the 20th century (e.g., IPCC TAR,2001). It has been attributed preponderantly if not solelyto the anthropogenic influence on climate. The currentinterest of the role of the Sun in climate change stemsfrom the possibility that solar activity is also contribut-ing to the observed temperature increase.The 1367 W/m2 of solar irradiance arriving to theEarthÕs orbit is distributed over the planet, then theaverage solar radiation at the top of the atmosphere is1/4 of this: $342 W/m2. As the Earth has a planetary al-bedo of 0.3, the incoming radiation is further reduced to239 W/m2. Also, as mentioned before, upon entering theatmosphere solar irradiance wavelengths shorter than300 nm are absorbed in the stratosphere and above.And as we have seen it is at shorter wavelengths thatthe TSI varies the most. For the last two solar cycles,the portion of the TSI that actually arrives at the tropo-sphere presents a change with the solar cycle of $0.1%that seems too small to have an appreciable effect on urface climate.Several attempts have been made to estimate the im-pact of TSI changes on global climate. Linear correla-tions between temperature records and solar irradiancereconstructions for secular time scales have been carriedout. For instance Lean et al. (1995) use a reconstructionof total irradiance from 1610 to the present. They use forthe TSI variations two separate components: an 11-yearcycle plus a slowly varying background related with theamplitude of the group sunspot cycle. For the tempera-ture record they use the decadal averages of North886B. Mendoza / Advances in Space Research 35 (2005) 882–890Fig. 6. Decadal averages of a reconstructed TSI and North Hemi-sphere temperature anomalies to the present (taken from Lean et al.,1995).Hemisphere (NH) temperature anomalies. The result ispresented in Fig. 6; the authors concluded that from1610 to 1800 there is a high correlation between bothseries (r = 0.86). They indicate that from 1860 to thepresent half of the observed surface warming is attribut-able to direct solar forcing, but 65% of this warming hasoccurred since 1970 and solar forcing can account forless than a third of this. More recently, Solanki andKrivova (2003) have used a TSI irradiance reconstruc-tion for 1856–1999 taking into account the compositesolar irradiance of Willson (1997) and Fro ̈ hlich andLean (1998); for the extended irradiance record backin time they used as long-term component both thelength and the amplitude of the solar cycle. Also theywork with global and north hemisphere surface temper-atures. The 11-year running means show a good correla-tion of r = 0.83 and r = 0.97 for the global and NHtemperatures respectively for the years before 1970.They point out that the contribution of total solar irra-diance before 1970 is substantial but after 1970 is atmost 30% coinciding with Lean et al. (1995).atmosphere models (e.g., Cubasch and Voss, 2000) indi-cate that relatively small solar irradiance changes couldcause changes of surface temperature of the order of sev-eral tenths of °C. In particular Cubasch and Voss (2000)used a version of the ocean-atmosphere general circula-tion model and two reconstructions of solar irradiancebased on the amplitude and the length of the sunspot cy-cle respectively for the period 1770–1992 (Lean et al.,1995; Hoyt and Schatten, 1993). The result indicatesthat the 11 year cycle is not present in modelled temper-ature but the warming trend of the last 100 years is clear.They compared their simulation with a reconstruction ofthe NH temperature (see Fig. 7). The simulations repre-sent well the temperature reconstruction between 1700and 1800, however, we observe that during the 18th cen-tury the temperature reconstruction and the simulationtend to behave oppositely. During the last 100 years,the simulations have linear increasing trends of 0.17–0.19 K, while the observed one is 0.6, which means that
TSI is contributing moderately to the observedwarming.A recent model by Shindell et al. (2001) examinedthe climate response to TSI changes between the late17th century and the late 18th century. They used aversion of the general circulation model whichincluded a parameterization of the response of thecomplete stratospheric ozone to TSI. They workedwith the Lean et al. (1995) irradiance reconstructionand a temperature reconstruction. Global changes of0.3–0.4 °C were obtained coinciding with temperaturereconstructions. However, regional temperaturechanges as large as 1–2 °C in the NH winter are ob-tained. The 20th century simulations show that TSItogether with ozone variations and climate feedbackschange the temperature by $0.19 °C, almost a thirdof the warming trend.6. Models of the influence of TSI variability on Earth’ atmosphere models (e.g., Cubasch and Voss, 2000) indi-cate that relatively small solar irradiance changes couldcause changes of surface temperature of the order of sev-eral tenths of °C. In particular Cubasch and Voss (2000)used a version of the ocean-atmosphere general circula-tion model and two reconstructions of solar irradiancebased on the amplitude and the length of the sunspot cy-cle respectively for the period 1770–1992 (Lean et al.,1995; Hoyt and Schatten, 1993). The result indicatesthat the 11 year cycle is not present in modelled temper-ature but the warming trend of the last 100 years is clear.They compared their simulation with a reconstruction ofthe NH temperature (see Fig. 7). The simulations repre-sent well the temperature reconstruction between 1700and 1800, however, we observe that during the 18th cen-tury the temperature reconstruction and the simulationtend to behave oppositely. During the last 100 years,the simulations have linear increasing trends of 0.17–0.19 K, while the observed one is 0.6, which means thatTSI is contributing moderately to the observedwarming.A recent model by Shindell et al. (2001) examinedthe climate response to TSI changes between the late17th century and the late 18th century. They used aversion of the general circulation model whichincluded a parameterization of the response of thecomplete stratospheric ozone to TSI. They workedwith the Lean et al. (1995) irradiance reconstructionand a temperature reconstruction. Global changes of0.3–0.4 °C were obtained coinciding with temperaturereconstructions. However, regional temperaturechanges as large as 1–2 °C in the NH winter are ob-tained. The 20th century simulations show that TSItogether with ozone variations and climate feedbackschange the temperature by $0.19 °C, almost a thirdof the warming trend.6. Models of the influence of TSI variability on Earth’sclimate
ce qui montre la TSI est influencé par les Changements Climatiques .

ce que m'as un petit peu dérangé c'est le faite que vous comparez Mars 2013 avec Mars 2003 , on disant que " vue qu'on a Récu plus Energie en Mars 2013 que en Mars 2003 ------> la Suite un été 2013 plus chaud que l'été 2003 " c'est ce que j'ai compris en tout cas .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sky Blue   
Invité Sky Blue

ce que m'as un petit peu dérangé c'est le faite que vous comparez Mars 2013 avec Mars 2003 , on disant que " vue qu'on a Récu plus Energie en Mars 2013 que en Mars 2003 ------> la Suite un été 2013 plus chaud que l'été 2003 " c'est ce que j'ai compris en tout cas .

Pour ma part, je ne l'ai pas compris ou interprété comme cela. smile.png

Ceci dis, je suis un admirateur du soleil, mais en aucun cas un spécaliste du sujet.blushing.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On dira ce qu'on veut mais la synoptique actuelle n'augure rien de très bon. On est en permanence en régime tripolaire sur l'Atlantique et ça force les déferlements en flux de nord sur l'Europe de l'ouest.

On doit croire à la variabilité naturelle mais le fait que l'anomalie de HP se positionne systématiquement au NO du Canada, région si sensible au réchauffement climatique, laisse songeur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sky Blue   
Invité Sky Blue

Très inquiétant en effet, cette zone mer de Beaufort et NO Canadien qui a déja tant souffert l'an passé.sick.gif

Idem pour moi cette rythmique ne me dis rien de bon pour l'Europe de l'Ouest.bored.gif

Variabilité ou nouvelle normalité.

ECH100-168_env4.GIF

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flo'599   

Cette récurrence des blocages pourrait etre dramatique en été non?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
phoenix   

On dira ce qu'on veut mais la synoptique actuelle n'augure rien de très bon. On est en permanence en régime tripolaire sur l'Atlantique et ça force les déferlements en flux de nord sur l'Europe de l'ouest.

On doit croire à la variabilité naturelle mais le fait que l'anomalie de HP se positionne systématiquement au NO du Canada, région si sensible au réchauffement climatique, laisse songeur.

C'est toujours la même récurrence depuis 2010, on ne s'en sortira pas.

Entre le GA et ces variantes, les HP omniprésente en Europe central/oriental en été.

Ces HP omniprésente été comme Hiver sur le Québec.

C'est la NAO- tous simplement qui domine alors qu'elle ne devrait pas.

Très inquiétant en effet, cette zone mer de Beaufort et NO Canadien qui a déja tant souffert l'an passé.sick.gif

Idem pour moi cette rythmique ne me dis rien de bon pour l'Europe de l'Ouest.bored.gif

Variabilité ou nouvelle normalité.

Pour l'europe de l'ouest ce genre d'été rime avec contraste.Déjà que notre climat de latitude moyenne rime avec contraste, c'est bien pire avec la recrudescence de la domination des flux méridionaux .Tantôt avec ces HP on peut se retrouver avec des températures extrêmement chaude pendant un certain temps tantôt cette circulation trop méridienne nous augure des descente fraîche spectaculaire.

Cette récurrence des blocages pourrait etre dramatique en été non?

Ben à l'échelle du pôle, une recrudescence anormal de HP/HG pourrait favoriser une fonte plus importante de la banquise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flo'599   

Tu veux dire quoi par temératures extremement chaudes et descendes fraiches spectaculaires?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu veux dire quoi par temératures extremement chaudes et descendes fraiches spectaculaires?

On peut avoir 35°C durant quelques jours (flux de SUD), s'en suit directement après une série de journées "pourries" et très fraîches (flux de NORD). De très gros contrastes donc.

Est-ce dans ce genre de situation que l'on peut, sans le savoir, s'orienter vers un été très chaud ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flo'599   

Avec ce que tu décris on aurait de belles dégradations orageuses non?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
phoenix   

On peut avoir 35°C durant quelques jours (flux de SUD), s'en suit directement après une série de journées "pourries" et très fraîches (flux de NORD). De très gros contrastes donc.

Est-ce dans ce genre de situation que l'on peut, sans le savoir, s'orienter vers un été très chaud ?

En effet c'est bien ce genre de situation qui accroit les contrastes.

Donc tout dépend quel est le flux de dominant. Août 2012 a eu une NAO assez négative ce qui n'a pas empêcher d'avoir de bon flux de Sud liée à un blocage continental.

Après pour d'avantage de stabilité il faut un bon zonal d'été en liaison avec une succession de dorsale semble plus approprier (genre Juillet 1994) qu'une synoptique de blocage. Par contre on aura moins de chance d'avoir une synoptique de blocage sur le continent (genre bloc oméga) pouvant alimenter la France avec de très fortes chaleurs pendant un certain temps avec une NAO+ car le flux sera plus dynamique.

Cependant NAO+ n'est pas gage de chaleur (regardons de plus près juillet 2004),il suffit qu'on soit situé du mauvais coté du flux et bye bye la dorsale.

Au contraire une NAO- avec un vaste bloc anticyclonique du Groenland jusqu'à la Scandinavie en liaison avec une GF sur le centre atlantique nous augure un vaste blocage anticyclonique ce qui permet de nous protéger des GF.

La NAO n'est qu'une différence de pression entre l'Islande et les Açores. Rien d'augure pour autant un beau temps chez nous surtout en été car en hiver le flux est beaucoup plus dynamique en NAO+ ce qui nous donne d'avantage de chance d'avoir de la douceur.

Avec ce que tu décris on aurait de belles dégradations orageuses non?

Ben généralement les synoptique à GF genre 2010 donnent de belle dégradation.

Nous nous souvenons de Juin 2010 dans le Var ou Août 2010 dans le NE.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flo'599   

En gros cet été avec une NAO- nous auront pas mal de chances d'avoir une canicule et des grosses dégradations?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
phoenix   

En gros cet été avec une NAO- nous auront pas mal de chances d'avoir une canicule et des grosses dégradations?

C'est plutôt tantôt coup de chaud intense, tantôt coup de frais avec potentiellement de bonne dégradation mais attention ce n'est pas gage que tous le territoire aura une dégradation quand une GF se pointera.

Si on se tape une GF en été pris entre dans une tenaille anticyclonique pendant des jours et des jours ça n'augure rien de bon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
momo4850   

On dira ce qu'on veut mais la synoptique actuelle n'augure rien de très bon. On est en permanence en régime tripolaire sur l'Atlantique et ça force les déferlements en flux de nord sur l'Europe de l'ouest.

On doit croire à la variabilité naturelle mais le fait que l'anomalie de HP se positionne systématiquement au NO du Canada, région si sensible au réchauffement climatique, laisse songeur.

au Nord Est du Canada tu veux Dire et les côtes Ouest du Groenland ( Mer de Baffin ) spfe1t.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sky Blue   
Invité Sky Blue

Tu veux dire quoi par temératures extremement chaudes et descendes fraiches spectaculaires?

c'est bien pire avec la recrudescence de la domination des flux méridionaux .

Pas besoin d'attendre l'été pour illustrer les propos de Phoenix.

20° de perdu sur Lyon en 48 heures.

Au niveau canicule, je suis comme TH38, très réservé sur le sujet pour cette année 2013.

18-778hoa0_mini.png

12-778dki4_mini.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flo'599   

Si synoptique a canicule il y a cet été cela pourrait-il être extrême au niveau des températures?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
th38   

Si synoptique a canicule il y a cet été cela pourrait-il être extrême au niveau des températures?

On ne s'emballe pas.

Les canicules sont déjà très difficiles à prévoir même à court terme.

Cela étant , les très grosses canicules arrivent après un printemps sec(47, 49, 76, 03) qui limite très largement l'évapotranspiration sur l'été, et qui permet au thermomètre se s'envoler.

C'est pas si bien parti que ça...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas gravé dans le marbre ça...*2011*...

EDIT : de toute façon, les étés sont difficiles à appréhender, on l'a bien vu ces dernières années. En 2011 on devait avoir un été chaud et sec.

Maintenant c'est sur qu'un printemps sec favorise les canicules, mais c'est pas "obligé".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
phoenix   

Pas besoin d'attendre l'été pour illustrer les propos de Phoenix.

20° de perdu sur Lyon en 48 heures.

Au niveau canicule, je suis comme TH38, très réservé sur le sujet pour cette année 2013.

18-778hoa0_mini.png

12-778dki4_mini.png

En effet et pour plus d'information regarde le printemps 2010 qui est l'archétype de ce genre de situation (quoique le printemps 2010 avait été assez sec dans l'ensemble).

Si synoptique a canicule il y a cet été cela pourrait-il être extrême au niveau des températures?

Tout dépendra de la synoptique.

Si on regarde les 3 derniers été, c'était des coup de chaud assez intense mais court donc pas de grosses canicules.

On ne s'emballe pas.

Les canicules sont déjà très difficiles à prévoir même à court terme.

Cela étant , les très grosses canicules arrivent après un printemps sec(47, 49, 76, 03) qui limite très largement l'évapotranspiration sur l'été, et qui permet au thermomètre se s'envoler.

C'est pas si bien parti que ça...

Oui mais si l'on regarde les printemps 1983, 1994 et 2006 qui sont plutôt humide (voir bien humide pour 1983) mais leurs été fût aussi chaud que 1947 et 1976.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

" Enfin serais tu faché avec les mots? Un physicien rigoureux de ton galon devrait savoir que le passage Gaz=> liquide s'appel la liquéfaction et non la condensation (passage de gaz à solide) mais on te pardonne puisque de toute manière les deux réactions dégagent de la chaleur mais bon je note tout de même le manque de rigueur sur des terme thermochimique et thermodynamique fondamentale."

Pas trop d'accord avec cette remarque. La condensation est le passage d'un état gazeux à un état condensé qui peut donc être liquide ou solide ... La liquéfaction est un cas particulier de la condensation. Mais en effet il est d'usage d'utiliser la condensation pour qualifier le passage du gaz au solide.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
momo4850   

Bonjour ,

je reviens avec les Prévisions saisonnières pour le mois de Juin .

Voici les Prévisions de la NOAA

CFSv2

th.CFSv2_ensemble_tmp2m_lead2.png

CMC1

th.CMC1_ensemble_tmp2m_lead2.png

CMC2

th.CMC2_ensemble_tmp2m_lead2.png

GFDL

th.GFDL_ensemble_tmp2m_lead2.png

NCAR

th.NCAR_ensemble_tmp2m_lead2.png

NASA

th.NASA_ensemble_tmp2m_lead2.png

NMME

th.NMME_ensemble_tmp2m_lead2.png

IMME

IMME_tmp2m_lead2.png

Précipitations :

CFSv2

th.CFSv2_ensemble_prate_lead2.png

CMC1

th.CMC1_ensemble_prate_lead2.png

CMC2

th.CMC2_ensemble_prate_lead2.png

GFDL

th.GFDL_ensemble_prate_lead2.png

NCAR

th.NCAR_ensemble_prate_lead2.png

NASA

th.NASA_ensemble_prate_lead2.png

NMME

th.NMME_ensemble_prate_lead2.png

IMME

IMME_prate_lead2.png

les Déterministes de la WMO .

allmap911768921639431.gif

pour les Déterministes de la WMO les modéles les plus Fiables sont : JMA ( Tokyo ) , ECMWF , MeteoFrance , Washington , Montreal et Exeter ( MetOffice ) .

voila voila flowers.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

pour les Déterministes de la WMO les modéles les plus Fiables sont : JMA ( Tokyo ) , ECMWF , MeteoFrance , Washington , Montreal et Exeter ( MetOffice ) .

voila voila flowers.gif

Merci d'avoir pris le temps de tous les poster.

Au moins, cela a le mérite d'être clair : à la quasi-unanimité, tous ces modèles entrevoient une poursuite de la récurrence actuelle avec des déferlements d'air d'origine arctique sur l'Europe Occidentale tandis que les remontées chaudes seraient réservées à l'Europe de l'Est voire plus à l'est encore (Turquie, Caucase, Russie). Le signal est clair pour l'été default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
momo4850   

Merci happy.png

une telle configuration est propice aux Orages si il ya un petit Décalage vers l'Ouest wub.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
th38   

Merci d'avoir pris le temps de tous les poster.

Au moins, cela a le mérite d'être clair : à la quasi-unanimité, tous ces modèles entrevoient une poursuite de la récurrence actuelle avec des déferlements d'air d'origine arctique sur l'Europe Occidentale tandis que les remontées chaudes seraient réservées à l'Europe de l'Est voire plus à l'est encore (Turquie, Caucase, Russie). Le signal est clair pour l'été biggrin.png ...

Oui, avec ça, c'est

Janvier, froid, gris humide

février, froid gris humide

mars, froid, gris humide

avril, froid gris humide

mai, frais gris humide

juin, frais gris, humide

...

il y en a un qui s'appelle "printemps" et qui, nous promettant toujours du froid va finir par avoir raison...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.