Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

lame2

Adhérent Infoclimat
  • Posts

    1799
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

Everything posted by lame2

  1. Pour moi la grande différence entre ce que propose GFS et la situation de 2010 est que la masse d'air descendait directement de Mer de Norvège vers la GB puis vers nous, la composante nordique était beaucoup plus importante initialement, il n'y avait pas eu transition entre Groenland Islande et GB comme le suggère GFS qui occidentalise et océanise la masse d'air par ce parcours du décrochage moins rectiligne. Et en 2010, on avait d'ailleurs ensuite finalement assez vite basculé vers une circulation d'ouest du fait de la rupture du décrochage en cut-off et de sa rotation sur lui-même. Sur les cartes très esthétiques de GFS, on a surtout une dorsale un peu trop occidentale dans son déploiement qui ne nous soumet pas directement au décrochage. Maintenant, on ne peut s'empêcher d'être étonné malgré tout d'un tel mouvement accoucherait de si peu sur l'Europe occidentale et on reste circonspect lorsqu'on regarde l'énergie envoyée là-haut et le résultat qui serait généré plus bas: A 1.5 PVU, on remarque que les anomalies de tourbillon subtropical envoyées vers le Groenland, redescendraient partiellement en aval du décrochage et remontraient ensuite vers l'Europe continentale par la branche du jet dont du parles dans ton post. Ce densité des anomalies hautes ne manque pas non plus d'étonner et sans doute d'expliquer l'effet édulcoré de ces grands mouvements.
  2. Les modèles ont tendance ce matin à opérer un rapproché par rapport à la configuration proposée par GFS (qui lui est constant dans les grandes lignes depuis 7 runs consécutifs). La modélisation majoritaire envisage maintenant de manière assez solide la mise en place d'une dorsale dont la crête irait gratter le Groenland (plus ou moins) pour opérer un décrochage arctique qui se dirigerait ensuite vers l'Europe occidentale. Les conséquences à l'échelle de la France sont pour autant encore très floues (pluie froide, pluie-neige, ou neige seule?), on l'a déjà dit, même si le décrochage généré sera d'origine arctique, il soulèvera plus ou moins des masses d'air Atlantiques en aval de sa descente en fonction de sa trajectoire et de la cyclogenèse qu'il générera. On voit d'ailleurs bien la langue douce s'infiltrant en aval de la descente polaire sur GFS notamment: C'est sans doute, dans un 2ème temps, lorsque la dorsale aura terminé son ascension et que le flux se redresserait plus au nord (de façon plus ou moins temporaire) que les phénomènes hivernaux pourraient se concrétiser plus franchement en plaine. A ce moment là, se posera également la question de la solidité de cette dorsale et de son renouvellement ou de son affaissement.
  3. Merci Yann pour ce post, comme je vois que tu ne nous sors pas un petit tube de 85 avant le 18z, je m'y colle avec une petite entorse, le tube est de 84. Je me rappelle l'avoir écouté en janvier 85 dans la voiture de ma mère, nous roulions sur les routes enneigées, c'était un autre monde. Que le 18z soit avec nous
  4. Le dernier CEP me semble en fait à mi chemin entre GFS et GEM avec une sorte de scénario intermédiaire, scénario hivernal sans excès comme le précise Virgile. Petite parenthèse régionale, ces scénarios en flux de NNO sont souvent favorables aux collines normandes d'un point de vue hivernal et dans ce cas, l'hiver s'arrête parfois quasiment au pas de ma porte moi qui habite un poil plus au sud de cette région . Bref, c'est vrai qu'on n'a beaucoup d'incertitudes mais que la position haute d'une dorsale sur l'Atlantique (+ ou moins hein ) reste le scénario (très) majoritaire. Maintenant quand je regarde la dimension de l'advection froide qui parviendrait jusqu'à nous selon le scénario CEP, ça reste tout de même modeste (1000 km de large?), les décalages peuvent sacrément changer la donne si le décrochage ne vient pas de très haut.
  5. En tous cas sur le panel GEFS, on remarque une moitié des scénarios qui modélise maintenant une dorsale puissante en direction du Groenland, c'est une évolution notable quand même. Par contre sur ces scénarios, le décrochage généré arrive souvent avec une trajectoire très océanisée.
  6. Si ça continue avec GFS on va finir en flux de sud pour nous avec une tempête de neige sur le centre Atlantique 😁. GEM lui nous propose toujours son flux de NO mais moins prononcé et moins durable avec une dorsale Atlantique de plus en plus proche de nous finissant par s'affaisser assez vite. En fait, pour les hivernophiles, il nous faudrait un scénario intermédiaire entre ces 2 déterministes entre GFS avec sa dorsale trop à l'ouest et GEM avec la sienne trop à l'est. Bref, heureusement qu'on en n'est pas aux réglages fins. Pour le moment, ce qui paraît solide car majoritaire (bien que contredit par une partie de la PE minoritaire) , c'est la mise en place d'une ondulation plus ou moins forte et durable sur l'Atlantique pour la semaine du topic, pour le reste, c'est très flou.
  7. GFS reste droit dans ses bottes ce matin en modélisant la mise en place progressive d'un GA. Il est constant dans les grandes lignes depuis 3 runs maintenant. Ce type de configuration très spectaculaire et esthétique ne signifie pas pour autant systématiquement la mise en place d'une vague de froid au-dessus de la France car les anomalies décrochées et descendant du pôle vers nous peuvent avoir une trajectoire très maritime et se radoucir nettement en arrivant sur nous. Pour autant, on sait que ce type de mouvement vaste peut modifier profondément la circulation générale par la suite comme je le précisais hier, même si là encore il n'y a pas d'automaticité. Mais on en n'est pas là pour le moment. On voit notamment que GEM ce matin a abandonné son scénario en GA notamment et envisage que suite à la 1ère dorsale, la suivante serait coupée dans son élan vers les hautes latitudes par une branche du jet d'ouest qui reprendrait in extremis vigueur entre Terre-Neuve et le sud du Groenland au début de la semaine du topic. Nous serions soumis sur le modèle canadien à un flux de NO plus banal. On voit aussi que la PE est encore loin d'être unanime sur la modélisation d'un GA, ce scénario est d'ailleurs très minoritaire pour le moment sur le panel GEFS même si le run de contrôle lui, suit le Det très fidèlement. Bref, la situation est loin d'être calée pour cette dernière semaine de l'année. C'est assez normal au vu de l'échéance qui reste lointaine.: la véritable ascension de cette dorsale potentielle est modélisée vers 144h, ce qui est très loin dans le temps pour les modèles. Je disais hier soir que les modèles sont souvent plus prompts à anticiper ce type de mouvement lorsqu'ils s'orientent vers le Groenland (on verra ce qu'en dira le CEP 0z). La situation proposée sera peut-être un peu différente et plus difficile à cerner car la gestation de ce mouvement méridien serait lente et se situerait très en amont sur le continent américain. La zone d'incertitude est plus vaste qu'habituellement pour le moment car elle englobe le talweg américain (sa profondeur et sa puissance sur le continent lui-même). Edit. en tous cas, ce qui semble solide, avec le CEP qui vient de sortir et qui confirme la modélisation majoritaire, c'est la présence d'un AA haut sur l'Atlantique pour une partie de la semaine du topic au moins.
  8. On a ce soir une belle convergence de nos 3 déterministes CEP, GFS et GEM concernant la poussée subtropicale majeure prévue en direction du Groenland (je suis d'ailleurs d'accord avec Ciel d'encre par rapport à la ressemblance par rapport à 2010), l'amas d'anomalie de tourbillon subtropical projeté semblait tout aussi dense). Nous savons que nos modèles sont beaucoup plus prompts à anticiper ce genre de mouvements amples vers le l'inlandsis que les pulsions modélisées s'élever plus vers l'Est. C'était d'ailleurs déjà le cas en 2010 où les modèles avait anticipé ce mouvement majeur à j+10 de façon solide. L'incertitude me semble davantage concerner la trajectoire du vaste morceau de vortex polaire décroché à cette occasion. On sait que plus il aura une trajectoire tangentant vers l'ouest, plus la composante maritime et radoucie sera présente. De ce point de vue CEP à une trajectoire plus maritime et moins froide que GEM/GFS. Quoiqu'il en soit, pour la suite, cette projection très prononcée d'anomalies hautes vers le Groenland aurait pour effet de modifier en profondeur la configuration synoptique sur nos 3 déterministes. Une telle pulsion vers les hautes latitudes, si elle se confirme a toutes les chances d'ancrer une dorsale solide pour un temps plus long. Et le mouvement envisagé de la crête est ensuite une extension vers l'Islande, ayant pour effet de redresser le flux voire de le continentaliser sur l'Europe occidentale. La densité importante de la pulsion est un atout car elle aurait tendance à ne pas s'envoler vers le pôle ou vers l'est comme on le remarque souvent ces dernières années, elle redescendrait dans "cheminée" initiale d'alimentation ayant potentiellement pour effet d'ancrer un possible blocage en n'interrompant pas l'alimentation froide sur le flanc oriental de la dorsale. Ca fait un petit moment qu'on a pas vu ça sur les modèles.
  9. _sb j'adore ta guirlande de Noël, je vais la mettre dans mon sapin 😀😄
  10. Le CEP nous propose une belle coordination des 2 pulsions avec un décrochage Arctique plus important pour la 2ème salve. Ce scénario qui orienterait le décrochage en notre direction en flux d'ONO dans un 1er temps et apporterait beaucoup d'agitation (pas d'apothéose hivernale vu l'origine maritime du flux) puis le flux se redresserait ensuite avec une dorsale solide dont la crête s'orienterait vers l'Islande Il me semble faire une sorte de synthèse ce matin le père CEP. ☺️
  11. GFS est farceur ce matin, il nous propose un scénario dans lequel la 1ère pulsion se fait "couper la tête" très tôt avec une extension faible en hautes latitude nous soumettant à un flux de NNO ne venant pas de très haut dans un 1er temps. Puis il sort la grosse artillerie avec une 2nde pulsion très puissante qui, elle réussit à ancrer un blocage en GA. Ce scénario est un peu en décalage avec les scénarios des autres déterministes sortis et avec son ensemble car le plus souvent, la 1ère pulsion est modélisée plus puissante sur les modèles mais elle s'affaisse souvent davantage sur la France dans un 2nd temps. La 2ème pulsion est souvent beaucoup moins ample que sur l'américain même si elle parvient souvent à décrocher de nouvelles anomalies basse vers nous. En tous cas, ce qui paraît solide pour le moment, c'est cette succession de pulsion avec une dorsale souvent positionnée haut en latitude sur l'Atlantique. Mais C'est notamment la coordination entre les 2 pulsions qui reste mal appréhendée et du coup, le flux au-dessus de notre tête est lui aussi mal appréhendé sur la durée. Le risque de ce genre de situation pour les hivernophiles c'est la proximité des pulsions Atlantiques qui semblent très en forme et qui pourraient finir par s'affaisser sur nous en cas de "mauvaise" coordination. Evidemment, à l'inverse, mieux la coordination fonctionnera, plus la dorsale Atlantique sera solide. Je trouve de ce point de vue que la modélisation est à nouveau plus favorable même si ça reste tendu. Si après la 1ère salve en flux de NNO serait surtout favorable à l'ENE d'un point de vue hivernal, il est probable que le flux s'oriente un peu plus à l'ouest au fil de l'affaissement de la 1ère pulsion. Une 2ème salve, peut-être plus hivernale que la 1ère pourrait se mettre en place pour la semaine suivante. Mon optimisme n'est sans doute pas très rationnel et c'est sûrement dû à l'effet Maria Magdalena 😅
  12. Le sort de la 1ere pulsion n'est peut-être pas aussi bouclé que cela, le très récent 18z GFS qui revêt certes souvent un côté OVNI 👽, construisait son magnifique blocage à partir de cette pulsion (située vers 144h environ). Le CEP de ce matin, en cours de sortie envisage lui aussi, semble t-il un bel avenir à cette pulsion qui pourrait préparer le terrain pour la suite. Quoiqu'il en soit, la situation est loin d'être maîtrisée et cette pulsion initiale joue un rôle très important, on le voit aussi sur GFS et GEM ce matin où elle est rapidement limitée dans son extension vers les hautes latitudes par un jet d'ouest qui empêche son amplification, la mise en place d'un blocage ensuite est alors très compliquée. En tous cas, les scénarios évoluant en blocage sont toujours présents ce matin, moins sur le Groenland, plus vers l'Islande et la mer de Norvège. Ces blocages lorsqu'ils se concrétisent sont souvent très froids et plus durables mais ils sont très compliqués à appréhender par les modèles. On voit aussi que sans évoluer vers un blocage, la génération de plusieurs pulsions pourrait évoluer vers une ondulation plus ou moins durable (CEP), l'omni présence des HP devient de plus en plus la norme. Bref, sans surprise, on a encore une multitude de scénarios. L'accouchement d'une petite souris est évidemment toujours possible.
  13. Oui les scénarios qui envisageant un blocage progressent sur les dernières actualisations des modèles. Pour autant, on le sait tous, la situation reste très ouverte avec des scénarios qui vont, en gros, sur de la faible ondulation évoluant rapidement vers une reprise de la circulation d'OSO au blocage plus ou moins massif. (scénario restant minoritaire comme indiqué plus haut). Sur nos 3 déterministes, on a pour autant, de façon quasi simultanée la mise en place de 2 poussées méridiennes: une se mettant en place sur la côte ouest américaine, l'autre "lui répondant" sur l'ouest Atlantique. Cette combinaison de poussées obligerait le talweg américain à faire une rotation sur lui-même et à rester majoritairement positionné sur le continent américain entre 144 et 192 heures. Ce type de situation est par nature très propice à une amplification du phénomène d'ondulation sur l'Atlantique, mais ça, ce sont les grandes lignes. On remarque à ce moment là, que dès qu'un scénario envisage qu'un train d'anomalies nord américain déborde trop massivement sur l'Atlantique obligeant le jet à reprendre une circulation ouest/est, la mécanique à blocage se grippe et on retombe alors très vite sur une circulation classique. J'ai l'impression qu'on est loin d'y voir clair sur notre fin de semaine de topic au vu des réglages fins en jeu.
  14. Et si le changement venait du talweg Canadien qui devrait valoir à nos amis québecois leur 1er -20C de cet hiver dans les quelques jours à venir. Il est envisagé, plus tard, "déferler" sur l'Atlantique, repris par notre circulation d'ouest indéboulonable: GEM et CEP envisagent qu'il embarquerait avec lui d'autres anomalies placées plus bas en latitude, plus à l'ouest sur l'Océan. Ce "balayage" aurait pour effet d'éclaircir le champ à l'arrière sur l'Ouest Atlantique, le jet pourrait alors se distendre et la circulation devenir plus méridienne. Ce serait en tous cas un beau petit conte de Noël pour hivernophiles français en manque d'hiver que pourraient nous raconter nos amis Québécois 😇. Evidemment c'est très loin, hors topic et évidemment pas partagé par toute la modélisation. D'autres scénarios, très nombreux et portés par GFS notamment envisagent que la trame zonale de fond resterait malgré tout présente sur l'océan, annihilant cette tentative de changement.
  15. Le réchauffement de la masse d'air et principalement dû au fait fait que le flux descendrait en flux d'ONO sur nous en prenant même une composante OSO (d'origine nordique malgré tout) en arrivant sur la France sur nos modèles. Si on regarde plus à l'ouest sur l'Océan, l'air arctique garderait une température autour de -5°C à 850 hpa jusqu'à la latitude de Bordeaux au moment de la descente tout simplement parce qu'à cette endroit le flux serait rectiligne. En cette période, avec un flux à forte composante N sur nous, avec une telle masse d'air, nous aurions droit à des phénomènes hivernaux en plaine même si nous sommes en tout début d'hiver.
  16. Les modèles, depuis quelques jours nous projettent des mouvements amples, à priori favorables à l’installation d’une configuration intéressante pour les amateurs de sensations hivernales. Mais on se rend aussi compte, que les moindres décalages peuvent largement changer la donne sur le plancher des vaches. On a d’abord 2 puissantes pulsions subtropicales sur le proche Atlantique qui se succèdent : - La 1ère est actuellement sur la Scandinavie et sa crête va aller gratter vers la mer de Kara pour ensuite s’affaisser vers la Sibérie - 1a 2nde va s’étirer encore davantage de la France à la Scandinavie, mer de Kara peut-être jusqu’au confins de la Sibérie entre lundi et mercredi/jeudi Ces 1ers mouvements, malgré leur forte ampleur vont advecter peu d’anomalies basses sur l’Europe continentale car il n’y a pas grand-chose à advecter de ce côté en cette fin d’automne. L’air froid d’altitude devrait être peu intense même sur l’Europe très continentale mais les basses couches devraient tout de même se refroidir jusque sur la France. Ces poussées subtropicales vont aussi, malgré tout avoir la vertu de couper la circulation d’ouest et d’obliger le jet d’ouest à plonger vers la méditerranée lorsqu’il arrivera vers l’Europe. En parallèle, A l’horizon de mercredi, jeudi côté ouest Atlantique, se mettrait en place une poussée subtropicale vers le Groenland qui générerait un décrochage Arctique massif dans notre direction. Le moyen le plus efficace pour qu’un morceau conséquent de vortex vienne jusqu’à nous, reste encore ces décrochages Groenlandais. Mais, pour qu’ils apportent des sensations hivernales jusqu’en plaine en France, il faut que la trajectoire jusqu’à nous soit la plus directe possible en flux de N. C’est là que les modèles continuent de diverger (de ONO pour UKMO et GFS à SSO pour GEM et le CEP). Dans ce contexte, même les configurations ONO ne génèreraient que des phénomènes hivernaux en montagne parfois à très basses altitudes cependant. Pour la plaine, c’est après que des conséquences plus hivernales pourraient se mettre en place car ces mouvements pourraient renforcer le blocage continental et comme dans le même temps l’Activité Atlantique pourrait rester moribonde, la moindre poussée subtropicale Atlantique pourrait permettre au flux de se continentaliser. Mais on est alors loin dans l’échéance, fin de semaine prochaine, et l’air froid à tous les étages est alors encore loin d’être garanti., surtout si la descente arctique arrive en flux de SO. Ceci-dit si le flux se continentalise comme le suggère la modélisation majoritaire pour la fin de semaine, il pourrait faire bien froid dans les basses couches (évidemment l’est du pays étant plus exposé). Bref, on n'est pas encore tout près de l'extase hivernophile
  17. Oui le 18z GFS met en route la machine à rêve pour hivernophiles avec son bel oméga qui envoie son flux de nord à -10°C à 850 hpa sur le NO puis l'inclinaison du flux au NE en dernière partie d'échéance. En tous cas, retenons ce soir que les déterministes GFS, GEM, CEP envisagent ce soir une ondulation suffisamment ample sur l'Atlantique pour décrocher une advection froide qui redescendrait au moins partiellement sur la France. Il sera intéressant de voir si cette tendance s'affirme demain et si les ensembles emboîtent ou non le pas.
  18. Après j+10, on voit pas mal des scénarios qui envisagent des ondulations plus amples, plus à l'ouest sur l'Atlantique (j'espère que je ne me suis pas trompé de lien 😮) et dans le même temps une tendance du VP à lâcher son emprise sur le Groenland (cf diagramme de Nuuk, cher à Ciel d'encre il y a quelques années😊). C'est très loin et donc très incertain mais c'est peut-être le début de quelque chose.
  19. Non , tu ne passes pas pour un vieux con. Tu es au contraire complètement dans l'air du temps de notre société individualiste qui se préoccupe avant tout de sa personne et de son bien être. Cette société a eu le sentiment d'être capable de tout maîtriser, de tout contrôler, elle projette un monde idéalisé, un monde qui lui lui donne l'illusion qu'elle peut s’épanouir individuellement en éloignant toutes les entraves. Mais ce monde n'existe pas, la réalité nous rattrape et elle se manifeste notamment par la crise climatique. Malheureusement, une bonne partie d'entre nous reste dans l'illusion de ce monde idéalisé et ne voit pas le mur s'approcher. Je sais que pour autant, changer n'est pas évident et que nous sommes tous confrontés à nos contradictions. Voilà, voila, j'ai bien plombé l'ambiance de ce topic😎😄
  20. Oui et dans le même temps, il devrait déserter de façon assez radicale et inattendue le continent nord-américain:
  21. Au moins, sans parler forcément de conditions hivernales (GFS aime bien sous-estimer la valeur de la masse d'air à LT), on remarque qu'après notre séquence anticyclonique, on pourrait passer par une séquence zonale OSO puis sans doute ONO avec une zone barocline suffisamment basse en latitude pour nous concerner plus ou moins largement en fin de mois. Cela pourrait au moins nous valoir un peu d'agitation et éloignerait le spectre d'un flux de SO anticyclonique comme les modèles semblaient l'envisager il y a 2 jours (à confirmer).
  22. Comment on peut se réjouir de ça au mois de janvier? Manque plus que de sortir la tondeuse et le barbec et tout serait parfait 😁😄 C'est de l'inconscience ou du 2nd degré?
×
×
  • Create New...