TreizeVents

Niveau des océans : suivi et perspectives

Messages recommandés

C' est clair qui faut pas sous estimer les surcôtes et submersion s' en suivant pour la fragilisation des digues ou autre protection et ne pas oublier que rien n' et plus fort que la pression de l' eau.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lengaï   

Oui, bien sur que le niveau des océans a déjà été plus haut, les preuves géologiques et géographiques sont partout et connues.

Mais à des moments où les continents n'étaient pas forcément là où ils sont, en particulier l'Antarctique.

Le Groenland, c'est 7 m d'élévation, l'Antarctique, une centaine de mètres.

L'Antarctique, le débat est clos par les scientifiques, il ne fondra pas de si tôt, en tous cas, tant qu'il est là où il est et qu'il ne s'enfonce pas (ce qui pourrait induire la fonte des glaces).

Le Groenland, c'est un autre cas, il est situé à un endroit où il neige beaucoup, ce qui fait que sa fonte est compensée, ou à peu près ......

Le changement de densité, O.K, la température moyenne des eaux est d'environ 4°C, si on doublait cette valeur, la baisse de densité serait de 0,0001%, soit une augmentation de volume dans la même proportion (d'autant plus que les rayons infrarouge qui chauffent les eaux ne pénètrent pas au delà de quelques mètres de profondeur).

De même, comment expliquer que les terres émergées grâce à tous les déplacements tectoniques qu'a connu la planète ne feraient pas, à terme baisser les mers ?

(Quand la chaine Alpine était au fond des eaux, son volume faisait bien monter les eaux)

Après, je ne suis pas obtus, je ne demande qu'à comprendre d'où viennent les 300 millions de kM³ d'eau annoncés pour les 86 années à venir ?

Avez vous la réponse ? J'ai beau fouiller je ne trouve pas la réponse.

J' ai l'impression qu'il y a un problème d'appréhension spatio-temporel....?

Il y a 120 000 ans ( Quaternaire tardif, l'homme arpentait déjà nos régions...), l'Antarctique était rigoureusement au même endroit qu'aujourd'hui! (à 1 km près vu que l'ordre de grandeur du déplacement des plaques tectoniques c'est le cm/an)

L' Antarctique ( je suis néanmoins très loin d'en etre un spécialiste) n'est pas q'une entité parfaitement homogène qui se limiterait à une énorme calotte de 4km d'épaisseur culminant à 4000m d'altitude...Ceci est assez vrai pour la majeure partie dite "orientale" mais il y a aussi le reste dit "occidental" que l'on soupçonne d'avoir fondu en partie lors de cet interglaciaire.

Pour ce qui est de la compensation d'une hausse de la température par une hausse des précipitations neigeuses, ça peut etre valable localement: ex en Norvège où l'augmentation des précipitations a permis d'effacer une partie des pertes subies depuis la fin du petit âge "glaciaire" mais l'ablation estivale y augmente comme sur la plupart des régions du monde. si on fait le bilan mondial incluant forcément des régions glaciaires qui au contraire s'assèchent, eh bien la quantité d'eau parvenant aux océans augmente.

Concernant les océans, l'eau n'y est pas statique: il y a des courants verticaux en fonction des différences de température et de salinité des masses d'eau donc il n'y a pas que les quelques mètres superficiels qui sont réchauffés

Le déplacement des continents en modifiant les courants atmosphériques et océaniques influent évidemment sur le climat donc sur les glaciers donc sur le niveau des mers ( en le diminuant ou....l'augmentant!) mais cela ne joue qu'à l'ECHELLE de millions(!) d'années donc ne nous concernera pas d'ici 2100.Ca n'a rien à voir avec les +5m de l'interglaciaire Riss-Würm si récent!

Je n'ai pas compris la phrase avec les Alpes...Sa formation résulte d'une fermeture océanique compensée forcément par une ouverure océanique ailleurs sur le globe puisque la Terre conserve le même volume donc ça n'a à priori pas d'effet sur le niveau marin...Par contre les variations de volume des dorsales océaniques immergées qui dépendent de leurs plus ou moins grande activité, là oui, ça a en effet un effet eustatique majeur: on explique ainsi par exemple les hauts niveaux marins du Crétacé ( environ 100 MILLIONS d'années donc rien à voir avec le siècle qui vient)à +200-300m! Associés en outre à une concentration atmosphérique en CO2 environ 5 fois supérieure à l'actuelle,des températures tropicales sur la quasi totalité de la planète (formation de charbon jusqu'à plus de 60° N et S )et une absence d'inlandsis! L'antarctique n'était pourtant déjà pas très éloignée du pôle sud...

Enfin concernant ces 300 millions de km3...Il doit y avoir une erreur car ça correspondrait à un cube de plus de 500 km de côté....dimension qui me paraît astronomique dans tous les sens du terme...ex: la lune qui n'est pas cubique...a un diamètre de 3500km...Peut-etre s'agit-il de 300 000 km3? Car d'après un tableau du livre suivant: "les glaciers à l'epreuve du climat"(2007) par Bernard Francou et Christian Vincent qui sont chercheurs à l'IRD et au labo cnrs de glaciologie de Grenoble:

l'équivalent en eau des glaces de l'antarctique a un volume de 27 millions de km3 soit 67m d'équivalent en niveau des mers et plus interessant à notre échelle séculaire,

400 000 km3 d'eau correspondrait à 1,1m en niveau des mers

En résumé, les 50 cm d'eau (en gros!) supplémentaires attendus d'ici un siècle (grosso modo!) peuvent venir de l'ADDITION des facteurs suivants:

Poursuite de la dilatation des masses océaniques

Fonte de glaciers terrestres (rôle peut-etre sous estimé de la Patagonie et de l'Alaska)

Probablement UN PEU le Groenland et l'Antarctique

Poursuite du rebond isostatique post glaciaire qui n'est pas tout à fait terminé

Il y a déjà eu 10 à 20 cm de hausse au XXe siècle, ça serait pas étonnant qu'il y ait 50 cm supplémentaire au XXIe siècle vu comment évolue la température globale et la concentration en GES...

Bon, j'espère qu'on ne m'en voudra pas trop de m'etre ainsi étalé pour des choses parfois un peu triviales...Et j'en profite pour remercier les intervenants passionnés et passionnants que je lis régulièrement!

bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
serge26   

. 70% du littoral français est en érosion et seulement 10% en accrétion.

quelqu'un aurait il une carte des zones en accrétions / erosion???

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Martini   

quelqu'un aurait il une carte des zones en accrétions / erosion???

En voici une qui provient de l'Observatoire National de la Mer et du Littoral

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
serge26   

En voici une qui provient de l'Observatoire National de la Mer et du Littoral

Super ! merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La fonte du glacier Pine Island dans l'Antarctique qui visiblement suscite beaucoup d'inquiétudes quelquesoit le scénario du changement climatique sur l'élévation du niveau des océans :

http://www.actualites-news-environnement.com/31755-glacier-Pine-Island-niveau-mers.html

D'autre part je trouve courageux mais aussi pathétique pour les mauriciens de créer un Plan d'action contre le changement climatique, on peut les comprendre étant dans les premiers impactés par le problème de la montée des eaux, par contre s'ils sont seuls à le faire, ce que l'on peut craindre dans le contexte économique mondial, j'ai bien peur que leurs 111 actions ne servent pas à grand chose, ce qui serait vraiment injuste pour un peuple qui consent réellement à faire des efforts.

http://www.afriquejet.com/ocean-indien/2501-environnement-plan-d-action-contre-le-changement-climatique.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bruno 49   

En voici une qui provient de l'Observatoire National de la Mer et du Littoral

Il est dommage que les auteurs du document restent à une échelle trop petite: on devine cependant à l'aide du zoom que dans la zone d'accrétion, il y a notamment les deux communes les plus inondées par Xynthia (le nord de l'anse de l'aiguillon) et rappelons que toute l'anse a été en accrétion depuis trois siècles puisque brouage est en terre et que l'océan est allé jusqu'aux portes de Niort il y a trois siècles; de même il yavait bien trois îles à Ré); c'est à dire que ces cartes donnent des moyennes et qu'elles peuvent laisser croire qu'en cas d'événement extrême, une cote en accrétion est en sûreté; juste un exemple: la baie du mt st michel est en très forte accrétion (la preuve, c'est qu'on dépense des sommes faramineuses pour stopper cette accrétion!) or un "Xynthia" dans la zone ferait que l'opinion se retournerait immanquablement contre tous les scientifiques ayant validé le projet de restitution du mont à la mer; ce qui serait injuste mais rationnel...Il n'est pas exclu que le maire de la faute sur mer ait lu ces cartes avant de lancer son lotissement jugé aujourd'hui insensé!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est dommage que les auteurs du document restent à une échelle trop petite: on devine cependant à l'aide du zoom que dans la zone d'accrétion, il y a notamment les deux communes les plus inondées par Xynthia (le nord de l'anse de l'aiguillon) et rappelons que toute l'anse a été en accrétion depuis trois siècles puisque brouage est en terre et que l'océan est allé jusqu'aux portes de Niort il y a trois siècles; de même il yavait bien trois îles à Ré); c'est à dire que ces cartes donnent des moyennes et qu'elles peuvent laisser croire qu'en cas d'événement extrême, une cote en accrétion est en sûreté; juste un exemple: la baie du mt st michel est en très forte accrétion (la preuve, c'est qu'on dépense des sommes faramineuses pour stopper cette accrétion!) or un "Xynthia" dans la zone ferait que l'opinion se retournerait immanquablement contre tous les scientifiques ayant validé le projet de restitution du mont à la mer; ce qui serait injuste mais rationnel...Il n'est pas exclu que le maire de la faute sur mer ait lu ces cartes avant de lancer son lotissement jugé aujourd'hui insensé!

Vraiment Bruno, alors là, j'en doute fort !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bruno 49   

Vraiment Bruno, alors là, j'en doute fort !

Note bien que cela ne le dédouanerait pas car c'est bien le seul document qu'il pourrait sortir à l'appui de son comportement, or il disposait de très nombreuses autres informations (de services de préfecture notamment) pour pouvoir abandonner ses projets d'urbanisation; mais quand on cherche à justifier une décision (dont les fondements sont en cours d'examen par la justice), il est facile pour chacun de ne retenir que les documents-et même la lecture des documents- qui nous arrange.

Car je doute fort pour ma part que, par esprit de lucre, un maire prenne sciemment le risque de noyer une partie de ses habitants.

Mon post visait surtout à montrer qu'un document isolé ne permet pas toujours de faire des déductions pratiques sur le terrain pour un élu ou tout autre décideur (un particulier pourrait fort bien se dire: si je construit le long du "trait vert", je suis au sec, c'est prouvé...). Si l'on considère que les grands décideurs sont abreuvés d'informations par centaines chaque semaine, il est clair que la mise à disposition d'informations ne permettra pas, sans discernement qui s'acquiert par une solide culture scientifique générale, une décision éclairée; or il n'y a quasiment aucun scientifique de formation à la tête de l'Etat et des grandes collectivités territoriales, les scientifiques ne sont pas interessés par la vie politique ou jugent que la démagogie qui en fait partie est rédhibitoire. Ceci est tout aussi valable pour le principal parti écologique en France (seul Yves Cochet est un scientifique, et on ne l'entend plus du tout depuis quelques années).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Note bien que cela ne le dédouanerait pas car c'est bien le seul document qu'il pourrait sortir à l'appui de son comportement, or il disposait de très nombreuses autres informations (de services de préfecture notamment) pour pouvoir abandonner ses projets d'urbanisation; mais quand on cherche à justifier une décision (dont les fondements sont en cours d'examen par la justice), il est facile pour chacun de ne retenir que les documents-et même la lecture des documents- qui nous arrange.

Car je doute fort pour ma part que, par esprit de lucre, un maire prenne sciemment le risque de noyer une partie de ses habitants.

Mon post visait surtout à montrer qu'un document isolé ne permet pas toujours de faire des déductions pratiques sur le terrain pour un élu ou tout autre décideur (un particulier pourrait fort bien se dire: si je construit le long du "trait vert", je suis au sec, c'est prouvé...). Si l'on considère que les grands décideurs sont abreuvés d'informations par centaines chaque semaine, il est clair que la mise à disposition d'informations ne permettra pas, sans discernement qui s'acquiert par une solide culture scientifique générale, une décision éclairée; or il n'y a quasiment aucun scientifique de formation à la tête de l'Etat et des grandes collectivités territoriales, les scientifiques ne sont pas interessés par la vie politique ou jugent que la démagogie qui en fait partie est rédhibitoire. Ceci est tout aussi valable pour le principal parti écologique en France (seul Yves Cochet est un scientifique, et on ne l'entend plus du tout depuis quelques années).

Dans cette affaire je crois qu'on est surtout dans un problème de conflits d'intérêt et qu'il faudra aussi réfléchir comment éviter que de telles situations se renouvellent trop souvent, on voit ou cela mène, enfin bon il en a déjà été largement débattu dans le topic ouvert au sujet des conséquences dramtiques de Xynthia.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Car je doute fort pour ma part que, par esprit de lucre, un maire prenne sciemment le risque de noyer une partie de ses habitants.

C'est une très mauvaise traduction. C'est surtout une histoire de conscience face à un risque rare. Quand l'Etat vous dit : "ne faites pas çà parce qu'il y a un risque tous les 100 ans", vous avez envie de dire à l'Etat : "je n'ai pas envie de sacrifier le dynamisme de ma commune pour un risque centennal". C'est normal pour un quidam d'oublier un risque centennal. Les maires des petites villes sont à 70% des quidams.

Le problème est le décalage entre un Etat avec des services scientifiques et une commune avec des maires loins du système administratif, et qui ne comprennent pas l'importance de respecter les consignes de l'Etat.

En soi, ces maires sont coupables d'être têtus et de négliger les consignes, ce qui peut faire sourire, sauf quand il y a un drame à l'arrivée.

Mais ne nous y méprenons pas, ceux qui accusent les maires de négligence bien souvent auraient fait exactement la même chose : si un maire n'a pas conscience du risque, la plupart des administrés encore moins. Même si on trouvera toujours des "aînés" qui ont vécu des catastrophes dans le passé, et donc ont une conscience au-dessus la moyenne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un lien qui me parait intéssant à signaler , certes cette conférence date un peu (janvier 2007) mais je la trouve très intessante pédagogiquement sur le lien océan/climat et à mon avis à ne pas manquer les questions/réponses après l'exposé et le film, il faut certes avoir du temps devant soi(près de 2h) mais ce n'est pas du temps perdu surtout pour certains qui je pense se reconnaitront !

http://www.espace-sciences.org/conferences/mardis-de-l-espace-des-sciences/l-ocean-gardien-de-l-equilibre-climatique-le-debut-du-desequilibre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est une très mauvaise traduction. C'est surtout une histoire de conscience face à un risque rare. Quand l'Etat vous dit : "ne faites pas çà parce qu'il y a un risque tous les 100 ans", vous avez envie de dire à l'Etat : "je n'ai pas envie de sacrifier le dynamisme de ma commune pour un risque centennal". C'est normal pour un quidam d'oublier un risque centennal. Les maires des petites villes sont à 70% des quidams.

Le problème est le décalage entre un Etat avec des services scientifiques et une commune avec des maires loins du système administratif, et qui ne comprennent pas l'importance de respecter les consignes de l'Etat.

En soi, ces maires sont coupables d'être têtus et de négliger les consignes, ce qui peut faire sourire, sauf quand il y a un drame à l'arrivée.

Mais ne nous y méprenons pas, ceux qui accusent les maires de négligence bien souvent auraient fait exactement la même chose : si un maire n'a pas conscience du risque, la plupart des administrés encore moins. Même si on trouvera toujours des "aînés" qui ont vécu des catastrophes dans le passé, et donc ont une conscience au-dessus la moyenne.

Bref il ya pas grand chose à faire et c'est la fatalité un point c'est tout, et tous ceux qui essaient de justement faire prendre conscience des risques et expliquer ce que veut dire "centenal" souvent mal interprété ne font que perdre leur temps et coûtent de l'argent à l'ensemble des concitoyens !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bruno 49   

Bref il ya pas grand chose à faire et c'est la fatalité un point c'est tout, et tous ceux qui essaient de justement faire prendre conscience des risques et expliquer ce que veut dire "centenal" souvent mal interprété ne font que perdre leur temps et coûtent de l'argent à l'ensemble des concitoyens !

Je ne pense pas que le post de cotissois conduise à cela, son analyse n'est pas un défaitisme: sa thèse selon laquelle les maires des petites communes réagissent très majoritairement comme le citoyen de base n'interdit nullement de faire de la prévention; je trouve même qu'on peut tirer une conclusion plutôt optimiste (si, si, ça m'arrive!): si le message à faire passer est le même pour les élus et les électeurs, c'est plus facile que si il fallait un message différent, un pour le grand public et un pour des notables.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bruno 49   

Analyse sévère du BRGM, de l'ONF et de l'Observatoire de la côte aquitaine portant pourtant sur la seule période décembre/janvier (les dégâts de début février sont en cours d'étude): "du 14 décembre au 8 janvier, la hauteur de houle très énergique a atteint ou dépassé 4 mètres 60% du temps, c'est un phénomène qui ne s'est jamais produit depuis l'existence de la base de données" ;( malheureusement l'huma dimanche qui cite ce rapport ne dit pas de quand date la base de données). Autre citation: "en décembre 2013 et janvier 2014, les plages et les dunes ont été plus destabilisées que lors du passage des tempêtes Xynthia en février 2010 et Klaus en janvier 2009".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quercus   

Bon, les esprits s'échauffent un petit peu mais cela va être l'occasion d'évoquer les risques spécifiques liés à la hausse du niveau des océans en France.

Cela a déjà été souligné, notre pays présente un risque qui est relativement limité, en proportion de certaines autres régions du globe menacées de manière autrement plus grave. Les vrais dangers, par chez nous, sont souvent liés à une la conjonction entre d'autres phénomènes (marées de tempête notamment), la hausse globale du niveau océanique jouant seulement par derrière un rôle d'aggravateur qui peut être catastrophique. Comme le fait justement remarquer Sebaas, avec 40 centimètres en plus en 1999 la centrale nucléaire du Blayais aurait eu du mal a éviter la catastrophe, alors qu'avec 40 cm en moins plusieurs digues de Vendée et de Charente Maritime n'auraient pas été submergées lors du passage de Xinthia. Alors, effectivement, on peut se regarder le nombril en se disant que 40 cm en plus c'est rien du tout, que là on parle de tempête et que cela n'a rien à voir...

Un autre problème, qu'on n'a souvent pas à l'esprit lorsque l'on évoque les conséquences du niveau de l'océan, c'est celui des perturbations que cela peut entraîner sur l'écoulement des fleuves ayant une faible déclivité. J'avais eu l'occasion d'échanger dans mon cadre professionnel sur le sujet avec un spécialiste d'hydrologie pour mon département, qui m'avait ainsi expliqué que par exemple dans les Landes les villes qui pourraient être les plus menacées par une élévation de 50 cm supplémentaires seraient celles de l'intérieur (parfois de plusieurs dizaines de kilomètres) en bordure des Gaves ou de l'Adour comme Peyrehorade ou Dax, et non les villes de la côte. Car même si la côte recule et que la dune progresse de 2 à 3 mètres par an, fondamentalement cela ne représente pas une menace grave sauf pour les quelques constructions trop proches. Alors que pour les cours d'eau qui ont une faible déclivité, cela va provoquer une diminution de leur vitesse d'écoulement et un effet "accumulation" qui pourra aggraver les crues, déjà régulières dans la région. Et 50 cm, même si cela ne parait pas énorme, c'est la différence qui par endroits peut transformer une crue décennale en crue centennale. J'ai parlé des Landes, mais c'est la même chose dans le département voisin de la Gironde ou Bordeaux et surtout Libourne sont très concernées par ce risque.

Alors bien sûr, on parle ici de situation particulière, de conjonction entre une bonne grosse crue et de gros coefficients de marée, mais on sait que tôt ou tard cela arrivera et qu'à ce moment là les quelques centimètres de niveau de l'océan seront l'élément qui fera la différence entre une situation délicate et une situation critique.

Je comprends ton point de vue treize, ceci-dit il ne faudrait pas oublier que la France administre encore de nombreux territoires outre-mer...

Vu sous cet angle ca change totalement la donne !! L'archipel des Tuamotu sur lequel je travaille actuellement est hyper-vulnérable et 50 centimètres peuvent absolument tout changer. Je suis revenu hier d'une mission de terrain sur l'atoll de Makemo où j'ai étudié les précédentes submersions.

Je compte bien écrire un papier complet sur le sujet, mais avant même l'analyse des données de terrain, je peux assurer que 50cm serait dramatique pour cet archipel français (le plus grand archipel français d'ailleurs).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
serge26   

Analyse sévère du BRGM, de l'ONF et de l'Observatoire de la côte aquitaine portant pourtant sur la seule période décembre/janvier (les dégâts de début février sont en cours d'étude): "du 14 décembre au 8 janvier, la hauteur de houle très énergique a atteint ou dépassé 4 mètres 60% du temps, c'est un phénomène qui ne s'est jamais produit depuis l'existence de la base de données" ;( malheureusement l'huma dimanche qui cite ce rapport ne dit pas de quand date la base de données). Autre citation: "en décembre 2013 et janvier 2014, les plages et les dunes ont été plus destabilisées que lors du passage des tempêtes Xynthia en février 2010 et Klaus en janvier 2009".

La base données démarre en 1958

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour,

voilà un moment que je me pose une question.

je me lance au risque de passer pour une idiote.

De combien baisserai le niveau des mers et océans si ont retirait tout les bateaux, cargots, pétroliers ..etc ?

merci de repondre ou de suprimer si cela est trop ridicule.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sebb   

bonjour,

voilà un moment que je me pose une question.

je me lance au risque de passer pour une idiote.

De combien baisserai le niveau des mers et océans si ont retirait tout les bateaux, cargots, pétroliers ..etc ?

merci de repondre ou de suprimer si cela est trop ridicule.

Beaucoup moins que si on retirait tous les poissons^^

Non perceptible.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour,

voilà un moment que je me pose une question.

je me lance au risque de passer pour une idiote.

De combien baisserai le niveau des mers et océans si ont retirait tout les bateaux, cargots, pétroliers ..etc ?

merci de repondre ou de suprimer si cela est trop ridicule.

Non c'est amusant au contraire. On pourrait même donner un ordre de grandeur qui devrait effectivement être très faible. Il faudrait pour cela connaitre le nombre moyen de bateaux, de cargots, de pétroliers ... et leurs masses et volumes moyens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
meteor   

Non c'est amusant au contraire. On pourrait même donner un ordre de grandeur qui devrait effectivement être très faible. Il faudrait pour cela connaitre le nombre moyen de bateaux, de cargots, de pétroliers ... et leurs masses et volumes moyens.

le tonnage brut pour la marine marchande c'est, si j'en crois cette source, 728 millions de tonnes.

en admettant que tous les bateaux sont en même temps sur les mers, chargés, et en tenant compte que c'est le volume d'eau déplacé qui équilibre le tonnage, il y a 728 millions de m3 déplacés.

divisé par la surface des océans soit 350 millions de km2 ou 3.5 1014 m2 çà fait, environ 2 10-6 m soit 2 microns, si je ne me suis pas trompé bien sûr.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C' est en effet très négligeable. default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

et maintenant si on s' amuse à retirer les dplacement de rift et les dorsales océanique active. de combien baisserait t' il.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
jeje38   

le tonnage brut pour la marine marchande c'est, si j'en crois cette source, 728 millions de tonnes.

en admettant que tous les bateaux sont en même temps sur les mers, chargés, et en tenant compte que c'est le volume d'eau déplacé qui équilibre le tonnage, il y a 728 millions de m3 déplacés.

divisé par la surface des océans soit 350 millions de km2 ou 3.5 1014 m2 çà fait, environ 2 10-6 m soit 2 microns, si je ne me suis pas trompé bien sûr.

Et si on dessalait l'eau de mer ?

Là, ce serait significatif default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Le volume baisserait de 4%.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour,

merci de m'avoir éclairée sur ce sujet .

je n'aurais pas cru que le résultat serait si insignifiant !

merci a vous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.