TreizeVents

Prévisions stratosphériques à moyen & long terme

611 messages dans ce sujet

El Nino a tendance à provoquer le chauffage de la stratosphère mais pas lors d'un fort QBO+ justement. Fort QBO+ sont souvent synonyme d'une stratosphère très froide en novembre/décembre

C'est une très bonne question Lorenz, Mike à évoqué le sujet sur le LT hier soir par exemple, ou il mettait en avant la combinaison fort Nino et fort QBO+ pour expliquer une strato très froide.

Je te conseille également de lire l'excellent post de l'ami Passion sur MB.

http://www.forums.meteobelgium.be/index.php?showtopic=14118&st=40&start=40

Structurel ou conjoncturel.???

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour tout SKY Blue...on s’aperçoit bien que la relation entre les différentes strates de l'atmosphère sont complexes à étudier!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

gfsnh-10-384.png?12*

Vers un SST mineur fin décembre ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'était même pas un SSW mineur, juste un pet de grenouille dans un lac à vrai dire. Ces pseudos petits réchauffements locaux dans la stratosphère, n'ont absolument pas d'incidence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avant qu'un suicide collectif ne s'organise chez les hivernophiles, je tenais juste à signaler que les flux de chaleur semblent s'activer en strato.

Cela peut très bien déboucher sur pas grand chose ou peut être sur un déplacement.

Il va bien falloir que cela bouge un tant soi peu en janvier cette affaire.

Les vents Zonaux devraient commencé à baisser mais la QBO très positive entretien le tourbillon.

180aa8447d0cc2fc71a61fb8f9cbb96a.gif

Par contre, je ne vous ferais pas de démonstration sur les flux de chaleur ce soir car c'est le journal du hard et la c'est moi qui cours au suicide.scared.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai vu ça, Philippe. Une certaine pression serait alors exercée d'ici peu sur la stratosphère (voir EPV) et c'est vrai que le flux de chaleur pourrait être assez marqué (sans excès). Cela coïncide logiquement avec le SSW mineur modélisé passé le 20/12, visible à 10 hpa. Les indices NAO et AO sont de ce fait, déjà bien revus (temporairement ?!) à la baisse vers la fin de l'année, visiblement... et il y aura une répercussion jusqu'à 100 hpa :

425173ecmwf100f240.gif

Cependant, le tourbillon principal resterait très stable et toujours aussi actif... autant essayer de freiner un TGV avec une brouette IVANTOUT qui aurait un pneu crevé laugh.pngthumbdown.gif.

La MJO (GFS) voit pour le moment une timide phase 5.

M'enfin bon, je ne parierais pas un seul euro sur ce qu'il pourrait se passer par la suite... sick.gifermm.gif... pour la première année sur IC, je baisse les armes et j'suis déjà passé à autre chose, malgré mes petites interventions. Si le froid arrive en deuxième partie de l'hiver, c'est cool, mais sinon... tant pis.

Cette année, tu aides les hivernophiles à garder le moral rolleyes.gifwub.png, mais -----> sad.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Indices AO et NAO toujours vus en baisse et MJO s'approchant de la phase 6 sur GFS... 191769.gifermm.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Indices AO et NAO toujours vus en baisse et MJO s'approchant de la phase 6 sur GFS... 191769.gifermm.gif

A quoi correspond exactement cette MJO ? Et " s'approche de la phase 6 " , cela veut dire quoi exactement ? Simple question d'amateur ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A quoi correspond exactement cette MJO ? Et " s'approche de la phase 6 " , cela veut dire quoi exactement ? Simple question d'amateur ^^

L'indice du MJO est sa localisation approximative de son centre de la convection. La phase 6 de la MJO c'est quand la dépression est plus particulièrement vers la Nouvelle Guinée. Ici http://la.climatologie.free.fr/MJO/MJO.htm tu as les infos du MJO, ses phases, le lien avec ENSO (El Nino ou La Nina),... :

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A quoi correspond exactement cette MJO ? Et " s'approche de la phase 6 " , cela veut dire quoi exactement ? Simple question d'amateur ^^

Salut,

Ce tableau résume bien les types de régimes possibles par phase je trouve wink.png

En phase 6 cela favoriserait un régime de blocage au début puis ensuite un régime AR (dorsale Atlantique) et/ou une NAO- happy.png

b2680.jpg

On voit bien que nous sommes en phase 3 puis en phase 4 depuis un bon moment maintenant ce qui favorise un régime NAO+ unsure.png

(J'espère ne pas avoir dit trop de cønneries ^^)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas de c*******s de mon ami Corse et le tableau de Cassou c'est parfait.wink.png

En complément MJO, les phases 5-6 sont quand même pas les plus stimulantes du marché.

Les phases 3-4 excitent bien la NAO+ et les phases 7-8 la NAO-.

Il faut aussi quelles soient bien marquées en s'éloignant du rond central par exemple.

J'ai quand même peur que tous ce beau monde aille faire coucouche panier dans son rond central.

Mais à suivre quand même avec la strato, tu as raison, et j' y manquerai pas.

223eb1a8d65f25b120c92b00c9a0120e.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas de c*******s de mon ami Corse et le tableau de Cassou c'est parfait.wink.png

En complément MJO, les phases 5-6 sont quand même pas les plus stimulantes du marché.

Les phases 3-4 excitent bien la NAO+ et les phases 7-8 la NAO-.

Il faut aussi quelles soit bien marquées en s'éloignant du rond central par exemple.

Je l'ai enregistré sur le PC a force ce tableau il résume tout et est assez lisible en effetcool.png

Oui le top c'est la phase 7 ou 8 (NAO-) pour l'hiver tongue.png Comme tu dis les phases 5 et 6 c'est un espèce d'hybride des 4 ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour la parenthèse, attention quand même aux phases de la MJO : en période de fort El-Niño, les effets de la MJO ont tendance à être fortement perturbés quand ce n'est pas carrément annulés. Bien qu'on est restés en phase 2 à 3 ces dernières semaines, pas mal d'éléments synoptiques typiques de cette phase n'étaient pas au rendez-vous dans les parages des océans indiens et pacifiques. Si même dans ses régions d'attache la MJO tend à sortir un peu de ses schémas habituel, autant être prudent dans ses éventuels impacts à 10000 km de là.

Pour la stratosphère, on s'oriente vers le second réchauffement de cette période hivernale, ce qui est tout à fait habituel en terme de timing. Même s'il n'y a pas grand chose à attendre de manière directe de cet échauffement stratosphérique, il devrait avoir au moins le mérite d'affaiblir un peu l'organisation du vortex stratosphérique qui a du désormais atteindre son maximum annuel (la aussi, on est dans les timings habituels). Et nous faire passer du stade "super vortex stratosphérique extrêmement robuste" au stade de "vortex stratosphérique un peu plus fort que la normale". Oui d'accord, ce n'est pas forcément vendeur hivernophilement parlant de le présenter ainsi, mais c'est toujours un début pour une éventuelle site.

L'image date d'il y a quelques jours, mais sur le blog de l'AER Cohen et Furtado ont posté une modélisation du flux de chaleur sur les jours à venir :

[align=center]post-2200-0-12302300-1450376556_thumb.png[/align]

[align=center] [/align]

[align=center] [/align]

On distingue clairement le flux de chaleur qui devrait impacter la stratosphère dans le courant de la semaine prochaine. Par voie de conséquence, les bas géopotentiels devraient assez nettement s'affaiblir durant la période, tout en restant néanmoins plus prononcés que la moyenne (d'où le résumé de tout à l'heure : adieu "super vortex", mais on reste néanmoins en conditions de vortex fort) :

[align=center]post-2200-0-38675600-1450376554_thumb.png[/align]

[align=center] [/align]

[align=center] [/align]

Notez la séquence temporaire de renforcement des bas géopotentiels dans la troposphère aux mêmes échéances que celle du réchauffement de la stratosphère, et qui correspond justement à un pic à venir de valeurs très positives de l'AO (pas étonnant puisque l'AO est calculée à partir des conditions de la troposphère). Je ne sais pas s'il y a lien de cause à effet entre ce flux de chaleur stratosphérique et le déferlement de bas géopotentiels dans la troposphère aux mêmes échéances, mais sur leur blog Cohen et Furtado semblent penser que oui en présentant ce pic de l'AO comme une conséquence directe de ce réchauffement stratosphérique.

Un autre graphique intéressant qui a été posté par un membre du forum anglais netweather :

[align=center]post-2200-0-00566900-1450376560_thumb.png[/align]

[align=center] [/align]

Cette image représente la modélisation par GFS du vent zonal en fonction de l'altitude pour les prochains jours à 60° nord. On distingue clairement le net affaiblissement de la circulation zonale aux alentours de H+200 dans la haute stratosphère, mais il n'y aurait aucune propagation de cet affaiblissement aux altitudes plus basses (troposphère). On noterait même un certain renforcement de cette circulation au fil des échéances dans la troposphère.

Bref, il y a un bon début, mais la route va encore être sacrément longue pour se sortir de l'ornière.

[align=center] [/align]

[align=center] [/align]

Figure7af.png.2516cccdced278ce5c65d65080

Figure8af.png.368cc1f4d296b037af2ecdae6b

ugrdprs-in-gfs0p5012z.png.9298fccb571499

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vrai que normalement la MJO tend à voir son amplitude augmenter durant la phase La Nina, et tend à voir son amplitude diminuer en phase El Nino.

Mais sommes nous dans la normalité, pas sure.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a du mouvement en Strato prévue pour la fin d'année, pour le moment c'est visible seulement en haute stratosphère (stratopause) à 1hPa.

Situation vers la mi décembre.

03a4401d4fdcfa13371c5c87138c8b23.gif

Situation prévue en fin d'année.

84ab7bf3a3bfbc2ba12cc02d8417f268.gif

Attention, je ne vous vends pas du rêve et il va falloir que ca descende de tout la haut. (presque 50 km)

Un relais par le bas via des ondes planétaires serait la bienvenue.

La MJO pourrait y aider si bascule franche vers des phases 7-8 bien actives, c'est maintenant plus le cas sur GEFS que sur ECMWF comme quoi c'est compliqué à anticiper surtout avec un tel Nino.

Il va falloir que tous le monde y mette du sien, PNA-QBO compris car cette année c'est très très froid en strato.

f10a07708e3fcd92a4ffb876e3955e93.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Yep !

il y a du mouvement... GFS en cours soutient ton analyse, Les scénarios avec AP se multiplient et ça pousse aussi côté pacifique.

ça va finir avec un split cette affaire ?!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les indices OA et NAO ont semblent vouloir se maintenir dans le positif on dirait ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Compte tenu de ce que nous avons connu ces dernières semaines et de ce que nous connaissons actuellement, on marche sur les pas de l'hiver 1982/1983 (hiver le plus ressemblant au regard des forçages externes vis-à-vis de l'hiver actuel) en faisant abstraction de l'intensité des phénomènes stratosphériques. On suit un tel scénario, mais en plus extrême. La moyenne stratosphère est extrêmement froide au-dessus des régions arctiques. Les anomalies positives de NAM souvent très prononcées sont omnipotentes dans l'ensemble de la stratosphère. Même chose dans la troposphère, le règne des conditions NAM+ est sans équivoque. En somme, c'est un véritable SVI (Stratospheric Vortex Intensification) qui est à l’œuvre. L'auge polaire s'accroche à ses racines arctiques et rien ne vient le perturber. Le SVI actuel dans son ensemble est quelque peu semblable également au SVI de l'hiver 2013/2014 aux mêmes dates.

[align=center]939624213.png[/align]

Néanmoins, sur la fin du mois de décembre, la zone de basse stratopause dynamique serait légèrement fragilisée par une pulsion chaude portée par le jet de la nuit polaire de l'archipel hawaïenne à la mer de Kara. Le vortex polaire perdrait légèrement en superficie et le jet circumpolaire faiblirait par la même occasion à l'issue de la propagation de la poussée subtropicale. Le cœur du tourbillon cyclonique serait notamment moins froid. Cet événement n'aurait que peu de répercussions sur la dynamique stratosphérique. Le flux de chaleur en question se propagerait tout de même mais difficilement aux couches moyennes. Ceci n'aurait pour effet que de maintenir l'actuelle crête d'altitude présente au-dessus des Aléoutiennes. Donc pas de très grand bouleversement en perspective. L'événement sous sa forme projetée actuellement par les modèles numériques ne serait pas suffisant pour retrouver des valeurs faiblement négatives de NAM dans la stratosphère sur la fin du mois de décembre ainsi que sur le début du mois de janvier. Cela permettrait peut-être seulement d'amorcer une atténuation du SVI. Mais dans l'ensemble, le vortex resterait campé sur ses positions. Pendant l'hiver 1982/1983, un même displacement event mineur s'est manifesté aux alentours du nouvel an. Le gonflement des hauts géopotentiels au-dessus du quadrant pacifique a généré un léger décalage du tourbillon cyclonique en direction de l'Europe et de l'Atlantique. Mais aucun affaiblissement ne s'est effectué au plein cœur du complexe de bas géoptentiels. Du fait de son caractère très mineur, l'événement stratosphérique a entretenu la puissance du vortex et a même renforcé ce dernier sur les semaines suivantes.

[align=center]406457562.png[/align]

A voir ce que cachera le mois de janvier mais j'ai bien peur que madame vortex soit en plein vaginisme ou que les érections pacifiques de monsieur anticyclone soient trop pacifiques. A quand la pénétration ? Il va falloir faire appel à un sexologue. Il faudra bien que ça passe par un trou un jour ou l'autre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De plus en plus rassurant sick.gifpinch.gif !. Mais merci pour l'analyse.

Bon pour garder une touche d'espoir, il y avait eu du mouvement durant la première décade du mois de février 1983, avec un temps relativement hivernal sur tout le pays...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[align=center] [/align]

A voir ce que cachera le mois de janvier mais j'ai bien peur que madame vortex soit en plein vaginisme ou que les érections pacifiques de monsieur anticyclone soient trop pacifiques. A quand la pénétration ? Il va falloir faire appel à un sexologue. Il faudra bien que ça passe par un trou un jour ou l'autre.

Ça, je le conserve précieusement dans mes archives infoclimalistiques! laugh.pngwink.png

Ceci dit, pour revenir plus sérieusement à cette belle analyse, pas convaincu plus que ça sur la similitude opérée avec l'hiver 82/83... Oui, c'était plutôt très doux, mais y en a eu un paquet de mois de décembre doux dans ce climat océanique.... Bref, au fond, que veux tu vraiment exprimer quand tu parles de "forcages externes" similaires à notre hiver en cours ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour. Au petit matin, ça surprend comme interprétation métaphorique qui restera dans les annales d'IC... Quoiqu'il en soit, le vortex ne semble se plaire "au chaud' dans sa matrice polaire et en lisant l'analyse du sexo-thérapeute CIRRUS, je ferais un commentaire

d'obstétricien, avec pour conséquence un risque majeur d'un accouchement dans la douleur pour les hivernophiles à moins d'une fausse couche prématurée dudit vortex ! Mille excuses pour ce léger dérapage sans verglas ce matin...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De plus en plus rassurant sick.gifpinch.gif !. Mais merci pour l'analyse.

Bon pour garder une touche d'espoir, il y avait eu du mouvement durant la première décade du mois de février 1983, avec un temps relativement hivernal sur tout le pays...

Oui c'est sûr qu'un février 2016 à la sauce 1983, j'achète tout de suite :

archives-1983-2-8-0-0.png

archives-1983-2-17-0-0.png

Une bonne dizaine de jours de froid avec une remonteé des HG d'abord vers l'Islande entraînant un flux d'ENE dépressionaire sur le pays puis un blocage centré sur la GB favorisant un temps froid avec de fortes gelées.

Maintenant Cirus a mis l'accent sur les ressemblances entre les deux hivers uniquement d'un point de vue des forçages externes et puis compte tenu des schémas de circulation modélisés pour la suite de l'hiver, c'est bien la récurrence du mois de décembre qui semble avoir la cote pour se maintenir durablement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça, je le conserve précieusement dans mes archives infoclimalistiques! laugh.pngwink.png

Ceci dit, pour revenir plus sérieusement à cette belle analyse, pas convaincu plus que ça sur la similitude opérée avec l'hiver 82/83... Oui, c'était plutôt très doux, mais y en a eu un paquet de mois de décembre doux dans ce climat océanique.... Bref, au fond, que veux tu vraiment exprimer quand tu parles de "forcages externes" similaires à notre hiver en cours ?

Pour établir une analogie entre ces deux hivers, ça serait vraiment très suicidaire de ne tenir compte que des anomalies thermiques au-dessus d'une région très restreinte telle que la France, ou de tenir compte du régime du temps sur l'Atlantique et de l'Europe, indépendamment des facteurs qui jouent sur la variabilité basse fréquence ou haute fréquence du dynamisme atmosphérique. Donc ce n'est pas ce que j'ai fait.

Ce que j'entends par forçages externes, ce sont les forçages tels que l'ENSO (El Niño Southern Oscillation), le QBO (Quasi-Biennial Oscillation) ou l'activité solaire. Ils influent grandement la variabilité intrasaisonnière de la circulation atmosphérique générale de nos hivers au-dessus des latitudes tempérées et nordiques de l'hémisphère nord, que ce soit au sein de la troposphère ou au sein de la stratosphère.

Au regard de ces forçages externes, les hivers 1982/1983 et 2015/2016 ont de nombreux points de similitude :

- ce sont des hivers el-niño à anomalies thermiques en région niño 3.4 non négligeables et intenses

[align=center]974462ONI.png[/align]

- ce sont des hivers en phase décroissante d'activité solaire. Sur l'actuel cycle solaire, nous avons quitté le maximum solaire depuis approximativement 2 ans. Sur le cycle solaire 21, l'hiver 1982/1983 se situe 3 ans après l'optimum. La différence notable est relative à l'intensité des 2 cycles. Le cycle solaire 24 est nettement plus faible que le cycle solaire 21.. voilà l'un des points de divergence.

[align=center]656221SC2.png[/align]

- ce sont des hivers pour lesquelles la QBO+ est particulièrement invasive dans l'ensemble de la stratosphère avec amorce de phase est descendante dans les couches moyennes de la stratosphère en fin d'hiver

[align=center]545486QBO.png[/align]

Voici une petite vue synoptique de ce qui s'est passé sur l'hiver 1982/1983 :

[align=center]949914global.png[/align]

La situation hémisphérique s'était "décantée" en février et mars en faveur de deux réchauffements stratosphériques mineurs (31 janvier 1983 et 28 février 1983), mais suffisants pour perturber le complexe dépressionnaire au sein de la troposphère. En ce qui concerne la situation du mois de février, les forçages troposphériques ont peut-être joué un rôle primordial (plus que le SSW mineur) vu l'allure de la couper verticale de NAM, mais il faudrait que je vérifie dans les détails, avant d'avancer de quelconques certitudes.

Les précédents épisodes el-niño très intenses que nous avons connu remontent aux années 1972, 1982 et 1997. Si on isole les autres composantes qui influent sur notre système climatique telles que l'activité solaire et la QBO, il ne nous reste plus que l'hiver 1982/1983 de très ressemblant par rapport à notre future période hivernale. Les hivers 1972/1973 et 1997/1998 arrivent derrière avec des ressemblances en terme de QBO mais pas en terme d'activité solaire pour l'hiver 1997/1998 et inversement pour l'hiver 1972/1973. Pour autant, nous commençons différemment cet hiver élargi 2015/2016, par rapport à l'hiver étendu 1982/1983 au sein de la stratosphère

Désormais, on peut écarter les hivers 1997/1998 et 1972/1973 (hivers el-niño) du fait que nous n'avons pas connu de réchauffements canadiens dignes de ce nom sur le mois de décembre. Ce début d'hiver a même été tout le contraire de ce ces hivers étant donné que nous sommes en plein SVI.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour établir une analogie entre ces deux hivers, ...

Merci pour ta réponse default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20" />

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.