Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

sirius

Suivi de l'englacement au pôle nord

Recommended Posts

Posted

Location : Dax (40)

Mais qui ne préjugent pas de la suite - la glace va fondre rapidement dans ces zones dans les mois qui viennent. On en reparle dans 2/3 mois, et surtout en septembre !

Tout à fait d'accord.

D'ailleurs, à simple titre rétrospectif, et sans présumer que cela pareil cette année bien entendu je vous invite à aller consulter le topic sur l'état de la banquise durant l'hiver 2006/2007 à partir de /index.php?showtopic=14623&st=280'>cette page, pour y (re) découvrir tous les avis optimistes d'alors sur la situation de cette banquise qui allait mieux qu'en 2006 (et parfois, sous entendu, cela va continuer à aller mieux). On a vu à quel point c'est effectivement allé mieux six mois plus tard.

A l'époque, on trouve même un "super alarmiste aux prévisions apocalyptiques", du nom d'Alain Coustou, qui écrivait ceci (/index.php?showtopic=14623&st=588'>post #589) :

L'année 2007 pourrait surtout être une année de stabilisation provisoire de la situation (conséquence de la Nina et du minimum solaire).

Du coup, cela m'a permis d'exhumer des cartes d'épaisseur de la banquise produites par Mercator. Voici ainsi l'épaisseur modélisée (ce ne sont pas des observations en tant que telles, donc c'est à prendre comme une approximation) de notre banquise au 31 mars :

psy3v2_20100331_22004_arc_icethick_n0_t0.gif

Situation assez proche de celle de l'an dernier à la même date.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Saint Martin lestra, Loire 590m d alt

je ne comprends pas pourquoi ...vous êtes aussi pessimistes et alarmistes! la banquise va mieux cette année .. et bien tant mieux !on verra comment elle se comportera cet été..; ...on ferra le point en septembre et c'est tout ce que l'on peut dire aujourd'hui.... cela ne sert à rien de comparer..enfin bon... après on va me dire que je n'y connaît que "dal" !..alors je préfère en rester là!....rendez vous après l'été... default_flowers.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Grenoble Centre (Jaurès/Alsace-Lorraine)

je ne comprends pas pourquoi ...vous êtes aussi pessimistes et alarmistes! la banquise va mieux cette année .. et bien tant mieux !on verra comment elle se comportera cet été..; ...on ferra le point en septembre et c'est tout ce que l'on peut dire aujourd'hui.... cela ne sert à rien de comparer..enfin bon...

Comme si c'était aussi simple... Tu dis que ça ne sert à rien de comparer, mais quand tu dis que la banquise "va mieux cette année", je ne vois pas ce que tu fais d'autre. Comme certains l'ont bien fait remarquer, si on regarde un seul facteur, et de manière statique, oui la banquise semble plus étendue dans ses parties externes. Mais si on rapporte ces zones englacées au dynamisme climatique qui est le leur, et qui fait qu'elles sont plus chaudes que le reste des régions polaires, il n'est pas difficile de se douter que la glace y fondra plus vite.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais si on rapporte ces zones englacées au dynamisme climatique qui est le leur, et qui fait qu'elles sont plus chaudes que le reste des régions polaires, il n'est pas difficile de se douter que la glace y fondra plus vite.

Oui, mais ça, ça ne colle pas avec l'observation, puisque c'est plutôt une zone relativement proche du pôle, entre le Spitzberg et la Nouvelle Zemble, qui s'est particulièrement bien englacée ces dernières semaines, alors que des zones périphériques comme le Saint-Laurent ne sont pas très bien englacées. Si on se base juste sur la glace de surface, elle est non seulement bien étendue en cette fin d'hiver, mais aussi tout à fait normalement groupée, et même un peu mieux que ces dernières années à première vue.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Cherbourg-L'aigle

En effet, la banquise est dans la moyenne de 1979-2000, sa faisait longtemps si je peux le dire, mais on verra en Septembre l'étendu des dégâts ou pas. Pour l'instant tout va bien oui, mais dans 2 mois qui sait ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Grenoble Centre (Jaurès/Alsace-Lorraine)

Oui, mais ça, ça ne colle pas avec l'observation, puisque c'est plutôt une zone relativement proche du pôle, entre le Spitzberg et la Nouvelle Zemble, qui s'est particulièrement bien englacée ces dernières semaines, alors que des zones périphériques comme le Saint-Laurent ne sont pas très bien englacées. Si on se base juste sur la glace de surface, elle est non seulement bien étendue en cette fin d'hiver, mais aussi tout à fait normalement groupée, et même un peu mieux que ces dernières années à première vue.

Oui mais ce que je veux dire (je n'entre pas non plus dans le débat, je suis ça de loin) ce n'est rien de plus que ce qui a déjà été mis en avant, à savoir que ce n'est pas parce que la surface est bien englacée que la banquise fondra moins vite cet été, et que ça peut même être l'inverse si les zones qui se portent bien sont plutôt externes (NZ et Spitzberg ne sont certes pas les tropiques mais ça reste une zone frontière de la banquise) et donc plus chaudes (on pourrait avoir une étendue moindre mais une banquise "centrale" plus épaisse)...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais ce que je veux dire (je n'entre pas non plus dans le débat, je suis ça de loin) ce n'est rien de plus que ce qui a déjà été mis en avant, à savoir que ce n'est pas parce que la surface est bien englacée que la banquise fondra moins vite cet été, et que ça peut même être l'inverse si les zones qui se portent bien sont plutôt externes (NZ et Spitzberg ne sont certes pas les tropiques mais ça reste une zone frontière de la banquise) et donc plus chaudes (on pourrait avoir une étendue moindre mais une banquise "centrale" plus épaisse)...

ce que j'observe, c'est que les courbes de fonte se ressemblent beaucoup jusqu'en juin, et que les fluctuations de la fonte annuelle ont surtout lieu entre juin et septembre, dans une zone qui a complètement oublié la superficie de l'extent en hiver qui a de toutes façon fondu depuis longtemps quelle que soit l'année. Ces fluctuations sont manifestement plus liées à des régimes de vents en été qu'à ce qui s'est passé en hiver, ou à la température moyenne du globe; c'est donc pas vraiment un bon proxy, en quelque sorte. Tant qu'on n'a pas une bonne explication de pourquoi les vents se mettent à tourner dans un sens ou dans un autre, je ne vois pas très bien en quoi on peut corréler la fonte estivale.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ok, bien compris.

Sinon, y'a pas de problème sur le fond. Pour moi, je l'ai déjà dit, l'amélioration de ces dernières années n'invalide pas forcément la tendance de fond observée, seulement les scénarios les plus catastrophistes. Dans l'état actuel de mes connaissances en glaciologie, je ne peux qu'observer et espérer qu'on se trompe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

J'ai une question sur ce sujet.

Est il exact que des fontes importantes de la banquise arctique (et plus précisément au Pôle Nord) ont déjà été constatées par le passé, et plus particulièrement dans les années 50 ?

Je viens de terminer un ouvrage (en anglais) sur les voyages (à but militaires) des premiers sous-marins nucléaires américains et certaines descriptions (ainsi que des photos) laissent à penser qu'à plusieurs reprises durant les été 1957, 1958 et 1959, le site du Pôle Nord ait été parfaitement libre de glace.

Avez vous des précisions ? Merci... default_thumbup.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Grenoble Centre (Jaurès/Alsace-Lorraine)

ce que j'observe, c'est que les courbes de fonte se ressemblent beaucoup jusqu'en juin, et que les fluctuations de la fonte annuelle ont surtout lieu entre juin et septembre, dans une zone qui a complètement oublié la superficie de l'extent en hiver qui a de toutes façon fondu depuis longtemps quelle que soit l'année. Ces fluctuations sont manifestement plus liées à des régimes de vents en été qu'à ce qui s'est passé en hiver, ou à la température moyenne du globe; c'est donc pas vraiment un bon proxy, en quelque sorte. Tant qu'on n'a pas une bonne explication de pourquoi les vents se mettent à tourner dans un sens ou dans un autre, je ne vois pas très bien en quoi on peut corréler la fonte estivale.

Ben oui on est d'accord ! De toutes façons les zones concernées par l'extent fondent en grande partie, point barre. Par conséquent, ça se joue ensuite au niveau de la "banquise permanente" (désolé pour les termes), et là en effet ce qui s'est passé l'hiver a moins d'importance (mais pour l'épaisseur quand même ? Je crois que vous en avez déjà discuté non ?).

Share this post


Link to post
Share on other sites

(je crois que je n'en ai pas parlé ?)

La station Russe de Barneo a ouvert fin mars, http://www.barneo.ru/2010e.htm (anglais - la version russe a généralement 1 jour d'avance, Google Bar permet une traduction approximative) - ils ont trouvé rapidement une plaque de glace convenable, de 1,6 m d'épaisseur (je ne trouve pas ça terriblement épais pour poser des Antonov 74 de 30 tonnes, mais bon...)

De mémoire ils prévoient de fermer la base vers le 25 avril, le temps de récupérer les dernières équipes dans le secteur.

@Maison Bleue : je te prépare une réponse

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le bulletin d'Avril du NSIDC est paru sur http://nsidc.org/arcticseaicenews/2010/040610.html

- confirmation de la date tardive de fin de croissance de la banquise, le 31 mars

- étendue (extent) moyen du mois à 15,10 mkm² - 650.000 km² sous la moyenne des mois de mars depuis 1979, 670.000 km² au-dessus du plus bas niveau (en 2006)

- croissance moyenne de 13.200 km² par jour en mars - habituellement mars est globalement en décroissance

- le taux de réduction de l'extent au mois de mars (depuis mars 78) est de 2,6% par décennie.

- les températures de l'air sont restées au-dessus des moyennes sur le coeur de l'Arctique, plus froides sur Bering et Barents, d'où la croissance tardive de la glace.

et on a enfin la carte d'estimation de l'épaisseur de glace:

20100406_Figure6.png

Pas d'amélioration fantastique... dans 15 ans on pourrait revenir au niveau de 1987 ?

Le satellite ICESAT de la NASA étant arrêté depuis octobre 2009, il faudra attendre Cryosat2 (lancement ce jeudi À 15H57 heure Paris)

Mon commentaire perso: c'est un peu moins pire, mais l'été peut être agité et tout casser, ou calme et laisser la glace rester autour des niveaux actuels... On va maintenant attendre les hypothèses formulées par ARCUS / SEARCH: ce sera la 3eme année de l'exercice, leurs modèles de prévisions vont peut-être commencer à s'améliorer...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : La-Chapelle-Saint-Florent (49)

Merci pour ces informations.

En espérant que Cryosat2 ne subira pas le même sort que Cryosat1. Croisons les doigts de ne pas perdre encore 5 ans.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas d'amélioration fantastique... dans 15 ans on pourrait revenir au niveau de 1987 ?

je trouve que tu fais un peu la fine bouche : l'amélioration se fait à peu près au rythme de l'accélération qui l'a juste précédée, et je vois pas bien ce que tu pourrais espérer de plus ? de toutes façons, logiquement, la courbe de la glace de + 2 ans suit la courbe de la glace de + 1 an décalée d'un an, et celle suit plus ou moins la courbe de fonte, si il n'y a pas d'épisode soudain de fonte. C'est donc une information assez redondante. Je m'enhardis à prédire que la glace de + 2 ans va encore s'améliorer l'année prochaine vu que celle de + 1 an s'est améliorée (ce qui suppose bien sur qu'il n'y a ait pas d'épisode analogue à 2007, c'est donc pas completement un pari sans risque ...)

Share this post


Link to post
Share on other sites

et on a enfin la carte d'estimation de l'épaisseur de glace:

Comme ce n'est pas l'épaisseur que tu montres, tu es sûr qu'il y a une forte corrélation entre "âge" et "épaisseur".

Share this post


Link to post
Share on other sites

de toutes façons, logiquement, la courbe de la glace de + 2 ans suit la courbe de la glace de + 1 an décalée d'un an, et celle suit plus ou moins la courbe de fonte, si il n'y a pas d'épisode soudain de fonte. C'est donc une information assez redondante.

Malheureusement, ce n'est pas si simple... sinon le sens de l'évolution et son taux serait toujours identique - il n'y aurait pas de renversement de tendance. Du fait de son mode de formation, la glace d'un an est fine et moins solide que la glace de 2 ans ou + : elle est donc beaucoup plus susceptible de fondre. L'indicateur pertinent est le taux de survie de cette glace jeune - ou plutôt serait, car on ne l'a pas de manière fiable à ce jour.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme ce n'est pas l'épaisseur que tu montres, tu es sûr qu'il y a une forte corrélation entre "âge" et "épaisseur".

Oui, il y a une forte corrélation.

http://nsidc.org/seaice/characteristics/index.html :

first-year ice

floating ice of no more than one year's growth developing from young ice; thickness from 0.3 to 2 meters (1 to 6.6 feet); characteristically level where undisturbed by pressure, but where ridges occur, they are rough and sharply angular.

multiyear ice

ice that has survived at least one melt season; it is typically 2 to 4 meters (6.6 to 13.1 feet) thick and thickens as more ice grows on its underside.

http://nsidc.org/seaice/characteristics/multiyear.html: Multiyear ice has distinct properties that distinguish it from first-year ice, based on processes that occur during the summer melt. Multiyear ice contains much less brine and more air pockets than first-year ice. Less brine means "stiffer" ice that is more difficult for icebreakers to navigate and clear.

La glace de première année contient beaucoup de saumure, d'eau de mer concentrée qui ne s'est pas évacuée. Cette évacuation se déroule pendant la deuxième année, via des "canaux de purge" - la glace est alors beaucoup plus compacte.

Les meilleures explications sur le cycle de la glace sont à ma connaissance celles du professeur Wadhams, http://www.arctic.noaa.gov/essay_wadhams.html (la traduction via google est malheureusement très mauvaise)

Share this post


Link to post
Share on other sites

La glace de première année contient beaucoup de saumure, d'eau de mer concentrée qui ne s'est pas évacuée. Cette évacuation se déroule pendant la deuxième année, via des "canaux de purge" - la glace est alors beaucoup plus compacte.

Les meilleures explications sur le cycle de la glace sont à ma connaissance celles du professeur Wadhams, http://www.arctic.noaa.gov/essay_wadhams.html (la traduction via google est malheureusement très mauvaise)

a priori, ce que tu décris, c'est que plus elle est âgée, moins elle devrait être épaisse alors, un peu comme la neige? mais de toutes façon sur les 15 Mkm^2 les 5 Mkm^2 périphériques qui controlent l'extent sont TOUJOURS de la glace de première année.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nous ne sommes qu'en avril, 1 mois a peine apres la periode theorique d'expension maximale de la banquise et seulement 3 semaines apres l'extension atteinte cette annee, et deja le premier coup de chaud sever est en vue pour le bassin Arctique. La periode du 18 au 22 avril va etre marque par un enorme coup de chaud sur l'Arctique Canadien avec plus de 5 degres a 850hpa pendant 2 ou 3 jours par pres de 80 degres de lattitude nord, et meme une pointe a 7 degres dans lextreme nord Canadien!

Si jamais c'est suffisant pour faire des trous dans le bassin arctique dans cette zone [qui a deja connut un hiver historiquement doux], alors ca sera trop tard, et debut juin la banquise sera deja un vrai gruyere.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dax (40)

Je pense que ce qui est surtout important hugogo, si on veut éviter une fonte massive, c'est que le "bouchon de Béring" tienne aussi longtemps que possible. En 2007, ce bouchon avait sauté extrêmement tôt, permettant aux eaux plus douces en provenance du Pacifique de s'infiltrer dès le printemps vers le bassin arctique. Même si l'on ne peut pas imputer l'intégralité de la fonte de 2007 à ce phénomène (les invasions chaudes récurrentes dans la région y étant également pour beaucou), il a eu un rôle déterminant dans la débâcle catastrophique observée cette année là.

En l'occurence, pour le moment, ce "bouchon" ne montre aucun signe de fragilité et les conditions synoptiques ont l'air de vouloir rester globalement bonnes dans le secteur jusqu'à la fin du mois : pas de modélisations de coups de tabac en flux de sud dans le secteur, au contraire les flux de nord pourraient être assez récurrents.

Pour le moment, même si côté canadien la situation est plus que médiocre, globalement la situation est loin d'être aussi mauvaise qu'elle pourrait l'être.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il existe cette année une autre inconnue, qui n'est aucunement d'origine météo ou anthropique mais qui pourrait avoir des conséquences sur la banquise : les conséquences d'un dépôt éventuel sur la banquise et sur les glaciers arctiques de poussières volcaniques en provenance de l'éruption islandaise, si celle-ci devait se poursuivre suffisamment longtemps et si les vents changeaient de direction...

Dans ces conditions, le possible dépôt d'une fine couche de poussières sombres sur la glace en réduirait peut-être sensiblement l'albédo et pourrait ainsi amplifier l'importance de la débâcle arctique.

Ceci dit, la zone de Béring me parait pour l'instant non menacée par une telle situation. Il sera quand même intéressant de suivre l'évolution de la situation au cours des prochaines semaines.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

Il existe cette année une autre inconnue, qui n'est aucunement d'origine météo ou anthropique mais qui pourrait avoir des conséquences sur la banquise : les conséquences d'un dépôt éventuel sur la banquise et sur les glaciers arctiques de poussières volcaniques en provenance de l'éruption islandaise, si celle-ci devait se poursuivre suffisamment longtemps et si les vents changeaient de direction...

Dans ces conditions, le possible dépôt d'une fine couche de poussières sombres sur la glace en réduirait peut-être sensiblement l'albédo et pourrait ainsi amplifier l'importance de la débâcle arctique.

Ceci dit, la zone de Béring me parait pour l'instant non menacée par une telle situation. Il sera quand même intéressant de suivre l'évolution de la situation au cours des prochaines semaines.

Pour l'instant (et au cours des jours à venir) les vents (à tous niveaux) devraient orienter le panache de fumée vers la mer de Norvège et l'Europe du Nord-Ouest en général. La banquise est encore bien loin d'être affectée, ou alors il faudrait un flux de SO à SO très prolongé au dessus de l'Islande vers la zone mer de Barents / Spitzberg, ce qui n'est pas prévu à échéance raisonnable (c'est même l'inverse, vu le régime en GA qui se met en place !).

Par contre, cette éruption pourrait avoir pour effet de saturer l'atmosphère Européenne de particules qui sont autant de noyaux de condensation supplémentaires favorisant les développements nuageux et les précipitations...À l'échelle des prochains mois ce genre d'évènement volcanique est quand même plutôt enclin à atténuer les excédents thermiques (et favoriser les déficits) à l'échelle globale. Pour ce qui concerne la banquise, je ne sais pas quel pourrait être l'effet. À mon avis ça dépendra de la circulation à venir à l'échelle synoptique...(on reste en régime NAO -, ce qui à court et moyen terme risque d'accélérer la débâcle printanière malgré une aéra qui était très correcte - globalement dans la normale - depuis la mi-mars).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour l'instant (et au cours des jours à venir) les vents (à tous niveaux) devraient orienter le panache de fumée vers la mer de Norvège et l'Europe du Nord-Ouest en général. La banquise est encore bien loin d'être affectée, ou alors il faudrait un flux de SO à SO très prolongé au dessus de l'Islande vers la zone mer de Barents / Spitzberg, ce qui n'est pas prévu à échéance raisonnable (c'est même l'inverse, vu le régime en GA qui se met en place !).

Par contre, cette éruption pourrait avoir pour effet de saturer l'atmosphère Européenne de particules qui sont autant de noyaux de condensation supplémentaires favorisant les développements nuageux et les précipitations...À l'échelle des prochains mois ce genre d'évènement volcanique est quand même plutôt enclin à atténuer les excédents thermiques (et favoriser les déficits) à l'échelle globale. Pour ce qui concerne la banquise, je ne sais pas quel pourrait être l'effet. À mon avis ça dépendra de la circulation à venir à l'échelle synoptique...(on reste en régime NAO -, ce qui à court et moyen terme risque d'accélérer la débâcle printanière malgré une aéra qui était très correcte - globalement dans la normale - depuis la mi-mars).

Hello

D'après le Metoff ou l'institut de météo belge, une partie des aerosols se retrouvent ou vont se retrouver en zone arctique (nord Sibérie, ou entre Nlle Zemble et Svalbard). Mais il n'est pas du tout évident que les quantités de cendres et leur effet sur l'albedo ait un impact significatif pour la fonte de la banquise.

Sur le deuxième point aussi le bilan n'est pas évident, si l'éruption se poursuivait sur le mode actuel.

Les émissions semblent contenir peu de soufre, et le panache reste en dessous de la tropopause (pour mémoire, le panache du Pinatubo montait à 30 km d'altitude) - donc impact sur la température globale quasi nul.

Même pour l'Europe, un refroidissement local ne serait pas du tout évident :

- ce sont les nuages bas qui ont pour effet de refroidir les températures au sol, les nuages élevés auraient au contraire un effet de réchauffement (effet de serre, surtout sur les Tn). Or, dans les couches basses de la troposphère, l'Europe présente déjà des concentrations assez élevées d'aérosols, l'effet de nucléation supplémentaire par ces particules volcaniques n'y est donc pas nécessairement très important

- en dehors des effet de noyau de condensation, les aérosols diffusent le rayonnement solaire ce qui fait baisser la T au sol, mais ce n'est pas valable pour les particules sombres (suies) qui absorbent plus de rayonnement et réchauffent donc l'atmosphère - à voir pour l'absorption des cendres de notre volcan islandais.

Si les émissions volcaniques restent en deçà de la tropopause, contiennent peu de sulfates et qui plus est sont absorbantes (foncés), il n'est pas évident que l'impact sur les Tm en Europe soit sensiblement négatif même pour une éruption sur une période assez longue.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Merry la vallée 280m d'alt.

c'est que le "bouchon de Béring" tienne aussi longtemps que possible. En 2007, ce bouchon avait sauté extrêmement tôt, permettant aux eaux plus douces en provenance du Pacifique de s'infiltrer dès le printemps vers le bassin arctique.

webcam pour suivre quand la débâcle va commercer dans cette zone...

Ile de Diomede au milieu du détroit

1234951380.jpg

current.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...