Sam79

Sociétés humaines et évolutions climatiques à venir

Messages recommandés

Qu'est ce donc qui te permet de dire que qq chose est surestimé ou non si tu ne connais pas les méthodes utilisées?

Les équations des modèles sont disponibles, il faut tout simplement mettre le nez dans le cambuis

quant à "l'analyse humaine", ça veut dire quoi précisément?

Il suffit de regarder les données que nous possédons, ce qu'il veut dire c'est que les oscillations naturelle sont sous-estimés par des modèles erronés, dès le rapport du GIEC de 2001, la fonte des glaces n'était pas prise en compte dans les calculs des modèles.

Sur ce second point il dit que l'analyse scientifique ne doit pas se référer a des modèles mais bel est bien à l'observation humaine !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beaucoup ont déjà essayé de remettre en cause les prévisions climatiques, mais jamais les arguments n'ont été suffisants pour contredire l'éventail des possibilités annoncés par les scientifiques, donc c'est peine perdue.

Reconnaissez que les scientifiques bornés sur leurs ordinateurs évaluent un ensemble de possibilités, pas une seule prévision. C'est donc qu'il y a un peu de jugeotte quand même...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beaucoup ont déjà essayé de remettre en cause les prévisions climatiques, mais jamais les arguments n'ont été suffisants pour contredire l'éventail des possibilités annoncés par les scientifiques, donc c'est peine perdue.

Reconnaissez que les scientifiques bornés sur leurs ordinateurs évaluent un ensemble de possibilités, pas une seule prévision. C'est donc qu'il y a un peu de jugeotte quand même...

+1 default_rolleyes.gif

d'accord avec toi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
starman   

Beaucoup ont déjà essayé de remettre en cause les prévisions climatiques, mais jamais les arguments n'ont été suffisants pour contredire l'éventail des possibilités annoncés par les scientifiques, donc c'est peine perdue.

Reconnaissez que les scientifiques bornés sur leurs ordinateurs évaluent un ensemble de possibilités, pas une seule prévision. C'est donc qu'il y a un peu de jugeotte quand même...

euh, pour moi, la science, c'est justement réduire les incertitudes par une théorie utilisable pour des prédictions. C'est même la base du concept de théorie scientifique. Si tu te bornes à faire la liste des possibles, y a aucun besoin de scientifique. Si tu dis "dans un an, Mars peut etre là, ou bien là, à moins qu'elle soit là", je ne vois pas en quoi tu peux prouver une théorie scientifique avec çà - la théorie scientifique c'est précisément ce qui te permets de dire qu'elle sera là , et pas ailleurs ! et elle est précisément confirmée par le fait que la réalité suit tes prédictions !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sebaas   

Je cite le message d'ouverture posté par Sam: "Ce sujet est destiné à recueillir les discussions relatives aux rapports entre les sociétés humaines et les évolutions climatiques à venir. Merci d'éviter les messages ne rentrant pas dans le cadre de ce thème."

Petit rappel à l'ordre donc...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
starman   

juste pour information, il y a des bilans carbone publiés pour ce genre d'expédition ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

juste pour information, il y a des bilans carbone publiés pour ce genre d'expédition ?

default_confused1.gif En volier?

Ou alors, je n'ai pas compris le sens de ta question default_blink.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
skept   

Bonjour,

Pour reprendre cette discussion, mon point de vue est le suivant : si les sociétés humaines ont assez d’énergie et de ressources pour changer de manière importante et durable le climat, elles ont probablement assez d’énergie et de ressources pour s’adapter aux changements climatiques ainsi produits.

Je vais donc tâcher de déployer un peu d’optimisme ;-)

Les scénarios du GIEC les plus intensifs en termes d’émission sont aussi ceux qui prévoient la plus forte croissance économique de l’humanité. Le scénario A1 est impressionnant de ce point de vue… (de mémoire c’est 5% par an du PIB mondial, ce qui est énorme en intégrale sur un siècle). L’essentiel de cette croissance au cours du siècle est prévue, non dans l’OCDE, mais dans le rattrapage des pays émergents et des pays dits les moins avancés. C’est ce qui se passe depuis une quinzaine d’années. On ne doit donc pas imaginer le Bangladesh à son niveau socio-économique actuel face à un climat réchauffé en 2100 : mais bien le Bangladesh avec le niveau actuel d’un pays européen. Ou alors il fait revoir les scénarios, donc le forçage, donc le réchauffement.

Outre la croissance économique, et le changement technologique qui lui est associé depuis deux siècles, le facteur le plus important pour l’adaptation climatique (et pas seulement elle) est de nature sociopolitique. On vit mieux en démocratie qu’en dictature, il y a moins de famine, plus d’espérance de vie et moins d’inégalité (en moyenne). On vit mieux avec un Etat redistributeur que dans la loi de la jungle. On vit mieux dans la concertation et la négociation que dans le rapport de force et la prédation. Etc. Cela concerne les sciences humaines et sociales, pas les sciences physiques, mais c’est de première importance quand on réfléchit à l’avenir de l’humanité face au climat.

On peut être pessimiste et dire que le climat va forcément exacerber toutes les tensions. Mais est-ce vérifié dans les faits ? Les catastrophes accélèrent aussi bien la recherche de solution concertée à des problèmes communs – on a parfois vu les plus vieux ennemis du monde se tendre la main à l’occasion d’un séisme, d’une famine, etc. Et de façon générale, avec le développement extrême des moyens de communication, on assite surtout à la mondialisation des problèmes et des prises de conscience : on ne peut plus faire une mocheté ou vivre un drame dans son coin sans que l’opinion et la communauté mondiales soient alertés. On vit vraiment sur la même planète car on a les moyens de faire circuler en temps réel des textes, des images, des témoignages. Homo sapiens adapte peu à peu son comportement à son information, s’il ne connaît que son village il ne peut pas penser au-delà, par définition. Je suis assez confiant dans la prise de conscience globale, planétaire, qui va marquer les générations à venir.

Enfin, il existe déjà une grande vulnérabilité aux changements climatiques non forcés : dans un pays pauvre et désorganisé, un cyclone de même intensité fait bien plus de morts que dans un pays riche ; idem pour une crue, une sécheresse, etc. Regardez le bilan des typhons en Asie, leur bilan change d’un facteur 10 selon le coin touché, et c’est énorme en mortalité. Pareillement en ce qui concerne les événements extrêmes, quand 50 à 80% de la population dépend encore d’une agriculture peu productive, la situation est la même que chez nos ancêtres. Rappelons que la grande famine du petit âge glaciaire a fait 1,4 million de mort en France seulement, soit 7% de la population de l’époque (1693-1695). Donc il est clair pour moi que la réponse à cette variabilité naturelle est prioritaire (et de toute façon préparatoire) par rapport à une variabilité forcée future. La Somalie n’a pas besoin d’un climat stable en 2100, elle a besoin en 2011 face aux sécheresse à répétition qu’elle conaît depuis plusieurs décennies déjà d’un système moderne de distribution d’eau, d’une paix sociale plutot qu’une guerre civile, et d’une agriculture plus productive que le pastoralisme d’un autre âge, peut-être adapté quand il y avait dix fois moins de Somaliens à nourrir (et donc de bétail avant), mais aujourd’hui dépassé.

A mon sens, si ces scénarios économiquement optimistes se réalisent, une question de plus en plus importante sera le non-humain (faune, flore, milieux) : la préservation de la biodiversité déjà menacée par l’économie et le climat passera forcément par les choix les moins dégradants dans notre développement. C’est-à-dire que si l’humanité devient riche, il faudra qu’elle accepte de l’être un peu moins en s’imposant des normes environnementales de plus en plus contraignantes, en cherchant des technologies toujours plus prpres pour le même service rendu. Ce qui est déjà un peu la tendance chez les développés (nous protégeons notre forêt, nous créons des parcs naturels, nous avons des lois sur la qualité de l’air, nous restreignons l’urbanisme, etc.) , mais les autres n’en sont pas là (ils ont encore en phase de sortie de la pauvreté, ce n’est pas leur priorité).

Voilà ce que je voulais dire. Maintenant, on peut faire un scénario plus optimiste pour le climat, mais beaucoup moins pour l’homme : que l’on manque d’énergie plus tôt que prévu et sans alternative au fossile. Là, le forçage serait plus proche du scénario B2, mais l’état de l’économie, de la société et de la politique humaines serait peut-être beaucoup, beaucoup plus sombre…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.awi.de/en/news/press_releases/detail/item/the_ice_opens_the_way_bremerhaven_climate_scientists_take_part_in_project_on_opportunities_and_r/?cHash=1c66cfc713923b33444faf774156ff6e

L'initiative est évidemment bonne

J'aimerais que ACCESS soit mis en place et efficace, ce qui permettrait au moins de réguler l’invasion de l'homme sur l'arctique

La marge de manœuvre de ces scientifiques me semble bien faible

Le site ACCESS et les données seront ouvert au public

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Pour reprendre cette discussion, mon point de vue est le suivant : si les sociétés humaines ont assez d’énergie et de ressources pour changer de manière importante et durable le climat, elles ont probablement assez d’énergie et de ressources pour s’adapter aux changements climatiques ainsi produits.

Outre la croissance économique, et le changement technologique qui lui est associé depuis deux siècles, le facteur le plus important pour l’adaptation climatique (et pas seulement elle) est de nature sociopolitique.

Voilà un des themes que je reproche à l'écologie moderne:

Vouloir résoudre les problèmes en 2100 avec la technologie de 2011, c'est ridicule.

Quand aux modèles qui vous prédisent les feux de l'enfer pour 2100, je vous montre les coulisses ici:

http://www.lmd.jussieu.fr/~lmdz/CRs/LMDZ/CR17012002

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
catlino   

Voilà un des themes que je reproche à l'écologie moderne:

Vouloir résoudre les problèmes en 2100 avec la technologie de 2011, c'est ridicule.

Quand aux modèles qui vous prédisent les feux de l'enfer pour 2100, je vous montre les coulisses ici:

http://www.lmd.jussi...LMDZ/CR17012002

Merci!

Il faudrait m'expliquer comment on peut modéliser avec ce genre de dispositifs. Un exemple, juste un::

- Relacher la contrainte qui borne les Cdrags (bidouille introduite

récemment pour éliminer des plantages)

Moi je comprends que pour résoudre un problème, on rajoute un autre dispositif à problème, qui doit être corrigé par l'ajout d'un ......

C'est l'étiquette de la boite de camembert sur laquelle il y a un moine qui regarde une boite de camembert sur laquelle il y a un moine qui regarde .....default_laugh.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest   
Invité Guest

Mmouais, d'une part c'est un document interne donc bon, voila quoi. Et d'autre part, ce n'est pas parce que la modélisation ne se fait pas en claquant des doigts qu'elle ne vaut rien...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dags   

Bonsoir, j'arrive ici un peu comme un cheveux dans la soupe parce que je ne poste jamais sur ce topic, mais j'ai lu récemment quelque chose sur un site et cela m'intrigue un peu. En effet selon certains scientifiques, il est fort probable que des périodes de 30 ans alternant le doux et le froid au niveau du climat en hiver en Europe se produisent. Les relevés montrent 5-6 cycles de 30 ans. Cela me parait tout de même bizarre de résumer à une aussi large durée un certain phénomène. Selon ce même sit de 1970 à 2000, nous étions dans une période plutôt douce et d'après eux à partir de 2000 nous entrons logiquement dans un cycle de 30 ans plutôt froid.

Le problème est que je ne me souviens plus de l'adresse du site et je voulais savoir si l'un d' entre vous en avait déjà entendu parler ?! Et surtout qu'est ce que vous en pensez ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest   
Invité Guest

Il y a un sujet pour maintenant default_flowers.gif

Sinon, double douche froide aujourd'hui. Je n'ai pas le courage de me relire et je ne suis pas doué pour la rhétorique, j'espère donc que la forme n'est pas trop dégeu... Il va y avoir de l'anglais à la pelle aussi, mais je ne suis aps doué pour les traductions, désolé :

Global warning: climate sceptics are winning the battle

Father of the green movement says scientists lack PR skills to make public listen

By Michael McCarthy, Environment Editor

Tuesday, 11 October 2011

James Hansen is known as the father of the green movement

Climate sceptics are winning the argument with the public over global warming, the world's most celebrated climate scientist, James Hansen of NASA, said in London yesterday.

It is happening even though climate science itself is becoming ever clearer in showing that the earth is in increasing danger from rising temperatures, said Dr Hansen, who heads NASA's Goddard Institute of Space Studies, and is widely thought of as "the father of global warming" – his dramatic alert about climate change in US Senate hearings in July 1988 put the issue on the world agenda.

Since then he has been one of the most outspoken advocates of drastic climate action, and yesterday he also publicly criticised Germany's recent decision to abandon its new nuclear power programme, formerly a key part of German climate measures, in the wake of the Fukushima nuclear disaster in Japan earlier this year.

Related articles

•More Environment News

Search the news archive for more stories

"I think it was a big mistake," he said. "And I think the Prime Minister [German Chancellor Angela Merkel] knows that, as she's a physicist, but I think the political reality is she couldn't stay in office if she expressed that opinion."

In a briefing at the Royal Society , Dr Hansen, pictured, was frank about the success with public opinion of what he termed "the climate contrarians", in effectively lessening public concern about global warming. He said: "They have been winning the argument for several years, even though the science has become clearer.

"There's been a very strong campaign by those who want to continue fossil fuel 'business as usual', and the scientific story has not been powerful enough to offset that push."

Part of the problem, he said, was that the climate sceptic lobby employed communications professionals, whereas "scientists are just barely competent at communicating with the public and don't have the wherewithal to do it."

The result was, he said, that in recent years "a gap has opened between what is understood about global warming by the relevant scientific community, and what's known by the people who need to know – and that's the public. However there's nothing that has happened to reduce our scientific conclusion that we are pushing the system into very dangerous territory, in fact that conclusion has become stronger over that same time period."

Asked if anything might re-alert the public to the dangers of climate change, Dr Hansen said: "Mother Nature."

Significant climatic "extreme events" were now occurring over 10 to 15 per cent of the planet annually, whereas between 1950 to 1980 they occurred over less than 1 per cent. He added: "So in places like Texas this year, Moscow last year, and Europe in 2003, the climate change is so big that they are undeniable. Within 10 to 15 years they're going to occur over 15 to 20 per cent of the planet, so people have to notice that the climate is changing."

Burning issue: Hansen's evidence that the world is hotting up

Texas, summer 2011

The US state this year has had its driest summer since record-keeping began in 1895, with 75 per cent of the state classified as "exceptional drought", the worst level. Shortages of grass, hay and water have forced ranchers to thin their herds – where this cow died, in the San Angelo area, there has been less than three inches of rain.

Moscow, August 2010

Russia experienced its hottest-ever summer last year – for weeks, a large portion of European Russia was more than 7 °C (12.6 °F) warmer than normal, and a new national record was set of 44 °C (111 °F). Raging forest fires filled Moscow with smoke, forcing the cancellation of air services and obliging people to don face masks.

Northern Europe, 2003

Shrivelled French grapes at the end of Europe's hottest summer on record, in 2003. The heatwave led to health crises in several countries and more than 40,000 people are thought to have died. Britain experienced its first (and so far only) 100+ F air temperature – 101.3°F (38.5°C) recorded at Brogdale, Kent, on 10 August.

http://www.independent.co.uk/environment/climate-change/global-warning-climate-sceptics-are-winning-the-battle-2368617.html

GLOBAL WARMING BELIEFS

Majorities of Democrats (78%), Independents (71%) and Republicans (53%) believe that

global warming is happening. By contrast, only 34 percent of Tea Party members believe

global warming is happening, while 53 percent say it is not happening.

While 62 percent of Democrats say that global warming is caused mostly by human

activities, most Tea Party members say it is either naturally caused (50%) or isn’t happening

at all (21%).

Democrats are more likely to agree that the record heat waves of the summer of 2010 (not

2011) strengthened their belief that global warming is occurring, while Republicans and Tea

Party members are more likely to disagree.

By contrast, Tea Party members are more likely to agree that the record snowstorms of the

winter of 2010-2011 in the US caused them to question whether global warming is

occurring.

A majority of Democrats (55%) say that most scientists think global warming is happening,

while majorities of Republicans (56%) and Tea Party members (69%) say that there is a lot

of disagreement among scientists about whether or not global warming is happening.

A large majority of Democrats (72%) worry about global warming, compared to 53 percent

of Independents, 38 percent of Republicans, and 24 percent of Tea Party members. Over

half (51%) of Tea Party members say they are not at all worried about global warming.

Nearly half of Democrats (45%) say that global warming is already harming people in the

United States, while 33 percent of Republicans and 51 percent of Tea Party members say it

will never harm people in the United States.

Tea Party members are much more likely to say that they are “very well informed” about

global warming than the other groups. Likewise, they are also much more likely to say they

“do not need any more information” about global warming to make up their mind.

http://environment.yale.edu/climate/files/PoliticsGlobalWarming2011.pdf

Hansen’s admission – “skeptics are winning”

Like what Judith Curry saw recently at NCAR’s seminar, he seems to think it is all about communication.

Part of the problem, he said, was that the climate sceptic lobby employed communications professionals, whereas “scientists are just barely competent at communicating with the public and don’t have the wherewithal to do it.”

Yet sceptics are the ones without any MSM support. So where do they get this idea? Full story here

A few things come to mind that he didn’t cover as other possible reasons skeptics are winning:

1. We don’t hide behind FOIA laws, then circumvent them when we lose. If you’d shared the data when asked, Climategate would never have happened.

2. We don’t rewrite history, either by deleting>morphing commentary like Skepicalscience does, or by creating questionable paleostatistical methods to enable pretending the trees tell us last 900 years were flat without any possible natural variance.

3. We don’t call people on the other side of the debate ugly denigrating names like deniers and flat earthers.

4. We don’t keep trying to link weather patterns/weather events to climate in the face of overwhelming evidence to the contrary.

Burning issue: Hansen’s evidence that the world is hotting up

Moscow, August 2010

Russia experienced its hottest-ever summer last year – for weeks, a large portion of European Russia was more than 7 °C (12.6 °F) warmer than normal, and a new national record was set of 44 °C (111 °F). Raging forest fires filled Moscow with smoke, forcing the cancellation of air services and obliging people to don face masks.

Jim, get a clue, the Moscow heat wave had NOTHING TO DO with global warming. It was a blocking high weather pattern. NOAA’s own work concludes this:

[...]

http://wattsupwiththat.com/2011/10/11/hansens-admission-skeptics-are-winning/

En gros, James Hansen admet que les personnes rejetant l'hypothèse du réchauffement climatique d'origine anthropique (par après les NRCA pour faire court:lol : ), bien improprement « sceptiques » auto proclamés, sont en train de prendre l'avantage aux USA.

Un sondage Yale montre que la perception du réchauffement climatique aux USA prend une allure étrange.

Enfin, la séance d'auto satisfaction d'Antony Watts au sujet de l'article traitant du commentaire de James Hansen.

Sans prétendre détenir la vérité universelle, mais en essayant de prendre un peu de recul et d'aborder le problème sous l'angle de la sociologie, cela n'est quand même pas très rassurant.

Pour James Hansen, chez lui la limite entre science et politique a toujours été flou et il a notamment été arrêté au mois d'Août après avoir manifesté devant la maison blanche, et avait déjà été arrêté deux fois auparavant. Avec Al Gore, il est devenu le plus médiatiques des « alarmistes », et s'est donc exposé à de nombreuses critiques. Il n'en reste pas moins un scientifique de renom ; mais on peut se demander jusqu'à quel point ses prises de positions publiques l'ont desservis et desservis la cause qu'il défend.

Avec le réchauffement climatique, la difficulté de communication entre la science et le grand public a été pleinement révélée. Toute la science du 20ème siècle s'est construite un moment ou l'autre contre « l'intuition », que ce soit pour le chat de Schrödinger, ou l'augmentation des précipitations neigeuses dans un climat se réchauffant. Avec le développement d'Internet s'est développé un retour au tribalisme, où les moyens de communications ont enfermés les gens dans des communautés sans développer les liens sociaux. C'est vrai pour le climat, où chaque site a une étiquette collé dessus, limite souligné en fluo, où les débats sont violents (heureusement que cela reste virtuel d'ailleurs...) dès qu'il y a contact entre les deux communautés. Mais c'est vrai en toute généralité, beaucoup ignorant par exemple qu'une culture millénaire dont les origine remonte à Sumer (j'en ai perdu le nom, désolé... J'irais chercher ce week-end à la médiathèque) a disparu en ce début de siècle, dans une société où l'hyper communication ignore superbement ce genre de faits et où il faut lire des bouquins poussiéreux pour l'apprendre.

Un véritable tribalisme donc où le plus important n'est pas de s'ouvrir au monde mais de rester entre gens convenables ; avec des problèmes de communications énormes derrières.

De plus, à la différence de la Grèce Antique où la rhétorique se base beaucoup sur la persuasion, incarné par Πειθώ, et la volonté de saisir et échanger les points de vues, nous sommes dans une société de l'image, du choc de l'image, qu'elle soit réelle ou figurée. Hansen ne peut s'empêcher d'évoquer la canicule russe, texane, ouest européenne, une image forte, et passe sous silence les derniers hivers qui n'ont pas brillé par leur douceur, loin de là. On fait appelle à l'émotion, à l'affect. Je ne prétends pas non plus que ce soit forcément mieux ou moins bien évidemment, mais je penses qu'il est important de souligner que cela est une condition de la bataille épique des « cherries picking » qui continue encore aujourd'hui. Le besoin incessant d'avoir une image forte pousse à avoir une vue réduite du problème.

Quand on passe au sondage Yale, la première réaction, immédiate en tous cas pour moi, est de voir la kyrielle de biais cognitifs et la faillite de la communication sur les sujets du réchauffement.

Le plus magnifique est sans doute :

Tea Party members are much more likely to say that they are “very well informed” about

global warming than the other groups. Likewise, they are also much more likely to say they

“do not need any more information” about global warming to make up their mind.

Objectivement, c'est un des plus beau cas d'effet Dunning-Kruger. Crument, cet effet décrit que des personnes mal informés d'un problème vont réagir de manière inapproprié et établir des conclusions erronées ; et que ces personnes vont avoir un faux sentiment de supériorité, pensant être « très bien informée(s) » alors que ce n'est pas le cas. Pour le reste, on retrouve le biais cognitif classique, à savoir la dissonance cognitive. Quand un individu est confronté à des éléments incompatibles entre eux (un peu caricaturalement, posséder un char états-unien suçant 20 ou 30 litres au cent et savoir que la Terre se réchauffe suite à l'émission de GES par exemple), cela va provoquer une dissonance cognitive que l'individu va tenter de résoudre. Un mode de résolution est de rejeter les éléments négatifs et donc d'avoir une vision très « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ». Les USA sont capitalistes, vainqueurs du communisme. Donc, la méthode de résolution de la dissonance cognitive la plus courte est de dire que l'écologie n'est qu'une nième dérive gaucho visant à attaquer les USA de l'intérieur. De plus, cela correspond tout à fait au style politique états-unien, qui a une propension marquée pour la paranoïa.

On note également que le grand public ne connait que peu la réalité du monde scientifique. Que cela soit une conspiration ou non, la seule bonne réponse à la question 30 « To the best of your knowledge, what proportion of climate scientists think that global warming is happening? » est de 81% à 100%. Seulement 14% des sondés ont choisi cette réponse, et les démocrates ne font pas tellement mieux à 18%. La différence entre la réalité et la perception est énorme.

Enfin, la réaction d'Antony Watts est elle aussi très révélatrice.

J'hésite entre dire l'adjectif effrayant et magnifique pour qualifier cet extrait :

« If you’d shared the data when asked, Climategate would never have happened. »

Traduit en français et adapté pour l'illustration, cela peut donner quelque chose du genre : « Si tu m'avais laissé me taper ta sœur, je ne serais pas venu te planter avec un schlass hier soir ». Il justifie a posteriori un acte illégal (pirater le CRU) en rejetant la faute sur la victime (ils n'ont pas partagé leurs données). On peut évidemment comprendre que le CRU aurait pu partager ces données, mais voir Antony Watts atteindre un tel niveau dans le biais cognitif et retourner ainsi la situation a un côté quand même effrayant à mon sens. De plus, on peut aussi souligner que le CRU voulait éviter que leurs données servent à tout et n'importe quoi, ce qui est malheureusement arrivé malgré tout après le piratage.

Sinon, Antony Watts a l'air sincèrement convaincu que les NRCA sont ceux sans support médiatiques :

« Part of the problem, he said, was that the climate sceptic lobby employed communications professionals, whereas “scientists are just barely competent at communicating with the public and don’t have the wherewithal to do it.”

Yet sceptics are the ones without any MSM support. » (MSM : Main Stream Media, média de masse en clair).

Quand on connait les programmes de la Fox, qu'en on connait la ligne éditoriale d'Accuweather qui est un des sites météo pro les plus consultés au USA, quand on connait la fréquentation du site d'Antony Watts, on comprend qu'il est en plein bais cognitif à la limite de la psychose et du délire psychotique au sens « psy » du terme. Je suis désolé par contre, je n'ai pas grand chose de concret pour étayer les « quand on connait... », mais je peux vous assurez que c'est la réalité aux USA.

Personnellement, c'est l'inquiétude qui m'a poussé à vous pondre ces tartines. Les USA, c'est loin de chez nous, mais ils restent la première puissance mondiale, les plus gros émetteurs de CO2 et autre GES.

La théorie scientifique n'est pas parfaite, il reste des questions (chaleur des océans, valeur de la sensibilité climatique,...) et les sciences ne sont jamais écrite pour toujours. Malgré tout, le consensus scientifique au sujet du réchauffement, tout comme le consensus au sujet de l'évolution des espèces ou de la dérive des continents, est solide. L'impossibilité de notre société à faire le lien entre les citoyens « lambdas » et la communauté scientifique est un grave échec je penses. Cela remet malheureusement en cause les efforts de lutte contre le réchauffement, car si la situation est encore gérable, le temps joue contre nous et ce n'est pas en 2050, à 550 ppm, +1.5°C réalisé et encore 1.5°C dans le « pipeline » qu'il faudra se réveiller.

On constate qu'avec Internet, le tribalisme dont je parlais s'est accompagné, comme le montre l'étude Yale, d'une confiance démesurée en soi et en ses connaissances. Pour faire un peu dans le réalisme pessimiste, je vois cela comme une échec de notre société, simplement.

L'idée d'humilité, celle de se dire qu'on ne peut pas tout savoir de ce monde, semble avoir disparu.

Je remarque aussi que le plus important n'est pas le fond, mais la forme. Le plus important, c'est de rameuter du monde. Les bouquins récemment vendus sur le sujet montrent à quel point la majorité des gens sont vulnérables aux bonnes grosses évidences, style bon gros rouge qui tâche. Il n'y a souvent qu'un vague fond scientifiquement solide, et quand il est un peu développé, ce n'est que pour mieux confirmer la théorie en donnant l'impression de la remettre en cause. Pour autant, les gens sont sensibles à ces arguments si évidents que même un rude paysan vosgien peut les comprendre ( ² default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> ), et en viennent à douter de tout.

Je penses que ces deux éléments pris ensemble constitue l'autre gros échec de notre société, celle de la perte de confiance dans les instituions. Les politiques, tous des vendus et des pourris et heureusement qu'il y a la Marine sinon je ne voterais pas. Les climatologues, des manipulateurs et tricheurs. Et même chez le médecin, des gens viennent maintenant avec leur certitudes, limite à se demander pourquoi ils ont fait le déplacement. Sans même parler des gars qui tentent de réparer leurres chaudières eux-même, pensant faire mieux que le chauffagiste et économisé des sous. Où, pour raconter un peu ma vie, le gars qui a roulé avec une fuite de liquide de frein, a niqué toute la jante alu et à donner un effet « virage au frein à main » sans toucher le frein à main, pensant que ce n'était pas grave (l'histoire se finit bien quand même, il est passé au garage avant de s'être planté default_laugh.png ).

De plus, ce sont des générations de gosses qui vont être formatés avec cette idée que le réchauffement n'est que de la fumisterie. Et comme pour le caté ou pour le tabac, plus on commence tôt et plus le gosse en sera marqué à l'âge adulte.

La question subsidiaire que je me poses également est de savoir ce qu'il adviendra de ces gosses si à l'âge adulte le réchauffement devient suffisamment important pour créer une très forte dissonance cognitive avec leur apprentissage de jeunesse. Si le réchauffement est suffisamment important, le choc pourrait être violent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alex.   

Pour les fans des modèles et du climat à venir...ou pas, cette semaine dans Nature (désolé si c'est un doublon):

Soleil et hivers Hémisphère N

A+!

Alex.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tomar   

...

beaucoup ignorant par exemple qu'une culture millénaire dont les origine remonte à Sumer (j'en ai perdu le nom, désolé... J'irais chercher ce week-end à la médiathèque) a disparu en ce début de siècle, dans une société où l'hyper communication ignore superbement ce genre de faits et où il faut lire des bouquins poussiéreux pour l'apprendre.

Hello,J'imagine que tu parles des arabes des marais ou Ma'dans du delta de l'Euphrate, dont on fait parfois remonter l'origine aux Sumériens (c'est controversé).

Leur culture a presque disparu en effet.

Et puis, les US ne sont plus le principal émetteur de GES, la Chine leur est passée devant ;o)

However, merci pour la tartine. Le parallèle avec le rejet du darwinisme - beaucoup plus fort outre-Atlantique que chez nous, le créationnisme y est bien présent même chez de brillants chercheurs - est pertinent.

Hopla

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest   
Invité Guest

Hello,

J'imagine que tu parles des arabes des marais ou Ma'dans du delta de l'Euphrate, dont on fait parfois remonter l'origine aux Sumériens (c'est controversé).

Leur culture a presque disparu en effet.

Oui, merci default_thumbup.gif Leur culture n'est pas complétement morte encore et des efforts sont faits malgré tout, pour ne pas être complétement pessimistes.

Et puis, les US ne sont plus le principal émetteur de GES, la Chine leur est passée devant ;o)

C'est vrai, je pensais en fait en terme d'émissions par habitants où les USA restent devant. Mais oui, la Chine émet plus au total.

However, merci pour la tartine.

Hopla

De rien default_flowers.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest   
Invité Guest

Allez, tant pis, pas envie de provoquer une nouvelle émeute.

P.S. : Si certain veulent, j'ai gardé la prose. mais on passe en MP.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Barth61   

J'ai pas lu les autres post encore dont ceux de paix où il nous fait un superbe roman ! default_thumbup1.gif

Non, par contre c'est juste pour donner un lien:

Ici.

Voilà, il y a bien eu des refroidissements et des réchauffements globaux sur notre belle Terre, grâce à l'étude des arbres.

Il y a bien eu un Optimun Médiéval et les températures étaient bien douces, pour ne pas dire " chaude " sur la planète alors que l'être humain ne rejetait pas de C02. Après je ne dis pas que le CO2 n'a pas d'influence ou autre.

default_flowers.gifdefault_clover.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ton analyse est sans doute très intéressante paix, mais elle est vraiment trop politique.

Si on était tous du même bord, ce genre d'analyses ne poserait pas trop de problème. Mais l'unité de ce forum, c'est la passion, pas un consensus sur les problème climato-politiques.

Je n'ai pas le courage de me relire et je ne suis pas doué pour la rhétorique, j'espère donc que la forme n'est pas trop dégeu

Juste pour dire que perso je n'hésite pas à passer 5 minutes pour un message de 5 lignes, histoire de vérifier que tout est bien compréhensible et sans faute.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest   
Invité Guest

Ton analyse est sans doute très intéressante paix, mais elle est vraiment trop politique.

Si on était tous du même bord, ce genre d'analyses ne poserait pas trop de problème. Mais l'unité de ce forum, c'est la passion, pas un consensus sur les problème climato-politiques.

Ouaip, en y réfléchissant je me suis dit la même chose, et j'ai pensé à supprimer le message pour. Maintenant que du monde a réagit, tant pis, mais j’aurais du y réfléchir plus avant de poster.

Juste pour dire que perso je n'hésite pas à passer 5 minutes pour un message de 5 lignes, histoire de vérifier que tout est bien compréhensible et sans faute.

Yep, mais perso je peux me relire 20 fois et ne pas arriver à voir les fautes et les phrases mal tournées. Ne me demander pas pourquoi, je n'en sais rien default_laugh.png

Non, par contre c'est juste pour donner un lien:

Ici.

Voilà, il y a bien eu des refroidissements et des réchauffements globaux sur notre belle Terre, grâce à l'étude des arbres.

Il y a bien eu un Optimun Médiéval et les températures étaient bien douces, pour ne pas dire " chaude " sur la planète alors que l'être humain ne rejetait pas de C02. Après je ne dis pas que le CO2 n'a pas d'influence ou autre.

default_flowers.gifdefault_clover.gif

Il y a une erreur sur le lien

http://notrickszone.com/2011/10/16/tree-rings-show-little-ice-age-and-medieval-warm-period-were-global/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tomar   

Allez, tant pis, pas envie de provoquer une nouvelle émeute.

Ah, dommage, je n'ai pas eu le temps de tout lire.

Assez politique mais c'est inévitable dans ce fil science et société.

En tous cas intéressant, construit et bien argumenté - et tant pis pour les quelques scories d'écriture, franchement on a vu infiniment pire !

Merci de prendre le temps de nous alimenter en posts de ce type, je suis vraiment impressionné par la qualité de tes interventions, sur des sujets très différents.

Et je me demande où tu trouves le temps de nous pondre tout ça !

Pour le cas spécifique de ton post effacé, si tu as gardé ta prose, j'aimerais bien la lire in extenso.

Hopla

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.