Messages recommandés

lothski   

Autre symptôme d'inversion  de dec 2015 :  8  jours de gel à Besançon mais  seulement 6 à 1600m au Chasseral  (normale 25 ) , qui n'a connu aucun jour sans dégel (normale 12 ) et la haut aucun des 31 jours n'a eu une tn sous la tn normale ou une Tx en dessous de la normale ; Tous les jours trop chauds !  C'est bien une référence : celle de l'horreur totale .

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
momo4850   

en voyant la circulation actuelle on remarque que le zonal à du mal a se mettre en route dans les hautes latitudes.

 

l'Hiver pourrai donc être plus froid que les 3 derniers hivers avec d'avantage de circulation méridienne. 

 

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
un Troll   
Il y a 19 heures, gugo a dit :

Euh. Sauf que d'après les prévisions que cette personne à faite, il parle d'un anticyclone continental... Un temps anticyclonique continental provoque du froid en général. Et pas de la chaleur comme l'année passé. Après est ce que ces prévisions seront bonnes cela reste avoir...

Il parle d'un anticyclone continental à géométrie variable possible , je suis pas sur qu'une bestiole centrée sur Autriche/Roumanie jusqu'en Russie/Ukraine  , donc continental , soit très froid en France , hormis des inversions et encore ,

Modifié par un Troll

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
judd   

J'apporterais certainement pas grand chose ici mais je pense que l'on peux avoir une sorte de certitude, c'est que cet hiver devrait être en principe radicalement différent que celui de l'année dernière qui lui, a été dominé par un puissant épisode El Nino.

La Nina (faible) prendra la suite. 

En mon sens, cet hiver ne battra pas les records de douceur mais devrait se situer dans la norme à plus frais.

J'ai constaté que durant les épisodes de Nina, la tendance aux persistances d'HP semble être de mise.

Nous pourrions alors connaître un hiver relativement sec, dominé par des épisodes récurrent de phénomènes de basses couches et d'inversions avec du "faux" froid sur le plancher des vaches et un temps doux sur nos massifs.

Pour ce qui est des flux Zonaux, à mon avis, on peut continuer à s'assoir dessus et il est fort probable de retrouver notre Storm Track soit très haut si les HP dominent entre GB et Europe de l'Ouest où, si on a de la chance, notre Jet courbe assez pour l'envoyer bas en latitude...

A suivre.

 

 

  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à tous pour vos retours, je m'excuse de ne pas avoir forcément le temps de répondre à toutes vos questions, j'essaierais de le faire au fur et à mesure et dans la limite de mes propres connaissances ;)

 

Le 31/08/2016 à 18:41, Canada Goose a dit :

La prévision n'est vraiment pas ma spécialité mais, au vu de ton exposé, j'ai l'impression que ce qui se dessine ne serait pas bon non plus pour le Québec (pour un hiver froid), j'ai bon ?

 

La connaissance du climat d'une région est un élément fondamental pour faire une bonne prévision, qu'il s'agisse d'ailleurs de la prévision d'une dégradation orageuse à J+1, d'une goutte froide à J+5, ou d'une perspective saisonnière à M+3. Et honnêtement, je ne connais pas assez les traits et particularités du climat de Québec pour m'oser à faire une prévision.

 

 

Le 31/08/2016 à 20:03, sastrugis a dit :

Une petite question pour 13-Vents : as-tu réalisé une étude semblable sur les conditions qui avaient précédé les derniers hivers globalement froids sur l'Europe de l'Ouest ?

Si oui, quels indicateurs évoqués dans ta démonstration étaient vraiment différents de ceux de nos derniers "hivers" ?

 

 

Le problème fondamental, c'est que tous les indicateurs ne se valent pas : certains ont un niveau de fiabilité supérieur à d'autres, et cela rend hasardeux les comparaisons que l'on pourrait être tentés de faire d'une année sur l'autre. Tout simplement parce qu'on ne compare pas forcément des choses équivalentes : certaines années on n'a pas véritablement d'indices concrets à avancer, d'autres il va y en avoir plusieurs mais qui vont se contredire.

 

Sur cet aspect, je pense qu'il est beaucoup plus utile de regarder ce qu'il a pu se passer dans les années passées qui présentaient le même type de schéma précurseur, plutôt que de ce comparer à des années qui partaient sur des schémas différents. Je l'ai fait dans les grandes lignes pour l'hiver prochain en comparant pour le moment le comportement de l'indice NAO : on trouve bien le signal d'une NAO plus régulièrement positive en période de fin de cycle solaire (environ +0.5 points de plus d'indice sur l'hiver par rapport à la moyenne des autres années), on retrouve également un signal sur les hivers corrélés à une Niña modoki même si c'est plus faible (environ +0.3 points de plus sur l'hiver). Lorsque les deux sont réunis .. ce n'est arrivé qu'une seule fois donc ce n'est représentatif de quoi que ce soit (mais sans trop de surprise, la NAO a été positive sur l'hiver).

 

J'essaierais de faire des comparaisons plus poussées dans les prochains jours, notamment en montrant les nuances qu'il peut y avoir entre le cadre général et ce qu'il se passe à l'échelle locale, et ce que cela pourrait impliquer pour nos prévisions de l'hiver prochain.

 

 

Le 31/08/2016 à 20:26, Sky Blue a dit :

A ta conclusion j'avais cru comprendre que tes prévisions iraient vers une trame hivernale à dominante ZO, car les mauvaises nouvelles pour toi correspondent à des bonnes pour moi.;)

 

On doit bien pouvoir s'arranger, entre ICéens, pour louer un camion frigorifique et t'y enfermer une semaine ou deux pour cet affront ... :D

 

 

 

Pour le partage, une petite mise à jour sur la QBO par Sam Lillo, c'est très intéressant car il a complété sa représentation graphique de l'indice avec un historique des réchauffements stratosphériques (SSW) mois par mois :

 

QBO.png

 

Ce n'est pas forcément une surprise, on découvre que c'est surtout lorsque la QBO est en phase négative (Est) ou début de phase positive (Ouest) que les réchauffements stratosphériques sont les plus nombreux et les plus intenses. En pleine phase positive et en début de phase négative, ils sont au contraire bien plus rares et bien moindres. Dans des conditions normales, la QBO aurait du être en fin de phase bien négative cet hiver, soit au pile au meilleur moment pour espérer la survenue de tels réchauffements. Du fait de sa sortie complète du cadran normal, on doit faire une croix la dessus. Le plus probable (et c'est l'issue que supposent les spécialistes du domaine, même si c'est une hypothèse), c'est qu'on ait tout simplement "sauté" la phase négative et que l'on reparte sur un démarrage de nouveau cycle positif. Auquel cas, notre hiver se replacerait à quelque chose près au même niveau que celui de l'année dernière au niveau du cycle, soit la phase la moins propice à des SSW. En fait on peut limite se demander si on ne vient pas de se tirer une nouvelle balle dans le pied avec cette histoire.

  • J'aime 10

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
swimmer   

Bonjour

Merci pour toutes tes analyses 13V. Je prends toujours autant de plaisir à les lire. Je crois de toute façon qu'il sera difficile de battre les records de l'hiver 2015/2016. Maigre consolation, j'en conviens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sky Blue   
Invité Sky Blue

Autant décembre 2015 me parait intouchable, autant janvier et surtout février pourrait être largement battu si une synoptique à la décembre justement se mettait en place.

C'est de la supputation je rassure tous le monde.

Il y a 3 heures, TreizeVents a dit :

On doit bien pouvoir s'arranger, entre ICéens, pour louer un camion frigorifique et t'y enfermer une semaine ou deux pour cet affront ... :D

Pourquoi tant de haine.xD

 

Pour autant je suis comme Judd, j'ai du mal à voir un ZO dominant tout l'hiver, les séquences méridiennes me paraissent obligatoires , reste à voir nos positionnements lors de poussées méridiennes d'HP, c'est souvent du quitte ou double pour nous . 

Bon coté ou mauvais coté (doux ou froid).???

Modifié par Sky Blue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre74   

après avoir consulté les différents sites de prévisions saisonnières il semble se dégager une certaine unanimité pour un décembre froid et perturbé puis reprise d'un temps doux pour janvier et février ....tout cela précédé d'un automne doux et sec au moins jusque mi novembre...

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sky Blue   
Invité Sky Blue

Unanimité, je ne sais pas, car pour ECMWF plutôt dans la normal pour décembre, plus doux sur l'Ouest que sur l'Est avec une pluviométrie ne cassant pas 3 pattes à un Canard.(sauf bassin MED)

Encore et toujours des excès thermiques sur les hautes latitudes, mais c'est la normalité maintenant.   

DECEMBRE2016T.png

 

rr 12 2016.png

Un peu pareil pour CFS V2.

cfs-mon_01_T2 122016.png

cfs-mon_01_rr decembre 2016.png

Modifié par Sky Blue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
judd   

Oui Sky, ces cartes corrobore parfaitement avec une absence de flux zonaux.

Ce qui devrait correspondre avec un épisode Nina je crois... plus ou moins.

A voir si cette Nina se confirme réellement ou tend à rester vers le neutre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre74   

ça reste quand même encore très ouvert en tout cas, passionnant à suivre. Quel plaisir tout de même tout ces échanges

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 37 minutes, Pierre74 a dit :

ça reste quand même encore très ouvert en tout cas, passionnant à suivre. Quel plaisir tout de même tout ces échanges

 

Encore heureux qu'une prévision saisonnière concernant une échéance de 3 à 5 mois le soit 

 

Curieux de voir si les indices d'un hiver doux pointés ici par des intervenants reconnus se confirment...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre74   
à l’instant, zorglub71 a dit :

 

Encore heureux qu'une prévision saisonnière concernant une échéance de 3 à 5 mois le soit 

 

Curieux de voir si les indices d'un hiver doux pointés ici par des intervenants reconnus se confirment...

L'hiver dernier la situation a été très vite cernée tout de même, seul l'espoir des hivernophiles dont je fais partie était là pour laisser penser le contraire. Cette année je trouve que c'est plus ouvert que l'an dernier

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sky Blue   
Invité Sky Blue

C'est toujours très ouvert à cette époque de l'année.

Tiens, voila ce que j'écrivais le 4/09/2015.

Citation

En conclusion, c'est comme tous les ans à cette époque, c'est ouvert, sans oublier que le factuel le vrai l'unique nous oriente vers un environnent chaud en général au niveau du globe, que les anomalies positives se multiplient de mois en mois, d'années en années (si-si, je ne parle pas de l'impératrice) ce qui n'exclue en rien un hiver froid sur la France non plus.(ou pas)

La seule chose dont je suis certain, c'est que Janvier sera plus froid que Juillet.

Et bien dites moi, j'ai bien fait avancer le schmilblick les amis.

Ne me demandez pas quelle est ma prévision, car je n'en ai pas à ce jour.

Citation

A voir si cette Nina se confirme réellement ou tend à rester vers le neutre.

Bien faiblarde voir inexistante cet hiver.

nino34Seaadj.gif

 

Modifié par Sky Blue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
prorider   

Après des siècle d’absence sur ces forums je repasse par la, et tombe sur le superbe exposé de 13V.

L'anomalie magistrale de la QBO semble se confirmer, ça vient d'être publié : http://www.nasa.gov/feature/goddard/2016/a-strange-thing-happened-in-the-stratosphere

(l'article complet fait 7 pages pour ceux qui peuvent y avoir accès), je ne suis pas expert de la question mais les modifications à grade échelle de circulation atmosphérique, il me semble que ce n'est pas génial pour les modèles météo en général (pour les prévisions qui sortent à partir des modèles, contrairement à la tienne).

A bientôt

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
williams   
Il y a 6 heures, prorider a dit :

Après des siècle d’absence sur ces forums je repasse par la, et tombe sur le superbe exposé de 13V.

L'anomalie magistrale de la QBO semble se confirmer, ça vient d'être publié : http://www.nasa.gov/feature/goddard/2016/a-strange-thing-happened-in-the-stratosphere

(l'article complet fait 7 pages pour ceux qui peuvent y avoir accès), je ne suis pas expert de la question mais les modifications à grade échelle de circulation atmosphérique, il me semble que ce n'est pas génial pour les modèles météo en général (pour les prévisions qui sortent à partir des modèles, contrairement à la tienne).

A bientôt

 

 

 

Merci pour ces liens mais je suis surpris que pour l'article complet qui fait 7 pages que les 6 dernières pages soient flous :|

 

Est-ce pareil chez vous ?? A quoi cela pourrait venir ??

 

Merci

 

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, williams a dit :

Merci pour ces liens mais je suis surpris que pour l'article complet qui fait 7 pages que les 6 dernières pages soient flous :|

Est-ce pareil chez vous ?? A quoi cela pourrait venir ??

Merci

Williams

 

Parce qu'il faut sortir le porte-monnaie. 

Le résumé et la conclusion de l'étude pour ceux que ça intéresse :

 

The QBO dominates the variability of the tropical stratospheric zonal winds and has impacts on the interannual variability throughout the stratosphere. The 2015–2016 equatorial zonal winds revealed a rapid and highly anomalous QBO phase change in a manner that is unprecedented in the historic (66 year) data record.



 

This QBO anomaly appeared as an “upward displacement” of the westerly phase, accompanied by the development of easterlies at 40 hPa. This westerlies upward displacement appeared to “cutoff” the normal downward propagation of the easterlies, resulting in the shortest 10 hPa easterly phase ever observed in the 1953–2016 record. In a corresponding manner, the easterlies at 40 hPa appeared below this upward displaced westerly, resulting in the shortest westerly phase ever observed in the 1953–2016 record. By the May to late July 2016 period, the QBO appeared to have resumed a normal downward propagation. This QBO anomaly began developing in December 2015 and was fully complete by mid-April 2016. The anomaly’s evolution was relatively steady over the course of this period, suggesting a steady forcing mechanism (or a combination of mechanisms) that supplied a steady forcing. In addition, this QBO anomaly was distinguished by the development of easterlies in the strongest region of the westerlies, where the vertical wind shear was relatively small. Clues to the causes of this QBO anomaly are found in the wind and temperature structure. First, the westerlies at 40 hPa extend from the subtropical jet axis (~30°N) to the Equator for an extended period. The absence of a critical line (zero wind line) would allow propagation of planetary scale Rossby waves from the NH midlatitudes into the tropical region, where they could deposit additional easterly momentum. Second, the anomalous easterlies develop in a weak wind shear; this suggests an anomalous forcing mechanism since the QBO is normally driven by momentum deposition from upward propagating waves in high wind shear levels. Third, the tropical troposphere was much warmer than the 1980–2015 average, while the stratosphere was colder than the 1980–2015 average. This thermal structure was likely a combined result of both the strong 2015–2016 ENSO and climate effects. The QBO is a regular feature of the climate system with predictable skill beyond 3 years [Scaife et al., 2014]. However, the QBO’s predictability is based on models adjusted to imitate its relatively regular past record.

 

The anomalous 2015–2016 QBO evolution may prove to be a challenge to future predictability studies. Because of the unprecedented nature of this anomalous 2015–2016 QBO and its importance to the stratosphere, it is crucial to begin analysis of its causes and implications for the stratospheric-tropospheric system. We plan to continue investigating several aspects of the QBO anomaly, including the dynamical forcing, the evolution of stratospheric trace gases, and the possible relationships to ENSO and climate change. In particular, the role of midlatitude Rossby wave dynamical forcing on the equatorial winds will be studied with the complete MERRA-2 set of diagnostics. Past barotropic model results have highlighted the ability of Rossby waves to sharpen tropical westerly shear zones without changing the magnitude or location of the equatorial westerlies [O’Sullivan, 1997]. MERRA-2 based diagnostics can determine if such a mechanism was modified during the boreal 2015–2016 season.

 

Plus de questions que de réponses au final, ce qui est normal à ce stade. D'autres études sont à attendre là-dessus. 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur cette anomalie de la QBO (cf. forum stratosphère), je ne comprends pas trop "semblent avoir repris leur propagation descendante normale". Sur les graphiques de Berlin et sur le graphique de Sam Lillo, on voit nettement je crois que la phase descendante n'a pas eu lieu. L'article a été publié fin août donc écrit avant août.

Un raisonnement de physique de base nous dit qu'un oscillateur qui bloque sur une phase est soit "cassé" soit bloqué par une force extérieure. Si la phase descendante n'a toujours pas eu lieu, soit la force extérieure est toujours présente (état toujours anormal), soit l'oscillateur est cassé.

Modifié par Cotissois 31
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pablo25   

D'ici fin octobre, le QBO va reprendre sa phase descendante, rien de linéaire! Par ailleurs beaucoup d'hivers passionnants avec une faible nina;) , pas de corrélation sur l'intensité (davantage l'absence de fort Nino, qui joue). Skye, ta représentation Ecmwf va évoluer d'ici novembreB|

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, pablo25 a dit :

D'ici fin octobre, le QBO va reprendre sa phase descendante, rien de linéaire! Par ailleurs beaucoup d'hivers passionnants avec une faible nina;) , pas de corrélation sur l'intensité (davantage l'absence de fort Nino, qui joue). Skye, ta représentation Ecmwf va évoluer d'ici novembreB|

 

Ce qu'il se passe actuellement avec la QBO est inédit, donc sans précédents, comment peux-tu affirmer qu'il va reprendre son cycle négatif ? Honnêtement nous n'en savons rien mon cher pablo.

  • J'aime 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pablo25   
il y a 21 minutes, Julien764 a dit :

 

Ce qu'il se passe actuellement avec la QBO est inédit, donc sans précédents, comment peux-tu affirmer qu'il va reprendre son cycle négatif ? Honnêtement nous n'en savons rien mon cher pablo.

salut Julien, à 30hPa on reste sur un QBO+ qui se prolonge sur 18 mois, un peu comme 1985-86, avec un petit rebond transitoire. Ce qui compte c'est la phase globalement descendante, peu importe la "tronche du graphique";) Attendons un peu....

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, pablo25 a dit :

salut Julien, à 30hPa on reste sur un QBO+ qui se prolonge sur 18 mois, un peu comme 1985-86, avec un petit rebond transitoire. Ce qui compte c'est la phase globalement descendante, peu importe la "tronche du graphique";) Attendons un peu....

 

 

D'ici fin octobre, le QBO va reprendre sa phase descendante, rien de linéaire! 

 

A ce point, tu devrais publier dans une revue scientifique et éclairer la communauté des chercheurs sur la question. Il y'a clairement eu un raté, ce n'est pas anodin, et un minimum d'humilité devrait s'imposer; on en sait rien pour l'instant. Peut être bien que ce n'est qu'un "loupé", peut être bien que non. 

  • J'aime 7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 07/09/2016 à 07:18, pablo25 a dit :

D'ici fin octobre, le QBO va reprendre sa phase descendante, rien de linéaire!

 

 

Le 07/09/2016 à 10:51, pablo25 a dit :

salut Julien, à 30hPa on reste sur un QBO+ qui se prolonge sur 18 mois, un peu comme 1985-86, avec un petit rebond transitoire. Ce qui compte c'est la phase globalement descendante, peu importe la "tronche du graphique";) Attendons un peu....

 

 

Voici le graphique représentant l'évolution exprimée en degrés lissés par semaine des deux indices MQI (qui sont les deux paramètres fondamentaux de la QBO : la direction et la propagation).

 

QBO.png

 

 

Pardon, mais je trouve ça stupéfiant que non seulement tu puisses penser réellement qu'on va régler le problème et revenir dans le rang d'ici la fin du mois prochain, mais qu'en plus tu te permette de l'affirmer sans même utiliser le conditionnel...

 

D'après l'étude publiée sur la revue science, les chercheurs ont réalisé plusieurs simulations numériques sur lesquelles ils reconnaissent qu'ils n'ont pas non plus une fiabilité assurée (impossibilité de comparer les résultats du modèle à un événement précédent, puisque par définition on est dans le domaine du jamais observé auparavant), et ils estiment que le délai de retour au cycle normal devrait se faire sur un délai de 8 à 10 mois. Pour expliquer très sommairement les choses :

 

 

QBO2.png

 

 

On distingue bien sur ce graphique les cycles descendants de la QBO, tantôt positifs (jaune/orange), tantôt négatifs (bleu), qui s'amorcent au sommet de la stratosphère et qui se propagent en descendant vers la basse stratosphère. Début 2016, au moment où nous avons connu le pic de chaleur global consécutif tant à l'arrivée à maturité de l'épisode Niño que des conditions exceptionnelles sur l'hémisphère nord, une importante séquence d'ondes atmosphériques est remontée depuis la troposphère en dessous et s'est propagée dans la basse stratosphère (flèche verte faite à la main sur le graphique). La séquence descendante positive normale, matérialisée par la flèche rouge, a non seulement été bloquée par l'onde qui remontait de la troposphère, mais elle a en plus "rebondi" en remontant en altitude (c'est vraiment cette image d'un rebond qui matérialise le mieux ce qu'il s'est passé). Se faisant, la nouvelle phase négative, qui était en cours d'amorçage au sommet de la stratosphère, s'est tout simplement faite écraser.

 

Le scénario attendu par les chercheurs, et encore une fois on en est au niveau des hypothèses, c'est que la phase positive en cours va repartir du niveau où elle était remonté, à savoir environ 15 à 20 hPa, et reprendre une propagation normale vers le bas. Le cycle prendrait alors la forme que j'ai matérialisé avec les lignes rouges, à savoir quelque chose ressemblant fortement à nouveau cycle positif consécutif. Auquel cas, à 30 hPa, la QBO ne repasserait pas en cycle négatif avant au moins la fin 2017 (et certainement pas d'ici la fin octobre prochain...). Le gros de l'incertitude (encore que c'est toujours une question ouverte : le cycle va t-il reprendre après ce choc ? Probablement que oui d'après les chercheurs, mais fondamentalement on n'a pas de garantie sur l'absence de séquelles durables), c'est en quelque sorte le délai de rebond avant le redémarrage de la phase descendante, le mieux étant de vous le matérialiser avec un dessin :

 

 

QBO3.png

 

 

 

  • J'aime 10

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
meteor   

Cette histoire de QBO est fort intéressante, en soi.

Mais quelle corrélation avec l'hiver en Europe et en France en particulier?

 

Si je regarde la corré NCEP entre T2m pour DJF et QBO, elle est quasi inexistante pour la France en moyenne sur DJF:

 

corrc3a9-qbo.jpg

 

Quand on regarde mois par mois, on aurait un coeff positif plus important (0.2-0.25) en janvier sur la grande moitié nord de la France.

 

En décembre ce serait une très très légère anti corrélation.

Bref, c'est un facteur parmi d'autres semble t-il et le comportement très particulier de la QBO pourrait provenir d'un phénomène ayant bien plus d'influence sur notre hiver.

Cette corrélation NCEP ne serait guère pertinente pour étudier ce cas précis actuel.

Bref, à mon avis, se baser là dessus dans le cadre de la prévi saisonnière me semble peu justifié.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En soit, la QBO prise toute seule n'a un intérêt que très limité en effet et ne nous apprend pas grand chose. La seule relation directe que l'on peut avoir avec elle, c'est qu'on sait qu'une QBO en milieu et fin de phase négative (est) ou au tout début de sa phase positive (ouest), favorise de manière directe et significative l'occurrence de réchauffements stratosphériques soudains (SSW) au dessus de l'hémisphère nord en hiver, avec des conséquences concrètes sur l'organisation troposphérique (indice AO) dans les semaines suivantes. Mais il est difficile de déceler un impact régional précis de manière directe avec la QBO, chaque SSW ayant des conséquences propres au niveau des régions impactées.

 

Cela étant, on constate que la phase de la QBO joue un rôle très important quand on couple son analyse à d'autres facteurs, en premier lieu tous ceux qui ont attrait à l'activité solaire. Par exemple dans la Thèse de Gaelle Ouzeau sur l'influence de la stratosphère sur la variabilité et la prévisibilité hivernale (lien), on a page 22 une illustration du comportement de la stratosphère en hiver lorsque l'activité solaire est faible, selon que l'on soit en cycle positif de la QBO (gauche) ou en cycle négatif (droite) :

 

 

QBO4.png

 

C'est un exemple avec l'activité solaire, mais il y a aussi des conséquences concrètes sur le couplage avec l'ENSO, voir par exemple tout récemment le résumé de l'étude Tropospheric QBO–ENSO Interactions and Differences between the Atlantic and Pacific publiée en février dernier :

 

Citation

L'analyse révèle que les anomalies de la stratosphère équatoriale (QBO) s'étendent vers le bas à la troposphère au dessus du Pacifique nord durant l'hiver boréal durant les épisodes Niña, mais pas durant les épisodes Niño. La dépression des Aléoutiennes est davantage creusée durant les phases positives de la QBO que durant les phases négatives, et le courant jet du Pacifique Nord est décalé vers le nord durant les épisodes Niña. Dans le nord Atlantique, une QBO positive avec la Niña favorise des séquences positives de l'oscillation nord Atlantique (NAO), alors que les phases de QBO négatives avec El Niño favorisent au contraire des séquences négatives de la NAO. Ces observations ont le potentiel d'améliorer la fiabilité des prévisions saisonnières de la troposphère dans l'Atlantique nord et dans le Pacifique nord.

 

Il est évident que si on se limite à regarder la QBO toute seule, on ne peut pas déceler son rôle puisqu'il va justement avoir des impacts opposés selon d'autres oscillations.

 

 

Au passage, on notera donc qu'avec cette étude on retombe, dans les grandes lignes, sur ce que j'avais avancé dans mon analyse d'il y a quelques jours : on n'a pas vraiment de signaux encourageants pour cet hiver. On est en conditions plutôt Niña, et donc avec une QBO qui a décidé de rester positive, ce qui favoriserait plutôt des conditions NAO+.

  • J'aime 8

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.