Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Statistiques et anomalies climatiques nationales


Recommended Posts

Bonjour Sastrugis

Et merci !

Oui, no comment comme tu dis

Mais quelque chose de nouveau, et une norme de 30 ans est supposée s'affranchir du bruit, c'est que dans une majorité de stations françaises, et Bordeaux en fait partie, août va devenir le mois le plus chaud de l'année....

  • J'aime 1
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
  • Replies 650
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Voilà, il n'est pas impossible (pas acquis non plus) que nous vivions l'hiver le plus doux de l'histoire des relevés.   Après un mois de décembre à +2.4°C, nous avons en un mois de janvier à

Par curiosité, j'ai fait l'exercice de reconstruire les valeurs de l'indicateur thermique national pour voir ce que ça donnait. Bon forcément je trouve des chiffres un poil différents : même sans savo

On est effectivement dans une période inédite sur les 2 dernières années, mais j'ai l'impression que c'est vraiment depuis 2013 qu'on a pris ce virage. Si on rembobine un peu et que l'on regarde les 3

Posted Images

Bonjour,

 

Pour ne pas faire de jaloux, en complément des données du SO avec Bordeaux, voici des graphiques correspondant au NE du pays avec Strasbourg.

Même constat, sans surprise... : +1,4°C de TM  entre 1958-1987 et 2000-2019 à Strasbourg (+1,5°C à Bordeaux).

 

La hausse des températures apparaît surtout marquée entre mars et août (Bordeaux +2,0°C et Strasbourg +1,7°C) et moins de septembre à février (Bordeaux et Strasbourg : +1,2°C)

On note des différences entre les deux régions avec Bordeaux plus sensible au réchauffement en été que Strasbourg (+2,0 contre +1,7) et inversement en hiver (+1,1 contre +1,5).

 

image.png.e73cfc6a043bf98b1f638af83c2d32c0.pngimage.png.61be0d113f70189cd6b3128b50db082e.png  


  image.png.551d125a2558ce6d65c55cd96184b9bb.png

 

Pour Strasbourg (comme pour Bordeaux) cela se traduit par une nette augmentation de la fréquence et de la période d'occurrence des jours de chaleur et inversement pour les jours de froid.

Chaleur à Strasbourg : +20 jours (de 45,3 à 65,0)    /         Bordeaux : +25 jours (de 57,9 à 82,4)

Froid à Strasbourg      : -18 jours  (de 77,3 à 59,7)     /        Bordeaux : -14 jours   (de 38,3 à 24,1)

 

image.png.f39bb032888b1ece2fe43c3225d243af.pngimage.png.620175333e9cd9a4d1c65878b9473bcb.png  

  • J'aime 9
Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Pour ne pas être en reste avec la troisième grande composante climatique du pays, voici le même traitement pour les données méditerranéennes de la station de Marignane (Marseille) !

Constat toujours le même : c'est toujours l'été qui est la saison la plus affectée par le RC et septembre le mois le moins concerné (+0,4 à Strasbourg, +0,6 à Marseille et +0,9 à Bordeaux), et à un niveau moindre février.

 

image.png.292819e0db8bf7ae8713f982fa198c6d.png

 

image.thumb.png.88e3df81f5abb4395f9c6ce77f8aa7ea.png

 

Chaleur à Strasbourg : +20 jours (de 45,3 à 65,0)    /         Bordeaux : +25 jours (de 57,9 à 82,4)   /    Marseille : +21 jours  (de 98,0 à 128,6)

Froid à Strasbourg      : -18 jours  (de 77,3 à 59,7)     /        Bordeaux : -14 jours   (de 38,3 à 24,1)   /    Marseille : -  5 jours  (de 26,3 à 21,1)

 

 

image.png.d2bd05188ea6adbcdfa66558e3e71603.pngimage.png.f2c4a9c1cc220da89bf9fa0e96fa593d.png  

 

 

 

                                 

 

  • J'aime 4
Link to post
Share on other sites

Bonjour, je voulais savoir si maintenant avec le changement du climat en France, la quantité de précipitation annuelle va devenir plus importante sur le pourtour méditerranéen que dans le nord-est de manière récurrente?

 

Sète avec son climat désertique va-t-il rattraper celui de Dijon?

 

 

 

 

 

stations.png

Sans titred.png

Edited by Leonai
Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Leonai a dit :

Bonjour, je voulais savoir si maintenant avec le changement du climat en France, la quantité de précipitation annuelle va devenir plus importante sur le pourtour méditerranéen que dans le nord-est de manière récurrente?

 

Sète avec son climat désertique va-t-il rattraper celui de Dijon?

 

Attention à ne pas faire de raccourcis trop rapides sur des périodes trop courtes : 3 années, c'est largement insuffisant pour évaluer une tendance, et une année encore moins. Si certains secteurs du nord-est de la France ont effectivement depuis le début de l'année une pluviométrie équivalente à certains coins du sud-est, on n'est néanmoins pas dans les mêmes cas de figure : la sécheresse de cette année (jusqu'à présent) est relativement banale dans le sud-est comparativement aux normales et aux sécheresses déjà vécues, alors qu'on a une situation historique d'empilement depuis trois ans dans le nord-est :

 

 

Capture.PNG

 

 

 

Qui plus est, la station de Dijon bénéficie d'un relatif climat d'abri, avec le Morvan qui forme une barrière naturelle aux perturbations océaniques. La normale à Dijon est 760 mm/an (données 1981-2010), contre pour exemple 888 mm à Dole et 864 mm à Châtillon sur Seine. Le nord-est est vaste, présente beaucoup de particularités locales, et Dijon n'est pas forcément représentative de cet ensemble.

 

Si on regarde l'évolution sur une longue période (on considère souvent que 30 ans c'est le seuil minimum pour le faire), on constate que les précipitations ont tendance à se réduire dans le sud-est et à augmenter dans le nord-est, ce qui va à l'inverse du postulat posé (évolution vers une pluviométrie équivalente) :

 

Evolution.png.c650871cdf453bb372ca7aec0ec9c7f5.png

http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/climathd

 

 

Même si le nord-est accuse le coup de trois années consécutives particulièrement sèches, la tendance sur 50 ans montre une évolution vers davantage de pluies. Maintenant ça c'est de l'observation passée, quid de l'avenir ? Eh bien à vrai dire, on ne sait pas trop, car les modèles climatiques ne donnent pas des résultats ni très stables ni très fiables sur l'évolution de ce paramètre pour l'Europe occidentale. Sur le scénario moyen RCP 4.5 et pour l'horizon 2041-2070, il n'y a finalement pas trop de tendance affichée, tout juste une esquisse de tendance un peu plus sèche sur l'extrême sud comparativement au reste du pays :

 

 

Evolution2.png.20939cc9c34ec2627a68b79cf9ca79fd.png

 

Donc à priori, il n'y a pas lieu de s'attendre à voir la pluviométrie du nord-est s'effondrer de manière récurrente au niveau de celle des régions méditerranéennes, et si on le vit ces dernières années, c'est davantage suite à un phénomène ponctuel d'empilement de sécheresses historiques qui n'a, espérons-le, pas de raison particulière de s'installer durablement.

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Altenbach (68) - 705 m - sur le versant Sud du Grand Ballon (1424 m)
il y a 18 minutes, TreizeVents a dit :

Qui plus est, la station de Dijon bénéficie d'un relatif climat d'abri, avec le Morvan qui forme une barrière naturelle aux perturbations océaniques. La normale à Dijon est 760 mm/an (données 1981-2010), contre pour exemple 888 mm à Dole et 864 mm à Châtillon sur Seine. Le nord-est est vaste, présente beaucoup de particularités locales, et Dijon n'est pas forcément représentative de cet ensemble.

 

1031.5 mm à Dole (Jura) 1981-2010

Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, alsavosges a dit :

 

1031.5 mm à Dole (Jura) 1981-2010

 

Pourtant, la fiche climatologique de MF 1981-2010 de la station de Dole-Tavaux (cf pièce jointe) indique bien 888 mm de hauteur moyenne des précipitations annuelles ? :S

FICHECLIM_39526003.pdf

 

 

EDIT : je vois à l'instant qu'il existe une autre station secondaire pour Dole, située à environ 6,5 km de celle de l'aéroport, qui a effectivement une normale annuelle de 1031 mm. Sacré écart sur une si faible distance sans franc relief pour l'expliquer ? O.o

Edited by TreizeVents
Link to post
Share on other sites
Posted
Altenbach (68) - 705 m - sur le versant Sud du Grand Ballon (1424 m)
il y a 4 minutes, TreizeVents a dit :

Pourtant, la fiche climatologique de MF 1981-2010 de la station de Dole-Tavaux (cf pièce jointe) indique bien 888 mm de hauteur moyenne des précipitations annuelles ? :S

FICHECLIM_39526003.pdf 119 Ko · 0 téléchargements

 

En effet, on ne parle pas de la même station puisque celle appelée "DOLE" (et non pas "TAVAUX SA") indique bien 1031.5 mm sur la période 1981-2010 alors que "TAVAUX" indique 888.1 mm mais sur 16 ans seulement (1995-2010).

 

Capture.PNG

Link to post
Share on other sites

Deux fois, en moins de 15 jours, nous avons connu deux épisodes méditerranéens d'une violence extrême, d'un retour de 50 ans, de 100 ans.... voire même jamais relevés.

Deux fois des postes ont relevé plus de 500 mm en 24 heures...

Voilà un des effets du changement climatique dont la méditerranée est très largement concernée.

 

Dans son bulletin explicatif, MF explique pour ces épisodes :

" Ils se produisent de façon privilégiée en automne, moment où la mer est la plus chaude, ce qui favorise une forte évaporation"

 

Les températures actuelles des eaux de surface, qui, pas très loin de nos côtes, flirtent encore avec les 23 ou 24°C sont un carburant qui permet les puissances les plus folles...

 

 

2020-10-01.gif

  • J'aime 2
  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Plaisance du Touch (31)
Il y a 12 heures, th38 a dit :

Deux fois, en moins de 15 jours, nous avons connu deux épisodes méditerranéens d'une violence extrême, d'un retour de 50 ans, de 100 ans.... voire même jamais relevés.

Deux fois des postes ont relevé plus de 500 mm en 24 heures...

Voilà un des effets du changement climatique dont la méditerranée est très largement concernée.

 

Dans son bulletin explicatif, MF explique pour ces épisodes :

" Ils se produisent de façon privilégiée en automne, moment où la mer est la plus chaude, ce qui favorise une forte évaporation"

 

Les températures actuelles des eaux de surface, qui, pas très loin de nos côtes, flirtent encore avec les 23 ou 24°C sont un carburant qui permet les puissances les plus folles...

 

 

2020-10-01.gif

 

Il est clair que l'effet d'upwelling du aux épisodes de Mistral et de Tramontane, visible sur cette carte,  est insuffisant pour empêcher un ample flux de sud,  provoqué par un thalweg atlantique par exemple, de se gorger d'humidité entre l'Espagne et la Sardaigne, voire encore plus loin au sud. Les eaux rafraîchies à proximité des côtes françaises n'ont finalement que peu d'incidence...

Avec une Méditerranée toujours plus chaude tard dans la saison, ce surplus d'énergie ne demande qu'à se décharger ensuite là où les convergences de basses couches vont se mettre en place et éventuellement se maintenir...

On dirait bien qu'on entre dans une ère nouvelle en Méditerranée... jusqu'où cela peut-il aller ? Verra t on un jour des cumuls de 500mm en 3h 😨 ?

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Toulouse, fontaines/Bayonne

D ailleurs si octobre continue comme ça il risque de mettre fin à cette série inédite entamée il y a presque 1 an et 4 mois (C est ! quand on y pense) 

Si je ne me trompe pas, pour les mois "chauds" consécutifs (>0,2°C) le record était 9 d affilée et s était produit une fois, il me semble qu on en a eu 12 d affilée ( record explosé mai 2019*-mai 2020?) , juin 2020 avec ses deux premières décades pourries (assez fraîches et bien pluvieuses puis cassure autour du 21) est venu y mettre fin avec une anomalie positive juste sous les 0,2°C, transformant cette série inédite en une série de mois au dessus de la normale (+0,quelque chose) maintenant portée à 16 mois

 

*Edit tardif : juin 2019-mai 2020 

Edited by Matpo
Correction edit
  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites

C'est tout à fait d'actualité.

On y voit que décrire explicitement la convection profonde améliore considérablement les choses mais je fais mal le distinguo avec le fait que AROME a une résolution supérieure à ALADIN.

je suis aussi un peu étonné de voir que sur les Cévennes, l'augmentation des pluies les plus intenses n'est que de l'ordre de 3% âr degré contre 15 à 20 % pour le Roussillon.

Quelqu'un a t il une explication ?

 (elle est peut être dans la thèse mais je n'ai fait que la survoler bien sûr)

Link to post
Share on other sites

A première vue, ça me semble discutable. Il y a contradiction avec ce papier  qui dit

The analysis shows that, at regional scale, the best distribution of maxima involves a linear trend starting in year 1985 and that this trend is significant in half the region, including most of the mountain ranges and part of the Rhône valley. Increases in yearly maxima are considerable since they reach up more than 60 mm/day in 20 years, which is more than 40 % of the average maximum in this area

En fait, je reprends mon message de Futura    je recycle lol !

 

EDIT: ce n'est pas  forcément contradictoire puisque le papier que je cite concerne les  maximum annuels

Edited by sirius
Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Matpo a dit :

D ailleurs si octobre continue comme ça il risque de mettre fin à cette série inédite entamée il y a presque 1 an et 4 mois (C est ! quand on y pense) 

Si je ne me trompe pas, pour les mois "chauds" consécutifs (>0,2°C) le record était 9 d affilée et s était produit une fois, il me semble qu on en a eu 12 d affilée ( record explosé mai 2019-mai 2020?) , juin 2020 avec ses deux premières décades pourries (assez fraîches et bien pluvieuses puis cassure autour du 21) est venu y mettre fin avec une anomalie positive juste sous les 0,2°C, transformant cette série inédite en une série de mois au dessus de la normale (+0,quelque chose) maintenant portée à 16 mois

 

Vu comme ça part, j'aurais aussi tendance à penser qu'octobre 2020 est un candidat potentiel pour casser la série. Il fallait bien que ça arrive de toutes façons.

Si c'est le cas, la dernière décade glissante serait une mise en bouche puisqu'il faut remonter en septembre 2017, plus de 3 ans en arrière pour trouver plus basse anomalie (en normalisée), et encore, de peu. Avant ça on remonte jusqu'en août 2014, ce qui montre bien l'absence marquante d'anomalies fraîches prolongées ces dernières années. Car on parle bien d'événements qui n'ont rien de particulièrement remarquable.

 

image.thumb.png.eadf57eeb2feb43f66644977e6fe7a0c.png

  • J'aime 5
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Toulouse, fontaines/Bayonne
il y a 47 minutes, Arkus a dit :
il y a 47 minutes, Arkus a dit :
il y a 47 minutes, Arkus a dit :

encore, de peu. Avant ça on remonte jusqu'en août 2014, ce qui montre bien l'absence marquante d'anomalies fraîches prolongées ces dernières années. Car on parle bien d'événements qui n'ont rien de particulièrement remarquable.

 

image.thumb.png.eadf57eeb2feb43f66644977e6fe7a0c.png

 

Édifiant, la moyenne des ecarts types doit être bien haute, en cohérence avec tellement d autres stats ( je m y ferai pas aux citations) 

il y a 47 minutes, Arkus a dit :

Avant ça on remonte jusqu'en août 2014, ce qui montre bien l'absence marquante d'anomalies fraîches prolongées ces dernières années. Car on parle bien d'événements qui n'ont rien de particulièrement remarquable.

 

image.thumb.png.eadf57eeb2feb43f66644977e6fe7a0c.png

 

Edifiant, merci

Sur le graphe la moyenne des écarts types soit être haute, en cohérence avec tellement d autres stats.. 

Mince désolé de la quadruple citation 

Edited by Matpo
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

A Nevers, l'anomalie actuelle par rapport aux normes mensuelles 1981-2010 est de -0.90° et devrait remonter à +0.1° au 25/10 d'après les prévisions de MF.

Au Mans, même exercice, on est à -0.4° et on devrait remonter d'ici le 25/10 à +0.3° vu les prévisions.

A Rouen, même exercice, on est à -0.5° et on devrait remonter d'ici le 25/10 à +0.3° vu les prévisions.

A Nancy (Essey), même exercice, on est à -0.1° et on devrait remonter d'ici le 25/10 à +0.6° vu les prévisions.

A St Étienne, même exercice, on est à -2.2° et on devrait remonter d'ici le 25/10 à -1.3° vu les prévisions.

A Agen, même exercice, on est à -1.8° et on devrait remonter d'ici le 25/10 à -0.7° vu les prévisions.

A Nîmes, même exercice, on est à -1.4° et on devrait remonter d'ici le 25/10 à -0.8° vu les prévisions.

 

Traduction : au nord, on est quasiment assurés de perdre tout le déficit accumulé depuis le début du mois, et c'est sur la moitié sud qu'il va falloir compter pour éviter un 17è mois consécutif excédentaire au niveau national. La dernière semaine du mois sera déterminante - et elle n'est pas excessivement bien engagée sur les modélisations long terme. "fifty-fifty".

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

Même si le mois calendaire d'octobre passe en positif "au finish", à mon sens la période d'anomalies positives continues est nécessairement rompue par l'enchaînement de fin septembre et des 2 premiers tiers d'octobre, qui nous donnent un mois glissant significativement déficitaire. En anomalie normalisée on est à -1 écart-type, ce qui est même en dessous de la période autour de mai 2019, et il faut remonter en février 2018 pour trouver plus significativement déficitaire, et encore de peu :

 

image.thumb.png.aebbfb766c43ea55a5969d2e3cbd4ea9.png

  • J'aime 5
Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Arkus a dit :

Même si le mois calendaire d'octobre passe en positif "au finish", à mon sens la période d'anomalies positives continues est nécessairement rompue par l'enchaînement de fin septembre et des 2 premiers tiers d'octobre, qui nous donnent un mois glissant significativement déficitaire. En anomalie normalisée on est à -1 écart-type, ce qui est même en dessous de la période autour de mai 2019, et il faut remonter en février 2018 pour trouver plus significativement déficitaire, et encore de peu :

 

image.thumb.png.aebbfb766c43ea55a5969d2e3cbd4ea9.png

 

A nuancer, sur un grand 1/4 NE du pays de la Haute-Normandie au nord de l'Alsace je ne suis pas certain que l'on enregistre un réel déficit (au delà de -0,5°) même sur 31 jours glissants.

Sur Nancy par exemple toujours pas de mois réellement déficitaire depuis mai 2019.

 

image.thumb.png.cd68211beafda144348657f519c5a7d2.png

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, thib91 a dit :

 

A nuancer, sur un grand 1/4 NE du pays de la Haute-Normandie au nord de l'Alsace je ne suis pas certain que l'on enregistre un réel déficit (au delà de -0,5°) même sur 31 jours glissants.

Sur Nancy par exemple toujours pas de mois réellement déficitaire depuis mai 2019.

 

 

Effectivement la frange NE est la zone la moins fraîche. Avec la mise à jour d'aujourd'hui, sur Nancy je trouve quand même -0.5°C / -0.4 sigmas sur les 31 derniers jours, mais peut-être une petite différence de méthode de calcul. Néanmoins ça reste peu significatif, c'est un mois quasi normal. Sur le panel seule Lille est encore un peu moins fraîche.

Par contre à l'opposé Marignane est très fraîche à -2 sigmas, il faut remonter quand même à février 2012 pour trouver un telle anomalie là bas.

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...