Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

lame2

Adhérent Infoclimat
  • Posts

    1799
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

Everything posted by lame2

  1. Finalement faible accumulation ici: entre 1 et 2 cm, il fait -2,6°C.
  2. - 3 °C maintenant, toujours en baisse! Neige modérée à nouveau maintenant. Ça tient partout. On aura peut-être nos 8cm annoncés.... avant le redoux.
  3. -2,8°C ça continue à baisser avec une neige à nouveau fine, légère et qui tombe plus faiblement, ça commence à blanchir là où elle peut s'accrocher. Toujours autant de vent. (40km/h en rafales).
  4. La neige s'intensifie maintenant avec des flocons parfois de bonne taille. Le vent est toujours soutenu ce qui fait que cette neige folle vole dans tous les sens et qui a du mal à s'accrocher car elle est sèche et froide. Ambiance glaciale avec -2,5°C. Elle ne devrait pas tarder à s'accrocher partout.
  5. Il commence à neiger ici, une neige fine avec un vent assez fort de ENE et une température de -2,5°C. Elle a 2 bonnes heures d'avance par rapport aux modèles.
  6. Et puis il y a le scénario 6 GEFS . Une petite anomalie qui s'échappe du complexe dépressionnaire sur la proche Atlantique pour se diriger vers la méditerranée et une autre qui suit et une zone barocline qui descend à nouveau de façon significative sur la moitié nord. Bon, c'est un peu le travers de nous autres qui sommes passionnés, on est parfois un peu orientés dans nos analyses . On gardera la tête froide en repositionnant bien ce scénario dans un ensemble où il est clairement isolé (seul même pour tout dire). Mais il existe (alors que ce genre de scénario avait complètement disparu de l'ensemble depuis quelques runs), il a le mérite de donner aussi un peu plus de sens à vos remarques.
  7. Vous m'étonnez à envisager ce que les modèles ne voient pas. Franchement j'ai du mal à suivre. Le seul suspens de la fin de semaine a été exprimé par Tao: capacité de l'air froid à plus ou moins résister en basse couche sur une petite partie NNE de la France avec les éventuels phénomènes associés. Mais on est davantage sur des réglages fins qui ont plus leur place dans les topics régionaux. Là, on a l'impression que vous suggérez que le schéma synoptique peut encore être modifié (à moins que je n'ai pas bien compris) alors que même si ce n'est pas bien chaud (au nord), le schéma synoptique est assez clair avec de l'air doux qui envahirait toute la France avec l'orientation du flux à l'ouest (en lien avec les BG Atlantiques) lorsqu'on suit la modélisation hyper majoritaire par la suite.
  8. Le redoux n'est pas vraiment revu à la baisse, il est toujours aussi puissant, inéluctable et rapide dans la journée de jeudi sur la France à l'exception peut-être des régions les plus septentrionales où il prendrait un peu de retard et où il serait moins sensible qu'envisagé dans un 1er temps en basses couches. Pour autant, la cyclo engendrée par l'anomalie Açorienne est un peu revue à la hausse et en remontant vers la pointe bretonne, elle nous enverrait, à l'arrière, vendredi de l'air plus froid issu de notre ex vortex Sibérien stationnant sur le proche Atlantique (peut-être un peu de pluie-neige au nord de la Seine et des températures encore bien froides en BC ) qui ne remet pas en cause fondamentalement le redoux ailleurs. Cette poche de bas géo potentiels, du fait de sa position à l'ouest devrait nous envoyer un flux d'OSO plus franc en toute fin d'échéance et début de la suivante, c'est le scénario majoritaire. Mais avec un jet d'ouest toujours positionné particulièrement bas en latitude par la suite (pseudo blocage toujours présent vers l'ouest Groenland), les bas géotentiels Atlantiques pourraient ensuite être repris plus franchement par la circulation d'ouest et les conditions pourraient devenir très humides à nouveau sans froid excessif, les masses d'air froide restant pour autant assez proches sur le nord de la GB. Quelques scénarios envisagent des déferlements d'ouest plus intenses en début de semaine prochaine (issus de l'ex vortex Sibérien) permettant ensuite une orientation plus nordique du flux et avec une ondulation Atlantique à l'arrière mais ils sont minoritaires.
  9. Je ne pense pas que le court terme soit déterminant, il est dans l'ensemble plutôt bien cerné. Il n'y a qu'un scénario ensembliste qui change un peu la donne entre 96 et 130 h avec une anomalie issue des bas geo Atlantique qui déferlerait sur la France et "désactiverait" cette zone proche Atlantique pour se raccrocher davantage aux bas geo situés en GB. Sinon, il faut attendre encore plus longtemps que d'autres anomalies repassent plus à l'ouest pour commencer à être influencé par une circulation plus nordique comme sur le CEP mais le processus est alors plus long?
  10. Je trouve plutôt la situation très frustrante, de plus en plus en fait. Avec cette goutte froide Sibérienne qui va envahir l''Atlantique en fin de semaine, le flux devrait rester orienté OSO au mieux ONO pendant un sacré moment si ça tournicote comme ça semble vouloir le faire.... Dommage car il reste encore beaucoup d'ingrédients favorables à des conditions hivernales qui se matérialiseront par un jet d'ouest toujours particulièrement bas la semaine prochaine, les masses d'air plus froides ne seront jamais très loin un peu plus au nord. Pour que ça bascule plus franchement la semaine prochaine vers quelque chose de potentiellement plus hivernal (pour finir la saison), il faudrait que les anomalies de la goutte froide soient rapidement reprise par la circulation d'ouest et qu'elles plongent de plus en plus vers la méditerranée. (Scénario très minoritaire). Là on a plutôt des scénarios à flotte, flotte et flotte....
  11. Plus que 3 scénarios envisageant que l'anomalie Açorienne serait reprise par le flux d'ouest au large de la Bretagne pour repartir vers la France et faire à nouveau basculer l'air froid sur le nord du pays dans son sillage. Toutes les autres modélisations déterministes et ensemblistes sont en accord pour que cette anomalie remonte de l'ouest de la pointe bretonne vers L'Irlande provoquant sur tout le pays une redoux qui réussirait à s'imposer complètement jusqu'aux régions les plus septentrionales de la France entre jeudi soir et vendredi matin. Sinon, dans un contexte où les restes de notre goutte froide Sibérienne continueraient à tournicoter sur elle même au large sur l'Atlantique, on surveillera effectivement la petite anomalie suivante au large du Portugal qui remontrait vers la France dont parlait Gugo. Il faudra surveiller le développement de cette dépression dans un contexte barocline. Logiquement, sa trajectoire devrait être différente de la précédente du fait de la dissipation progressive de la goutte froide et du fait qu'elle serait reprise par la circulation d'ouest en remontant le golfe de Gascogne, elle pourrait alors transiter par le nord de la France (scénario majoritaire). Elle rabattrait alors un peu d'air froid anglais car elle pourrait permettre le redressement du flux. Mais à ce moment là, les masses d'air les plus froides seraient bien plus au nord et à l'Est et les surprises hivernales me semblent rester minoritaires. La suite est peu lisible finalement, avec l'ancienne goutte froide Sibérienne se dissipant progressivement sur l'Atlantique sans disparaître complètement, avec également les restes de notre "pseudo blocage" se dissipant progressivement mais sans disparaître complètement non plus, le tout laissant à priori longtemps une zone barocline particulièrement basse et un jet d'ouest circulant très sud. Du coup, au niveau de l'Europe, le talweg continental (pas forcément un talweg Sibérien ) pourrait progressivement se reconstituer sans être contrecarré par cette circulation Atlantique positionnée si bas en latitude.
  12. Pour approfondir un peu le scénario dont parle Virgile (très minoritaire hein mais présent sur les panels). Il correspond à 2 situations: - une situation finalement très proche de ce que propose GFS 6z et la modélisation ultra dominante, à savoir que la dépression Açorienne serait reprise par le sillage de l'anomalie Sibérienne au moment où elle pivoterait: C'est là qu'on voit la dépression partir vers l'ouest en direction du large de la Bretagne après son passage tout près de l'Espagne. Le scénario 2 GEFS montre bien la toute petite branche du jet qui emporterait la dépression à l'ouest de nos côtes: Il y a beaucoup de proximité avec GFS 6z de ce point de vue: Ce qui sépare ensuite le scénario 2 du scénario DEt, c'est simplement que le jet d'ouest reprend l'anomalie Açorienne plus vite et lui donne une trajectoire de quelques centaines de km plus bas vers l'Est (trajectoire vers la Belgique plutôt que le centre Est GB). Sur les scénarios type NOGAPS, la situation est un peu différente, les train d'anomalies basses continentales n'est pas complètement rompu entre l'anomalie principale Sibérienne et les autres anomalies qui viennent d'Europe centrale. Du coup, l'anomalie Açorienne ne bifurque pas vers franchement vers le large de la Bretagne (pas de branche SO du jet dans le sillage de la goutte froide Sibérienne). Au contraire, le jet resterait à l'ouest (pas de branche détournée et aurait tendance à faire circuler l'anomalie dans une trajectoire plus méridionale sur la France: Idem chez Arpège 0z avec pour autant une zone barocline plus élevée et donc une trajectoire de la dépression plus nord: Il reste donc encore des divergences même si le scénario hyper majoritaire est à un détournement de la dépression à l'ouest de la Bretagne puis à une trajectoire vers l'Est de la GB.
  13. C'est quasi chirurgical la manière dont les éléments s'y prennent pour que l'advection douce se propage partout sur la France et ça se joue à si peu! La goutte froide Sibérienne plonge sur l'Océan, dans son sillage, la dépression Açorienne la croise: elle est complètement guidée par ce sillage et remonte vers le nord. Le pb est que la goutte froide Sibérienne pivote sur elle même car sa tête est rattrapée par le jet d'ouest sur l'Atlantique. Résultat, de ce demi-tout, la dépression au lieu de filer sur la France repart vers l'Océan toujours guidée par le sillage de la "queue" de la goutte froide et par une petite branche du jet qui la fait tengeanter à l'ouest. Il reste d'autres scénarios moins radicaux sur la PE mais ils sont très minoritaires et 2 déterministes ne sont pas en accord avec ça: Navgem et dans une moindre mesure Argège avec un sillage de la goutte froide qui monte moins haut. A noter que la cyclo est revue à la baisse concernant la dépression Açorienne.
  14. Peut-être un scénario à la Arpège avec une interaction faible et un talweg Sibérien qui poursuivrait sa route vers l'ouest . Qui sait ce qu'il se passerait alors plus à l'est? En fait le plus logique serait une activation encore plus forte du flux de SO vers nous.
  15. A ce rythme l'interaction va se faire tellement à l'ouest que l'anomalie Sibérienne va finir par ne jamais arriver sur la France . C'est quand même sidérant de voir une telle évolution des modèles. Plus sérieusement, de modélisations en modélisations on voit l'anomalie "Açorienne" prendre une trajectoire de plus en plus occidentale! Hier matin, elle passait vers la Normandie, hier soir sur la pointe Bretagne, actuellement à 200km à l'ouest de la pointe Bretagne, et demain? Le conflit de masse d'air (le vrai) est maintenant rejeté au nord de la GB. Qu'en sera t-il demain? C'est plus que bluffant. Je veux bien que les modèles maîtrisent ce genre de situation sur d'autres parties du globes mais j'ai du mal à comprendre qu'ils modélisent aujourd'hui des scénarios qui n'étaient même pas présents sur les panels il y a 2 jours... Comment faire une prévision en partant de ce constat? Même GFS qui était le scénario le plus occidental de son panel il y a 48 h, l'était beaucoup moins que ce soir. On a l'impression que les modèles sous-estiment toujours la capacité des anomalies basses à soulever les anomalies subtropicales et vis versa. Edit: merci Gaet pour tes posts toujours très pros et pédagogiques! Mon post n'est pas du tout tourné contre toi personnellement même si je fais référence à ton dernier post. Mais je suis sidéré par la tournure que prennent les modèles et j'ai du mal à comprendre ce qui sous-tend ce changement de cap si radical, c'est juste ça qui me fait réagir.
  16. C'est vrai qu'à y regarder de plus près c'est discutable même si la courbure du flux est moins orientée SO sur Arpège et la cyclogenèse est déjà passée. Sur les modèles plus favorables, le talweg continental est plus étiré. Lorsqu'il est isolé en cut-off sur l'océan, la dépression açorienne remonte dans son sillage plein nord portée par le jet d'ouest. Lorsqu'il ne rompt pas ou lorsque la cyclo ne prend pas, les conséquences sont plus hivernales pour nous (scénarios devenus biens minoritaires...).
  17. Seulement 5 scénarios qui divergent avec absence de redoux ou redoux temporaire sont présents sur le panel GEFS. Les autres sont très proches du déterministe. Le scénario très minoritaire d'il y a 2 jours devient le scénario hyper majoritaire.
  18. Arpège présente une option assez différente du trio GFS/UKMO/GEM avec une anomalie Sibérienne qui n'interagit pas avec l'anomalie Atlantique. L'anomalie Sibérienne ne ferait pas demi tour sur l'Atlantique, elle filerait droit vers l'Ouest. On aurait alors un croisement flux d'est/flux d'ouest sur la France placée au milieu de 2 masses d'air bien différentes. A voir si la PE prend en compte cette solution et si le CEP confirme ou non l'option du trio?
  19. GFS redevient finalement proche de son scénario d'il y a quelques jours avec une partie de la goutte froide Sibérienne qui finirait sa course sur le continent Américain. En fait, on n'en parle pas beaucoup, mais au-delà de l'interaction, c'est aussi la structure du blocage qui joue un rôle sur la situation au-dessus de la France pour la 2ème partie de semaine prochaine. Plus le blocage moins la goutte froide s'évacue et plus elle est potentiellement relayée par d'autres anomalies continentales. ICON 0z, qui lui, envisage une faible interaction et un talweg continental restant positionné majoritairement sur l'Europe, modélise en même temps un blocage conservant une structure forte. Idem pour Nogaps. A l'autre bout du panel, GFS envisage ce même "blocage" (qui ne bloque pas finalement) se faire balayer de l'Atlantique nord d'ici la fin de la semaine prochaine. Cette double dimension et les implications qu'elles ont l'une avec l'autre, rend sans doute la tâche encore plus ardue pour les modèles.
  20. C'est un bug: ça arrive très souvent sur le diagramme ENSCEP concernant la courbe déterministe, on le remarque peu d’habitude car ce sont les 1ères échéances qui sont souvent fausses et ça se régularise pour les échéances suivantes .
  21. Mon message était sans nuance car il y a un signal clair pour une interaction très forte qui augmente les probabilités de redoux (au moins temporaire) sur une grande partie du territoire, ce qui était encore très partagé hier. La déception est grande de ce point de vue. Sinon, on voit bien effectivement que l'air froid resterait en embuscade et au moindre décalage, la zone barocline peut redescendre. (PE encore partagée).
  22. Les modèles sont un vrai supplice pour hivernophiles ce matin! Le CEP est chirurgical, il y a même une sorte d'empreinte de nos côtes dans le découpage air froid air doux à l'ouest pour bien exclure la Bretagne aussi. Le pire est que l'air froid reste en embuscade juste au nord du pays sur l'Européen sans déborder même assez loin dan l'échéance.
  23. Virgile va acheter une décolleuse à papier peint.
  24. C'est comme si les modèles nous faisaient une mauvaise blague ce matin. Dès que l'anomalie Sibérienne tengeante vers le sud au contact de l'anomalie Atlantique, il se met en place un schéma barocline très puissant et l'anomalie remonte vers nous dans la trajectoire la plus défavorable qui soit; elle longe l'ensemble des côte jusqu'à la pointe bretonne! Elle nous soumet donc exclusivement à une flux de SSO très doux et lorsque l'anomalie Sibérienne océanisée revient vers nous, elle le fait en flux de SO aussi. Cette tendance devient très majoritaire ce matin. Le conflit de masse d'air se ferait essentiellement sur l'océan.
×
×
  • Create New...