Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

florent76

Membre-forum
  • Content Count

    10620
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by florent76

  1. Pas tout à fait vrai... Après Hiroshima, on a Nagasaki ce soir, si je puis me permettre l'analogie !On voit encore la première cellule qui a concerné la région de confluence de la Moselle et du Rhin s'évacuer vers le nord de l'Allemagne. Le développement de la seconde cellule qui concerne ce soir l'Alsace et la Forêt Noire et tout aussi spectaculaire... Je sauve l'image ! Florent.
  2. Après une semaine de chaleur, l'orage de ce soir est à la mesure de cette anomalie thermique prolongée En ce moment même, la plaine d'Alsace ramasse une grosse quantité d'impacts de foudre http://meteocentre.com/lightning/fr_boltek.gif Et les précipitations suivent, avec plus d'intensité sur l'Allemagne http://www.landi.ch/fra/0804_niederschlagsradar.asp Florent.
  3. L'article dérive franchement sur les grandes catastrophes en effet, au point que j'ai préféré en mettre une partie en encart, car elle me semble moins au coeur du sujet, sans être pour autant dénué d'intérêt... Peut-être les animaux peuvent déjà se révéler utiles pour des phénomènes moins importants. C'est surtout ces remarques sur l'observation des animaux que j'ai trouvé intéressantes dans cet article...Florent.
  4. Crapauds ou bisons pour annoncer la fin du monde ? Le terrible séisme chinois survenu cette semaine nous rappelle que la terre peut être dévastatrice, et que nous ne sommes pas assez attentifs à son fonctionnement global. Oh, par là je ne voudrais pas faire un amalgame entre réchauffement climatique et tremblements de terre: à ce jour, on n’a rien trouvé dans ce sens, les plaques dérivant selon Wegener ayant un mouvement propre. Non, ce qui apparaît à nouveau, c’est l’inconsistance humaine, qui consiste à ne jamais retenir l’expérience du passé. En Chine, ça se résume à une photo assez extraordinaire: celle de milliers de crapauds sortis de leur léthargie dans leur gangue de boue, deux jours seulement AVANT le séisme. De façon incompréhensible, en effet, les rues de la ville de Taizhou, au nord de la province du Jiangsu touchée par le séisme, se sont remplies de crapauds. Quelques jours auparavant, un autre phénomène bizarre était apparu: dans la province d’Hubei, à Enshi, un lac s’était vidé par le fond, de manière toute aussi fugace, laissant entrevoir des mouvements tectoniques sous-jacents obligatoires. Deux événements qui auraient pu alerter les autorités, qui craignent aujourd’hui pour leurs barrages hydro-électriques. Ce qu’il y a de terrible, c’est que cette prédiction des tremblements par les animaux nous vient des années 70, où la Chine, en plein mouvement maoïste, nous inondait de nouvelles sur la gestion différente du pays, bien plus écologique disait-on que les ravages de l’ère industrielle du monde européen En réalité, les succès de cette agriculture étaient bidonnés dans des fermes modèles que mes collègues enseignants maoïstes ont essayé de me fourguer pendant au moins une décennie complète. La lecture du livre de Simon Leys m’avait ouvert les yeux dès 1971, heureusement. Aujourd’hui, un intervenant sur le site annonçant le problème explique qu’il a remarqué aux Etats-unis lui que les pigeons ont du mal à voler dans les jours qui précédent un tremblement de terre. Or on sait que les pigeons ont un lien avec le magnétisme terrestre, même si on a démontré qu’ils circulent aussi grâce à leur regard. Les tortues marines feraient de même. L’homme qui intervient parle même de migraines le concernant dans les jours qui précèdent un mouvement tectonique. Ça paraît farfelu, et pourtant ce ne doit pas l’être totalement : les signes avant-coureurs des séismes sont perçus en tant qu’infra-sons par des animaux et non par l’être humain, paraît-il : à moins qu’il perçoive, mais qu’il ne sache pas traduire les effets ressentis. Pour ce qui est de la distance, il faut aussi rappeler que chez les éléphants, c’est à plusieurs dizaines de km qu’est perçue l’avancée d’un troupe. Par les pieds. Bref, les animaux et les séismes, voire les êtres humains donc, c’est une histoire qui perdure et dont on ne s’est toujours pas réellement préoccupé, malgré les moyens informatiques dont on dispose depuis les années 70. Les chinois ont continué pourtant sur la lancée des années décrites, en observant le comportement des animaux et en s’en servant en prévention des risques majeurs. Avec des réussites diverses. Le hic, en effet, c’est que parfois ça marche, et parfois ça ne marche pas comme le précise le site de l’EOST de Strasbourg, l’Ecole des Sciences de la Terre. "Le gouvernement chinois lança à la fin des années 60 un programme de prédiction des séismes destructeurs affectant le pays. Pour cela on décida d’impliquer la population en enseignant à plus de 100 000 chinois des rudiments de sismologie. Les physiciens chinois se mirent à chercher tous les signes précurseurs "scientifiques" identifiés jusqu’alors mais aussi à surveiller d’autres signes comme le comportement des animaux ou la formation de bulles dans les puits, tous ces signes étant relevés par cette population formée. Ce n’est pas une méthode spécifique mais plutôt une utilisation d’un ensemble de méthodes. Cette méthode connut un succès retentissant avec la prédiction du séisme du 4 février 1975 à Haicheng de magnitude 7.3, la seule prédiction réussie d’un séisme très destructeur, il est vrai précédé d’un grand nombre de signes précurseurs. Mais elle connut un échec non moins retentissant avec la prédiction raté du séisme suivant à Tangshan en 1976, de magnitude 7.8, le plus meurtrier depuis 400 ans, qui a fait environ 600 000 victimes". Lors du Tsunami qui avait ravagé le Sri Lanka et la Thaïlande, en décembre 2004 on avait retrouvé tous les éléphants vivants. "Les éléphants, dont on a signalé qu’ils étaient partis en courant vers l’intérieur des terres au Sri Lanka ou en Thaïlande ont des modes de communication infrasonores. Ils perçoivent dans l’infrason des signaux inaudibles pour l’homme et ont l’appareillage physiologique pour communiquer entre eux sur de très grandes distances, plusieurs dizaines de km", explique un chercheur. "Pour le séisme de la semaine dernière, il y a deux hypothèses plausibles : ils ont senti l’arrivée du tsunami soit par la "signature au sol" de la vague, soit grâce à un bruit que les hommes eux n’ont pas perçu". "Ils ont par rapport à d’autres espèces une meilleure faculté d’association et un grande capacité motrice", ajoute Hervé Fritz, chercheur en Ecologie au CNRS. Dans l’Indiana, aux Etats-Unis, début avril 2008, un tremblement de magnitude 5,1 a clairement été perçu à l’avance par les animaux domestiques. Les chats et les oiseaux, dont un perroquet prénommé Sadie devenu depuis vedette de la presse magazine. Chez les chinois, pourtant, depuis des siècles les tremblements de terre sont pris en compte, et pas seulement avec l’aide des animaux, comme le démontrent les magnifiques séismographes de Chang Heng, qui datent de 132 après JC seulement. Sismographes ou animaux ? Il y a un autre endroit où on a intérêt à observer le comportement des animaux. Là, ce seront des Bisons qui pullulent... Menacés récemment d’abattage car devenus trop nombreux, ils pourraient devenir les prochains sauveurs de la région, si on se fie à leur comportement. Car où il vivent, une catastrophe écologique annoncée est imminente, qui risque de produire les mêmes effets que l’explosion, du Krakatoa, à Java, en 1883, ou du Toba (il y a 75 000 ans), dans l’île de Sumatra. Le Krakatoa avait projeté 20 km3 de rochers en l’air, leur poussière ayant fait le tour du monde plusieurs années. Le Toba, lui en avait propulsé 2800 km³ en l’air ! Dans le monde entier, en effet, on tombe dans les strates géologiques, à -74 000 ans, sur une couche de 35 cm de cendres provenant de l’explosion du Toba ! Et ce, sans exception aucune sur terre ! En dehors des tremblements de terre, comme dangers gravissimes pour les êtres humains (et les animaux) il y a en effet, aussi les volcans, dont on relie l’activité à la tectonique des plaques. Or en ce moment aux Etats-Unis, côté Ouest, ça bouge beaucoup ces derniers temps. Et tous les yeux se tournent non pas vers San Francisco, victime d’un terrible tremblement de terre dévastateur en 1906, mais aussi vers le fameux parc touristique universellement connu de Yellowstone. Le monstre qui sommeille sous ce parc n’est pas à proprement parler non plus un lutin ou un farfadet. C’est un volcan véritable, d’une taille exceptionnelle, et d’un type particulièrement dangereux : une poche de gaz et d’eau est en effet coincée sous l’effondrement du cratère de l’ancien volcan, une poche dont le "point chaud" bouge régulièrement, selon les variations de poussée de lave sous-jacente. Des observations récentes du phénomène font craindre une activité soudaine et dévastatrice. Un satellite chargé d’étudier l’altitude de la caldera centrale (le bassin contenant les geysers dont le célèbre "vieux fidèle") a en effet constaté une augmentation de 12 cm en moyenne entre 1997 et 2003, mais de près de 12 cm pour la seule année 2006. Selon les spécialistes, du basalte liquide circule sous le manteau terrestre, et fait bouger la couche superficielle de terrain, la faisant monter ou descendre selon l’activité volcanique. Depuis 2003, suite à ces mouvements, les geysers se sont mis à produire davantage de vapeur, l’eau s’en échappant grimpant en température (88°C !). L’énergie contenue est gigantesque, car la chambre magmatique sous jacente a comme dimension trois fois la taille de la ville de New-York ! En volume, c’est équivalent à tout le massif du Mont-Blanc ! A l’échelle VEI (VEI ou indice d’explosivité volcanique) qui va de 0 a 8, celui de Yellowstone est de type 8 en effet. Elle est au maximum ! C’est donc le volcan le plus dangereux au monde : le mont St-Helens avant son explosion avait été lassée 5 VEI "seulement" . Sous Yellowstone, il y a donc plusieurs centaines de fois l’énergie libérée par l"explosion d’Hiroshima. L’explosion de la caldera serait dévastatrice pour les Etats-Unis en entier, en fait, sans que cela ne prenne beaucoup de temps. Le mont St-Helens avait sauté en 57 secondes seulement. L’île de Monserrat, réputée pour ses studios d’enregistrement, avait été à moitié rayée de la carte de la même façon, dans les Caraïbes, en 1995. C’est le volcan aussi connu de la Soufrière qui venait de faire des siennes. Si Yellowstone explosait, les cendres projetées couvriraient l’ensemble des USA (9 600 000 km2) d’une couche de 10 cm de poussières, comme le fait actuellement le volcan Chilien du Chaitén. Mille kilomètres cube ou plus de cendres volcaniques et de produits pyroclastiques se déverseraient, provoquant un « hiver volcanique » sur la terre entière, et la possibilité de l’extinction de l’espèce humaine ! Et le danger n’est pas isolé, car juste à côté une faille sismique redouté fait des siennes. Car tous ces mouvements tectoniques en induisent d’autres, ou sont parfois la conséquence d’autres. L’annonce il y a quelques semaines d’un tremblement de terre en Californie, de magnitude 5,4 n’est pas très bon signe non plus. La faille de San Andreas bouge, on le sait, c’est visible, et le problème c’est qu’elle bouge davantage depuis 2006 ... et selon beaucoup d’observateurs, le "Big One", le tremblement de terre dévastateur attendu depuis un siècle est pour très bientôt. Car ce qu’on craint, c’est bien la répétition de celui du début du siècle :"The geological survey recently said Hayward endures a major quake about every 140 years. The last big one there was in 1868, or 140 years ago." Avec en prime à la clé, l’explosion du Yellowstone qui pourrait dévaster tout le pays ! La Chine s’est réveillée, mais pas comme Peyrefitte l’avait imaginé : à souhaiter que le parc de Yellowstone ne fasse pas un jour de même, ou que la faille de San Andreas ne fasse pas basculer l’état le plus peuplé des USA dans le Pacifique. Les morts ne se conteraient alors plus par milliers mais par millions. Bison, crapaud ou perroquet, on verra bien lequel annoncera la catastrophe, qui pour beaucoup je le répète, est désormais inéluctable. Le XXI eme siècle risque fort de voir apparaître ce type de catastrophe majeure touchant le monde entier. Ces derniers temps, on s’était peut être un peu trop focalisés sur l’arrivée possible d’un météore, en oubliant que sous un simple parc à touristes se cache peut être la fin de l’humanité toute entière. Bison, crapaud, ou perroquet ? Source : http://www.naturavox.fr/article.php3?id_article=4036 Florent.
  5. La lutte contre les épidémies, priorité de l'OMS en Birmanie Reuters jeudi 29 mai 2008, mis à jour à 18:25 La lutte contre le paludisme, la dengue ou le choléra est désormais une priorité en Birmanie, a déclaré Eric Laroche, directeur adjoint de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et coordinateur du dispositif sanitaire international. Le cyclone Nargis, qui a balayé le pays le 2 mai, a fait 134.000 morts ou disparus et 2,4 millions de sinistrés, désormais exposés à ces affections favorisées par la mousson. "La principale menace est désormais celle des maladies contagieuses", a souligné Laroche, de retour de Rangoun. Les autorités traitent tous les cas de diarrhée aigüe comme des cas potentiels de choléra, a-t-il poursuivi. Plusieurs foyers d'infections on été signalés, mais aucun n'a, selon lui, été confirmé. L'OMS, qui a pris la tête d'un partenariat entre les pouvoirs publics, le secteur privé et les ONG, a adopté un plan d'action de 28 millions de dollars, dont dix sont réservés à ses propres activités. Outre la lutte contre les épidémies, le personnel humanitaire s'efforce de remettre sur pied les infrastructures sanitaires locales. La junte militaire a d'ores déjà fait appel au secteur privé pour reconstruire écoles et hôpitaux. La lutte contre la faim est également l'un des chantiers prioritaires. "Plus on est mal nourri, plus on est exposé à la maladie", a souligné Laroche, selon lequel les généraux se montrent de plus en plus ouverts à l'aide étrangère. "Il est très clair que les choses ont changé (...) Obtenir un visa est plus aisé maintenant", a-t-il ajouté. Dan Baker, coordinateur de l'Onu en Birmanie, a en revanche déploré la persistance des obstacles au déploiement du dispositif humanitaire dans le delta de l'Irrawaddy, zone la plus touchée. Jonathan Lynn, version française Jean-Philippe Lefief Source : http://www.lexpress.fr/actualite/depeches/...rs.asp?id=71992 Florent.
  6. Liège les pieds dans l'eau, orages très violents Liège jeu 29 mai Les orages qui se sont abattus ce jeudi matin au sud-est du pays ont surpris par leur intensité. Liège et sa région ont été extrêmement touchés. Du jamais vu d'après le porte parole de la police, "les dégâts sont impressionnants, plus graves que ce que l'on a déjà connu" selon lui. Les intempéries ont provoqué de graves dégâts en plusieurs points du territoire de la Ville de Liège, a estimé pour sa part le bourgmestre Willy Demeyer lors d'un point presse ce jeudi après-midi. Au total, les pompiers liégeois ont reçu 2.200 appels ! Une rue transformée en rivière à Angleur emporte des voitures et inonde le chemin de fer L'orage ayant été particulièrement intense sur les limites sud de la ville, c'est surtout le quartier d'Angleur qui a été touché. La rue du Sart Tilman s'est vue entièrement dépavée tandis qu'un rocher d'une tonne y a été poussé sur plusieurs mètres. Des voitures ont été emportées et la voie du chemin de fer a été inondée. La rue d'Ougrée, remplie de coulées de boue, a enregistré de fortes calamités et une trentaine de maisons ont connu des infiltrations d'eau. Selon le bourgmestre, quarante ouvriers et une dizaine de policiers étaient à pied d'œuvre dans cette rue, tout comme le service d'aide aux victimes. Aucun habitant liégeois, néanmoins, n'a du être relogé. En savoir plus : articles et plusieurs vidéos impressionnantes : http://www.rtlinfo.be/rtl/news/article/134...e+de+Li%C3%A8ge Florent.
  7. Si Kéké, c'est bien ce que tu as dit ce midi ! D'ailleurs aucun des deux modèles BOLAM ou GFS n'a bien vu la situation du jour ! Plantage des deux modèles, 0 partout, balle au centre, avantage GFS tout de même pour ce qu'il se passait autour de notre zone centrale... Les nuages sont remontés du sud, mais les précipitations sont restées faibles et éparses. Le modèle a par contre bien vu la possibilité de pluies sur le centre-ouest et le nord-est.Au delà de nos frontières, sur l'Allemagne qui n'est visiblement pas pris en compte par Météoalerte, énorme orage sur le bassin du Rhin, vers la confluence avec la Moselle. Le nombre d'impact sur zone est phénoménal dans cette zone où il faisait très chaud depuis plusieurs jours ! On a approché les 30°C cet après-midi là bas. http://meteocentre.com/lightning/fr_boltek.gif Et le plus étonnant, c'est que malgré le passage de cet orage, il fait toujours quasiment 25°C sur zone. Florent.
  8. Il est trop tôt pour le dire... GFS n'est pas précis au niveau finesse sur le terrain, mais aussi au niveau timing... J'ai crû aussi qu'il s'était trompé avant-hier avec les fortes pluies orageuses, mais 3 h après, elles étaient bien là ! Ainsi, ce qu'il met pour midi, il faut éventuellement comprendre "en début ou milieu d'après-midi"... La convection peut aussi avoir un peu de retard. Le fait est qu'ici sur Rouen, alors qu'on est parti d'un ciel bleu ce matin, il est maintenant très chargé, couvert et pré-orageux, avec des lignes de nuages cumuliformes qui circulent relativement rapidement et disposés en ligne très visiblement avec une direction SE -> NW.Concernant l'Ouest, à partir des Pays-de-la-Loire en remontant vers la Basse-Normandie, ça bourgonne en effet de partout ! Florent.
  9. BOLAM nous met une grosse tranche de précipitations du sud-est au nord cet après-midi... http://www.meteoliguria.it/mappe/BOLAM/BOL..._2008052915.gif GFS00Z, confirmé par GFS06Z voit ça un peu plus à l'ouest avec éventuellement de fort cumuls sur Paris. http://www.wetterzentrale.de/pics/Rtavn064.png Je ne m'explique pas une telles divergeances à moins de 12h seulement, j'ai tendance en tout cas à suivre GFS que je n'ai presque jamais vu se tromper même si son maillage n'est pas le meilleur pour le très court terme et évalue difficilement les contrastes fins apparaissant à grande échelle entre les zones qui recevront plus ou moins de pluies... Côté radar, une zone de pluie se développe au sud de Montargis et remonte effectivement direction Ile de France. De chaque côté de la zone pluvieuse qui se dessine, orages possibles, en particulier à l'ouest où de fortes précipitations sont localement en cours sur les Pays-de-la-Loire. http://www.meteox.com Florent.
  10. Merci pour ces infos : on avait l'impression trompeuse qu'il ne se passait rien dans le massif alpin ces dernières heures. Or, les pluies y font sans doute plus de dégâts qu'ailleurs... MF devrait prendre la main pour tous les départements non traversés par d'importantes rivières et fleuves et mettre également ces départements en vigilance pour fortes pluies-crues au vu de ces infos, peut importe ce que dit le système de vigilance Vigiecrue qui a un maillage trop grossier pour ces cas là.Florent.
  11. Oui, peut-être à la mi-juin, car pour la semaine concernée par ce topic, il semble que ce soit plutôt une mauvaise nouvelle pour notre pays... La bulle chaude en se décalant vers le Groenland chasse tout l'air froid qui s'y trouve sur l'Atlantique créant un veritable talweg d'air froid qui devrait alimenter et générer une nouvelle goutte froide à l'ouest de notre pays tandis que l'air chaud transiterait plus au nord du sud-est de l'Europe vers le Groenland !Et tout peut continuer : orages et pluies abondantes sur la France... Tout le pays est de nouveau concerné dès lundi... Un très mince trêve pour le nord du pays donc pour le week-end du 1er juin avant que la danse des remontées pluvio-orageuses reprenne autour de bas géopotentiels évoluant entre proche atlantique, Espagne et Méditerranée occidentale. On n'a pas fini de parler des crues dans cette triste perspective... Florent.
  12. Alors il doit y en avoir d'autres comme ça... Du moment qu'aucune grande rivière ne traverse le département en cause ou pire, que la rivière principale n'est pas en cause, mais le réseau inférieur du réseau hydrographique. Je n'y avais jamais réfléchi, c'est clairement dommageable et à revoir dans ce cas.Florent.
  13. La semaine se confirme comme étant très pluvieuse pour la France, avec des développement convectifs tous les soirs avec notre goutte froide positionné sur l'ouest et de l'air chaud sans cesse advecté depuis le Sahara et qui fait monter le thermomètre sur la facade Est et tomber de pluies mêlées de sable. Les pluies vont s'évacuer lentement par le Nord-Ouest aujourd'hui, où avec le fort vent de sud, le temps semble bien automnal ce matin sous une grisaille humide des fortes lames d'eau parfois tombées cette nuit. En soirée, des orages isolément possiblement violents sont attendus sur la facade Est par Météo France. Demain jeudi sera la seconde grande journée et soirée de fortes pluies de la semaine, avec une activité pluvieuse qui remontant du Sud-Est (très forts cumuls prévus en Corse sur les versants exposés) devrait rapidement atteindre le bassin parisien. Sur certaines zones, avec plus de 50 mm tombés en 3 jours, on pourra cette fois craindre également les inondations dans le bassin de la Seine, comme dans le Sud-Est peut-être un peu plus habitué, ce qui n'enlève en rien du danger. De part et d'autres, des orages et pluies aussi parfois intenses sur l'Ouest et la facade Est, mais en grosses cellules isolées. A la fin de la semaine, des développements convectifs toujours, difficiles à situer, mais semble t-il enfin plus localisés et concentré surtout autour du Massif Central et du Sud-Ouest. Florent.
  14. Ok avec Yann pour l'explication pour l'alerte... Malgré tout, on aurait pu la mettre deux à trois heures plus tôt, mais l'inertie dû à la concertation avec les différents CDM avant de mettre l'alerte a dû faire le reste...Ok avec Run pour le scénario de la suite : j'ai moi aussi tendance à privilégier le scénario de la récurrence, avec toutefois des conditions peut-être moins conflictuelles que toute suite, vu qu'il semblerait qu'il y ait moins d'air froid en cause si ça devait perdurer. Des orages donc peut-être moins généralisés, mais néammoins pouvant toujours être violents localement quasiment tous les jours en soirée quelque part en France. Si on pouvait s'attendre dès le milieu de semaine dernière à une étendue et des intensités relativement importantes pour cette semaine, sans pouvoir prévoir quand et où naturellement, d'où mon message d'alerte ; la situation est donc plus floue concernant la semaine prochaine... Ce qui est sûr, c'est que les sols n'auront alors vraiment pas besoin de nouvelles pluies orageuses, de quelques intensités qu'elles soient si ça tourne ainsi. Voir l'analyse de Run en semaine suivante pour plus de détails... Florent.
  15. Je ne la trouve pas non plus dans l'inventaire des plus fortes crues du Gard... Peut-être il y a t-il une confusion, à moins que cette crue soit moins forte.http://orig.cg-gard.fr/tab/inventaire/2006...369965/download D'après l'inventaire, une des très rare crue de printemps à paraître dans le classement a eu lieu il y a 10 ans jour pour jour : les 27 et 28 mai 1998. Florent.
  16. Sans doute, mais tu pourrais apprendre vite : beaucoup de bon sens, c'est d'abord ce qu'il faut pour faire une analyse tout à fait pertinente ! Je fais également beaucoup de climato et la fin mai a déjà joué et jouera encore le scénario des inondations bien plus facilement d'ailleurs que ne saurait le faire un mois d'été... Le mois de mai est en moyenne des plus pluvieux dans toutes les zones continentales et de montagnes à cause des premiers orages liés aux conflits de masses d'air qui ont lieu dans le printemps tardif entre les masses d'air encore très fraiches coulant du pôle et les premières bouffées caniculaires issues du Sahara. Quand certaines années, ces conflits mis en scène par une configuration synoptique adaptée s'installent dans la récurrence, les inondations sont alors inévitables, surtout quand cela se déroule dans un contexte de mois plus chaud que la normale comme cette année, ce qui ajoute à l'eau des averses orageuses, une rapide fonte des neiges encore présentes fin mai au dessus de 1500 m.Florent.
  17. Pluie modérée également à Rouen après une journée grise et très brumeuse à l'atmosphère moite. Il fait 16,5°C. Les premiers éclairs arrivent par le sud vers lequel j'ai une vue portant à 30 km. Dans cette atmosphère saturée d'humidité et je m'attends à un orage éventuellement violent. Reste à voir ce que ça va donner au contact avec la Manche qui est encore très froide à cette époque de l'année : les orages sont parfois bloqué au nord dans ces conditions et peuvent donc stationner sur des zones conduisant à des inondations en Pays de Caux. Elles sont régulièrement rejouées en Seine-Maritime dans ce type de configuration... Florent. PS : Yann, est-ce que tu sais quel seront les tornades étudiées ?
  18. Les prévisions sont faites et bien faites par les uns et les autres, la semaine en prévision à moyen terme arrive à son terme de toute manière... Attendez que la semaine se termine avant de crier que j'annonce quelque chose de bien extraordinaire... http://www.infoclimat.fr/multimedia/photol...uteur=&ord= http://www.infoclimat.fr/multimedia/photol...p?photoid=55157 Le sud du pays ne commence pas l'été dans la sécheresse : ça faisait quelques années que ce n'était plus arrivé. Yann a bien dressé le topo : une langue d'air chaud bloquée au milieu de gouttes froides à l'ouest et de descentes froide à l'est... De quoi alimenter des conflits de masses d'air récurrents et pluviogènes pour les mêmes régions d'Europe. Pour aujourd'hui, ça se passe ici dans le forum de prévi à court terme : /index.php?s=&showtopic=30526&view=findpost&p=736566'>http://forums.infoclimat.fr/index.php?s=&a...st&p=736566 Personnes trop sensibles à l'alarmisme, s'abstenir ! Pour les autres, il faudra être prudent vis-à-vis de possibles orages violents sur le bassin parisien en soirée : les spécialistes des phénomènes violents sont sur le pied de guerre ce matin et sont sur le forum pour vous renseigner... Florent.
  19. Et oui, que veux-tu, il ne faut pas faire de "sensationnalisme" (!) et pourtant dans le fond, il n'y a que ça qui les intéressent ! Dès que la neige a fondu, la plupart des prévisionnistes a disparu !Florent.
  20. Je ne t'avais pas attendu pour en faire le constat et je peux mal évaluer une situation d'autant que je travaille toujours sur des probabilités et que je prends beaucoup de risques en faisant souvent des tendances à plus d'une semaine... /index.php?s=&showtopic=28940&view=findpost&p=700180'>http://forums.infoclimat.fr/index.php?s=&a...st&p=700180 C'est peut-être balot, mais ça arrive. Je ne vois pas le mal qu'il y a dans ce cadre à parler de vigilance. En météo, on estime sans cesse les risques, mais vous, vous ne savez pas faire. Si seules comptent pour vous les certitudes scientifiques, la prévision n'est pas faite pour vous, car c'est déjà trop tard quand on les a ! Florent.
  21. Ca c'est du sensationnalisme et de fort mauvais goût !Ce que je mets en avant n'a rien de rarissime, encore faut-il connaître l'histoire du climat de notre pays pour le savoir... Tout est dans le sujet, il suffit de remonter un peu plus haut pour trouver la prévision en question et je ne vois vraiment pas ce qu'il y a d'extraordinaire à part dans vos imaginations fertiles. C'est mon droit d'illustrer mes propos : si vous ne savez pas le faire, ce n'est pas une raison pour critiquer les autres, je ne le fait pas te concernant. Je pense que c'est plus parlant comme ça, notamment pour les non spécialistes des modèles et puisque ce ne sont pas tant mes prévisions qui te déplaisent, je ne vois pas où est le problème. Chacun ses goûts. On a bien atteint à présent les premières surcôtes sur une grande partie du réseau hydrographique secondaire et notamment dans le Sud-Ouest et la vallée du Rhône. Reste à savoir comment cela va évoluer. Florent.
  22. Tout à l'Est, l'Alsace semble moins soumise aux longs corps perturbés qui environnent la goutte froide atlantique... Par contre, le risque d'orage les plus violent est plus grand surtout qu'il va fait chaud. Et comme un orage très violent peut avoir localement les mêmes effets qu'une journée de précipitations modérée, c'est dire qu'aucune région n'est véritablement à l'abri. Tant les montées d'eau restent localisées, tout va bien, espérons que ce type de configuration synoptique ne s'éternise pas...Florent.
  23. Je maintiens évidemment mon analyse pleine et entière, malgré les commentaires. Tout cela se confirme et on en a tellement pas pris la mesure que j'ai été raillé...Je préfère être jugé par les faits, comme toujours... Je n'ai visiblement pas autant hiberné que toi ! /emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> En attendant, on rigole bien, c'est sûr, surtout quand sa cave est inondée... http://www.meteo-chamonix.org/edito/dahu/article.php Et ce n'est malheureusement pas fini... Sur le carte de vigilance, le réseau hydrographie devient de plus en plus jaune, en attendant probablement de l'orange par endroit... http://www.vigicrues.ecologie.gouv.fr/ Encore beaucoup de précipitations convectives attendues jusqu'à la fin de la semaine : http://www.wetterzentrale.de/pics/Rmgfs144sum.gif Prudence, prudence dans les prochains jours, les régions concernées par les précipitations les plus abondantes vont tourner selon les jours : demain le sud-ouest, en soirée l'ouest. Jeudi le sud-est... Ensuite, ça reste plus difficile à dire, mais la situation reste instable. Florent.
  24. Oui, elle en a des petits frères, je pense qu'au niveau synoptique, il n'y a rien de bien nouveau : ce sont les fréquences des différents types de situations qui changent. Ainsi, j'en ai trouvé une relativement analogue peut-être, tout à l'heure : le début d'été 1841 !En juillet, on parle d'une Europe du Nord souffrant de sécheresse, tandis que le sud du continent est inondé par de fortes pluies. On craint même en Allemagne que les récoltes soient perdues par la sécheresse, tandis que l'on aurait malgré tout des inondations par les fleuves suralimentés à leur sources ! En France, le temps de cet été là fut très orageux, soumis à des brusques coups de chaleur suivis d'orages aux pluies diluviennes, notamment dans la vallée du Rhône et le Sud-Est. Sinon, partout en France, de nombreux orages de grêles. Vraisemblablement l'effet d'un blocage scandinave, tandis que le sud méditerranéen devait être dépressionnaire ! J'ignore si il faisait aussi chaud qu'aujourd'hui en Europe centrale et balkanique... Florent.
  25. Comme toujours, on sait quand ça commence, mais pas quand ça finit... On en a en tout cas pour un moment avec ce temps orageux à fortes précipitations localement... Les inondations que j'ai mis en exergue la semaine passée sont réellement à craindre. Le bassin parisien pourrait subir lui aussi de fortes précipitations avant le week-end du 1er juin, tandis que un petit nord-est reste plus ou moins à l'abri, même si il pourra y avoir quelques violents orages isolés.Les hautes pressions sur l'Atlantique ne parviennent pas à pousser jusqu'en Europe et c'est tout le problème... L'air froid qui règne autour de Groenland risque de se trouver de nouveau injecté vers le sud renforçant de nouveau une goutte froide portugaise tandis que sur le continent la situation demeure bloquée avec des hautes pressions scandinaves constituées en bulle chaude gigantesque (à la manière de ce que nous avons connu à l'ouest de l'Europe en 2003) et confortées par des remontées d'air chaud de Tunisie ou de Libye offrant à l'Italie, l'Allemagne et l'Europe centrale un été précoce et brûlant. Le système étant décalé vers l'Est, on retrouve les conditions à canicule sèche sur l'Europe centrale tandis que l'ouest de l'Europe se trouve en pleine ligne de conflit entre air chaud et air océanique plus frais. En 2003, c'est à ces occasions que l'on avait eu les quelques orages qui ont fait que cet été n'avait pas été si sec que ça dans les chiffres : c'est l'évapotranspiration qui a fait que malgré une pluviométrie parfois proche de la normale, tout a cuit tout de même tant il a fait chaud. Mêmes remontées chaudes, mais cette fois plus à l'Est. Conséquence : les orages sont nettement plus agressifs et on se trouvera plus en conditions tropicales que purement caniculaires. Temps chaud et peut-être de plus en plus, la bulle chaude européenne semblant s'étendre et gagner par l'Est sur GFS, mais toujours sous influence dépressionnaire : forte cumulification les après-midis et risque de forts orages en soirée... Etre inondé avec un temps estival, c'est peut-être la nouvelle donne avec le réchauffement climatique : il est vrai que ce type de temps était relativement rare durant les siècles passés, du moins la période PAG (petit âge glaciaire)... Nous l'avons déjà connu récemment en mai 2000 et ça y ressemble beaucoup ! Florent.
×
×
  • Create New...