Benya

Crash d'avion et météorologie

244 messages dans ce sujet

Bonjour à tous.

Bon, ça ne s'éclaircit pas trop sur ce vol; personellement, en étant pilote et en en fréquantant chaque jour, je connait un minimum ce genre de situations pour les avoir étudié ou suivit.

Je ne suis pas un ancien c'est clair; mais voici ce que j'en pense.

Tout d'abord, un éclair ne peut, sauf (et encore) en cas de superbolt ou engin extraordinairement puissant et d'autant plus rare; ne peut qu'au grand maximum couper quelques commandes électroniques de vol.

Impossible de le mettre au tapis avec ça, ils y sont habitués et conçu pour, et avec une bonne marge.

Ensuite, c'est sur qu'un orage se trouvait en effet sur la zone, mais que foutait l'avion dessous ? Ok il a pu être forcé de traverser la zone, c'est envisageable; mais, un avion est aussi habitué à traverser ce genre de zone, et ce n'est pas un pilote avec 30 000h de vol à son actif et presque 60 balais qui va se laisser avoir si facilement par un cb; même si c'est costaud, un A320 tiens la route sans problèmes !

Je doute que la grêle et le vent aient causé quelque chose, à moins que tous les instruments soient morts et que la visibilité soit de 0, auquel cas l'oreille interne n'est plus utile; mais je doute fort (à vrai dire c'est quasi impossible).

Facteurs agravants ? Ok ! Très possible, mais ce n'est pas à mon avis la seule cause, il y a eu un soucis inhabituel, technique, humain, je ne sais pas, mais existant.

Ensuite, un pilote a témoigné avoir vu sur la zone où se trouvait l'avion disparu; des tâches oranges/rouges à la surface de l'eau.

Ce qui est alors d'après lui, des traces de feu.

Là ça se complique, car qui dit feu dit explosions obligatoire; or un avion ne peut exploser suite à un soucis technique, à moins qu'il soit énorme; et pas en touchant la surface après la chute.

Donc ? Abatu ? Attentat ? Soucis technique inhabituel ? Foudre surpuissante et d'une rareté inimaginable ? Je ne sais franchement pas et ne penche pas plus pour une théorie qu'une autre, mais ce n'est pas je pense, une erreur de pilotage.

A suivre, je vais au bahu ! default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

première analyse météo de weathergraphics de la période où l'avion a disparu des radars comme présenté par Evelyne Dheliat dès hier , pas de conditions spécialement ou inhabituellement affreuses mais peut être l'avion était il passé dans une zone de givre ou de grêle particulièrement intense qui aurait pu dépressuriser l'appareil en éclatant vitres carlingue ou autres parties de la structure même de l'avion , l'enquête démarre seulement sans éléments sur lesquels s'appuyer pour le moment laissant court à de nombreuses hypothèses ...

http://www.weathergraphics.com/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca commence à devenir intéresssant à partir de la page 22 ICI.

Bien que ce sont évidemment de simples hypothèses encore à l'heure actuelle, en espérant que les boites noires soient retrouvée d'ici les 29 jours qui arrivent pour espérer en connaitre un peu plus concernant les paramètres de vol. Bien sûr ça prendra des mois, voire des années, mais la direction d'Air France, une nouvelle fois, ne va dans le sens le plus direct en annonçant des causes déjà bien douteuses... comme à leur habitude.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

première analyse météo de weathergraphics de la période où l'avion a disparu des radars comme présenté par Evelyne Dheliat dès hier , pas de conditions spécialement ou inhabituellement affreuses mais peut être l'avion était il passé dans une zone de givre ou de grêle particulièrement intense qui aurait pu dépressuriser l'appareil en éclatant vitres carlingue ou autres parties de la structure même de l'avion , l'enquête démarre seulement sans éléments sur lesquels s'appuyer pour le moment laissant court à de nombreuses hypothèses ...

http://www.weathergraphics.com/

Tout à fait, à lire ça a l'air passionnant! http://www.weathergraphics.com/tim/af447/af447-0215-zoom.jpg

"The satellite imagery indicates that numerous cumulonimbus towers were rising to at least 51,000 ft, and were embedded in extensive stratiform anvils with tops of 35,000 to 45,000 ft. This kind of configuration is actually quite normal for equatorial storms due to the higher tropopause height, but it emphasizes that the aircraft was certainly within the bulk of an extensive cumulonimbus cloud field for a significant amount of time and that storms could indeed have been a contributing factor to the crash. "

Une hypothèse évoquée sur le forum de crash-aerien.com serait que l'avion, peut être aveugle du fait d'un foudroiement ayant mis HS son radar météo, serait rentré dans un Cb, et aurait été aspiré en altitude sous l'effet des courants ascendants, avant peut être tout simplement d'exploser par la surpression de la cabine au delà du plafond habituel d'altitude. Pourtant, il semblerait qu'il y ait un système de valve qui empêche cela... mais c'est sûr qu'entre la grêle, les courants ascendants, le cisaillement et un avion potentiellement projeté 10 000 pieds plus haut que ce pourquoi il est fait, le tout de nuit default_wacko.png ... un vrai enfer...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Brésil aurait localisé des débris d'avions non identifié sur l'Atlantique... peut être localiserons nous enfin l'appareil et en même temps les boites noirs, pour comprendre ce qui s'est passé.

Personnellement l'histoire de la foudre j'y crois moyen... mais bon n'y connaissant rien à l'aéronautique... Je fais juste attention à ce que disent les médias, qui sont capable de sortir n'importe quoi.

http://www.lavoixdunord.fr/France_Monde/ac...ts-par-le.shtml

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un siège d'avion, un gilet de sauvetage et d'autres débris flottant dans l'Atlantique ont été repérés par l'armée brésilienne à 650 km au nord-est de l'île de Fernando de Norohna, à 60 km de distance et à droite de la route qu'aurait dû suivre l'avion d'Air France porté disparu, selon une dépêche Associated Press reproduite sur le site du Nouvel Observateur. Selon Jorge Amaral, porte-parole de l'armée de l'air brésilienne :« Cela suggère qu'il pourrait avoir essayé de faire un virage, peut-être pour retourner à Fernando de Noronha, mais c'est juste une hypothèse. »

Cela veut dire qu'AF 447 serait tombé à proximité d'un lieu aussi improbable qu'inconnu pour ma part: http://fr.wikipedia.org/wiki/Rochers_de_Sa...e_et_Saint-Paul default_huh.png Une sorte de partie émergée de la dorsale nord-atlantique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout à fait, à lire ça a l'air passionnant! http://www.weathergraphics.com/tim/af447/

af447-0215-zoom.jpg

"The satellite imagery indicates that numerous cumulonimbus towers were rising to at least 51,000 ft, and were embedded in extensive stratiform anvils with tops of 35,000 to 45,000 ft. This kind of configuration is actually quite normal for equatorial storms due to the higher tropopause height, but it emphasizes that the aircraft was certainly within the bulk of an extensive cumulonimbus cloud field for a significant amount of time and that storms could indeed have been a contributing factor to the crash. "

Une hypothèse évoquée sur le forum de crash-aerien.com serait que l'avion, peut être aveugle du fait d'un foudroiement ayant mis HS son radar météo, serait rentré dans un Cb, et aurait été aspiré en altitude sous l'effet des courants ascendants, avant peut être tout simplement d'exploser par la surpression de la cabine au delà du plafond habituel d'altitude. Pourtant, il semblerait qu'il y ait un système de valve qui empêche cela... mais c'est sûr qu'entre la grêle, les courants ascendants, le cisaillement et un avion potentiellement projeté 10 000 pieds plus haut que ce pourquoi il est fait, le tout de nuit default_wacko.png ... un vrai enfer...

Vraiment très intéressant! Je n'ai pas tout compris, n'ayant pas une grande maîtrise de l'anglais, mais son analyse est en tout point passionnante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'A310 aurait envoyé un dernier message très important. En effet, Le message dit entre autre que l'appareil présente à sa surface une couche énorme de givre. Je ne sais pas si à l'heure actuelle, cela est confirmée. Je ne sais pas pourquoi ils ont retrouvé ce message aussi tard. Je viens tout juste d'écouter cette information par l'intermédiaire de France Inter vers 22h ce soir.

A suivre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'A310 aurait envoyé un dernier message très important. En effet, Le message dit entre autre que l'appareil présente à sa surface une couche énorme de givre. Je ne sais pas si à l'heure actuelle, cela est confirmée. Je ne sais pas pourquoi ils ont retrouvé ce message aussi tard. Je viens tout juste d'écouter cette information par l'intermédiaire de France Inter vers 22h ce soir.

A suivre.

L' A 330 default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">!

Une nouvelle à suivre alors default_huh.png ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'A310

aurait envoyé un dernier message très important. En effet, Le message dit entre autre que l'appareil présente à sa surface une couche énorme de givre. Je ne sais pas si à l'heure actuelle, cela est confirmée. Je ne sais pas pourquoi ils ont retrouvé ce message aussi tard. Je viens tout juste d'écouter cette information par l'intermédiaire de France Inter vers 22h ce soir.

A 330-200 default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20"> - oui en effet, c'est une nouvelle hypothèse que l'on entend ce soir. Apparemment, dans certaines conditions et en particulier à l'approche d'orage, une couche de givre peut se former en quelques secondes sur l'appareil, l'alourdir de plusieurs tonnes, modifier son profil et réduire sa portance. Et surtout rendre les différents capteurs (notamment de vitesse-air, peut être d'altitude?) inopérants, en tout cas générant des données erronées et détraquant le Pilote Automatique (qui a été déconnecté d'après les messages automatiques) et le système de navigation (assiette, cap). Et ce malgré des systèmes de dégivrage (peut être HS si panne électrique?).

Combiné à de fortes turbulences, AF 447 aurait pu devenir parfaitement incontrôlable, au point même que pendant les 4 min pendant lesquelles l'appareil a émis les messages automatiques de maintenance (les "ACARS"), l'équipage n'a pas eu la possibilité d'émettre de mayday. D'autre part, si la zone d'étalement des débris fait bien 60 km, alors ça va quasiment être impossible de localiser et remonter les boites noires d'ici la fin des 30j pendant lesquelles elles émettent, mais en plus cela signifierait que l'avion s'est disloqué en altitude, et non en touchant la surface de l'Océan.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

le givre ou le givrage pourrait être à l'origine ( à confirmer donc ) de tout une série de phénomènes précipitant la chute de l'appareil

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2...30/920/0/348732

http://www.astrosurf.com/luxorion/meteo-givrage.htm

une situation qui a concerné d'autres appareils ( ex: west caribbean , ou autres )

le Bureau enquête et analyse est en charge du dossier et déterminera si la météo a causé la perte de cet appareil

@ suivre donc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le vol 447, piégé par un climat qui se dégrade d'années en années ?

Selon cet article, les météorologues brésiliens ont constaté une activité plus importante que d'habitude dans la ZCIT et ce depuis quelques années, et la zone où l'airbus a disparu était justement le siège d'une activité convective très intense.

Ce qui implique que ce sont les hommes qui sont indirectement responsables du crash alors .. Puisque c'est à cause de l'homme que le climat se réchauffe et donc c'est aussi pour ça que les orages sont de plus en plus intense ... Ceci dit l'augmentation du traffic aérien a aussi considérablement augmenté les rejets de Co2 dans l'atmosphère ... Du coup c'est un cercle vicieux ... default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Je sais c'est complètement tiré par les cheveux mais on ne pourra jamais savoir si ces orages étaient plus intense que la normal à cause de tel ou tel facteur .. Alors allons voir ailleurs plutôt ..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le vol 447, piégé par un climat qui se dégrade d'années en années ?

Selon cet article, les météorologues brésiliens ont constaté une activité plus importante que d'habitude dans la ZCIT et ce depuis quelques années, et la zone où l'airbus a disparu était justement le siège d'une activité convective très intense.

La rédaction de cet article me laisse perplexe sur les connaissances par le journaliste de son sujet (et d'ailleurs dans les commentaires, certains en font état).A voir aussi sur http://www.eurocockpit.com/ , avec notamment une belle photo prise précisément au large du Brésil à 41 000 pieds, avec des sommets pénétrants atteignant les 55 000 pieds (+ de 16.5 km!)

DSC_3204.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas si la question a déjà été posée mais vu que ce risque a été évoqué c'est possible de la grosse grêle dans des cumulonimbus tropicaux et océaniques ?

Il faudrait une sacré CAPE ou une dynamique de cisaillement très particulière non ?

L'image satellite montre un complexe convectif étendu mais à ces enroits ce n'est pas génialement précis default_sad.png/emoticons/sad@2x.png 2x" width="20" height="20"> Sur weathergaphics, leur analyse est quand même intéressante ..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La rédaction de cet article me laisse perplexe sur les connaissances par le journaliste de son sujet (et d'ailleurs dans les commentaires, certains en font état).

A voir aussi sur http://www.eurocockpit.com/ , avec notamment une belle photo prise précisément au large du Brésil à 41 000 pieds, avec des sommets pénétrants atteignant les 55 000 pieds (+ de 16.5 km!)

Je suis pour ma part également très perplexe sur l'augmentation constaté des orages dans cette zone (d'ailleurs quoi leur fréquence ou leur puissance ?, il semble que l'article mélange en plus un peu les 2), comme si des orages à cet endroit était quelque-chose d'anormal. Je rappelle pour des lecteurs néophytes, que cette zone est l'endroit où naissent "normalement" (entre guillemet car j'insiste sur la normalité de la chose) la plupart des cyclones atteignant l'Est des USA et des Caraïbes entre mai et octobre particulièrement. Et 16.5km d'altitude pour l'équateur ça reste même plutôt du petit gabarit à vrai dire, puisque la tropopause peut monter jusqu'à 20km à cet endroit.

Je ne sais pas si la question a déjà été posée mais vu que ce risque a été évoqué c'est possible de la grosse grêle dans des cumulonimbus tropicaux et océaniques ?

Pourquoi cela ne le serait pas ? La grêle est formée en haute altitude non ?

Voilà, mais ce qui est intéressant, c'est l'info sur l'activité foudre. Maintenant, reste à savoir si des décharges intra nuageuses peuvent être aussi fortes qu'un superbolt, voire d'un très controversé "hyperbolt"

Oui déjà qu'on nous démontre que les hyperbolt (mégabolt) existent, ensuite on en reparle, et loin, très loin après dans les discussions, on pourra commencer à évoquer cette piste pour ce cas précis. Bref... default_shifty.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas si la question a déjà été posée mais vu que ce risque a été évoqué c'est possible de la grosse grêle dans des cumulonimbus tropicaux et océaniques ? Il faudrait une sacré CAPE ou une dynamique de cisaillement très particulière non ?

Pas mal d'éléments de réponse dans l'analyse météo indiquée plus haut: http://www.weathergraphics.com/tim/af447/ - rien de "monstrueux" a priori:
The Fernando de Noronha sounding is available here and shows typical tropical conditions with modest positive energy throughout the column from the surface up to 45,000 ft. There is what looks like anvil level material above 25,000 ft. The significant dry mid-level air is somewhat unusual and suggests the potential for enhanced evaporational cooling in the upper troposphere enhancing downdraft production, and any synoptic-scale lift (if present) enhancing instability through adiabatic cooling of the layer. I modified this sounding (see below) using the prevailing temperature/dewpoint field across that part of the ocean and modifying for some cooling due to nighttime loss of heating. This is my best guess at the parcel profile that fed this storm. It yields a worst case instability of 1048 J/kg of CAPE, which is moderately strong but considered borderline for typical severe weather. Vertical velocity can be obtained by w=2*CAPE^0.5 yielding a maximum possible updraft speed contribution of 45.8 m/s or 102 mph, though in reality this is usually much less (on the order of half or less) due to precipitation loading and other factors.

af447-skewmod.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le reporter est completement bidon, dans son article il fait allusion aux avions qui vole audessus des cumulonimbus à plus de 15 000 mètres d'atitudes, se qui est totalement faux, la vitesse de croisière est de 12 500 mètres pour les derniers avions construis, à 14 000 mètres l'avion est à une altitude beaucoup trop élevé pour un vol civile, différence de pression qui mettrait la structure de l'avion en danger. Dans cette partie du monde même si les Cb peuvent monter à une hauteur de plus de 16 000 mètres d'altitude les avions ne peuvent en aucun cas passer au dessus des enclumes! Et sont donc forcer à devier leur trajectoire, ou à traverser des zones moins turbulentes grace au radar, sauf que là, le radar n'as pas du fonctionner, peut être à cause d'un foudroiement ?

De plus il faisait nuit, les cisaillements des vents étaient sans doute très puissant ainsi que les courant verticaux, la structure de l'avion mise à rude épreuve, par la pression énorme du à des poussés et des décrochages en série,tous ça avec des grélons gros comme des melons à du réellement mettre l'avion dans un piteuse état . Bref de nombreux facteurs, qui peuvent être la cause de la fatalité default_sleep.png/emoticons/sleep@2x.png 2x" width="20" height="20"> -_-default_sleep.png/emoticons/sleep@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'entends beaucoup parler de grêle ou autre chose qui auraient provoqué une dépressurisation dans l'avion, le faisant désintégrer ou je ne sais quoi.

Et puis on vient de nous dire ce soir qu'on a retrouvé une grande nappe de pétrole de 20 km! Je ne comprend plus trop du coup. Si l'appareil a vraiment explosé, çà m'étonnerait qu'on retrouve d'aussi grande traces de fioul dans la mer puisqu'il se serait enflammé logiquement non? Ou alors c'est un dégazage sauvage, y'en a qu'ont profité de la situation... default_rolleyes.gif

M'enfin en tout cas la foudre n'a plus l'air d'être le paramètre principal, du moins pas le seul.

Pensée aux familles en tout cas, c'est triste. default_sad.png/emoticons/sad@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On parle du givre très important susceptible d'avoir "alourdi" l'avion. Le système de dégivrage de l'appareil aurait mal ou pas fonctionné. Sans compter des vents soufflant à plus de 200 km/h). Tout ceci reste évidemment scientifiquement et météorologiquement possible. La foudre était la première hypothèse mais celle-ci est de plus en plus écartée. C'est peut-être un mixte de tout cela mais sans doute pas seulement...

Le BEA (Bureau d'enquêtes et d'analyses) doit rendre un rapport fin juin. Voici le lien.

http://www.bea.aero/fr/publications/rapports/index.php

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'entends beaucoup parler de grêle ou autre chose qui auraient provoqué une dépressurisation dans l'avion, le faisant désintégrer ou je ne sais quoi.

Et puis on vient de nous dire ce soir qu'on a retrouvé une grande nappe de pétrole de 20 km! Je ne comprend plus trop du coup. Si l'appareil a vraiment explosé, çà m'étonnerait qu'on retrouve d'aussi grande traces de fioul dans la mer puisqu'il se serait enflammé logiquement non? Ou alors c'est un dégazage sauvage, y'en a qu'ont profité de la situation... default_rolleyes.gif

Oui enfin reste à déterminer ce qu'est devenu cet avion mais le plus plausible à cette heure serait qu'il est explosé...

Car en effet pour la nappe de pétrole je sais qu'un avion est grand mais de la donner une nappe de 20km default_huh.png je ne m'y connais pas mais est-ce que quelqu'un aurait un chiffre en "litrage" lorsque celui-ci est plein?

En sachant qu'il avait déjà parcouru quelques centaines de kilomètres...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui enfin reste à déterminer ce qu'est devenu cet avion mais le plus plausible à cette heure serait qu'il est explosé...

Ce n'est pas plus plausible que d'envisager le contraire maxim. La nappe de Kérozène (si elle en est) vient encore plus crédibiliser l'hypothèse d'un crash. Mais on ne peut rien avancer. Les courants ont peut-être aussi favorisés l'étendue du kérozène en surface sur plusieurs kilomètres et ce pendant 2 jours (lundi, jour de l'accident).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Belle explication sur BFM TV avec des archives de ces orages; on voit bien que l'avion aurait pu lés contourner mais il ne la pas fait; il est donc passé en plein dans les cellules qui avaient l'air d'être les plus actif du coin...

Et avec ces dernières nouvelles ils évoquent désormais que l'avion aurait explosé en vol... default_wacko.png

A suivre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non maxim, on ne peut pas encore l'affirmer. Les autorités brésiliennes laissent penser que l'avion s'est désintégré en vol, suite à de nombreuses anomalies, ce qui est possible c'est vrai, mais pas encore officiel et loin de là. D'ailleurs le BEA ne confirme pas encore cette hypothèse. Rappelons également que ce même BEA attend toujours des preuves tangibles quant à la découverte de débris (sièges, panneau métallique...) dans la zone de recherche.

Ce qui est certain, ce sont les conditions météo qui étaient à ce moment là très mauvaises. Comme évoqué sur BFM ce matin, Philippe Verdier a précisé que la bande orageuse avait une étendue de 500 km et non 300 km comme précédemment évoqué et que l'intensité y était très importante.

Dans ces circonstances, on peut penser que le pilote aurait certainement pu prendre une trajectoire NE afin d'éviter la zone excessivement perturbée. Il ne l'a pas fait. Quelque chose l'en a empêché.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans ces circonstances, on peut penser que le pilote aurait certainement pu prendre une trajectoire NE afin d'éviter la zone excessivement perturbée. Il ne l'a pas fait. Quelque chose l'en a empêché.

Oui il y a d'autres facteurs que cette bande orageuse, car faut pas oublier que cette route est empruntée quotidiennement et il n'y a jamais eu (du moins récemment) de crash comme celui-ci. D'ailleurs d'autres avions ont empruntés la même route que ce vol quelques heures après. Quelques chose a merdé au niveau de l'avion et je pense pas qu'on aura la réponse un jour pour le bien de l'image d'Airbus....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.