Jump to content

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Tendances hiver 2022-2023


Recommended Posts

3 hours ago, serge26 said:

Attention quand meme, un flux de sud-est ne serait pas forcement synonyme de froid, mais d'humidité oui surtout dans le sud.

Si les minimums restent sur l'espagne ou le portugal, il pourrait au contraire faire bien doux

 

bien trop tot pour dire mais ca depend de l'origine du flux de SE. Au vu des anomalies de pression positive sur la Russie, la Scandinavie et l'Atlantique Nord, il y aurait une chose a peu près sure c'est qu'il y aurait des masses d'air sans doute glaciales sur une bonne partie du continent. a partir de la et vu les hautes pressions sur la GB il est tres probable qu'avec de telles anomalies on aurait du grand froid a un moment donne. 

 

Perso, une anomalie de pression comme ca sur le mois de Décembre je signe des deux mains tout de suite, car au vu des pressions élevées sur le NE de l'Europe jusqu'a l'est de l'Oural, une extension de l'anticyclone Sibérien sur toute l'Europe ne ferait que peu de doute et donc le potentiel est énorme, comme on en a pas vu depuis 2012 surement. 

 

Bon je m'enflamme, ca n'est que tres hypothétique. Je vais me boire une tisane...

  • Haha 2
Link to post
Share on other sites

  • Replies 267
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

J'veux pas dire, mais ça faisait longtemps !   J'vous passe la page de couverture, en avant première, avec plaisir 🤗 :      PS : certains devraient comprendre ce que vie

Pour résumer à l'écrit ce qui a été dit à l'oral et aussi car j'ai clairement la flemme cette année de publier un parpaing où 19 personnes sur 20 (et encore je suis gentil  ) liront que la conclusion.

La prévision saisonnière à l'aide des indices QBO, PNA, ENSO, activité solaire etc. n'a jamais véritablement fonctionné. C'est pas parce que certains intervenants avaient l'air sur d'eux ces dernières

Posted Images

2 hours ago, Sky blue said:

Analyse très pertinente de Simon Lee, 3 -ème hiver Nina = un copié collé des prévisions MSLP du C3S entre Septembre 2020-2021-2022 pour le trimestre DJF (3 mois d'hiver). On attendra encore un peu pour voir si l'analogie se confirme (ou pas) . Couplage ENSO-STRATO stimulé par la QBO est à suivre comme tous les hivers en fait.???  De là à dire que notre hiver à venir sera ressemblant aux 2 précédents, je ne m'y risquerais* pas à ce jour .!!! 

*Surtout pas ici.🤣

Image

 

Un poil mieux que les hivers precedents (hautes pressions plus a l'ouest sur l'atlantique et donc temps plus perturbe entre des blocages sibériens et HG Atlantiques...?

 

En tout cas c'est l'inverse du CEP :(

Link to post
Share on other sites

Il y a 3 heures, Sky blue a dit :

Analyse très pertinente de Simon Lee, 3 -ème hiver Nina = un copié collé des prévisions MSLP du C3S entre Septembre 2020-2021-2022 pour le trimestre DJF (3 mois d'hiver). On attendra encore un peu pour voir si l'analogie se confirme (ou pas) . Couplage ENSO-STRATO stimulé par la QBO est à suivre comme tous les hivers en fait.???  De là à dire que notre hiver à venir sera ressemblant aux 2 précédents, je ne m'y risquerais* pas à ce jour .!!! 

*Surtout pas ici.🤣

Image

 

J'ai du mal à voir des similitudes dans les trio DJF des 2 précédents hivers.

 

On a eu 1 hiver très humide et un autre sec et anticyclonique!

 

Les 2 ont été doux mais en 2022 il y a 95% de chance d'être au dessus de la moyenne trentenaire sur un trimestre donc la prévision sur ce paramètre n'a pas vraiment d'intérêt (à part tenter de graduer du neutre, au très doux).

 

Bref les cartes d'anomalie du C3S entre Septembre 2020-2021-2022 pour le trimestre DJF (3 mois d'hiver) n'ont vraiment pas d'intérêt je trouve stt au regard de ce qui s'est passé (voir les cartes ci-dessous).

image.png.366f3e138ef9a20363be7f582c913824.pngimage.png.5c939806cd1bfef6302807c8ee736fe3.png

  • J'aime 10
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Posted
Nancy (54) ; Veneux-les-Sablons (77)

Mes prévisions saisonnières pour cet Hiver 2022-2023 :

Avec la crise énergétique à venir, c'est vraiment le PIRE moment possible pour choper un hiver froid et donc COMME PAR HASARD c'est cet hiver qu'on va le choper vous verrez.


Prévisions basées sur la très sérieuse loi de la poisse donc fiabilité : 100%.

- - - - - - -

 

Sinon plus sérieusement, l'éruption volcanique du Hunga-Tonga en janvier dernier a injecté d'énormes quantités de vapeur d'eau dans l'atmosphère, mais genre vraiment énormes (environ 10% de la quantité totale préalable à l'éruption si je dis pas de bêtises). Du coup cet évènement devrait avoir des conséquences assez significatives sur pas mal de phénomènes atmosphériques et compliquer encore plus les prévisions saisonnières. En l'état il me semble qu'il est totalement impossible de prédire l'impact de cette éruption, il existe des hypothèses, mais j'ai vu qu'elles se contredisaient toutes un peu entre elles.

Bref, je suis pas expert de la question, mais je voulais quand même souligné que cette année il y avait ce truc en plus pour mettre le bazar et compliqué encore plus toute tentative de prévisions.

Edited by LuckyFrenchy117
  • J'aime 9
  • Haha 7
Link to post
Share on other sites

Posted
Lyon et parfois Jura en été.
Il y a 4 heures, thib91 a dit :

 

 

Bref les cartes d'anomalie du C3S entre Septembre 2020-2021-2022 pour le trimestre DJF (3 mois d'hiver) n'ont vraiment pas d'intérêt je trouve stt au regard de ce qui s'est passé (voir les cartes ci-dessous).

image.png.366f3e138ef9a20363be7f582c913824.pngimage.png.5c939806cd1bfef6302807c8ee736fe3.png

Ben si, on voit bien que la prévision saisonnière de septembre du C3S 2020/2021/2022 n'est basée que sur l'ENSO (3 ans de Nina comme dénominateur commun) d'où la même prévision initiale. Les résultats sont forcément différents en fin d'hiver, car la Strato (NAM/AO)et la QBO (NAO)ont fait évoluer la prévision et le résultat final lors du bilan. Le point de départ 2022 est le même (Nina) mais le final est diffèrent, notre hiver à venir sera-t-il plus ressemblant à 2021 ou 2022 ou encore différent.???  C'est toujours très ouvert en septembre. 

 

"A ce délai, dans un cadre multi-systèmes, la cloche ENSO (La Niña) sonne le plus fort" via Simon Lee.

 

Pour l'intérêt, c'est toujours relatif si loin des échéances, autant fermer le topic et le réouvrir que début décembre du coup.🤣

Edited by Sky blue
  • J'aime 3
  • Haha 3
Link to post
Share on other sites

12 hours ago, LuckyFrenchy117 said:

Mes prévisions saisonnières pour cet Hiver 2022-2023 :

Avec la crise énergétique à venir, c'est vraiment le PIRE moment possible pour choper un hiver froid et donc COMME PAR HASARD c'est cet hiver qu'on va le choper vous verrez.


Prévisions basées sur la très sérieuse loi de la poisse donc fiabilité : 100%.

- - - - - - -

 

Sinon plus sérieusement, l'éruption volcanique du Hunga-Tonga en janvier dernier a injecté d'énormes quantités de vapeur d'eau dans l'atmosphère, mais genre vraiment énormes (environ 10% de la quantité totale préalable à l'éruption si je dis pas de bêtises). Du coup cet évènement devrait avoir des conséquences assez significatives sur pas mal de phénomènes atmosphériques et compliquer encore plus les prévisions saisonnières. En l'état il me semble qu'il est totalement impossible de prédire l'impact de cette éruption, il existe des hypothèses, mais j'ai vu qu'elles se contredisaient toutes un peu entre elles.

Bref, je suis pas expert de la question, mais je voulais quand même souligné que cette année il y avait ce truc en plus pour mettre le bazar et compliqué encore plus toute tentative de prévisions.

 

Pour ton 1/ je me disais la meme chose. D'un point de vu historique ca se vérifie pas mal particulièrement lors des années de guerre en Europe: les hivers 1941/42 et 1942/43 tres éprouvant sur le front de l'Est, l'hiver 1939/40 et la guerre d'hiver entre les Soviétiques et les Finlandais, l'hiver 1916/17, plus rude de la période 1896-1928 pendant la premiere guerre mondiale, l'hiver 1870/71 pendant la guerre Franco-Prussienne, et bien sur la forte vague de froid tres précoce de fin novembre / debut Decembre 1812 pendant la retraite Napoléonienne de Russie...

 

Bref Sur les derniers siècles en Europe les hivers en période de Guerre ont tendance a être particulièrement mémorables. Bien sur il n'y a pas d'explications scientifiques au de la du coup de malchance (ou de chance pour les armées defendant leurs frontières puisque des conditions hivernales ont tendance a causer de plus gros problèmes aux envahisseurs).

 

Pour ton deux, j'ai remarque que durant cet hiver Austral, on a eu des grosses anomalies negatives recurrentes sur les temperatures au niveau de l'Antarctique, et c'est souvent ce qui limitait en partie l'excédentaire thermique mondial. Les continents de l'HS ont connu de belles vagues de froid semble t il (Amérique du Sud, Afrique du Sud, mais surtout l'Australie ou des records absolus de froid avaient été battus au debut de l'hiver je crois). Bien sur il y a aussi eu des coups de douceur remarquables (en NZ récemment, en Afrique du Sud ainsi qu'en Amérique du Sud). Seul l'Australie aurait véritablement connu un hiver froid semble t il. 

 

Je ne sais pas si l'eruption du Hunga Tunga a quoi que se soit a voir avec ca, mais comme tu le précises, il y a eu des consequences tres notables dans la stratosphere. Un bon article ci dessous mais en anglais:

 

 

https://www.npr.org/2022/08/03/1115378385/tonga-volcano-stratosphere-water-warming

 

 

On y lit que la vapeur d'eau ayant plutôt un effet de serre que de refroidissement, les scientifiques s'attendent plutôt a une hausse de la temperature dans les basses couches de l'atmosphere plutôt qu'a un refroidissement. Ceci dit, il reste a determiner si ca aura aussi des effets sur la circulation atmosphérique - pas de scenario privilégié sur ce point jusqu'ici. 

 

 

 

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

Salut je me permets de mettre un lien vers une petite etude que j'avais faite cet été sur les cycles d'hivers rudes en Europe de l'Ouest. 

 

 

En gros j'ai utilisé les données de TM mensuelles disponibles sur le site de Wetterzentrale.

 

J'ai utilisé plusieurs méthodes, notamment l'une ou je corrige les TM en utilisant l'anomalie par rapport aux normes pour lisser les effets de changements climatiques / de localisations des points de mesures / materiel utilise etc, et une ou, plutôt que de compter les mois qui atteignent un certain seuil, je pondère par l'anomalie. Plus de details dans le topic bien sur, mais l'idée est surtout de voir l'evolution statistique de large anomalies froides en période hivernale, dans une situation imaginée avec un climat stable, mesures similaires etc...

 

En gros il en ressort que:

 

  • Il y a clairement des cycles d'hivers plus rudes en Europe sur des périodes multi-décennales, entrecoupés par des cycles ou les hivers rudes sont quasiment absents, eux aussi long de plusieurs dizaines d'années. Par exemple, malgré les hivers de 1709 et 1716, les hivers du debut du 18e siècle (de 1698 a la fin des années 1730) connurent tres peu de grands froids, alors que les VDF furent bien plus régulières de 1760 jusqu'au milieu du 19e siècle (ou meme entre 1940 et 1987, période pourtant largement plus douce en terme de climat). On rencontre une autre période prolongée avec tres peu d'hivers rudes de la fin du 19e siècle (1895/96) jusqu'a la fin des années 1930, avant que la tendance ne s'inverse brusquement avec l'hiver 1939/40. La encore, le pic d'activité des hivers froids de 1940 au milieu des années 1980, correspond pourtant a une période climatique plus douce que la période 1896-1939. Apres un pic d'activité au milieu du 20e siècle, la fréquence des hivers rudes baisse rapidement a partir des années 1990. Même en prenant en compte le réchauffement climatique, en utilisant les données pondérées et en corrigeant vs l'anomalie sur la période 1800-1950, les mois les plus froids des années 1990, 2000 et 2010 sont de manière générale peu exceptionnels meme dans le contexte du climat entre 1991 et 2020. 

 

  • Je n'ai rien trouve pour expliquer ces cycles. Il est bien connu que l'influence de l'activité solaire a causé une baisse de la temperature a la fin du 17e siècle / debut du 18e siècle, ainsi qu'une autre la fin du 18e siècle / debut du 19e, mais le cycle des hivers doux du debut du 18e siècle commence en plein dans le minimum de Maunder, alors la décennie 1940-49, qui a connu les hivers les plus rudes, se trouve en plein maximum solaire. 

 

  • sur les cycles comptant tres peu d'hivers rudes (ce qui ne veut pas dire qu'ils n'en comptent pas, ou qu'il n'y en a pas quelques tres rudes): ces cycles ont tendance a durer une quarantaine d'années (1698-1739; 1896-1939; 1988-??).

 

Pour moi clairement il y aurait un phénomène qu'on ne cerne pas tres bien au niveau de la circulation atmosphérique. J'ai également réalisé une grosse étude sur les hivers d'antan comparant notamment 1986/87, 1984/85, 1962/63, 1955/56, 1941/42, 1939/40, 1928/29, 1892/93, 1879/80, 1837/38, 1829/30, 1795/95, 1788/89 et 1708/09 entre eux a l'échelle européenne (que je posterai un jour quand j'ai le temps), et en gros, pour moi, la raison pour la quelle nous n'avons pas connu de VDF severe depuis 1987 ne tient pas que du RC, mais vient surtout du fait que nous n'avons tout simplement pas connu de situation synoptique comme celles de 1929, 1956 etc ou l'anticyclone Sibérien s'étend jusqu'a l'Europe de l'Ouest pour envoyer dont la provenance se situe a l'Est de l'Oural. Ca a faillit en 2006 (ca s'est arrêté trop a l'Est), et 2012 c'était pas mal non plus, mais pas tout a fait du meme niveau que la majorité les années citées précédemment.

 

Dernière chose, le RC rend la probabilité d'un événement d'intensité identique a 1709 1789 1956 etc a peu près nulle. Donc bien sur il faut modérer ses espoirs de ce cote la. Mais les séries prolongées d'hivers doux comme on en voit depuis la fin des années 1980, avec des hivers ou on ne connait parfois littéralement aucune synoptique froide de tout l'hiver, et plusieurs hivers de suite sans connaitre une synoptique véritablement hivernale durant plus d'une semaine, ne semblent pas être un fait nouveau de notre climat. Ce qui est plutôt rassurant finalement car ca ne serait pas uniquement lie au RC.

 

Bref personnellement je garde espoir!

 

  • J'aime 7
  • Merci 1
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

Le 14/09/2022 à 08:54, Hugo_HK a dit :

Le CEP nous sort le jackpot hivernal, et le cataclysme économique pour Décembre:

 

 

 

 

 

Plusieurs choses :

 

"Jackpot hivernal" probable SI ce scénario venait à se produire, mais pour ma part, ce n'est vraiment pas celui que je privilégierai pour deux raisons :

 

1- C'est à l'opposé complet des sorties précédentes (ECMWF et CFS) qui voyaient des HP sur le proche atlantique, la péninsule ibérique et la France et des BP sur la Scandinavie et la Russie européenne.

2- Cette carte est  globalement incohérente avec les téléconnexions les plus solides identifiées lorsque l'on est en nina, à savoir la présence d'un noyau majeur de bas géopotentiels sur la baie d'Hudson, le Labrador et le Groenland.

 

"Cataclysme économique" : A l'évidence, dans la crise énergétique actuelle, ce ne serait pas le scénario idéal (ZO de Sud-Ouest qui fait déprimer les hivernophiles). Pour autant, les grandes vagues de froid sur l'Europe du Nord ne seraient pas le pire scénario énergétique de cet hiver. Explications :

 

1- Les vents sibériens sur l'Europe du Nord auraient l'avantage de faire tourner les plus de 120mwc d'éoliennes dispersées autour de la mer du Nord. 120mwc, c'est 5X la production nucléaires françaises actuelle. Très loin d'être négligeable donc.

2-Les vents sibériens sur l'Europe du Nord c'est aussi la garantie d'un ensoleillement excédentaire sur cette zone. Alors certes, en décembre, il ne faut pas en attendre des miracles, mais vu la puissance installée, notamment en Allemagne (80mwc dans ce seul pays), ce ne serait pas un apport tout à fait négligeable en journée.

3- Cette configuration apporterait de la douceur sur l'Italie et le Sud-Est européen, or le point faible énergétique de l'Europe cet hiver se trouve précisément dans cette partie du continent (cf chiffres des stocks de gaz paru aujourd'hui Où en sont les stocks de gaz des pays de l’Union européenne ? Visualisez notre tableau de bord (lemonde.fr) ). Plus que l'Allemagne, l'Italie, la Roumanie, la Croatie, la Bulgarie et la Grèce sont les maillons faibles de l'Europe et ils seraient épargnés dans ce scénario.

 

> En fait, le pire scénario serait celui de patator sur la Mer du Nord et l'Allemagne. Pas de vent dans le cœur éolien du continent, des tartines de nuages bas, du froid (modéré mais H24) sous les inversions et du froid sibérien sur le Sud-Est européen s'invitant de temps en temps sur l'Italie...

 

  • J'aime 6
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Posted
Nancy (54) ; Veneux-les-Sablons (77)
Il y a 7 heures, Hugo_HK a dit :

Je ne sais pas si l'eruption du Hunga Tunga a quoi que se soit a voir avec ca, mais comme tu le précises, il y a eu des consequences tres notables dans la stratosphere.

 

Pour l'hiver dernier non parce que l'éruption a eu lieu mi-janvier et que le bazar met du temps à faire son effet donc ça n'a pas eu d'influence (ou très peu).
En revanche pour cet hiver ça devrait en avoir... Reste à savoir ce que ça va faire et si on pourra identifier le truc.

Mais impossible qu'une telle quantité de vapeur d'eau n'ait pas d'effet sur l'atmo.

Après l'effet pour nous ce sera peut-être comme tous les autres indicateurs : Effet aléatoire ne contrebalançant pas le RC.

Link to post
Share on other sites

2 hours ago, LuckyFrenchy117 said:

 

Pour l'hiver dernier non parce que l'éruption a eu lieu mi-janvier et que le bazar met du temps à faire son effet donc ça n'a pas eu d'influence (ou très peu).
En revanche pour cet hiver ça devrait en avoir... Reste à savoir ce que ça va faire et si on pourra identifier le truc.

Mais impossible qu'une telle quantité de vapeur d'eau n'ait pas d'effet sur l'atmo.

Après l'effet pour nous ce sera peut-être comme tous les autres indicateurs : Effet aléatoire ne contrebalançant pas le RC.

 

je parle de l'Hoover australe donc cet été pour nous

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

4 hours ago, Quercus said:

 

Plusieurs choses :

 

"Jackpot hivernal" probable SI ce scénario venait à se produire, mais pour ma part, ce n'est vraiment pas celui que je privilégierai pour deux raisons :

 

1- C'est à l'opposé complet des sorties précédentes (ECMWF et CFS) qui voyaient des HP sur le proche atlantique, la péninsule ibérique et la France et des BP sur la Scandinavie et la Russie européenne.

2- Cette carte est  globalement incohérente avec les téléconnexions les plus solides identifiées lorsque l'on est en nina, à savoir la présence d'un noyau majeur de bas géopotentiels sur la baie d'Hudson, le Labrador et le Groenland.

 

"Cataclysme économique" : A l'évidence, dans la crise énergétique actuelle, ce ne serait pas le scénario idéal (ZO de Sud-Ouest qui fait déprimer les hivernophiles). Pour autant, les grandes vagues de froid sur l'Europe du Nord ne seraient pas le pire scénario énergétique de cet hiver. Explications :

 

1- Les vents sibériens sur l'Europe du Nord auraient l'avantage de faire tourner les plus de 120mwc d'éoliennes dispersées autour de la mer du Nord. 120mwc, c'est 5X la production nucléaires françaises actuelle. Très loin d'être négligeable donc.

2-Les vents sibériens sur l'Europe du Nord c'est aussi la garantie d'un ensoleillement excédentaire sur cette zone. Alors certes, en décembre, il ne faut pas en attendre des miracles, mais vu la puissance installée, notamment en Allemagne (80mwc dans ce seul pays), ce ne serait pas un apport tout à fait négligeable en journée.

3- Cette configuration apporterait de la douceur sur l'Italie et le Sud-Est européen, or le point faible énergétique de l'Europe cet hiver se trouve précisément dans cette partie du continent (cf chiffres des stocks de gaz paru aujourd'hui Où en sont les stocks de gaz des pays de l’Union européenne ? Visualisez notre tableau de bord (lemonde.fr) ). Plus que l'Allemagne, l'Italie, la Roumanie, la Croatie, la Bulgarie et la Grèce sont les maillons faibles de l'Europe et ils seraient épargnés dans ce scénario.

 

> En fait, le pire scénario serait celui de patator sur la Mer du Nord et l'Allemagne. Pas de vent dans le cœur éolien du continent, des tartines de nuages bas, du froid (modéré mais H24) sous les inversions et du froid sibérien sur le Sud-Est européen s'invitant de temps en temps sur l'Italie...

 

 

Je suis d'accord que ce scenario est peu probable. Ceci dit les périodes Nina, moi je reste TRES sceptique qu'elles ont une influence majeure en Europe. Dans le Pacifique NO oui, mais chez nous...

 

image.thumb.png.5bc5a3616d940fe35db0535d67ad350b.png

 

Dans le tableau ci dessus, en raisonnant a l'échelle européenne (et non pas seulement la France):

 

les Nina fortes ont clairement connu des hivers surtout doux, meme si 2010/11 fut en vrai memorable pour son froid neigeux sur une bonne partie de l'Europe.

 

Les ninas moderees, on ne compte que 2021/22 qui fut tres doux en Europe, alors que les autres ont tous connu de belles périodes froides et neigeuses, et meme des VDF sévères en 56, 71, Dec 1995 en Europe du Nord, 2012.

 

Les ninas faibles, on a de tout y compris du tres doux en 2000/2001 et 1974/75, du glacial comme 1984/85 et 2005/2006 et des beaux episodes hivernaux en 2008/2009 et 2017/2018...

 

Meme chose pour les el Nino ou il n'y a pas de vraie tendance 

 

Bref moi je n'adhere pas a la team ENSO quand il s'agit d'expliquer la météo hivernale en Europe... 

 

Dernière chose, je ne partage pas vraiment ton optimisme en terme des impacts économiques potentiels dans le cas d'une influence Sibérienne cet hiver, notamment parce que les reserves de gaz naturel ne représente qu'une portion de nos besoins en gaz en hiver, le reste venant d'approvisionnement pendant les mois d'hivers, de Russie notamment (et ca on n'en aura pas ou peu cet hiver). Meme en étant a 100% des reserves pleines, ca ne suffira pas (et on en sera meme assez loin: je ne retrouve plus l'article, mais pour la plupart des pays européens, les reserves de gaz pleines a 100% ne représentent que 40% a 80% de la consommation hivernale moyenne). 

 

En terme de vent, effectivement c'est pas mal pour la mer du nord mais en general on a aussi pas mal de jours avec vent nul dans ce type de situation, lorsque l'anticyclone s'affaisse sur la mer du Nord / Norvège  / Ecosse justement...

 

Perso je pense que ca serait pannes de courant et rationnement a gogo. 

 

 

Edited by Hugo_HK
  • J'aime 4
Link to post
Share on other sites

Il y a 14 heures, Hugo_HK a dit :

Pour ton deux, j'ai remarque que durant cet hiver Austral, on a eu des grosses anomalies negatives recurrentes sur les temperatures au niveau de l'Antarctique, et c'est souvent ce qui limitait en partie l'excédentaire thermique mondial. Les continents de l'HS ont connu de belles vagues de froid semble t il (Amérique du Sud, Afrique du Sud, mais surtout l'Australie ou des records absolus de froid avaient été battus au debut de l'hiver je crois). Bien sur il y a aussi eu des coups de douceur remarquables (en NZ récemment, en Afrique du Sud ainsi qu'en Amérique du Sud). Seul l'Australie aurait véritablement connu un hiver froid semble t il. 

 

Je ne sais pas si l'eruption du Hunga Tunga a quoi que se soit a voir avec ca, mais comme tu le précises, il y a eu des consequences tres notables dans la stratosphere.

On aura peut-être échappé aux 50°c cet été 😉

Link to post
Share on other sites

Posted
Chambéry (Savoie, 73), 280m

Bonjour,

 

Comme par hasard avec la chance qu'on a, on va se taper l'hiver de la décennie pile quand on manque d'énergie vous allez voir :P 

Les indices sont très partagés pour cet hiver avec des logiques clairement NAO+ et d'autres clairement NAO-. Alors va-t-on diner aux chandelles le soir cet hiver ? La question qu'on se pose en vocal ce soir sur le discord partenaire (bannière du forum ou ici pour venir https://discordapp.com/invite/VpvTYqr),  possibilité de poser ses questions dans un tchat textuelle, possibilité de participer oralement ou juste venir écouter ! On reviendra indice par indice et modèle par modèle sur les tendances qui se dégagent ! 


Pour devenir membre répondez au message privée en haut à gauche une fois sur le discord !

A ce soir ;)

Edited by gugo
  • J'aime 5
  • Merci 1
  • Supportive 1
Link to post
Share on other sites

Posted
Bourgoin-Jallieu (38)
Il y a 12 heures, Quercus a dit :

 

> En fait, le pire scénario serait celui de patator sur la Mer du Nord et l'Allemagne. Pas de vent dans le cœur éolien du continent, des tartines de nuages bas, du froid (modéré mais H24) sous les inversions et du froid sibérien sur le Sud-Est européen s'invitant de temps en temps sur l'Italie...

 

 

Avant de lire ton message, j'étais en train de repenser à l'épisode de froid sec de décembre 2007. Je pense que c'est typiquement le genre de situation qui pourrait mettre sous tension notre énergie. 

 

 0.png.a34f11097275cc4a7bd99a854eb06b5e.png

Edited by Charly-C
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

On a de tout dans les previsions, je trouve que ca illustre un peu ce que je disais hier a propos de prévisions en période la Nina pour l'hiver: 

 

  • La constante c'est des HG surpuissants sur le Pacifique avec sans doutes de bons coups de froids au Canada et NO des US
  • L'arctique on a un scenario avec vortex polaire hyper concentre sur le DWD (en fait continuation de la synoptique depuis le debut de cette année sur ce modele, la poisse totale, sécheresse, hiver morne etc...). UKMO -> vortex polaire plutôt concentre aussi.
  • Europe de l'Ouest on en a pour tous les gouts: humide de saison a avec le CMCC, ultra sec et morne avec le DWD, tres humide et agite avec le ECCC, NCEP et a un degrés moindre UKMO, probablement froid et sec avec le ECMWF, idem avec JMA, et doux et plutôt anticyclonique avec le modele MF...
  • 5 scenarios a NAO pluton positive, 3 scenarios pluton negatives (CMCC, JMA et ECMWF). 

 

 

 

 

c'est comme au casino: faites vos jeux, mais pariez que ce que vous pouvez vous permettre de perdre...

 

  • J'aime 1
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Il y a 11 heures, Charly-C a dit :

 

Avant de lire ton message, j'étais en train de repenser à l'épisode de froid sec de décembre 2007. Je pense que c'est typiquement le genre de situation qui pourrait mettre sous tension notre énergie. 

 

 0.png.a34f11097275cc4a7bd99a854eb06b5e.png

 

Exact, ça, c'est la carte qu'il faut espérer ne pas trop voir cet hiver (d'un point de vue énergétique s'entend).

 

Néanmoins, il faut savoir raison garder et ne pas céder aux sirènes volontairement catastrophistes du Kremlin, de ses trolls et des "idiots utiles".

 

Les pays européens sont parvenus à remplir beaucoup plus vite que prévu leurs réserves de gaz. Même si ces réserves ne permettent pas de tenir l'hiver, il ne faut pas oublier que l'approvisionnement par tubes (mer du Nord -Algérie) se maintiendra et que l'approvisionnement par GNL devrait même continuer à s'intensifier grâce aux adaptations réalisées en urgence ces derniers mois (exemple en Allemagne Allemagne: un nouveau projet de terminal flottant GNL, avec la participation d'Engie (bfmtv.com)). Si l'on ajoute à cela le redémarrage programmée (et déjà commencé) des centrales nucléaires françaises cet automne, on peut déjà considérer qu'il n'y aura pas de problèmes (en dehors du prix) en Espagne, Portugal, France, Irlande, Royaume-Uni, Scandinavie, pays baltes, Pologne, Autriche. Ça, c'est acquis et c'est pas rien !! La Hongrie a fait le choix politique de soutenir Moscou, elle est donc elle aussi assurée d'être au chaud cet hiver.

 

Finalement, l'interrogation se porte donc sur quelques "petits" pays du Sud-Est européen et d'Europe centrale (Slovaquie, Bulgarie, Grèce...), ainsi que sur l'Allemagne, l'Italie et le Benelux.

> Côté Allemagne et Benelux, il y a eu des mesures de prises (économies d'énergies, interconnexions avec les pays excédentaires les plus occidentaux du continent)  et un parc éolien qui me font penser qu'il n'y a pas trop à s'inquiéter.

> Reste donc les gros points noirs que sont l'Italie et les pays du Sud-Est européen qui sont eux plus isolés et globalement dépourvus de sources d'énergie renouvelables. Dans ces pays, si l'hiver est durablement froid, il y aura en effet de sérieux problèmes énergétiques. Néanmoins, si quelques grosses entreprises consommatrices doivent cesser la production pendant quelques semaines, on atteindra jamais le "choc" économique de la crise COVID

 

En fait, seule une série de cyclones exceptionnelle sur le golfe du Mexique semble à même de poser un problème d'approvisionnement en gaz vraiment sérieux. De ce côté-là, on ne voit rien venir et d'ici un mois on pourra considérer que l'essentiel du "danger" sera derrière nous.

 

Fin du HS:

 

Sinon, CFS (que je regarde toujours avec attention pour la prévi saisonnière) continu de parier sur un début d'hiver très doux suivi d'un cœur d'hiver proche des normes (températures) mais à la fois venté et humide (ce qui serait une très bonne chose à plus d'un titre...). En tout cas, rien d'inquiétant selon ce modèle qui affiche une certaine fiabilité ces dernières années.

CFS ici CFS Model – MSLP Anomaly for Europe | Tropical Tidbits

 

 

 

 

 

  • J'aime 4
  • Merci 2
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

Ça me fait marrer ces discussions sur les problèmes énergétiques si un hiver froid survenait pour se donner bonne conscience.

Soyons francs, ce topic est et a toujours été orienté pour la recherche de scénarios froids, le mieux est de jouer le jeu.🙂

 

 

 

  • J'aime 4
  • Merci 6
  • Haha 6
Link to post
Share on other sites

Si un scénarios de type froids avec -5° et une neige qui fond ensuite le soir même, on auras déjà eu un gros hiver vs 2021-2022 :D 

  • Haha 5
Link to post
Share on other sites

Posted
Nastringues (24) & parfois Tercis-les-Bains (40)
il y a 58 minutes, Jack75 a dit :

Ça me fait marrer ces discussions sur les problèmes énergétiques si un hiver froid survenait pour se donner bonne conscience.

Soyons francs, ce topic est et a toujours été orienté pour la recherche de scénarios froids, le mieux est de jouer le jeu.🙂

 

Surtout que, ça ne changera absolument rien à l'histoire. S'il doit faire froid, ce sera le cas et si l'hiver s'avère doux, bah ce sera aussi le cas sans que nous puissions y changer quelque chose. Pour ma part, j'espère l'hiver qui va enfin changer la donne avec des déficits mensuels de T°c et si possible, quelques épisodes de neige. Je suis déjà en parallèle préparé mentalement et matériellement surtout, si cela venait à poser des problèmes au niveau de l'énergie. Allier l'anticipation avec la passion en météo, ça peut permettre d'affronter les événements avec plus de sérénités, tout en les appréciant complétement, au moment venu 😁. Mais je suis d'accord qu'être en adéquation avec ses envies météo (tout en évitant de les cacher) publiquement, c'est primordial et important. Après, si ça effleure certaines sensibilités climatologiques, j'ai envie de dire : 🥱🥱.

 

Sinon, je ne sais pas si ce modèle est complétement à jour, mais CS3 continue de balancer pour le trimestre N-D-J, des anomalies " + " modérées de pression souvent sur le proche atlantique ou dans les parages du Labrador / Groenland. Je ne suis pas un spécialiste en tendances saisonnières, et je vais avoir difficilement avoir un avis sur ce qui pourrait nous attendre et si c'est un signal à prendre en compte, ou pas...

 

  • J'aime 7
  • Saf 1
Link to post
Share on other sites

Posted
Lyon et parfois Jura en été.
Il y a 5 heures, Jack75 a dit :

Ça me fait marrer ces discussions sur les problèmes énergétiques si un hiver froid survenait pour se donner bonne conscience.

Soyons francs, ce topic est et a toujours été orienté pour la recherche de scénarios froids, le mieux est de jouer le jeu.🙂

 

 

 

didier-deschamps-mince.png

  • J'aime 1
  • Surprise 2
Link to post
Share on other sites

Posted
Aubagne (13400)

Un hiver à la 1962-63 reste théoriquement et statistiquement possible. En tout état de cause, les prévis saisonnières n'envoient aucun signal en ce sens, ce qui n'est guère étonnant.

Chacun voit midi à sa porte. Il me semble que, pour la plupart des hivernophiles, avoir deux ou trois séquences froides et neigeuses durant quelques jours seraient déjà une grande joie ! :D

Ce sont des évènements hautes fréquences, non décelable et hors du champ de la prévis saisonnière, quand bien même celle-ci opterait pour une NAO+ record.

 

L'ENSO n'a jamais été un élément fiable pour la prévi européenne, c'est plus du fantasme d'hivernophiles recherchant tous les prétextes pour croire à un hiver anormalement froid. Négative ou positive, de tel ou tel type, l'ENSO a une influence contradictoire et bruitée car elle est indirecte, interagissant avec d'autres indices plus directement liés avec l'Europe et, plus généralement, la zone Atlantique-Europe.

 

La discussion sur l'énergie a sa place sur le topic, je trouve, puisque c'est justement son but premier. Fournir de grandes lignes pour anticiper les besoins énergétiques, de transports, d'agricultures, etc. C'est donc naturel qu'elle soit généralement inefficace à répondre à nos souhaits.

Pour autant, on peut en discuter, en prenant soin de ne pas se focaliser sur son coin de jardin.

 

 

Je resterai sur décembre, c'est déjà suffisamment éloigné et permet de visualiser l'évolution des modélisations.

On a deux éléments persistants depuis au moins juillet :

- une anomalie négative en Méditerranée et jusqu'aux côtes américaines ;

- une anomalie positive sur le nord de l'Atlantique.

 

On peut en déduire directement, me semble-t-il, un affaiblissement de la circulation d'ouest, plus ou moins marqué. Le modèle d'ECMWF voit cet affaiblissement comme fort (gradient ++ -> possibilités plus élevées de blocage) alors que le modèle de MF l'envisage faible (gradient +).

On peut en déduire aussi que l'influence océanique tempérée serait climatologiquement contrariée : déficit pluviométrique sur la façade ouest du continent, excédent possible sur le sud et le nord du continent (humidité méditerranéenne, humidité subpolaire). Côté température, plus fort sera l'affaiblissement du flux d'ouest, plus grande seront les probabilités d'avoir une ou deux séquences froides (anomalies marquées) : une modélisation d'ECMWF (et du DWD et d'EC) serait de ce type. La probabilité avec le modèle de MF serait plus faible. Celle du modèle du NCEP encore moins.

 

=> En conséquence, l'évolution majoritaire pour décembre table sur un déficit en précipitation (nombre de jours avec pluies), plus prononcé vers les côtes atlantiques européennes, s'amenuisant voire s'inversant, en allant vers le nord (Scandinavie) et le sud (Méditerranée). Sur le plan thermique, le mois se solderait par des périodes contrastées avec donc des possibilités de moments froids supérieurs aux moyennes.

 

Note 1 : à l'échelle européenne

Note 2 : selon les modélisations uniquement

  • J'aime 9
  • Merci 3
Link to post
Share on other sites

Posted
Nancy (54) ; Veneux-les-Sablons (77)

De toute façon cet hiver on sera forcément perdants...

Si il fait froid c'est cool niveau passion météo mais c'est nul vis à vis de la crise énergétique.
Je peux concevoir que pour certains ici ce ne soit pas un problème mais déjà on est pas tous riches et ensuite on habite pas tous dans une baraque disposant de sources de chauffages alternatives... Bref.

 

Ensuite si il fait chaud ben cool pas de problèmes de ce côté là... Mais ça veut dire que du coup on aura un hiver pourri comme tous les ans.
Conclusion : Dans tous les cas ce sera pourri voilà.

 

- - - - -

 

Ensuite niveau prévisions saisonnières ça sert à rien de se fatigué c'est toujours la même chose :

- Les modèles météos voient un hiver doux.
- Mais ils peuvent toujours se tromper.
- Statistiquement c'est plus probable qu'il fasse doux.
- Mais il y a toujours des exceptions.
- Bref personne a la moindre idée de comment sera cet hiver juste que c'est plus probable qu'il soit doux et anticyclonique (sec).

Edited by LuckyFrenchy117
  • J'aime 1
  • Haha 5
Link to post
Share on other sites

Posted
Valence (26 proche 07) Altitude 127 Mètres
Il y a 3 heures, sofiane blanc mesnil a dit :

Bonjour

 

Lors des hivers précédents nous avions des prévisions poussées ici même , alors que là , ça devient le café du commerce depuis ces dernières semaines 

 

Merci

 

Je suis assez d'accord (je n'en veut pas à ceux qui "remplissent" la discussion), les prévisions était plus poussés l'année dernière. C'est aussi à cause de l'absence de @lolman123. Dommage.

 

EDIT : Je nuance cependant mes propos. Ce que je veut dire, c'est que le topic était plus "nourrit" l'année dernière. Il y a bien sûr des postes très intéressant, par exemple de @_sb ou de @Quercus.

Edited by stormi26
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Posted
Fréjus - Saint Raphael (83)

Rien ne vous interdit de poster des analyses sur ce topic :)

 

Bizarrement on attend moins les gens se plaindre du manque regrettable de messages sur les topic des prévisions saisonnière printemps, été ou automne, saisons pourtant (pour moi) bien plus intéressantes que l'hiver français qui devient de plus en plus insipide.

 

Malheureusement (ou heureusement par les temps qui courent?) la réalité c'est qu'il est plus probable que l'hiver prochain soit plus doux que la normale, que l'inverse, et sa sera la même chose pour l'hiver 2023-2024 et ainsi de suite.

C'est pas une prévision, mais juste des stats.

 

Heureusement la météorologie n'est pas science exacte, et les ovni climatique existent encore.

  • J'aime 2
  • Merci 1
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...