Sam49

Suivi de l'englacement au pôle nord

Messages recommandés

Le 07/03/2018 à 22:26, sebb a dit :

Une autre manière de commenter l'évolution de la banquise , à mon sens la plus pertinente avec le volume,  à savoir le nombre de jours passés en record bas dans l'année.

On s'est acharné sur 2012 en raison du record de minimum absolu, mais 2016 a passé bien plus de temps à nous sortir des records qu'en 2012 finalement.

Quand à cette année, ben pour le moment 2018 est "en tête" de ces affligeants records. On ne perd pas de vue que la comparaison ne débute qu'en 2002, même si au rythme où vont les choses, on imagine pas de gros changements dans le classement si on remontait 20 ans plus tôt.

 

https://twitter.com/ZLabe

 

Capture_yrh1.PNG

Sinon il a mis à jour son graph pour Bering, allez le voir, ça se passe de commentaires...

 

Une question Seb sur ce graphique intéressant.

Tu dis que les records bas se font à partir de 2002.

En 2007 par exemple, est-ce un record depuis 2002, ou réanalyse-t'on l'ensemble et on dit alors que c'est un record jusqu'à aujourd'hui ?

Sinon si 2008 était strictement calqué sur 2007....il n'y aurait alors  aucun record  cette année là ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une journée dans une année est considérée comme étant un record, si aucune journée de même date d'une année antérieure n'a atteint ce niveau.

Puis si une année future fait mieux, on ne touche pas à ce record "de l'époque".

Sinon sur ce graph il y a aurait plusieurs milliers de jours par an lol.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai un peu de mal à me faire un avis sur cette saison hivernale en Arctique. Même si elle n'est pas encore finie, l'essentiel de la saison est quand même derrière nous désormais, pour autant je n'arrive pas réellement à appréhender un bilan.

 

Niveau thermique brut, soyons d'accord, c'est (encore une fois) le gros rouge qui tâche. Zack Labe a comme toujours fait une très belle visualisation du problème avec la perspective des dernières décennies :

 

 

Blague à un euro cinquante, on peut même se demander quand est-ce qu'il faudra envisager d'élargir l'échelle pour qu'elle aille au dessus de +5°. Probablement, hélas, d'ici seulement quelques années.

 

Pour autant, niveau volume, on reste dans le "bien moins pire" que l'année dernière, comme si malgré une nouvelle séquence exceptionnellement défavorable thermiquement parlant on avait tout de même réussi à faire tourner un minimum convenablement l'usine à glace. Par rapport à l'année dernière, à date équivalente, on a "produit" quasiment mille kilomètres cube de glace de plus depuis le minimum de septembre, ce qui est loin d'être ridicule.

 

Certes, on me rétorquera que la surface jongle avec les records bas, résultat qui découle presque exclusivement de l'influence d'une situation inédite côté Béring. C'est vrai aussi. Mais au pire des deux, je pense plus utile en vue d'affronter une saison de fonte d'avoir un bon volume concentré dans l'océan central, plutôt que de la glace dispersée vers des latitudes plus basses où elle ne subsistera de toute façon pas à l'été.

 

Une surface en record bas et un volume "moins pire" permet d'ailleurs au rapport des deux, à savoir l'épaisseur, de se situer dans la moyenne basse des dernières années, mais assez loin du triste chiffre de l'année dernière :

 

 

Bpiomas_plot_daily_heff.2sst.png&hash=ef

 

 

 

 

En bref, même si ce n'est bien évidemment pas formidable et loin s'en faut, je trouve qu'on s'en tire pas excessivement mal non plus vu ce qu'on aurait pu craindre. Après, peut-être qu'à force de trop s'habituer à voir des situations déplorables à la fin on en vient à relativiser et trouver pas trop mal des conditions qui nous auraient encore fait bondir il y a quelques années. Pas faux non plus.

 

Reste encore un bon mois pour éventuellement gagner un peu en surface et deux mois pour le volume, mais on ne changera probablement plus significativement les choses. Maintenant, à voir si on va continuer à avoir de la chance sur les conditions synoptiques de la période critique (mai à juillet) .. ou pas.

 

  • J'aime 2
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Si cela se confirme on est parti pour un sacré début de saison de fonte... 

 

80.png

80.png

 

Je suis de plus en plus le forum Arctic sea ice qui est passionnant dans les échanges entre les membres : https://forum.arctic-sea-ice.net/index.php/topic,2278.0.html

Selon ces passionnés on est parti pour une saison de fonte record ou proche du record, on verra ce que cela donnera mais au des vu des projections du modèle CFSV2 (à prendre avec de grosses pincettes), l'Arctique aurait droit à de bonnes bouffées de chaleur durant l'été : http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/CFSv2/htmls/glbT2me3Mon.html

A voir la résistance de la banquise, notamment avec l'épaisseur plus prononcée qu'en 2017, année que l'on avait jugé à fort potentiel de record de fonte (et l'on sait finalement le résultat).

index.php?action=dlattach;topic=119.0;attach=98530;image

 

 

Sinon, on relève également ces derniers temps des anomalies de température océaniques prononcées aux abords de la banquise : 

Forecast Image

 

 

 

Modifié par Yoann44
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

La tendance de fond en janvier est jusqu'à présent autour de -1.5 millions km2 / 30 ans et on sait qu'on ne reverra probablement pas le niveau de 2016.

 

L'englacement estival a un sursaut d'orgueil depuis la catastrophe de 2012 mais il faut être croyant pour dire que cela va résister longtemps.

Modifié par Cotissois 31
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Maintenant que l'on est pratiquement sur, qu'une grand partie de l'océan arctique sera libre de glace dans un horizon de 20 à 50 ans, que va devenir cet endroit?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 37 minutes, jeantou63 a dit :

Bonjour,

 

Maintenant que l'on est pratiquement sur, qu'une grand partie de l'océan arctique sera libre de glace dans un horizon de 20 à 50 ans, que va devenir cet endroit?

 

Pour l'hiver, avec la nuit polaire, ce n'est pas au cours de ce siècle que l'on verra l'Arctique libre de glace.

Par contre en été, l'horizon se compte plutôt en année qu'en décennie...

Dans les années 80, le volume moyen de glace était en fin d'été de 14000 km3

Ces 3 dernières années, on est grosso modo à 4000 km3...

 

Sans commentaire....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Il y a 5 heures, jeantou63 a dit :

Bonjour,

 

Maintenant que l'on est pratiquement sur, qu'une grand partie de l'océan arctique sera libre de glace dans un horizon de 20 à 50 ans, que va devenir cet endroit?

Concrètement

Quand on est proche des pays scandinaves et qu'on peut taper l'incruste dans quelques conférences, ça parait assez évident que au moins les norvégiens ont déjà des idées là dessus depuis assez longtemps. (Développement du trafic maritime de plaisance et tankers, avec des ports partout) Si je me souviens bien pour le Svalbard en autres

http://www.arcex.no/

http://www.highnorthnews.com/op-ed-the-northern-sea-route-is-alive-and-well/

https://www.unis.no/cooperation-agreement-between-unis-and-sintef/

http://www.lecerclepolaire.com/fr/documentation/news-a-views/973-la-chine-devoile-son-jeu-dans-l-arctique

 

Pour les amerlocs et les russes, ils ont anticipés et répondu à cette question depuis longtemps

Une foire d'empoigne géopolitique, avec tout ce qu'il y a de répugnant

Et comme partout et depuis toujours, pour le reste, environnement et ceux qui n'y participeront pas (peuples autochtones), ils se démerderons ou ils crèveront

Modifié par northern lights
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La mise à jour d'avril pour le volume et l'épaisseur. Les anomalies chaudes moins excessives (et même négatives par moments) ont permis de maintenir une progression appréciable des courbes même si les valeurs restent bien basses, en particulier pour le volume (toujours en seconde position des plus faibles pour la période). 

 

6a0133f03a1e37970b01b7c95e2569970b-pi

6a0133f03a1e37970b01b7c95e256d970b-pi

 

 

Pour illustrer à quel point ce mois de mars contraste avec les mois précédents en ce qui concerne les anomalies de températures :

 

1523009911-925t-70n-rank-1.png

 

Mars 2018 se place en 26ᵉ position des plus doux (depuis 1979) alors que l'on occupait confortablement le podium durant les 5 mois précédents.

  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.