gugo

Tendance automne 2016

Messages recommandés

Pierre74   

que septembre octobre soit doux pourquoi pas c'est plus pour l'hiver que je suis inquiet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Romain84   
Il y a 8 heures, gugo a dit :

Réactualisation de météo la flèche également; http://www.meteolafleche.com/previsionssaisonnieres.html 

Un site qui propose quelque chose de différent également. 

 

Ouais enfin des prévisions saisonnières par quinzaine alors qu'on à déjà du mal à bien définir une tendance fiable sur un mois entier.....

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gugo   
Il y a 1 heure, Romain84 a dit :

 

Ouais enfin des prévisions saisonnières par quinzaine alors qu'on à déjà du mal à bien définir une tendance fiable sur un mois entier.....

Oui je ne dis pas le contraire mais leurs prévisions saisonnières se sont déjà avéré exacte plus d'une fois... 

Ce qui peu être intéressant c'est qu'il ne dise pas la même chose que météo France. Un automne peu ensoleillé par exemple. 

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que l'automne dépendra en partie de a saison cyclonique qui pourrait bien mettre en terme à l'accumulation de l'énergie latente stockée depuis le phénomène El-Nino.

Soit les cyclones vident le stock d'énergie de façon violente, soit la saison cyclonique est mollassonne et notre automne pourrait être venteux, pluvieux et pas très beau.

Mais dans tous les cas, je n'imagine pas qu'il soit froid.

Par contre l'hiver qui suivra pourrait être particulier (genre froid et sec) si la saison cyclonique est dure.

 

Parce-que globalement, à l'échelle de l'hémisphère, la multiplication des cyclones va plutôt dans le sens de la démesure et j'attends, cette année une saison exceptionnelle.

Atlantic_ace_timeseries_1850-2011_fr.svg

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Traditionnellement, les périodes qui font suite à un épisode El-Niño sont plutôt pauvres en séquences cycloniques, et je ne pense pas que celle-ci fera exception à la règle. On a battu dans le Pacifique la plus longue période sans Typhon observé (lien), et la saison dans l'Atlantique est pour le moment un peu en deçà de la prévision pourtant déjà modeste de la NOAA (lien).

 

Et à nos latitudes, toujours traditionnellement, les automnes qui font suite à un épisode El-Niño sont également pauvres en séquences zonales actives et plutôt marqués par des régimes de blocage en Atlantique. Voici pour image l'indice de corrélation entre les géopotentiels en octobre / novembre par rapport aux conditions ENSO de l'automne précédent :

 

Indice.png

 

Fort Niño en fin d'automne N = conditions souvent très anticycloniques dans le nord Atlantique et décrochages arctiques depuis la Scandinavie en fin d'automne N+1.

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre74   
il y a une heure, TreizeVents a dit :

Traditionnellement, les périodes qui font suite à un épisode El-Niño sont plutôt pauvres en séquences cycloniques, et je ne pense pas que celle-ci fera exception à la règle. On a battu dans le Pacifique la plus longue période sans Typhon observé (lien), et la saison dans l'Atlantique est pour le moment un peu en deçà de la prévision pourtant déjà modeste de la NOAA (lien).

 

Et à nos latitudes, toujours traditionnellement, les automnes qui font suite à un épisode El-Niño sont également pauvres en séquences zonales actives et plutôt marqués par des régimes de blocage en Atlantique. Voici pour image l'indice de corrélation entre les géopotentiels en octobre / novembre par rapport aux conditions ENSO de l'automne précédent :

 

Indice.png

 

Fort Niño en fin d'automne N = conditions souvent très anticycloniques dans le nord Atlantique et décrochages arctiques depuis la Scandinavie en fin d'automne N+1.

bonjour cela remet il en cause tes dernières prévisions dans ce topic?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Pierre74 a dit :

bonjour cela remet il en cause tes dernières prévisions dans ce topic?

 

Pas spécialement, puisque justement cette situation fait partie des raisons pour laquelle j'ai mis en avant des prévisions optant résolument pour un automne avec une activité zonale discrète au profit de davantage de flux méridiens. Alors bien entendu cela reste de simples prospectives, on peut trouver quelques cas dans le passé où de belles et durables séquences de flux d'ouest se sont manifestés dans un automne post-Niño. Mais le fait est qu'elles sont peu nombreuses, et vu que d'autres indices laissent à penser que l'activité zonale pourrait être au ralenti cet automne, je ne crois pas trop à un automne "océanique" (flux d'ouest, pluie et vent plus ou moins permanents).

 

Après, c'est une chose de prétendre qu'on aura peu de conditions zonales, cela en est une autre de dire le temps dominant qu'il pourrait y avoir à la place. Les flux méridiens sont capables d'apporter à peu près tout et son contraire en terme de temps sensible : du chaud et doux et ensoleillé dans un flux de sud anticyclonique, du froid sec en flux d'est, un gris peu pluvieux et bien frais en flux de nord... Au vu de quelques pistes déjà exposées (page 2) je dirais que ce serait davantage de méridiens de sud en octobre et davantage de méridiens de nord en novembre, mais là c'est vraiment le numéro d'équilibriste : cela pourrait être parfaitement l'inverse. Ou que des flux de nord / est sur les deux. Ou que des flux de sud sur les deux.

 

Cela ne remet pas en cause non plus le fond de vérité du message de Franck : la quantité de chaleur latente dans l'atmosphère est passé à travers le plafond, en témoignent notamment les mesures satellites de l'anomalie de vapeur d'eau :

 

rss_Oct22_trop_pac_timeseries_mears.png

 

 

(nb : graphique pas tout à fait à jour, on a bien entamé la décrue désormais).

 

Cela étant, le choses ne sont pas aussi simples qu'un "ça va s'évacuer dans les cyclones, et si ce n'est pas le cas dans des conditions zonales en automne". Au contraire, les années post Niño, l'activité cyclonique et zonale est généralement affaiblie, avec bien davantage de régimes de blocages aux latitudes tempérées comme la notre. L'excès de vapeur d'eau et d'humidité latente a donc plutôt tendance à se "purger" dans des épisodes pluvieux extrêmes et localisés, un peu comme celui qu'on a eu sur le bassin parisien au printemps dernier, ou ce qu'a connu la Louisiane il y a quelques semaines.

  • J'aime 10

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
filgoud   
Il y a 4 heures, TreizeVents a dit :

L'excès de vapeur d'eau et d'humidité latente a donc plutôt tendance à se "purger" dans des épisodes pluvieux extrêmes et localisés, un peu comme celui qu'on a eu sur le bassin parisien au printemps dernier, ou ce qu'a connu la Louisiane il y a quelques semaines.

 

Bonsoir,

 

Sans vouloir faire dans le régionalisme, à la lecture de ton analyse, penses tu que le potentiel soit présent cette année pour des épisodes type Cévenols (on rentre dans peu de temps dans la période dite à risque)?

 

Au vue de la situation concernant la sécheresse de surface (je n'ai pas fait de recherches sur l'état des nappes en Languedoc-Roussillon), la question se pose.

 

Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Méditerranée est plutôt froide cette année alors pour les épisodes Cévenols, j'ai un peu de mal à dire qu'ils pourraient être violents ....

 

anomnight.8.25.2016.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elle n'en reste pas moins un réservoir d'énergie important en cas de conditions favorables. De la même manière des SSTs plus chaudes que la norme ne veulent pas dire que l'on aura forcément des épisodes violents, si les conditions atmosphériques sont peu propices à ces phénomènes. Au premier ordre il faut regarder la synoptique, les températures de l'eau sont plutôt à considérer comme un facteur potentiellement aggravant. 

  • J'aime 7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
serge26   

Cette remarque m'étonne un peu de ta part!

Méditerranée plus froide, c'est tout relatif, elle tourne actuellement autour des 24/25°!

Autant dire que si une synoptique à cevenol venait à se mettre en place avec une bonne anomlie froide d'altitude, je peux te dire que çà pourrait faire tres mal!

Ce n'est pas tellement la T° des eaux la plus prépondérante mais surtout le niveau d'instabilité engendré. Les plus gros episodes cevenols se situe bien souvent en octobre et à cette date la mediterannée ne fait plus 24 ou 25° mais autour de 20/21°

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité   
Invité
Il y a 1 heure, Higurashi a dit :

Elle n'en reste pas moins un réservoir d'énergie important en cas de conditions favorables. De la même manière des SSTs plus chaudes que la norme ne veulent pas dire que l'on aura forcément des épisodes violents, si les conditions atmosphériques sont peu propices à ces phénomènes.

Bonjour,

 

intéressante conversation, néanmoins, je crois que les épisodes Cévenols se caractérisent par un delta T important entre atmosphère et température de l'eau. Autrement dit, c'est quand l'air en altitude se refroidit plus vite que la Méditerranée encore chaude que les conditions sont favorables avec bien entendu, une synoptique qui va bien... Mais peut-être me fourvoie-je ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, tophe71 a dit :

intéressante conversation, néanmoins, je crois que les épisodes Cévenols se caractérisent par un delta T important entre atmosphère et température de l'eau. Autrement dit, c'est quand l'air en altitude se refroidit plus vite que la Méditerranée encore chaude que les conditions sont favorables avec bien entendu, une synoptique qui va bien... Mais peut-être me fourvoie-je ?

 

Salut,

 

Oui, mais on peut avoir un même 'Delta T' avec une mer anormalement chaude ou froide suivant la configuration de la circulation atmosphérique. Sans même parler de l'aspect dynamique (le gradient vertical c'est une chose). Donc ça ne nous fait pas avancer beaucoup. Par exemple, en citant un post de TreizeVents (topic automne 2015) :

 

Citation

Allez, on va chatouiller un peu certaines légendes urbaines tenaces : saviez-vous que dans le Languedoc-Roussillon, ces 45 dernières années, on a observé légèrement plus d'épisodes pluvieux intenses (respectivement, 8.1 jours en moyenne durant l'automne avec au moins 100 mm / 24 heures sur un poste et 2.5 jours avec au moins 200 mm / 24 heures) les années où la Méditerranée occidentale était particulièrement froide en surface en sortie d'été (anomalie d'au moins -0,3°), que les années où elle était particulièrement douce (anomalie d'au moins +0,3°) qui n'ont connu en moyenne que 7,5 et 2,0 jours sur ces mêmes critères ?

Ça met un coup de pied dans la fourmilière, n'est-ce pas ?

 

 

Pour cela que je disais :  "Au premier ordre il faut regarder la synoptique, les températures de l'eau sont plutôt à considérer comme un facteur potentiellement aggravant."

Modifié par Higurashi
Orthographe
  • J'aime 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité   
Invité
Il y a 2 heures, Higurashi a dit :

Oui, mais on peut avoir un même 'Delta T' avec une mer anormalement chaude ou froide suivant la configuration de la circulation atmosphérique. Sans même parler de l'aspect dynamique (le gradient vertical c'est une chose). donc ça ne nous fait pas avancer beaucoup. Par exemple, en citant un post de TreizeVents (topic automne 2015) :

 :),

Oui, je souhaitais simplement souligner que plus la mer est chaude et plus il possible que la masse d'air se refroidisse, du coup, plus vite que la Méditerranée. Maintenant, il est bien évidemment possible que ce phénomène se produise avec des SST légèrement négatives car comme tu le soulignes, d'autres facteurs entres en jeux. Merci pour cet échange.

 

Dans les stats de 13V, il aurait été intéressent de connaître la masse d'air qui étaient au-dessus de la Méditerranée à ce moment là. Qui plus est, le «Cévenol» peut avoir deux composantes:

¹: le relief et donc l'étendue des précipitations (front chaud qui bute sur le relief et se refroidie -forçage orographique )

²: condition purement météorologique (système orageux) qui ne s'étend pas, le système orageux se régénère en créant parfois une vaste bulle d'air froid et dont cette dernière se comporte comme si un vrai relief existait.

Modifié par tophe71

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne me prononcerais pas sur le potentiel d'épisodes cévenols et/ou méditerranéens pour cet automne : de toute façon c'est enfoncer une porte ouverte de dire que le potentiel est présent tout comme il peut neiger en hiver ou qu'il peut y avoir une canicule en été. Cela n'apprend rien .. mais ça fait vendre.

 

Pour la température de la Méditerranée, ce n'est franchement pas l'indicateur pertinent pour suivre un éventuel potentiel, cf le message déjà remonté par Higurashi :

 

Citation

Allez, on va chatouiller un peu certaines légendes urbaines tenaces : saviez-vous que dans le Languedoc-Roussillon, ces 45 dernières années, on a observé légèrement plus d'épisodes pluvieux intenses (respectivement, 8.1 jours en moyenne durant l'automne avec au moins 100 mm / 24 heures sur un poste et 2.5 jours avec au moins 200 mm / 24 heures) les années où la Méditerranée occidentale était particulièrement froide en surface en sortie d'été (anomalie d'au moins -0,3°), que les années où elle était particulièrement douce (anomalie d'au moins +0,3°) qui n'ont connu en moyenne que 7,5 et 2,0 jours sur ces mêmes critères ?

 

J'avais fait ça avec un croisement un peu brut entre les données OISST et la base de données des épisodes pluvieux extrêmes, je ne suis pas persuadé que le résultat était statistiquement significatif, mais pris à l'envers il démontre bien qu'il n'y a rien qui ressort franchement entre la température de la Méditerranée en fin d'été et les épisodes cévenols et/ou méditerranéens d'automne.

 

La seule chose qui va véritablement compter, c'est de savoir si au niveau dynamique les séquences permettant ce type d'épisodes pourraient être ou non favorisées. A priori oui principalement en octobre, mais avec le niveau de fiabilité d'une pièce lancée en l'air pour le jouer à pile ou face.

Modifié par TreizeVents
  • J'aime 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alex34   
il y a une heure, tophe71 a dit :

Qui plus est, le «Cévenol» peut avoir deux composantes:

¹: le relief et donc l'étendue des précipitations (front chaud qui bute sur le relief et se refroidie -forçage orographique )

²: condition purement météorologique (système orageux) qui ne s'étend pas, le système orageux se régénère en créant parfois une vaste bulle d'air froid et dont cette dernière se comporte comme si un vrai relief existait.


Si je peux me permettre, c'est pas tout à fait ça. On parle d'épisode cévenol quand il s'agit d'épisode orographique. Le contexte lié au dôme d'air froid, je préfère parler d'épisode méditerranéen.

La température de l'eau ne joue que sur le contenu en eau précipitable des orages mais ceci est loin d'être un facteur important. Il a été "médiatisé" et a été le signe des épisodes automnaux car facile à retenir pour le grand public mais il est loin d'être un facteur que je prends en compte dans la prévision de ce type d'épisodes pluvieux.

J'en profite pour vous remercier pour vos analyses que je lis avec plaisir !

Modifié par Alex34
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La température de l'eau n'a aucun rapport avec la violence des épisodes, il n'y a qu'à voir avec l'épisode de 1999 dans l'Aude, les P-O et le Tarn, 600 mm en 24h et la mer n'était qu'à 16-17°

  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

220 km³ de vapeur en trop, pour le thermicien que je suis, c'est potentiellement une bombe qui est dans notre atmosphère .....

A moins que le processus d'assèchement de la planète ne soit déjà en route ?

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité   
Invité
Il y a 4 heures, Alex34 a dit :

Si je peux me permettre, c'est pas tout à fait ça. On parle d'épisode cévenol quand il s'agit d'épisode orographique. Le contexte lié au dôme d'air froid, je préfère parler d'épisode méditerranéen.

Oui, voilà pourquoi j'ai placé entre guillemets « » le mot Cévenol, tu as parfaitement raison, soyons concis sur les termes et ta première description me sied bien ;). L'épisode Cévenol est précisément orographique, et du reste pour le terme épisode méditerranéen qui désigne en fait tout l'arc méditerranéen, je préfère utiliser le vocable suivant: épisode de pluie intense.

:)

Peut-être qu'en 2020, le programme HyMeX livrera toutes les briques sur le cycle de l'eau en Méditerranée: http://www2.cnrs.fr/sites/communique/fichier/information_presse_hymex.pdf

Édit:

Pour rester dans le sujet, LCM annonce un mois de Septembre un peu plus frais, Octobre dans les normes et Novembre plus doux. Ce qui semble être aussi le cas pour Frédéric Decker (sauf pour septembre), dont la fiabilité de ses prévisions saisonnières atteignent 61% en moyenne...

Modifié par tophe71
blblblblbl

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre74   

Septembre plus frais je n'y crois pas au vu des dernières prévisions, et à la vue des propos de treize vents je dirai plutôt octobre doux et novembre dans les normes

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 27/08/2016 à 23:12, gugo a dit :

Réactualisation de météo la flèche également; http://www.meteolafleche.com/previsionssaisonnieres.html 

Un site qui propose quelque chose de différent également. 

Franchement, c'est une honte une prévision pareille.... Ca n'a vraiment pas sa place ici, un sujet aussi intéressant et des analyses développées comme Treize vent ! Parce que, aller lire des prévisions saisonniaires à 6 mois qui t'expliquent qu'entre le 18 et le 21 février il fera tel temps..... c'est juste honteux. Cela décrédibilise d'ailleurs tout le reste de leur prévision.....

 

En tout cas, merci à tous pour vos analyses que je li avec passion. 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité   
Invité

Salut,

 

Maugréer n'est pas une démarche respectueuse intellectuellement et humainement envers l'auteur ! Je ne comprendrai jamais ce type de réaction. Certes, les outils et l'approche peuvent être déconcertants, néanmoins, ils ont le mérite d'exister. 

Pour ma part, j'apprécie la diversité des démarches entreprises pour essayer de décrypter les mois à venir. J'apprécie l'approche sous quinzaine, c'est audacieux puisque les lecteurs ont souvent une tendance à la critique...

 

Sinon, bien d'accord avec toi, treize vents émet des posts de haute qualité, mais le reste existe aussi, et c'est tant mieux !

:)

Modifié par tophe71

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui enfin ce genre de prévisions relève de l'horoscope, pourquoi pas mettre les "prévisions" du calendrier des Postes tant qu'on y estxD

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité   
Invité
il y a 29 minutes, zorglub71 a dit :

Oui enfin ce genre de prévisions relève de l'horoscope, pourquoi pas mettre les "prévisions" du calendrier des Postes tant qu'on y estxD

Tu as oublié celles du calendrier lunaire :D. Météolaflèche est un site de prévision amateur, doit-il est moqué ou mépriser pour cela ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.