Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

florent76

Membre-forum
  • Content Count

    10620
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by florent76

  1. En tout cas, pour revenir là dessus, c'est d'autant plus étrange que l'Arctique connait également simultanément un pallier dans la décroissance cette fois de la surface de la banquise conduisant à l'inverse à faire remonter l'anomalie de surface. Etonnant de voir que les surfaces englacées sont finalement "gelées" durant une semaine fin avril dans les deux hémisphères !Florent.
  2. C'est en tout cas très optimiste à l'heure où nous parlons pour ce que j'ai vu des modèles... C'est clairement un choix de prévision, car dans plus de 80% des cas, pour l'heure rien n'indique que le thermomètre monterait aussi haut surtout jusqu'au nord du pays. Par contre, il y a bien une vrai tendance pour une bonne chaleur estivale dépassant parfois les 25°C.Florent.
  3. Le sujet dans lequel a été posté ce message ayant été fermé, je suis contraint d'ouvrir un nouveau sujet pour répondre à celui-ci. Car le post est d'importance ! Tout est beaucoup plus clair, il aurait fallu le dire clairement et depuis longtemps car beaucoup d'utilisateur de ce forum ne s'y retrouvent pas et ne comprenaient pas la censure systématique dont leur propos faisaient l'objet. J'en faisais partie et je ne suis pourtant pas un négateur acharné du réchauffement climatique.Pour ma part, je pense que te concernant, puisque tu parles en ton nom, tu fais une grosse erreur d'appréciation. Il faut de tout pour faire un monde et tous les sceptiques ne sont pas de vilains manipulateurs et inversement... Car chez les convaincus du réchauffement climatique sans doute à juste titre vu le bilan climatique des 20 dernières années, il se trouve autant de travaux très discutables comme les trop fameuses courbes historiques de Mann. L'ADEME est organisme public, votre modération ne saurait dans ces conditions être neutre et on constate tous les jours qu'en effet elle ne l'est pas. C'est très dommageable de faire du forum une simple tribune relayant les rapports gouvernementaux et non plus un lieu d'échange le plus scientifique possible, ce qui présuppose évidemment une contradiction de toute thèse fut-elle officielle. Merci en tout cas d'avoir parlé clairement : chacun saura dorénavant à quoi s'en tenir et quelles sont ici les limites, même si je les trouve pour ma part bien regrettables et contraire à la libre expression du travail scientifique, quand bien même il y aurait des dérives. Florent.
  4. Tu as dû mal regarder les stats... J'ai pris toutes les années ayant un hiver avec seulement 0,2°C d'excédent par rapport à 1971-2000 associé à un mois de mai avec 1°C d'excédent au moins en moyenne trentenaire glissante : on trouve 25 années de ce type depuis 1770, précisons bien : à Paris.Déjà pour 9 années qui suivent, l'été qui suit est frais, voire même complétement pourri dans certains cas de sinistre mémoire : 1884, 1912, 1915, 1916, 1920, 1948, 1960, 1988, 1993 Pour la corrélation =1 avant 2007, c'est complétement raté déjà ! Ensuite pour ma part, je n'ai pas parlé du bilan thermique de l'été : il est même fort probable dans le contexte actuel depuis 15 ans qu'il soit légérement excédentaire. Cependant, j'ai tendance à pronostiquer une évolution relativement semblable à 2007 qui fut effectivement une rareté dans l'environnement des années qui l'on précédé : un été qui commence bien et qui est de plus en plus avare en avançant dans la saison, même si cela n'exclue pas de belles périodes malheureusement trop vite oubliées. Sur nos 25 années le bilan est clair : La moyenne 1971-2000 pour juin, juillet et août est respectivement de : 16,6 19,0 19,0 Pour nos 25 années, on a en moyenne : 17,3 18,9 18,7 et des déficit sur 25 années dans les nombres de cas suivant : 10 15 15 soit en pourcentage : 40% 60% 60% Donc un mois de juin plutôt excédentaire qui tire la moyenne estivale vers le haut, ce qui est de moins en moins vrai en avançant dans l'été, la fin tirant la moyenne vers le bas. C'est ce qu'on a eu l'an dernier à Paris : 2007 faisant partie des 25 années, la prévoir ainsi aurait été une franche réussite et non pas un fiasco. Depuis 1989 et le réchauffement climatique, on a eu en moyenne sur 1989-2007 concernant 8 années sur 25 : 17,3 19,1 19,4 Le bilan est inversé, mais je pense (peut-être à tort, il va sans dire) que le crû 2007, qui s'est rapproché de la moyenne et non pas de ce qu'on avait coutume d'observer depuis 20 ans, y a mis un terme... On pourrait revenir dans la série qui prévalait avant 1989, on avait eu en moyenne sur 1770-1988 concernant 17 années sur 25 : 17,3 18,8 18,3 Pour conclure, un été 2008 sans doute un peu similaire dans les très grandes lignes au précédent... Ajoutons que dans qu'au niveau pluviométrique, ces 25 étés sont en moyenne excédentaires et cela dans 60% des cas, même si l'anomalie positive est moins forte dans la période récente également plus chaude. Je vous l'ai dit, la démonstration est toute statistique et le climat n'est pas aussi simple à appréhender, mais les chiffres sont là pour prouver que ce que j'avance n'est pas qu'une impression. Wait and see ! Annexe : Tableau de données Florent.
  5. Ces mois de mai n'ont pas tous été précédés d'hiver vraiment trop doux et 1°C d'écart à la normale cela n'est pas significatif. Prendre 1,5°C ou 2°C signerait réellement un mois de mai chaud.Florent.
  6. La densité de matière soufré à attendre du Chaitén serait plutôt faible selon certains scientifiques spécialistes du volcan... Si cela se confirme, l'impact sur le climat risque d'être très faible.En attendant, pour revenir à notre été 2008, ce temps estival précoce et durable n'est statistiquement pas de très bonne augure pour l'été dans le contexte actuel qui a allié un hiver trop doux suivi de coups de froids tardifs. A confirmer, car il n'y a pas de règles absolues, mais les trop beaux mois de mai voient souvent ensuite le temps se détraquer en juin et offrir de passables étés dominés par les perturbations entre quelques accalmies estivales. Florent.
  7. Ces faits sont en tout les cas intéressants et importants. Si le volcan émet peu de dioxyde de soufre, l'impact sur le climat pourrait effectivement être faible et assez local quand bien même l'explosivité serait d'un VEI de 6. Je soupçonne inversement plusieurs volcans historiques d'avoir très fortement influencé le climat avec un VEI de 5 seulement... Sans doute étaient-ce de très gros émetteurs de gaz sulfurés.Florent.
  8. Attendons les rapports des experts scientifiques : la presse n'est absolument pas une source digne de fiabilité et cela en est une nouvelle fois la preuve...La traduction de ta dépêche est : "Des agences de presse ont rapporté une hauteur du nuage de 30 000 m, ce qui est une grande exagération de l'actuelle hauteur du nuage qui est d'environ 5 000 à 11 000 mètres si on se base sur les analyses scientifiques". Entre parenthèses : pas très précise l'évaluation des scientifiques variant du simple au double ! Peut-être ces chiffres ne sont pas tombés à la même date, ce qui fait que l'on doit comprendre que nous en serions à environ 10 000 mètres, voire moins... C'est une altitude similaire à celle du volcan Krakatoa dans la première semaine de l'éruption et de ce fait plus crédible en dehors d'une explosion cataclysmique. Florent.
  9. Oui, jusqu'en 1752 ! C'est bien connu, les anglais ne font rien comme tout le monde, ils roulent toujours à gauche, mais on été bien forcé d'admettre le calendrier grégorien et faire 170 ans après ce que la France avait décidé en deux mois en 1582. Enfin, l'Angleterre protestante n'était pas non plus la fille aînée de l'Eglise, ce qui explique tout ce retard. Et encore, ce ne sont pas les pires puisque les russes ne l'on pris qu'en 1918 et la Chine en 1949.Autant de confusion possible entre temps... J'en ai fait une moi-même, c'est encore pire que ce que je disais au départ pour la Grande-Bretagne ! Voici un petit tableau qui permet d'y voir plus clair : Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_au_ca..._gr%C3%A9gorien Florent.
  10. Cette dernière image est très impressionnante et signale l'ampleur immédiate de la catastrophe sanitaire et agricole sur toute la zone blanchie par la cendre mieux que ne le ferait la neige. C'est une horreur absolue pour la population qui perd tout dans cette catastrophe, sans compter les risques pour la santé avec la contamination de l'air et de l'eau, ce qui condamne la faune et le bétail à mort aux abords du volcan. La pluie pourra seule assainir l'atmosphère remplie de particules, mais générera au sol une boue capable d'immobiser tout moyen de transport.Au delà, l'évolution du panache signe elle le risque de retombée climatique à venir. Il emprunte très clairement le jet ce qui explique la rapidité de sa propagation qui n'aurait peut-être pas été si grande pour un volcan équatorial, mais cela demanderait confirmation par des spécialistes de la question. Florent.
  11. Disons à partir de la fin de l'été... Car cela durera bien plus longtemps que cela si l'éruption est d'importance avec un VEI de 6. Après l'éruption du Krakatoa en 1883, on a observé des phénomène optiques inhabituels provoqués par les aérosols en suspension dans l'atmosphère jusqu'en 1886 ! Couchers de soleils aux couleurs extraordinaires, couronnes solaires, soleil et lune colorés, de nombreux peintres ont alors immortalisés ces différents phénomènes.Si et seulement si l'ampleur de l'éruption se confirme, on pourrait voir des effets optiques peut-être à partir de septembre 2008 et peut-être jusqu'en 2011 ! Les effets sur le climat devraient se faire sentir dès cette année sur l'Amérique du Sud, dans les 6 mois dans l'Hémisphère Sud et à partir de l'année prochaine dans l'Hémisphère nord et surtout en 2009 et 2010 à l'échelle de la planète. Mais en conjonction avec d'autres phénomènes comme une éventuelle faiblesse de l'activité solaire, c'est peut-être jusqu'en 2015 que l'on pourrait relever de manière discontinue des mois avec parfois de fortes anomalies négatives. Florent.
  12. Chaque éruption est différente, mais tant que le Chaitén emettra un panache de poussière volcanique, le pire sera toujours à craindre... Le passé est très éclairant à cet égard. Le Krakatoa avait ainsi émit des poussières pendant plus de trois mois, baissant par ailleurs d'activité dès la seconde semaine faisant alors croire que le pire était passé. C'est alors au bout de trois mois qu'il a soudainement explosé de manière cataclysmique ! L'éruption du Krakatoa en 1883 Les prémices de l'éruption Entre le 20 avril et le 10 mai 1883, de nombreux tremblements de terre de faible intensité affectent la côte ouest de Java ainsi que le sud de l'ile de Sumatra. L'activité sismique s'amplifie brusquement durant la nuit du 9 au 10 mai 1883 au cours de laquelle le gardien du phare de First Point à Java sent le bâtiment osciller. Ces seismes, accompagnés par des bruits assourdissants, seront ressentis jusqu'au 19 mai 1883. À 10 h du matin, le dimanche 20 mai 1883, du pont de son navire, le capitaine Holmann assiste au début de I'éruption. En une demi heure, un panache éruptif se déploie en forme de champignon au-dessus du Perboewatan et atteint 11000m d'altitude. Le bruit des explosions arrive à Batavia- actuellement la ville de Jakarta - aux alentours de 10 h 50. A partir du 26 mai 1883, l'activité volcanique connait une baisse d'intensité. Durant trois jours, la hauteur du panache éruptif stagne entre 1 000 et 1 500 m d'altitude. Profitant de cette accalmie, des excursions maritimes sont organisées autour du Krakarau. Le 27 mai. un ingénieur des mines hollandais du nom de Schurman débarque sur l'ile de Rakata. Il établit le premier rapport scientifique de cette éruption. Le 11 août 1883, un capitaine du service topographique de l'armée hollandaise, H.J.G Ferzenaar se rend à son tour sur l'île dévastée. Il note que le Danan est également en éruption. Ce sera la dernière personne à fouler le sol de l'ile dont il dresse l'ultime carte. Par la suite, le docteur Rogier Diederik Marius Verbeek, un géologue hollandais, effectuera un remarquable travail de synthèse des évènements tragiques survenus au couls du mois d'août 1883. La journée du dimarche 26 août 1883 Le 26 août 1883, dès onze heures du matin, Van Sandick, un ingénieur des Ponts et Chaussées à bord du steamer General Loudun, note l'apparition d'une nuit noire qui va durer dix-huit heures. A 13 h 06, une explosion plus forte que les autres marque le début de la catastrophe qui s'abattra sur Java et Sumatra. En quatre heures, du matériel éruptif est projeté jusqu'à 26 000 m d'altitude et jusqu'à 43 000 m le lendemain tandis que le bruit des explosions sera entendu dans un rayon de 3 000 km. Lire la suite : http://sigurd.free.fr/KRAKATAU_Special_Eruption/1883.PDF Florent.
  13. Cela va venir... Il faut toujours du temps aux scientifiques pour mesurer les choses. Mais quand nous aurons des infos, elles seront fiables et circonstanciées. Pour l'heure, nous vivons l'événement et nous ne pouvons encore savoir jusqu'où ira cette éruption. Simple avis personnel, je pense qu'un volcan endormi depuis des millénaires présuppose que la masse de débris solidifiés dans son coeur est extrêmement importante et que vu le comportement du volcan dans ces premiers jours, on peut s'attendre à tout y compris au pire.L'éruption peut être très longue : le Krakatoa en Indonésie avait émis des cendres pendant 3 mois qui avaient atteint jusqu'au Japon avant de s'effondrer en fin août 1883 et d'exploser avec une détonation entendue à plusieurs milliers de kilomètres à la ronde sur tout le continent asiatique. Florent.
  14. Je ne pense pas que cela soit certain... Il vaut mieux attendre les communiqués des scientifiques, car la presse n'est plus un gage de fiabilité depuis longtemps... Je te rejoins sur tes conclusions. Avec un contexte favorable de refroidissement de l'hémisphère sud ces derniers mois, l'activité solaire qui est faible et maintenant cette éruption volcanique, cela fait autant d'éléments qui vont concourir vraisemblablement à faire décroître la température mondiale dans les prochains mois, d'autant plus qu'ils sont couplés ensemble ce qui pourrait en augmenter la portée.Florent.
  15. Seulement, l'éruption n'est pas terminée... Qu'elle persiste deux à trois semaines comme cela, voire que le volcan explose et nous franchirons aisément l'échelle de grandeur de 10 qui sépare un VEI de 5 d'un VEI de 6. Dix fois plus de matériaux éjectés et l'impact pourrait être mondial.Wait and see ! Florent.
  16. Un petit article supplémentaire pour ajouter que si les effets climatiques ne sont pas à attendre vraisemblablement avant l'an prochain, les aérosols pourraient bien être présents dans notre ciel dès cet été ! Cela avait pris 2 à 3 mois après l'éruption du Tambora pour que des observations d'aérosols soufrés soient faites en Europe en altitude. Les poussières sont en effet transportées par les jets streams et gagnent rapidement toute la planète. L'éruption du Chaitén se situant à une latitude relativement élevé dans l'hémisphère sud, cela devrait prendre plus de temps, probablement entre 3 et 4 mois : si l'éruption est vraiment d'importance, des phénomènes optiques au coucher du soleil sont probables à la fin de l'été, à compter du mois de d'août ou septembre 2008.Petit rappel historique réalisé par Williams ci-dessous : Les effets de l'éruption du Tambora sur le climat terrestre Des poussières, des cendres et des aérosols gazeux furent projetés dans la stratosphère (20 - 30 km de hauteur) où ils sont alors transportés par les jets streams de la haute atmosphère. En l'espace quelques mois les poussières et aérosols se répandirent dans l'atmosphère terrestre ce qui provoquera des modifications climatiques pendant plusieurs années à l'échelle planétaire. Les premières observations en Europe sur les effets indirects de cette éruption concernent des phénomènes optiques observés à Londres entre le 28 juin et le 2 juillet, ainsi qu'entre le 3 septembre et le 7 octobre 1815. Durant ces périodes sont signalés des couchers de soleil prolongés et brillamment colorés - oranges ou rouges sur l'horizon, pourpres ou roses au-dessus. Ce phénomène nous est resté par les œuvres du peintre anglais William Turner (1775-1851), ce maître de la couleur fit des aquarelles remarquables de ces couchers et de levers de soleil en 1815 et 1816. Un autre Anglais, poête, Lord Byron fit un poême sur cette éruption, Darkness. Les nuages de poussière injectés dans la stratosphère (20-30 km d'altitude) eurent surtout, mis à part cette aptitude à sensibiliser les peintres, une influence climatique. En effet, ces aérosols, essentiellement constitués de fines gouttelettes d'un micron de diamètre d'acide sulfurique, vont absorber et disperser dans la stratosphère le rayonnement solaire. Cette diffusion est accentuée quand le soleil se couche ou se lève car le rayonnement solaire parcoure un chemin plus long dans l'atmosphère terrestre. Ces effet furent très bien étudiés suite à l'éruption du El Chichon en 1982 et surtout du Pinatubo en 1991. Des observations avaient déjà été faites lors de l'éruption du Krakatoa en 1883. Ainsi, avec l'éruption du Tambora il y eut un an plus tard, en 1816, une année sans été " The year without a summer ". En effet, cet été fut froid et pluvieux aux Etats-Unis et en Europe, avec pour conséquences des récoltes désastreuses à l'origine de famines. En France, le mois de juillet présenta un déficit de température moyenne mensuelle de 3 °C à Châlons-sur-Marne et à Paris, la pluviosité y atteint 2 à 3 fois la norme mensuelle calculée sur de longues périodes.. Source : http://system.solaire.free.fr/volcan2.htm#krakatoa Florent.
  17. Non, tu as raison, les cycles solaires plus forts ouvrent des périodes climatiques plus chaudes, en moyenne... J'insiste sur le terme "en moyenne" car cela n'altére nullement la variabilité intrasèque du climat : février 1956 est survenu à quelques mois d'un des plus forts maximas solaires connus !Florent.
  18. Menace atténuée du volcan Chaiten au Chili : soulagement en Argentine 05.05.08 | 02h05 Les localités argentines situés à la frontière avec le Chili, à proximité du volcan Chaiten ont accueilli avec soulagement dimanche la diminution sensible des retombées de cendres venant de l'autre côté des Andes, éloignant la menace du volcan. "La situation est sous contrôle", a assuré Raul Vidable un responsable des questions environnementales de la province argentine de Chubut (sud), ainsi que d'autres fonctionnaires. M. Vidable a indiqué que les habitants des localités en questions ont été approvisionnés en eau potable au cas où les cendres altéreraient leurs sources habituelles. Il a ajouté que l'alerte était maintenue au cas où l'activité du volcan redeviendrait menaçante. "Pour l'instant, ce sont simplement des cendres, mais nous n'excluons pas une activité plus importante. Nous sommes prêt si cela venait à arriver", a-t-il affirmé. Une couche de cendres de quelques centimètres est tombée sur le nord-ouest de la province de Chubut depuis vendredi, en particulier dans les localités d'Esquel et de Trevelin (à 1.900 km au sud-ouest de Buenos Aires). Les vents ont également amené des cendres jusqu'à la côte atlantique sur la ville de Comodoro Rivadavia. Source : http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,...592@7-50,0.html Florent.
  19. Et nous ne sommes sur cette image que le 3 mai ! C'est fou l'extention prise par le nuage de cendres en 24 heures ! Peut-être a t'il été entrainé par le jet pour traverser aussi vite le continent certes plus étroit en Patagonie et atteindre l'Océan Atlantique ! Il survole à présent toute la Patagonie en Argentine et atteint le golfe de San Jorge, occupée au centre par la ville de Comodoro Rivadavia. Que doit-on observer aujourd'hui ??? /emoticons/ohmy@2x.png 2x" width="20" height="20"> Florent.
  20. Merci Lakalen... Cela semble bien confirmer que la tornade est passée par là... D'autres serres sont l'air présente sous les tiretés en amont du parcours près du chemin Saint-Lazare et en aval juste avant le pont... L'enquête reste à mener pour celui que cela intéresse ! Florent.
  21. Si on a un VEI de 4, l'impact restera probablement limité à une partie de l'hémisphère sud et surtout au continent sud-américain. Si on a un VEI de 5 ou plus, alors on peut craindre des répercutions sur le climat mondial... Surtout dans l'hémisphère sud cette année et sur le reste de le planète en 2009 surtout et dans une moindre mesure en 2010.Dans 15 jours à un mois, nous pourrons commencer à prendre la mesure des rejets du Chaitén et savoir dans quelle catégorie il se classe... Florent.
  22. Le Pinatubo a eu un VEI = 6.Un VEI de 4 a peu d'impact sur la planète entière, sauf si le volcan est extrêmement émetteur de rejets soufrés comme avait pu l'être le Laki en Islande en 1783. Autrement l'impact est surtout d'échelle continentale. A partir d'un VEI de 5, l'impact mondial est quasi assuré, surtout si les cendres sont riches en particules de soufre. Comme a chaque point de VEI, on multiplie par 10 le rejet de poussières volcaniques dans l'atmosphère, l'impact prends rapidement l'effet d'un cataclysme mondial en montant au delà du VEI de 6. Un volcan avec un VEI =8 correspond déclenche ainsi un hiver nucléaire, mais cela n'arrive que plus de tous les 100 000 ans en moyenne ! Ce sont des monstres comme le Toba ou le Yellowstone qui peuvent déclencher de tels cataclysmes. Je rappelle que tous les volcans classés en fonction de leur VEI sont présent en première page de ce sujet : /index.php?s=&showtopic=14944&view=findpost&p=262568'>http://forums.infoclimat.fr/index.php?s=&a...st&p=262568 Florent.
  23. C'est même tout vu ! Il n'y aura aucun effet sur le climat de l'Europe cet été dû au volcan Chaitén, quand bien même son éruption serait cataclysmique ! Les éventuels effets sur notre climat ne surviendront pas avant 2009 et plutôt concernant l'été que l'hiver précédent vu l'éloignement du volcan dant l'autre hémisphère. Je rappelle que le Tambora qui fut la plus forte éruption des derniers siècles avait eu lieu en avril 1815 ; pourtant situé près de l'Equateur comme le Pinatubo et non pas loin dans l'hémisphère sud, ce n'est qu'au début de l'année 1816 que le Monde entier a eu à souffrir de ses effets.Enfin, il faudra connaître la proportion d'aérosols sulfurés contenus dans le nuage de cendres : le Pinatubo en contenait relativement peu en comparaison de son VEI (indice d'explosivité) : son impact sur le climat mondial est resté relativement faible comparé à ce qu'on aurait pu craindre d'une explosion volcanique de cette ampleur... Pour le climat de l'Amérique du Sud, ce sera en tout cas une autre histoire : l'hiver météorologique commence dans un mois. L'évolution thermique sera à suivre avec attention dans un hémisphère déjà sujet à des refroidissements naturels non négligeables depuis quelques années... Plus d'informations : /index.php?s=&showtopic=14944&view=findpost&p=722557'>http://forums.infoclimat.fr/index.php?s=&a...st&p=722557 Florent.
  24. Eruption du volcan Chaitén Carte du volcan : http://maps.google.com/?ie=UTF8&ll=-42...mp;source=embed La météorologie américaine de la National Atmospheric and Oceanic Administration (NOAA) est responsable d'un programme de suivi des événements significatifs apparaissant à la surface du globe (Operational Significant Event Imagery (OSEI)), qui produit des images haute résolution disponible sur le site du centre scientifique de la NOAA de Suitland (Maryland). L'image courante de l'OSEI est celle de l'éruption du Chaitén le 2 mai 2008. Cette image est dans le domaine public et accessible directement en cliquant sur le lien suivant : http://www.osei.noaa.gov/Events/Current/ChaitenSA123_G10.jpg Ralph Harrington responsable de "the volcanism blog" a réalisé par ailleurs un traitement d'image particulièrement éclairant à partir de cette carte. Il a copié et réduit la dimension de l'image dans le but de montrer l'extension du nuage de cendres du Chaitén. Il a ajouté une échelle qui manquait par ailleurs à la carte. Image satellite du volcan Chaitén en éruption, prise le 2 mai 2008 à 16:28 GMT. Le nuage de cendres s'étends déjà loin vers le nord-est et le sud-est du volcan et s'avance d'environ 500 km vers l'Est à l'intérieur de l'Argentine. L'extension approximative du principal nuage de cendres (ash) est marquée ici par la zone colorée et bordée de jaune sur la carte. Sélection d'images et de vidéos du volcan Chaitén : http://www.inglaner.com/volcan_chaiten.htm Source : http://volcanism.wordpress.com/2008/05/04/...ten-2-may-2008/ Florent.
  25. Les statistiques indiquent tout de même que plus la transition entre les cycles 23 et 24 sera longue, plus le cycle n°24 a de chance d'être faible. Ca en prend pour l'heure le chemin...Florent.
×
×
  • Create New...