Messages recommandés

pablo25   

Euh 13V, j'ai dit "commencerait à diminuer" en octobre. Je trouve que la situation se rapproche de 1986, certes de manière plus étonnante! Mais pour revenir aux tendances, c'est un des facteurs, le QBO, ce qui compte c'est cette phase descendante vers QBO-, mais surtout l'association des autres facteurs. merci beaucoup, 13V, pour tes explications et les schémas en sus;)

 

qbo_wind.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
meteor   

Oui bon çà devient un peu compliqué tout çà.

Concernant les corrés avec d'autres indices, si je regarde la corré T2m / activité solaire cyclique au niveau du flux, c'est nettement plus intéressant et surprenant de mon point de vue:

 

corrc3a9-solar.jpg

 

Avec l'ENSO, la corré est nulle pour l'Europe du Nord et commence à donner quelques petits signes pour le SO :

 

corrc3a9-enso.jpg

 

J'ajoute, afin de vérifier avec un "classique", la NAO, que pour cet indice, au moins, il n'y a pas de surprise:

 

corrc3a9-nao.jpg

Modifié par meteor
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sky Blue   
Invité Sky Blue
il y a 20 minutes, meteor a dit :

Oui bon çà devient un peu compliqué tout çà.

On n'a jamais dit que c'étais simple l'affaire.

Beaucoup  d'ingrédients à assembler, mais recette toujours secrète.

Encore merci à 13V pour sa pédagogie et surtout sa patience. -_-

Modifié par Sky Blue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Sky Blue a dit :

On n'a jamais dit que c'étais simple l'affaire.

Encore merci à 13V pour sa pédagogie et surtout sa patience. -_-

 

Oui, le truc c'est que l'on a souvent des liens qui ne sont pas évidents à attraper, ce qui explique que l'on ait besoin de recourir à des méthodes d'analyse plus poussées. La simple corrélation linéaire peut vite être dépassée. Par exemple, le problème de la "stationnarité" de la réponse à un forçage donné : suivant la configuration des autres facteurs ou de la période choisie, les effets peuvent être inversés, amortis etc. (en cause, la non-additivité des forçages souvent). Comme Treize le soulignait donc :

 

 

Il est évident que si on se limite à regarder la QBO toute seule, on ne peut pas déceler son rôle puisqu'elle va justement avoir des impacts opposés selon d'autres oscillations. 

 

Si l'on est fan de casse-tête et de météorologie, c'est une voie à recommander.

  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ronflex   
Il y a 15 heures, meteor a dit :

Oui bon çà devient un peu compliqué tout çà.

Concernant les corrés avec d'autres indices, si je regarde la corré T2m / activité solaire cyclique au niveau du flux, c'est nettement plus intéressant et surprenant de mon point de vue:

 

 

 

 

Je doute qu'il soit intéressant de regarder les corrélations avec la température au sol. Deux synoptiques très différentes à la base peuvent donner des températures au sol sensiblement équivalentes. Dans la prévision saisonnière, pour le moment, on peut uniquement espérer avoir une idée du positionnement des centres d'action dans l'HN.

 

Même si certains indices ont des corrélations moins évidentes pour nos régions il en reste pas moins qu'une fois couplés avec d'autres indices, leur impact devient beaucoup plus important.
Dans ta démarche tu prends une variable à chaque fois pour la faire passer dans la fonction qui te sort la température au sol en Europe.
Ça donne un truc comme ça : f(ENSO faiblement négatif) = température au sol dans les normes, f(activité solaire descendante) = température douce etc.
 

Sauf qu'à la base la fonction f dépend d'un grand nombre de variable. Et même si la NAO donne une bonne corrélation (avec la température au sol), elle dépend de toutes les variables (ENSO, activité solaire, QBO etc) qui ont pourtant peu d'impact, pris séparément, avec la température par chez nous.

Pour la prévision saisonnière en Europe de l'ouest c'est toujours plus ou moins la même chose. Il faut avoir une idée sur l'évolution de 2 indices : la NAO et l'AO. Tout le travail sur la QBO, l'activité solaire, Stratosphère, l'ENSO, la SAO, l'OPI (il va faire son retour cet hiver ? ^^) sert uniquement à avoir une idée de l'AO et NAO. 
Mathématiquement ça donne : f(ENSO ; QBO ; Stratsophère ; activité solaire ; SAO ; OPI) = (NAO ; AO) puis on aura une fonction g(NAO ; AO) = (température ; humidité).La composition des deux fonctions c'est la prévision pour chez nous.
Faut bien garder à l'esprit qu'aucune fonction n'est linéaire. C'est à dire que si une variable catalyse l'apparition de NAO +, une autre la NAO - et le reste une NAO neutre ça ne donnera pas forcément une NAO finale neutre.
 

Modifié par Ronflex
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
meteor   
Il y a 1 heure, Ronflex a dit :

 

Je doute qu'il soit intéressant de regarder les corrélations avec la température au sol. Deux synoptiques très différentes à la base peuvent donner des températures au sol sensiblement équivalentes. Dans la prévision saisonnière, pour le moment, on peut uniquement espérer avoir une idée du positionnement des centres d'action dans l'HN.

 

Même si certains indices ont des corrélations moins évidentes pour nos régions il en reste pas moins qu'une fois couplés avec d'autres indices, leur impact devient beaucoup plus important.
Dans ta démarche tu prends une variable à chaque fois pour la faire passer dans la fonction qui te sort la température au sol en Europe.
Ça donne un truc comme ça : f(ENSO faiblement négatif) = température au sol dans les normes, f(activité solaire descendante) = température douce etc.
 

Sauf qu'à la base la fonction f dépend d'un grand nombre de variable. Et même si la NAO donne une bonne corrélation (avec la température au sol), elle dépend de toutes les variables (ENSO, activité solaire, QBO etc) qui ont pourtant peu d'impact, pris séparément, avec la température par chez nous.

Pour la prévision saisonnière en Europe de l'ouest c'est toujours plus ou moins la même chose. Il faut avoir une idée sur l'évolution de 2 indices : la NAO et l'AO. Tout le travail sur la QBO, l'activité solaire, Stratosphère, l'ENSO, la SAO, l'OPI (il va faire son retour cet hiver ? ^^) sert uniquement à avoir une idée de l'AO et NAO. 
Mathématiquement ça donne : f(ENSO ; QBO ; Stratsophère ; activité solaire ; SAO ; OPI) = (NAO ; AO) puis on aura une fonction g(NAO ; AO) = (température ; humidité).La composition des deux fonctions c'est la prévision pour chez nous.
Faut bien garder à l'esprit qu'aucune fonction n'est linéaire. C'est à dire que si une variable catalyse l'apparition de NAO +, une autre la NAO - et le reste une NAO neutre ça ne donnera pas forcément une NAO finale neutre.
 

Ma démarche n'était pas d'établir une prévision saisonnière, je n'oserais évidemment pas me lancer dans une supposition telle que "cet hiver 2016/2017 a du plomb dans l'aile".

Je trouvais surtout intéressante la corrélation entre un forçage externe, l'activité solaire, et la température au sol en DJF.

Si ce signal solaire passe par l'AO, la NAO, la QBO, l'ENSO,... c'est inclus dans ce coefficient.

Dans les quelques exemples de corré que je donne, le signal solaire est le deuxième après la NAO et maintenant que j'y regarde de plus près, les deux signaux se ressemblent fortement au niveau de la répartition géographique de la T2m.

Ce serait d'ailleurs une confirmation de ce qu'on supputait déjà, à savoir que le signal "activité cyclique solaire" passe en grande partie par la NAO.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
meteor   

en relation avec ma réponse plus haut en regardant cette fois le géopot à 500 hPa (en DJF) en relation d'abord avec  l'AO (pour changer de la NAO mais c'est presque pareil) qui nous donne une corrélation très positive sur la France (résultat connu):

 

corrc3a9-ao-geopot.jpg

 

et maintenant la corré entre géopot 500hPa et le cycle solaire:

 

corrc3a9-solar-geopot.jpg

 

çà se ressemble pas mal tout de même, bien qu'en plus atténué pour le cycle solaire.

 

personnellement je pensais que c'était moins évident que çà.

Modifié par meteor
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sky Blue   
Invité Sky Blue
Il y a 3 heures, Ronflex a dit :

Tout le travail sur la QBO, l'activité solaire, Stratosphère, l'ENSO, la SAO, l'OPI (il va faire son retour cet hiver ? ^^) sert uniquement à avoir une idée de l'AO et NAO. 

Tout à fait, d'ailleurs les TRX de l'AER ont également cette finalité, prédire l'AO et sa version Européenne la NAO.

Car pour le reste, qu'il fasse chaud ou froid dans la strato, que l'activité solaire soit forte, que la neige soit précoce en Sibérie, on s'en bat les cacahouètes sur le plancher des vaches. 

 

Modifié par Sky Blue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sebb   
Il y a 4 heures, meteor a dit :

en relation avec ma réponse plus haut en regardant cette fois le géopot à 500 hPa (en DJF) en relation d'abord avec  l'AO (pour changer de la NAO mais c'est presque pareil) qui nous donne une corrélation très positive sur la France (résultat connu):

 

 

 

et maintenant la corré entre géopot 500hPa et le cycle solaire:

 

 

 

çà se ressemble pas mal tout de même, bien qu'en plus atténué pour le cycle solaire.

 

personnellement je pensais que c'était moins évident que çà.

Par contre de quel paramètre il s'agit concernant le cycle solaire? le nombre de tâche?

 

Modifié par sebb
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
meteor   
il y a 24 minutes, sebb a dit :

Par contre de quel paramètre il s'agit concernant le cycle solaire? le nombre de tâche?

 

c'est le flux mais c'est presque pareil...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sebb   

Merci,  ce qui rejoint effectivement le post de 13V, par contre désolé pour mes lacunes, mais j'ai du mal à interpréter ces cartes.

 

Pourquoi la corrélation n'est pas comprise entre 0 et 1?

D' habitude quand on a une corrélation de 0 c'est qu'aucun rapport n'est détecté, à l'inverse de 1, mais ici par exemple en Islande on a une corrélation négative. Comment cela doit il s'interpréter?

Quelle évidence m'échappe?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
meteor   
il y a 46 minutes, sebb a dit :

Merci,  ce qui rejoint effectivement le post de 13V, par contre désolé pour mes lacunes, mais j'ai du mal à interpréter ces cartes.

 

Pourquoi la corrélation n'est pas comprise entre 0 et 1?

D' habitude quand on a une corrélation de 0 c'est qu'aucun rapport n'est détecté, à l'inverse de 1, mais ici par exemple en Islande on a une corrélation négative. Comment cela doit il s'interpréter?

Quelle évidence m'échappe?

 

Je ne sais pas pour le post dont tu parles, quand c'est trop long je zappe.

 

L'échelle de corrélation est bien de -1 à 1.

extrait wiki:

"Le type le plus simple de liaison est la relation affine. Dans le cas de deux variables numériques, elle se calcule à travers une régression linéaire. La mesure de la corrélation linéaire entre les deux se fait alors par le calcul du coefficient de corrélation linéaire, noté r. Ce coefficient est égal au rapport de leur covariance et du produit non nul de leurs écarts types. Le coefficient de corrélation est compris entre -1 et 1 "

Tu confonds peut-être avec le coefficient de détermination R2 qui lui est toujours positif:

extrait wiki:

" En statistique, le coefficient de détermination (R2{\displaystyle R^{2}}R^{2}) est une mesure de la qualité de la prédiction d'une régression linéaire "

Pour l'Islande la corrélation négative doit s'interpréter comme suit:

Quand la NAO, par exemple (ou l'anomalie de flux solaire dans le cas présent) est positive l'anomalie de Z500 sur l'Islande est négative.

Du négatif sur du positif çà donne bien une corré négative.

 

Modifié par meteor

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nanuq   
Le 10/09/2016 à 17:47, TreizeVents a dit :

 

 

 

 

Voici le graphique représentant l'évolution exprimée en degrés lissés par semaine des deux indices MQI (qui sont les deux paramètres fondamentaux de la QBO : la direction et la propagation).

 

QBO.png

 

 

Pardon, mais je trouve ça stupéfiant que non seulement tu puisses penser réellement qu'on va régler le problème et revenir dans le rang d'ici la fin du mois prochain, mais qu'en plus tu te permette de l'affirmer sans même utiliser le conditionnel...

 

D'après l'étude publiée sur la revue science, les chercheurs ont réalisé plusieurs simulations numériques sur lesquelles ils reconnaissent qu'ils n'ont pas non plus une fiabilité assurée (impossibilité de comparer les résultats du modèle à un événement précédent, puisque par définition on est dans le domaine du jamais observé auparavant), et ils estiment que le délai de retour au cycle normal devrait se faire sur un délai de 8 à 10 mois. Pour expliquer très sommairement les choses :

 

 

QBO2.png

 

 

On distingue bien sur ce graphique les cycles descendants de la QBO, tantôt positifs (jaune/orange), tantôt négatifs (bleu), qui s'amorcent au sommet de la stratosphère et qui se propagent en descendant vers la basse stratosphère. Début 2016, au moment où nous avons connu le pic de chaleur global consécutif tant à l'arrivée à maturité de l'épisode Niño que des conditions exceptionnelles sur l'hémisphère nord, une importante séquence d'ondes atmosphériques est remontée depuis la troposphère en dessous et s'est propagée dans la basse stratosphère (flèche verte faite à la main sur le graphique). La séquence descendante positive normale, matérialisée par la flèche rouge, a non seulement été bloquée par l'onde qui remontait de la troposphère, mais elle a en plus "rebondi" en remontant en altitude (c'est vraiment cette image d'un rebond qui matérialise le mieux ce qu'il s'est passé). Se faisant, la nouvelle phase négative, qui était en cours d'amorçage au sommet de la stratosphère, s'est tout simplement faite écraser.

 

Le scénario attendu par les chercheurs, et encore une fois on en est au niveau des hypothèses, c'est que la phase positive en cours va repartir du niveau où elle était remonté, à savoir environ 15 à 20 hPa, et reprendre une propagation normale vers le bas. Le cycle prendrait alors la forme que j'ai matérialisé avec les lignes rouges, à savoir quelque chose ressemblant fortement à nouveau cycle positif consécutif. Auquel cas, à 30 hPa, la QBO ne repasserait pas en cycle négatif avant au moins la fin 2017 (et certainement pas d'ici la fin octobre prochain...). Le gros de l'incertitude (encore que c'est toujours une question ouverte : le cycle va t-il reprendre après ce choc ? Probablement que oui d'après les chercheurs, mais fondamentalement on n'a pas de garantie sur l'absence de séquelles durables), c'est en quelque sorte le délai de rebond avant le redémarrage de la phase descendante, le mieux étant de vous le matérialiser avec un dessin :

 

 

QBO3.png

 

 

 

 

 

Bonsoir à tous. Je ne connais pas encore toutes les finesses de votre forum, pardonnez moi de citer tout le post de 13V. Pour commencer, merci à toi 13Vents, pour ta générosité et ta curiosité dans tes écris. Je te lis depuis longtemps avec passion.

Il est très difficile de prévoir l'évolution future du QBO. Peut être que le QBO vient de la différence de températures entre troposphère et stratosphère, c'est un phénomène d'ondes et d'écoulement (physique des fluides pour l'instabilité). Ce n'est que mon avis et je ne suis qu'un simple passionné !! Il ne s'agit pas de températures mais de vent qui sont ralentis par l'effet d'ondes. Je pense que la stratosphère est une couche ondulante et, elle créé des ondes de gravité, le QBO. Arrive à un moment où la troposphère se réchauffe trop et la stratosphère est trop froide et créé une instabilité en 2016. Le phénomène déclencheur serait EL-Nino 2015 (ondes de Rossby), c'est la différence avec les autres El-Nino.. Nous l'avons tous vu durant l' hiver dernier avec des SSW très chauds, qui n'arrivaient pas à déstabiliser le vortex polaire ou, tout du moins, descendre assez bas pour le perturber ( malgré un indice Eliassen-Palm-Vector assez encourageant ). L'énergie n'a pas put se dissiper et à créé une instabilité. On retrouve cette instabilité (ondes) un peu partout autour de nous dans la nature.

Capture d’écran 2016-09-08 à 23.41.15.jpgCapture d’écran 2016-09-08 à 23.14.12.png

 

Pour faire une tendance saisonnière, je me base principalement sur les océans. El-Nino 2015-2016 à créé des zones froides et des zones chaudes (teleconnections).

Nous subissons actuellement, une remise à niveau de l'équilibrage océanique dans l'atlantique et dans les océans du globes. Un exemple, la PDO et sa relation avec El-Nino.

 

Capture d’écran 2016-09-11 à 22.00.30.jpg

 

Capture d’écran 2016-09-06 à 15.37.47.png

 

Les deux prochaines cartes sont très importantes pour comprendre l'évolution actuelle et future de notre climat Européen. El-Nino à créé, en 2015, des zones froides en Atlantique, mais pas seulement.

Prévisions de novembre 2015:

Capture d’écran 2016-09-11 à 21.46.36.jpg

 

En 1: La PDO en phase positive (Blop) dans une oscillation négative

En 2: Notre piscine d'eau froide (teleconnection MJO=> numéro 4,  J'y reviendrais).

En 3: L'Atlantique équatoriale.

Ce que je voulais montrer, c'est la transition entre El-Nino et l'improbable mais future Nina dans l'Atlantique et l'effet sur le climat Européen.

gsstanim.gif

Les remontées chaudes d'août et début septembre sur l'Europe viennent de cette transition, El-Nino, la Nina.

Capture d’écran 2016-09-08 à 16.10.26.jpg

J'ai parlé de la PDO. Je pense, contrairement à ce que nous donne la NOAA comme données, que la PDO est toujours positive (a savoir, des SST froides dans le nord du pacifique). Selon UKMO => http://research.jisao.washington.edu/pdo/PDO.latest  

Nous serions toujours en positif. La PDO ne devrait repassé en  léger négatif que courant novembre selon moi. Pour rappel, la PDO joue un rôle important dans l'évolution du climat et dans les tendances saisonnières.

Pour notre future Nina, je me base sur le dipôle de l'océan indien. En rouge, El-Nino et en bleu, la Nina et la relation avec Nino 3.4

Capture d’écran 2016-09-08 à 16.05.27.jpgCapture d’écran 2016-09-08 à 16.05.11.jpg

 

La MJO est très importante selon moi. C'est elle qui dicte une partie de l'évolution de notre future Nina mais elle influence aussi la NAO (régime de temps de Cassou).

http://la.climatologie.free.fr/enso/La-Nina-modoki1.jpg

La MJO favorise une Nina (phase 6-7-8-1 (NAO-)) ou un El-Nino (phase 2-3-4-5 (NAO+) ), c'est le dipôle indien (interaction avec l'indice PNA et oscillation du jet-stream.. jusqu'a 7 ondes selon l'intensité de la convection MJO). Mais c'est un système qui s' auto-alimente par les SST de l'océan Pacifique, SST chaude à l'Ouest du pacifique équatorial => la Nina (phase 6-7-8-1 (NAO-)) soit, des SST froide à l'Ouest de l'océan Pacifique=>El-Nino (phase 2-3-4-5 (NAO+) ).

Nous avons été en Nina modoki par la MJO phase 6 NAO- durant tout le mois d'août mais elle est retournée en son centre et l'évolution future ne laisse pas grand espoir pour son retour en 2016. De plus, l'évolution des températures dans l'océan indien (neutre) ne devrait pas réactiver les régions froides (voir l'excellent post de 13V dans le topic concerné El-Nino, la Nina).

obs_phase40_full.gifnao.sprd2.gif

 

La suite semble se profiler pour une NAO neutre mais une tendance en NAO+ pour l'automne et début d'hiver. Reste les remontées chaudes dans l'Atlantique qu'il faudra bien suivre ainsi que l'activité cyclonique.

L'évolution de l'AO pour cet hiver: Les SSW (réchauffement stratosphérique) ne devraient, à mon avis, ne pas être présent du tout!! Une onde de Rossby stratosphérique se créé par la convection entre MJO et ENSO. Elles mettent environs trois mois pour déranger le vortex polaire ou l'AO. Si l'on regarde le graphique IOD et l'ENSO, il ne devrait pas y avoir de convection cet automne et ce début d'hiver. Pas d'ondes de gravité malgré le fait que la Circulation de brewer-Dobson soit ouverte!

 

Image

Image

Image

Je pense que la PDO n'aura pas d'influence sur notre début d'hiver, elle sera légèrement négative (SST chaude dans le Nord pacifique). Une tendance à une NAO neutre mais, les remontée chaude de l'Atlantique équatoriale (reste d'El-Nino 2015-2016) créeront les troubles fêtes. Une AO assez solide ( manque de convection MJO=>ENSO) en plus des prévisions QBO en phase Ouest comme expliqué par 13 V.

 

QBO4.png

 

 

Quelques soubresauts de la MJO mais rien de bien méchant. Bref, un début d'hiver plutôt chaud et humide (NAO+) jusqu'en fin décembre à mon avis. Situation plutôt positive pour une reconstruction partielle de la banquise Arctique qui en a bien besoin.

De mon point de vue, sans Nina, les restes d'El-Nino vont influencer notre climat et le climat mondial jusqu'en décembre au moins dans l'hémisphère Nord. Une tendance chaude et humide pour l'Europe. Un changement peu être imaginé à l'échéance début janvier par l'IPO ( interdécennale Pacific Oscillation) ou plus exactement par l'index TPI ( indice Tripole du pacifique.)

J'y reviendrais prochainement, si vous le voulez bien.

 

Nanuq

 

 

Modifié par Nanuq
  • J'aime 9

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nanuq   


Encore une chose concernant la venue d'une phase froide pour la cette fin de semaine. Nous avons eut des conditions positive de l'AO pour le mois d'août.
Une PDO en changement de phase (SST froides en 2015 début 2016 qui repassent en SST chaudes en 2016) et des remontées chaude dues à El-Nino dans l'Atlantique. On retrouve ces deux acteurs dans l'évolution de la banquise Arctique:

 

Capture d’écran 2016-08-24 à 15.21.24.jpg
 
Avec une AO généralement positive:
hgt.ao.cdas.gif
 

L'offensive de la MJO en début et mi août (phase 6=>NOA-) et l'interaction avec l'indice PNA:

 

pna.sprd2.gif

 

Image

 

L'évolution de l'AO et son impact sur la banquise Arctique:

 

z500_nh_30d_anim.gif

 

D'après moi, la descente d'air froid pour la fin de semaine n'est qu'un rééquilibrage de l'AO. La tendance pour cet automne et ce début d'hivers pour l'AO sera négative selon moi. Notre climat Européen restera chaud et probablement humide. Une PDO neutre, un dipôle indien neutre, une Nina en Nada, une AO qui ne devrait pas être dérangée, des restes d'El-Nino chaud. Un automne et un début d'hivers chaud.

 

Nanuq

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flo1506   
Il y a 13 heures, Nanuq a dit :


Encore une chose concernant la venue d'une phase froide pour la cette fin de semaine. Nous avons eut des conditions positive de l'AO pour le mois d'août.
Une PDO en changement de phase (SST froides en 2015 début 2016 qui repassent en SST chaudes en 2016) et des remontées chaude dues à El-Nino dans l'Atlantique. On retrouve ces deux acteurs dans l'évolution de la banquise Arctique:

 

Capture d’écran 2016-08-24 à 15.21.24.jpg
 
Avec une AO généralement positive:
hgt.ao.cdas.gif
 

L'offensive de la MJO en début et mi août (phase 6=>NOA-) et l'interaction avec l'indice PNA:

 

pna.sprd2.gif

 

Image

 

L'évolution de l'AO et son impact sur la banquise Arctique:

 

z500_nh_30d_anim.gif

 

D'après moi, la descente d'air froid pour la fin de semaine n'est qu'un rééquilibrage de l'AO. La tendance pour cet automne et ce début d'hivers pour l'AO sera négative selon moi. Notre climat Européen restera chaud et probablement humide. Une PDO neutre, un dipôle indien neutre, une Nina en Nada, une AO qui ne devrait pas être dérangée, des restes d'El-Nino chaud. Un automne et un début d'hivers chaud.

 

Nanuq

Pour moi honnêtement on'a subit 3 hivers particulièrement doux maintenant on reste à savoir ce qui va ce passer , moi je pense que cet hiver devrait êtres standard avec des période douce sa en pèchera pas encore une fois des périodes plus froide s'influencé sur notre pays d'après CFS Mois actuel voient un hiver assez standard ni chaud ni froid ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mitch03   

Bref encore un hiver dépriment si je comprends bien alors gardez bien sous le coude la cassette du jour d après ça pourra servir en cas de crise

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre74   
il y a 6 minutes, Nico.A a dit :

Pour info les prévis saisonnieres du Met Office ont été publiées. 

http://www.metoffice.gov.uk/research/climate/seasonal-to-decadal/gpc-outlooks/ens-mean

Je vous laisse regarder les anomalies qui s'en dégages pour Dec-Janv-Fev

pas de grosses anomalies apparemment dans un sens comme dans l'autre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mathias   
Il y a 8 heures, Nico.A a dit :

Pour info les prévis saisonnieres du Met Office ont été publiées. 

http://www.metoffice.gov.uk/research/climate/seasonal-to-decadal/gpc-outlooks/ens-mean

Je vous laisse regarder les anomalies qui s'en dégages pour Dec-Janv-Fev

 

Anomalies par rapport à quelle décennie?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mathias   
Le 11/09/2016 à 22:10, gugo a dit :

La météo.org prévoient un décembre sous les normes, mais un janvier assez largement au dessus des normes; 

 

http://www.lameteo.org/index.php/previsions-meteo/tendances-saisonnieres

 

Ils prévoyaient un mois de septembre dans les normes au niveau des températures. Ben à part un déficit de plusieurs degrés sur la deuxième quinzaine au niveau national, je ne vois comment on peut y arriver...:D

 

 

"En France :

Ecart thermique probable : 0,0 degré – Précipitations : globalement déficitaires – Ensoleillement : de saison

Encore un mois proche des normales thermiquement parlant. Les chiffres devraient en effet être à peu près de saison, déficitaires a priori de la Normandie à la frontière belge, excédentaires essentiellement sur le pourtour méditerranéen."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gugo   
il y a 29 minutes, mathias a dit :

 

Ils prévoyaient un mois de septembre dans les normes au niveau des températures. Ben à part un déficit de plusieurs degrés sur la deuxième quinzaine au niveau national, je ne vois comment on peut y arriver...:D

 

 

"En France :

Ecart thermique probable : 0,0 degré – Précipitations : globalement déficitaires – Ensoleillement : de saison

Encore un mois proche des normales thermiquement parlant. Les chiffres devraient en effet être à peu près de saison, déficitaires a priori de la Normandie à la frontière belge, excédentaires essentiellement sur le pourtour méditerranéen."

Non mais c'est pas parce que ils ont faux à septembre que ils auront faux au reste.... faut arrêter de chercher constamment la critique, 

C'est sur que si on prend par rapport à un mois c'est facile de critiquer... surtout que en général leurs previs saisonnières sont bonnes. 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gugo   
il y a 20 minutes, Flo1506 a dit :

Le run de CFS du 13 septembre 2016 voilà a quoi peut ressemblée notre hiver, il y a des incertitude ! 

(Puis les images diaboliques))

Alors juste un conseil pour ne pas te faire  "détruire" par des membres qui ne comprennent pas que c'est pas forcément facile quand on débute.  Ne poste JAMAIS ces cartes CFS, qui sont les moyennes du dernier run CFS dayli et donc ce n'est pas du tout fiable.  Personnellement cfs dayli je l'appelle le mode qui vend du rêve, donc à l'avenir regarde ces cartes pour rêver c'est tout ;) . Et si tu veux partager tes rêves fait le sur le topic des souhaits  ou bien sur le tchat le soir je suis le premier à montrer mes rêves xD

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.