Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
Julien764

Le Met Office suggère un retour des hivers rigoureux

Recommended Posts

Posted

Location : Yainville, Seine-Maritime, Normandie

Selon le Sunday Times,

Le Met Office dit que l'Europe pourrait être confrontée à un retour du « petit âge glaciaire » d'il y a 300 ans provoquant des dizaines d'années d'hivers rigoureux.La prédiction, qui sera publiée dans la revue Nature, est basée sur des observations montrant une légère baisse des émissions du soleil en rayonnement ultraviolet, ce qui sur une longue période peut déclencher une mini glaciation en Europe.

via The GWPF

Puis ils ont un peu reculé dans le communiqué, mais l'essentiel est la:

http://www.metoffice...lar-variability

La variabilité solaire contribue à expliquer les hivers froids

Une recherche du Met Office a mis nouvellement en lumière un lien entre la variabilité décennale solaire et le climat hivernal au Royaume-Uni, en Europe du Nord et certaines parties de l'Amérique.

L'étude, réalisée avec l'Imperial College London et l'Université d'Oxford , montre qu'un basse production d'UV du soleil peut contribuer à des hivers froids sur certaines parties de l'hémisphère nord, comme vu récemment au Royaume-Uni. Les années à hauts UV ont l'effet inverse.

De nouvelles données des satellites sensibles aux UV montrent une variabilité au cours du cycle solaire de 11 ans peut-être beaucoup plus importants que prévu.

Dans les années de faible activité d'UV la stratosphère est inhabituellement froide sur les tropiques jusqu'à environ 50 km. Cela apporte des vents d'est et des hivers froids en Europe du Nord.

Lorsque la production solaire d'UV est plus élevée que d'habitude, le contraire se produit et il y a des vents d'ouest forts qui apportent de l'air chaud et donc des hivers plus doux à l'Europe.

Sarah Ineson, qui a effectué les expériences, a déclaré: «Ce que nous voyons est que les niveaux d'UV affectent la distribution des masses d'air autour du bassin atlantique cela provoque une redistribution de la chaleur - l'Europe et les États-Unis peuvent être plus froids, le Canada et la Méditerranée seront plus chauds, et il y a peu d'impact direct sur les températures globales. "

Précaution oratoire attendue.

ttp://www.nature.co...l/ngeo1282.html

Cette recherche a été publiée dans Nature Geoscience

Dernière mise à jour: 7 Octobre 2011.

Beaucoup de journaux ont repris l'information notamment:

Tous les journaux anglais en parlent en ce moment après 3 Hivers rigoureux chez eux, c'est une hypothèse qui prend de plus en plus d'ampleur, un refroidissement hivernal et régional dû au soleil est pris en compte par les scientifiques.

Beaucoup de ces médias se basent sur les prévisions de James Madden qui peuvent paraître assez extrêmes, pourtant ces résultats sont sans équivoque depuis 2 ans.

http://www.exactaweather.com/

Une chose quand même paraît assez étrange dans cette information du Met Office:

« Les UV sont absorbés dans la stratosphère, la haute atmosphère, par l'ozone. Ainsi, dans lors des minimums d'un cycle solaire , quand il ya moins de rayons UV à absorber, la stratosphère est relativement plus froides. » Ils se plantent c'est l'inverse, la stratosphère se réchauffe en période de cycle solaire faible, ainsi les HP remontent plus facilement sur l'Atlantique.

Merci a mike de me l'avoir fait remarquer et a Marot pour la traduction.

Nous verrons bien cet hiver ce qu'il en est, mais déjà beaucoup d'indices montrent clairement une synoptique récurant des derniers hivers et tant vers un Hiver à nouveau surprenant et neigeux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Nantes

C'est une excellente nouvelle ! ça fait 10 ans que je me bats pour démontrer que le soleil a une influence non négligeable sur le climat au niveau régional sans remettre en cause le réchauffement d'origine anthropique.

Je ne peux que cautionner les efforts effectués par le Met Office pour arriver dans ce sens !

De plus, rappelons-le il y a quelques années, j'atteste le fait que le directeur du Met Office fustigeait dans un documentaire les recherches d'Henri Svensmarck à propos de l'expérience CLOUD dont les résultats préliminaires (Décembre 2010) http://wattsupwiththat.com/2010/12/16/preliminary-results-for-the-cern-cloud-cosmic-ray-experiment/ étaient plus qu'encourageant !

Quelques mois après cet "accroc" entre les deux hommes et faisant suite à trois "gros" plantages consécutifs dans les prévisions saisonnières hivernales, le Met Office avait arrêté la publication de ses prévisions saisonnières.

Aujourd'hui, le Met Office repart sur des bases nouvelles : celle des influences solaires.

En tant que chercheur, je ne peux que les encourager dans cette nouvelle voie !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Intéressant, voire peu attendu, alors ce serait le Soleil qui participe à favoriser la NAO- ...?

Non Julien, il n'y a pas de plantage (c'est le MetOffice, donc ils surveillent bien leur comm' je te rassure)

Ici, ils montrent que c'est la stratosphère tropicale qui se refroidit (la plus sensible à des variations du flux solaire) donc ça diminue le vent d'ouest à la stratosphère.

Evidemment, ne pensez même pas un instant à une mini-glaciation... default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Yainville, Seine-Maritime, Normandie

Intéressant, voire peu attendu, alors ce serait le Soleil qui participe à favoriser la NAO- ...?

Non Julien, il n'y a pas de plantage (c'est le MetOffice, donc ils surveillent bien leur comm' je te rassure)

Ici, ils montrent que c'est la stratosphère tropicale qui se refroidit (la plus sensible à des variations du flux solaire) donc ça diminue le vent d'ouest à la stratosphère.

Evidemment, ne pensez même pas un instant à une mini-glaciation... default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">

Alors que la stratosphère au pôle se réchauffe, si ce sont bien les cycles solaire qui provoque une mini glaçiation ou bien un petit age glaciaire, les cycle 25-26 et 27 dans une moindre mesure pour ce derniers seront normalement faible, le 25 étant plus faible que le 24 et le 26 plus faible que le 25.

Mais la n'est pas le sujet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout ceci est intéressant, surtout pour les hivernophiles. On peut accorder une certaine crédibilité à cette étude, qui va être publiée dans une revue très prestigieuse qu'est "Nature".

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est une bonne nouvelle pour espérer des hivers rigoureux malgré le réchauffement climatique car les prochains cycles solaires s'annoncent faibles. Mais ce n'est pas une bonne nouvelle pour les hivers à venir. On se dirige vers le maxima solaire comme si on était en 1998, donc ça sous-entend que les prochains hivers auront plus de chances d'être dominés par une NAO neutre à +

Information scientifique qui mérite plus de consensus quand même, car là c'est juste 1 étude qui dépend des données d'1 satellite.

En fait c'est surprenant car on avait largement étudié la sensibilité du climat au Soleil, mais il semblerait qu'on n'avait pas discrétisé le spectre solaire en différentes longueurs d'onde. Ca paraît vraiment bête dit comme çà default_thumbup.gif

ps: en fait, l'explication serait on n'avait pas assez discrétisé le spectre solaire dans les modèles précédents.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Yainville, Seine-Maritime, Normandie

C'est une bonne nouvelle pour espérer des hivers rigoureux malgré le réchauffement climatique car les prochains cycles solaires s'annoncent faibles. Mais ce n'est pas une bonne nouvelle pour les hivers à venir. On se dirige vers le maxima solaire comme si on était en 1998, donc ça sous-entend que les prochains hivers auront plus de chances d'être dominés par une NAO neutre à +

Information scientifique qui mérite plus de consensus quand même, car là c'est juste 1 étude qui dépend des données d'1 satellite.

Cotissois31 attention ce n'est pas du tout la même chose, ce cycle solaire n'est pas du tout pareil que le précédent, nous étions en plein optimum climatique moderne en 1998, l'activité solaire fut très forte et elle a réellement baissé après ce maximum puis eu une cassure en 2006, l'activité solaire influence des années après. Le soleil n'est certainement pas particulièrement actif actuellement, ce n’est pas parce que tu as plusieurs taches sur le soleil qu'il est actif. C'est calme depuis le début du mois d'octobre, le flux solaire chute après le récent pic de septembre et l'activité devrait rester ainsi avant un nouveau pic vers normalement d'ici 7-8 mois dans l'hémisphère sud. L'activité solaire traverse actuellement une brève période de transition (2000-2014). Cette période de transition sera suivie par un Grand minimum et qui démarrera très probablement dans les années 20 du présent siècle.

Je te conseille de lire les travaux de Jager et Dahau, de Lockwood, de Svalgaard et surtout Landscheidt décédé en 2004 dont les prévisions s'avèrent jusqu’à aujourd'hui exactes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le cycle à venir s'annonce plus faible je sais bien mais ça reste un cycle, prévu au maximum vers 2013-2014

Tu le montres bien ici

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Yainville, Seine-Maritime, Normandie

Le cycle à venir s'annonce plus faible je sais bien mais ça reste un cycle, prévu au maximum vers 2013-2014

Tu le montres bien ici /topic/14854-les-variations-de-lactivite-solaire/page__view__findpost__p__1650259'>http://forums.infocl...ost__p__1650259

Rien est sur ce n'est qu'un pic comme il s'en passe deux ou trois lors de cycle faible et qui sont espacés de 7 a 8 mois, le prochain pic devrait-être dans l'hémisphère-sud d'ici Avril ou Mai, en attendant l'activité solaire va nettement redescendre a des niveau faible, vent solaire + flux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Messeix (63) 820m

Merci pour ces infos et ces liens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rien est sur ce n'est qu'un pic comme il s'en passe deux ou trois lors de cycle faible et qui sont espacés de 7 a 8 mois, le prochain pic devrait-être dans l'hémisphère-sud d'ici Avril ou Mai, en attendant l'activité solaire va nettement redescendre a des niveau faible, vent solaire + flux.

Bon, si tu veux, on fait le point en 2013...

En attendant, je vous suggère de changer le titre en "le Met Office n'exclue pas des hivers toujours rigoureux" ou encore mieux "une étude montre explicitement un lien entre activité solaire et hivers rigoureux"

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

C'est une excellente nouvelle ! ça fait 10 ans que je me bats pour démontrer que le soleil a une influence non négligeable sur le climat au niveau régional sans remettre en cause le réchauffement d'origine anthropique.

Je ne peux que cautionner les efforts effectués par le Met Office pour arriver dans ce sens !

De plus, rappelons-le il y a quelques années, j'atteste le fait que le directeur du Met Office fustigeait dans un documentaire les recherches d'Henri Svensmarck à propos de l'expérience CLOUD dont les résultats préliminaires (Décembre 2010) http://wattsupwiththat.com/2010/12/16/preliminary-results-for-the-cern-cloud-cosmic-ray-experiment/ étaient plus qu'encourageant !

Quelques mois après cet "accroc" entre les deux hommes et faisant suite à trois "gros" plantages consécutifs dans les prévisions saisonnières hivernales, le Met Office avait arrêté la publication de ses prévisions saisonnières.

Aujourd'hui, le Met Office repart sur des bases nouvelles : celle des influences solaires.

En tant que chercheur, je ne peux que les encourager dans cette nouvelle voie !

Ne le prenez pas mal, mais si vos recherches sur l'activité solaire vous honore, les résultats pour la prévision saisonnière sont très décevant default_flowers.gif

Pour le CERN, il a déjà fait mouliné la bête, et il en ressort que la théorie de Svensmarck n'est pas spécialement conforté. Les résultats sont intéressants et confirment que les rayons cosmiques ont une influence importante sur l'ionisation de l'atmosphère, avec une hausse de 5 à 20 % de la nucléation des aérosols aparemment. À partir de là, les intérprétations divergent. Soit on admet que les 5 à 20 % se matérialisent par une vairation équivalente du nombres de noyaux de condensation et de la nébulosité, ce qui est totalement gratuit ; soit on attend un peu que le CERN continue à faire avancer l'expérience. Je noterais quand même qu'avec les activités humaines, les noyaux de condensations on très largement augmentés, et on n'a pas pour autant récupérer une atmosphère "vénusienne" bouchée H24. Pour autant les résultats sont intéressants et vont permettre de faire progresser la climato sur l'un des sujets les plus sensibles qui ets la compréhension des mécanismes de formation des nuages et la rétroaction des nuages.

Pour ceux qui n'ont rien caler à ce blabla, simplement, on va reprendre les mots de Svensmarck. La Terre est une pépinière géante, et le bon Jardinier Apollon fabrique plus ou moins de graines. Ces graines en terre vont donner toute une flore variée. L'expérience du CERN confirme que l'activité d'Apollon module bien la fabrication de ces graines de nuages, la question étant de savoir si beaucoup plus de graines de nuages fait vraiment beaucoup plus de nuages, et quels types de nuages. Pour ceux qui ont déjà planté, ils savent qu'il faut espacer les graines sinon il y a de la compétion entre les graines et le résultat est décevant. Pour les graines de nuages, il pourrait aussi exister un phénomène de compétition qui fait que beaucoup plus de graines de nuages ne donne pas beaucoup plus de nuages.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Nîmes (30) secteur Ouest (Pompidou / Jaurès). Alt : 50 m.

En tant que chercheur, je ne peux que les encourager dans cette nouvelle voie !

Tu es dans quel labo de recherche ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vraiment très très intéressant cette nouvelle découverte default_tongue_smilie.gif

Passionnant, tout simplement!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Forbach, Moselle.

Oui, par contre si on peut a peu près savoir la tendance des températures, comment est établie la prévisions d'un hiver neigeux ou pas ? default_confused1.gif

Si c'est selon la position des anticyclones et des centre d'actions, c'est aléatoire dans ce cas default_shifty.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est une histoire de probabilités, en effet tu n'enlèveras pas la variabilité des situations synoptiques, mais tu peux un peu la conditionner.

Si tu pars d'une probabilité gaussienne, symbolisant le mieux la variabilité d'un système naturel (les extrêmes sont plus rares), alors l'ajout d'un forçage peut déformer les probabilités de telle sorte qu'un extrême ou en tous cas un mode devienne plus fréquent.

La gaussienne c'est http://t0.gstatic.co...MOBo65Rsj2pGm7L et imagine la moindre déformation, le moindre décalage de la courbe. Sachant que x est la valeur possible et f(x) sa probabilité. Le raisonnement le plus simple c'est une augmentation de la moyenne (le milieu de la gaussienne) ce qui correspond à un décalage entier de la gaussienne. Forcément, les extrêmes auront alors de nouvelles probabilités. Dans l'exemple d'un minimum solaire, il faudrait plutôt déformer la gaussienne en aplatissant un peu le milieu (scénario moyen moins probable) et l'élargir un peu vers le froid (hivers froids plus probables).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Forbach, Moselle.

C'est une histoire de probabilités, en effet tu n'enlèveras pas la variabilité des situations synoptiques, mais tu peux un peu la conditionner.

Si tu pars d'une probabilité gaussienne, symbolisant le mieux la variabilité d'un système naturel (les extrêmes sont plus rares), alors l'ajout d'un forçage peut déformer les probabilités de telle sorte qu'un extrême ou en tous cas un mode devienne plus fréquent.

La gaussienne c'est http://t0.gstatic.co...MOBo65Rsj2pGm7L et imagine la moindre déformation, le moindre décalage de la courbe. Sachant que x est la valeur possible et f(x) sa probabilité. Le raisonnement le plus simple c'est une augmentation de la moyenne (le milieu de la gaussienne) ce qui correspond à un décalage entier de la gaussienne. Forcément, les extrêmes auront alors de nouvelles probabilités. Dans l'exemple d'un minimum solaire, il faudrait plutôt déformer la gaussienne en aplatissant un peu le milieu (scénario moyen moins probable) et l'élargir un peu vers le froid (hivers froids plus probables).

D'accord merci default_flowers.gif

Je pense quand même que vu le nombre de sources qui prédissent un hiver froid, on peu croire qu'il le sera ^^ C'était niveau précipitations que je suis plus sceptiques, parce que certaines sources indiquent un hiver sec default_chris.gif Bref, on verra bien .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne peux que cautionner les efforts effectués par le Met Office pour arriver dans ce sens !

De plus, rappelons-le il y a quelques années, j'atteste le fait que le directeur du Met Office fustigeait dans un documentaire les recherches d'Henri Svensmarck à propos de l'expérience CLOUD dont les résultats préliminaires (Décembre 2010) http://wattsupwiththat.com/2010/12/16/preliminary-results-for-the-cern-cloud-cosmic-ray-experiment/ étaient plus qu'encourageant !

Quelques mois après cet "accroc" entre les deux hommes et faisant suite à trois "gros" plantages consécutifs dans les prévisions saisonnières hivernales, le Met Office avait arrêté la publication de ses prévisions saisonnières.

Aujourd'hui, le Met Office repart sur des bases nouvelles : celle des influences solaires.

En tant que chercheur, je ne peux que les encourager dans cette nouvelle voie !

Tu confonds .

Svensmark et CLOUD, ça n'a rien à voir avec les UV.

Il s'agit de l'influence des rayons cosmiques sur la nucléation et fianlement sur les nuages.

Les UV, c'est le réchauffement/refroidissement de la stratosphère tropicale et son influence sur le vortex polaire.

Ce sont deux choses complètement différentes.

pour info, un dossier sur Futura Sciences

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/vie-du-site/d/dossier-limpact-des-uv-nuages-et-rayons-cosmiques-sur-le-rechauffement_33527/

Share this post


Link to post
Share on other sites

On a au moins 3 paramètres dépendant du soleil et c'est déjà beaucoup plus que la simple analyse de l'irradiance du soleil.(Premier paramètre)

Le met office parle donc du spectre UV et de l'influence locale sur la météo. Ca fait déjà un second paramètre.

Puis on a l'influence des rayons cosmiques sur les nuages (théorie svensmark), influence liée à l'intensité du champ magnétique solaire et on sait qu'il est en train de baisser continuellement. (troisième paramètre)

Ce qui me chagrine c'est que des chercheurs discutent chacun dans leur coins des paramètres mais j'ai pas encore vu une influence synthétique d'au moins tous les paramètres solaires connus. J'en vois 3 et vous ?

J'ai du mal a accepter qu'on puisse parler d'évolution du climat, en discutant d'un seul. Nos connaissances évoluent, donc c'est pas mal d'intégrer ces trois paramètres et voir si l'influence est suffisante pour un hiver rigoureux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Naillat, 360m, 23

Le problème n'est pas l'étude en elle même, car publiée dans "nature", elle a de grande chances d'être sérieuse. Mais lors de la vulgarisation dans les médias ou sur les forums, elle est sortie d'un contexte plus global et complexe et donne alors lieu à des interprétations et des extrapolations pouvant être pour le moins orientées.

En gros, ces recherches, une fois publiées échappent totalement à leurs auteurs et sont récupérées, puis de fait perdent leur sens premier. D'ailleurs j'ai été assez étonné que le sujet se trouve dans un premier temps dans le fil "presse, médias..." tant le sujet de fond était clairement lié à l'évolution climatique, je constate un changement de destinée pertinent de ce fil default_innocent.gif !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Messeix (63) 820m

Le problème n'est pas l'étude en elle même, car publiée dans "nature", elle a de grande chances d'être sérieuse. Mais lors de la vulgarisation dans les médias ou sur les forums, elle est sortie d'un contexte plus global et complexe et donne alors lieu à des interprétations et des extrapolations pouvant être pour le moins orientées.

En gros, ces recherches, une fois publiées échappent totalement à leurs auteurs et sont récupérées, puis de fait perdent leur sens premier. D'ailleurs j'ai été assez étonné que le sujet se trouve dans un premier temps dans le fil "presse, médias..." tant le sujet de fond était clairement lié à l'évolution climatique, je constate un changement de destinée pertinent de ce fil default_innocent.gif !

De même. Je vais lire d'ailleurs avec attention les différentes réponses et liens qui vont suivrent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Yainville, Seine-Maritime, Normandie

C'est simple, les membres n'ont pas les droits nécessaire pour commencer un sujet dans cette section du forum, l'équipe l'a simplement déplacé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On a au moins 3 paramètres dépendant du soleil et c'est déjà beaucoup plus que la simple analyse de l'irradiance du soleil.(Premier paramètre)

Le met office parle donc du spectre UV et de l'influence locale sur la météo. Ca fait déjà un second paramètre.

Puis on a l'influence des rayons cosmiques sur les nuages (théorie svensmark), influence liée à l'intensité du champ magnétique solaire et on sait qu'il est en train de baisser continuellement. (troisième paramètre)

Ce qui me chagrine c'est que des chercheurs discutent chacun dans leur coins des paramètres mais j'ai pas encore vu une influence synthétique d'au moins tous les paramètres solaires connus. J'en vois 3 et vous ?

J'ai du mal a accepter qu'on puisse parler d'évolution du climat, en discutant d'un seul. Nos connaissances évoluent, donc c'est pas mal d'intégrer ces trois paramètres et voir si l'influence est suffisante pour un hiver rigoureux.

il y a déjà eu une étude au moins couplant l'influence de l'irradiance totale et celle des UV, de mémoire, l'augmentation de l'irradiance favorise un "El Nino like" avec un Pacifique tropical un peu plus chaud et ça se combine avec la circulation stratosphérique. Je vais essayer de retrouver ça

Par contre, il n'y a rien avec les nuages et les rayons cosmiques parce que , pour le moment, à part le fait bien connu que l'ionisation favorise la nucléation, il n'y a rien d'autre que des corrélations qui finissent toutes par devenir foireuses, cas qu'elles finissent par être attribuées à des biais divers.

Alors qu'est ce que tu veux qu'on fasse en la matière? Introduire une corrélation comme ça, au pif?

Il en faudra beaucoup plus.

Ici, on se base, au moins sur qq chose de concret: les mesures de l'irradiance et des mesures satellitaires des variations du spectre UV. Elles ne sont peut être pas justes d'ailleurs mais au moins il y a qq chose de mesuré.

Enfin, s'il n'y avait pas de données UV, c'est tout simplement parce que la mesure correspondante est impossible depuis la surface et que la calibration de ces instruments est une galère. On ne mesurait pas le spectre mais des bouts de spectre par ci par là.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Buhl-lorraine, Moselle ( 260 m )

il était temps que le met office s'y prononce sur les effets du soleil non négligeable sur le climat de l'HN, ils arrivent un peu trop tard mais au moins c'est chose faite. En tout cas, comme la dis cirus, c'est très intéressant

-minimum solaire long provoque les jets plus méridionales mais accélération des fontes des glaces dû également et surtout d'ailleurs à l'AMO positif et une perte totale d'ozone stratosphérique sur l'arctique à une altitude inférieure de 45  km

Ainsi, l'AO a tendance à chuter pendant des cycles solaires très faible. Mais également, plus un cycle solaire est faible plus il y a de rayons cosmiques, qui produit la formation de nuages donc moins de quantités d'énergie en provenance du soleil vers le sol.

-Maximum solaire long provoque l'effet inverse, plus d'ozone dans la stratosphère, réchauffant les températures sur les continents et refroidissant la stratosphère de l'arctique, vortex polaire qui se bloque, renforçant les jets septentrionales

Actuellement, nous traversons un cycle solaire 24 bien faible et le minimum solaire a été le plus bas depuis 100 ans. Ainsi, ses effets vont continuer à provoquer des fortes baisses de l'AO. Avec les deux prochaines cycles solaires encore plus que faibles, l’Europe pourrait renouer avec des hivers extrêmement rigoureux. Le pire de ces hivers interviendront quand l'AMO passera dans le négatif, ainsi la banquise arctique se reconstituera et les masses d'air glaciales s'agrandiront sur l’hémisphère nord. A noter que pendant l'optimum médiéval, l'AMO était sans cesse positif avec des cycles solaires très court ( maximum solaire prolongé) ainsi provoquant des jets puissants vers les pôles. Le pire, c’est que les glaciers étaient très restreint à l'époque, très petit à cause de la forte et longue période chaude qu'avait connu l'HN entre 0 et 1000 ans

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Montreuil (93) ou Ciran (37)

C'est simple, les membres n'ont pas les droits nécessaire pour commencer un sujet dans cette section du forum, l'équipe l'a simplement déplacé.

C'est exactement cela. Nous attendions de voir comment le fil allait évoluer avant de le mettre dans cette partie du forum. Partie du forum soumise à des règles précises que j'invite quiconque voudra poster ici à lire avant de partir en hors-sujet immédiatement modérés!
En tout cas, c'est clair que pour les hivernophiles, cette article va en ravir plus d'un !

default_flowers.gifdefault_clover.gif

Justement non, si ce sujet est ici, c'est certainement pas pour que certains "se fassent plaisir", hivernophiles, pseudo-chercheurs ou climato-sceptiques de toutes sortes... S'il est ici (et non supprimé, il suffisait de... chercher wink.gif), c'est parce qu'il mérite d'être porté par un débat rigoureux dans les démonstrations. Pas de fantasme, pas d'argumentation sur le mode "c'est trop subtil pour que vous compreniez l’enchaînement, croyez-moi simplement sur parole", et surtout pas de dérive anti-RC anthropique! Les règles sont donc clairement posées, et elles seront tout aussi clairement appliquées par les modos.

A bon entendeur...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...