Aller au contenu
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Yoann44

Le blues des climatologues, rester objectif ou s'exprimer au delà de la science ?

Messages recommandés

Pour un diplomate, je pense que la signature de l'accord de Paris est un authentique exploit de l'humanité.

C'est troublant de se dire que son utilité est floue, mais la difficulté à obtenir cet accord (1 à 2 décennies de négociation) en dit long sur les habitudes humaines.

On ne change pas des millénaires d'habitudes en deux décennies. Cela prendra plus de temps.

On a plus que jamais besoin d'études climatologiques donc ce n'est pas le moment pour les climatologues d'avoir le blues.

Je pense même qu'aujourd'hui la conscience est suffisamment grande (même si pas toujours bien cadrée) pour laisser aux scientifiques le pur travail technique et se décharger de responsabilités morales. Le temps où il fallait qu'un scientifique sonne l'alarme est du passé. Aujourd'hui, c'est plus facile, l'alarme est déjà sonnée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

 Aujourd'hui, c'est plus facile, l'alarme est déjà sonnée.

Ouai, enfin, on peut se demander si elle a sonné suffisamment fort  et surtout suffisamment fort pour tout le monde.

Si on en juge par la priorité absolue donnée à la croissance, on peut en douter.

Je suis d'accord pour dire que les scientifiques ont fait leur boulot et ils le font depuis longtemps, en ce sens l'alarme a bien été sonnée mais  au milieu d'un océan d'incrédulité du genre "c'est pas possible, ça peut pas arriver" et ça, je pense que c'est vrai de l'énorme majorité de la population, même de ceux qui acceptent intellectuellement l'origine anthropique du RC et l'effondrement de la biodiversité.

Il y a une énorme différence entre ce que l'on accepte intellectuellement et ce qui s'impose comme une évidence première.

Ce n'est pas si simple de bouleverser son mode de vie.

  • J'aime 10

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que tu as le droit d'être déçu, car tu sais ce qu'est de parler dans le vide, mais ceux qui ont poste médiatique depuis 2015, je ne comprends pas. Depuis 2015, tout est plus facile. Cela ne veut pas dire que c'est facile, mais c'est plus facile.

Que Yoann44 ou d'autres soient préoccupés, je comprends, mais personnellement je mesure la distance d'où on partait : on partait de très très très loin. J'ai toujours entendu dire que l'écologisme de grande échelle est devenue une préoccupation citoyenne dans les années 1980, après des millénaires de simple écologisme local. Aujourd'hui, il y a des ministères dédiés.

Modifié par Cotissois 31

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : 60300 Senlis, 61170 Marchemaisons

Oui comme celui du ministère de l'impossible ( celui de l'écologie ) :$

  • J'aime 1
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Le Voide (49-Maine et Loire), à 35 km au sud d'Angers et à 135 mètres d'altitude.
Il y a 2 heures, sirius a dit :

Ouai, enfin, on peut se demander si elle a sonné suffisamment fort  et surtout suffisamment fort pour tout le monde.

Si on en juge par la priorité absolue donnée à la croissance, on peut en douter.

Je suis d'accord pour dire que les scientifiques ont fait leur boulot et ils le font depuis longtemps, en ce sens l'alarme a bien été sonnée mais  au milieu d'un océan d'incrédulité du genre "c'est pas possible, ça peut pas arriver" et ça, je pense que c'est vrai de l'énorme majorité de la population, même de ceux qui acceptent intellectuellement l'origine anthropique du RC et l'effondrement de la biodiversité.

Il y a une énorme différence entre ce que l'on accepte intellectuellement et ce qui s'impose comme une évidence première.

Ce n'est pas si simple de bouleverser son mode de vie.

 

Oui, c'est assez déconcertant de voir les années passer avec toujours les mêmes réflexions sur l'enjeux climatique, et sans la prise de conscience qu'il s'agit aussi d'une course contre la montre, mais du coup l'illustration pédagogique ci-dessous reste toujours d'actualité, c'est bien ça évite de la réactualiser...

180930032710867902.jpg

Modifié par Aldébaran
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Aix en Provence
il y a une heure, Aldébaran a dit :

 

Oui, c'est assez déconcertant de voir les années passer avec toujours les mêmes réflexions sur l'enjeux climatique, et sans la prise de conscience qu'il s'agit aussi d'une course contre la montre, mais du coup l'illustration pédagogique ci-dessous reste toujours d'actualité, c'est bien ça évite de la réactualiser...

180930032710867902.jpg

C'est presque occultiste comme dash board...dans le sens où le nucléaire et la geo ingenirie y sont absents. Sauf la bulle en bas à gauche.

Comme quoi, les lobbies sont forts sur ce sujet et ce forum. Il y a presque 20 ans je croisais ici des passionnés de la nature et de la meteo . c'était le bon vieux temps.

La solution au RC ne passera pas par ici. Dommage...

D'autres instances moins obtues traiteront le sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Le Voide (49-Maine et Loire), à 35 km au sud d'Angers et à 135 mètres d'altitude.
il y a une heure, paysdaix a dit :

C'est presque occultiste comme dash board...dans le sens où le nucléaire et la geo ingenirie y sont absents. Sauf la bulle en bas à gauche.

Comme quoi, les lobbies sont forts sur ce sujet et ce forum. Il y a presque 20 ans je croisais ici des passionnés de la nature et de la meteo . c'était le bon vieux temps.

La solution au RC ne passera pas par ici. Dommage...

D'autres instances moins obtues traiteront le sujet.

 

Passionné de météo et de nature, l'intention de poster ces réflexions, n'est pas de démoraliser tout le monde pour que rien ne change, mais juste de pointer du doigt les barrières, les obstacles,  les problématiques, et les réflexions qu'ils nous faut affronter dans la vie de tout les jours, pour qu'une prise de conscience globale et effective puisse s'opérer. 

 

Avec du recul, je pense que si l'on souhaite mobiliser massivement, il va falloir probablement rendre le parcours à suivre désirable,  et montrer que l'on peut prendre du plaisir à rendre les objectifs atteignables. Montrer les bienfaits et les intérêts de suivre cette voie à la population.

 

Et s'il y a bien une chose qui revient parmi les nombreux visionnages, ou lectures que je peux avoir sur le sujet, s'il y a bien un sujet commun qui revient à la quasi-unanimité, comme une des solutions incontournables à la problématique climatique et énergétique, c'est bien la nécessité absolue de comprendre la réelle valeur de l'énergie, en l'économisant, et en  diminuant sa consommation autour de nous, déjà.

 

Et, pour aller plus loin, pour aider à faire sa propre révolution, quelques pistes, même si ce sujet n'est pas destiné forcement à ça, mais ça peut ne pas faire de mal non plus: https://www.lesgesteseclaires.com/

Modifié par Aldébaran
  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour répondre du seul point de vue corporatif scientifique, je pense que certains scientifiques doivent réfléchir au problème du "vulcanologue de Naples".

Quel sens cela a-t-il de rédiger des rapports de risque catastrophique dans une ville qui a zéro intention de s'adapter optimalement au risque et qui a décidé à l'avance que tout dépendait de la Bonne Mère ? Je pense en fait que cela a du sens, il faut le faire et trouver des gens motivés pour le faire, et ne pas se poser de questions sur l'optimalité des mesures politiques ni le fait de parler dans le vide. Communiquer pour communiquer fait partie du job., de plus en plus. Que les gens n'en retiennent rien fait partie du job.

Modifié par Cotissois 31

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ma part, je pense que nous nous confrontons ici à un problème de démocratie. 

en effet, la grande majorité des citoyens est désormais convaincue de l'existence du RC, de ses dangers et de son aspect anthropique. De même que de la nécessité urgente à réagir. mais, en plus de la difficulté pour tout un chacun de changer ses habitudes et son mode de vie, il y a le fait que nous vivons dans des pseudo-démocratie dans lesquelles, en réalité, les citoyens n'ont absolument aucun pouvoir. 

sans rentrer dans des détails fastidieux, notre non-choix au moment des élections (ou plutôt un triste choix entre de médiocres candidats que l'on nous impose...), le fait que les élus n'aient aucun compte à nous rendre, et le fait que ces même élus soient contrôlés comme de vulgaires pions par des lobbies tout-puissant empêchent toute solution valable de voir le jour.

car ces lobbies, financiers, industriels ou autres sont dirigés par des gens totalement irrationnels qui courent après la richesse et le pouvoir de façon compulsive et déraisonnée. quelle rationalité en effet à vouloir un 2eme milliard quand on en possède déjà un ? vouloir continuer à s'enrichir lorsque l'on possède déjà trop de richesse pour pouvoir en dépenser ne serait-ce que le centième  n'est-il pas un symptôme de quelque pathologie psychique ?      

si on laisse le pouvoir réel d'organiser l'économie et de faire les lois à des gens que le sens commun à fuit comment progresser vers un avenir meilleur ? 

si ce sont des acteurs totalement dépourvu d'empathie à l'égard de leurs contemporains qui tirent les ficelles en dernier recours, comment espérer que l'on se préoccupe du bien-être des générations futures ? 

la première étape consiste donc à récuperer le pouvoir politique des mains d'une minorité qui ne voit pas plus loin que le bout de sa liste de compte en banque.

il faut mettre en place des dirigeants qui utilisent l'Etat pour ce qu'il devrait être : un outil doté de la force publique pour défendre l'intéret général contre les intérets particuliers. car pour le moment c'est exactement l'inverse qui se fait et c'est la raison pour laquelle nous sommes dans la situation de blocage que décrivent certains climatologue.

je pense que la plupart des gens seraient désormais prêts à faire des efforts pour accompagner un mouvement de fond vers une diminution de la pollution et des gaz à effet de serre. mais derrière les politique ne suivent pas vu qu'ils défendent officieusement les intérets des chasseurs de profits sans foi ni loi. 

si ce n'était pas le cas, ça fait longtemps que l'on aurait, par exemple, des voitures non polluantes ou du moins des systèmes de transport bien plus écologiques, mais il se trouve qu'il faut sauvegarder la manne de profits que représente le business des bagnoles à gros moteur et du pétrole. 

 

 

  • J'aime 3
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Pierrelatte (confluent 26/07/30/84)

A propos du RC et vu ce que j'entends autour de moi (certes çà ne représente pas la france mais à mon avis une assez bonne image quand meme), je ne suis pas du tout certain, mais alors pas du tout qu'une majorité de citoyen soit pres à changer son mode de vie et de consommation pour reduire ces emissions de CO2.

Pour ce qui est des climatologues, meme si ils pensent precher dans le désert (ce qui n'est pas faux), leur présence reste primordiale

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les scientifiques portent un diagnostic alarmant, chargé d'urgence mais sans pouvoir infléchir la situation de manière sensible.

Leur blues ne peut que s'accentuer en constatant la lenteur des remèdes proposės pour sauver la planète.

On ne peut que penser qu'il  y a en jeu un problème de sociėté, une société  sidėrée et qui bėnėficie dans tous ses strates de l'or noir.

Comment soutenir un train de vie sans impacter et empoisonner la Terre...il y a bien la "décroissance" mais elle n'éxiste que volontaire, rien qui parait efficace face  au système libéral actuel basė sur l'extractivisme,  l'industrialisation et le pillage des ressources naturelles communes.

Beaucoup de scientifiques engagės ont le blues et ce n'est pas du tout un bon signe je trouve.

Ils pressentent peut-ětre l'approche "remède de cheval" des  géo-ingénieurs sorciers du climat qui peut pour le coup précipiter l'humanitė encore plus vite dans l'inconnu.

  • J'aime 2
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ne pas mettre toute la géo-ingénierie dans le même sac.

Pour schématiser il y a

1 les techniques qui d'une manière ou d'une autre visent à diminuer la quantité de CO2. Ca marche pas terrible mais c'est un autre problème. En soi ces techniques s'attaquent à la racine du pb et les effets indésirables sont probablement limités 

2 les techniques qui visent à augmenter l'albédo d'une manière ou d'une autre mais la plus "efficace" serait via la formation d'aérosols stratosphériques.   

Modifié par sirius

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Pierrelatte (confluent 26/07/30/84)

Si l'homme n'a pour seul rèmede que de polluer la stratosphere pour tenter de survivre avec son modele economique actuel, çà me fait froid dans le dos et meme temps je trouve çà pathétique!

desolé pour ce HS personnel! 

c'est à nous aussi qui avons conscience du probleme d'essayer de sensibiliser au mieux les personnes que l'on cotoit, pour privilegier :

-les produits de saison,

-les circuits courts, 

-eviter de prendre la voiture pour faire 500m

-se restreindre de prendre l'avion, 

et il y en aurait encore tant d'autre à dire.

les climatologues ne peuvent pas tout faire non plus

  • J'aime 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Chauvé (44)

Et on peut aussi faire pression collectivement au niveau de nos communes pour tendre vers cela

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/correns-un-village-presque-entierement-converti-au-bio_2965555.html

 

Et encore pour une société avec aucune émissions de GES et pour résoudre également toutes les crises environnementales, ce n'est pas assez, mais si déjà toutes les communes tendaient vers cela on pourrait avoir un peu moins le blues, en tout cas au niveau de la France. Pour le reste du monde, notamment Asie et Afrique j'ai malheureusement moins d'espoir vu qu'ils sont en plein dans la folie consumériste et productiviste qu'on a connu après les années 50 en Occident...

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : 60300 Senlis, 61170 Marchemaisons

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tout à fait d'accord avec Serge26 sur son dernier message !

sinon c'est vrai qu'à l'échelle de la France, on est loin d'atteindre une majorité de gens prêts à changer leurs habitudes

mais comme je suis en Cévennes ardéchoises, entouré de pas mal d'écolo de tous poils, j'ai surement une vision un peu tronquée de la situation... 

et c'est vrai qu'ici aussi, comme partout, il y a des gens qui s'en tamponnent du RC et de ses conséquences.

pourtant je persiste à croire que si on leur propose un "plan B", beaucoup sont interéssés et montent dans le train.

d'ailleurs, pour rejoindre Serge26, on a monté avec quelques collègues agriculteurs motivés un magasin de producteurs locaux, la plupart en bio, pour proposer 

un circuit court avec produits de saison et également de l'artisanat local produit dans un soucis écolo. 

et bien ça marche très bien et beaucoup de gens adhèrent et nous remercie chaleureusement de l'initiative ! et pas que des baba-cool !

donc il me semble qu'il y a 2 facteurs : le niveau local avec toutes les initiatives citoyennes et le niveau global avec des décisions politiques qui doivent suivre

ce mouvement en facilitant les choses à ceux qui essayent de trouver des solutions. donc il faut bien combattre les lobbies à un moment en leur expliquant que leurs profits doivent passer après le sauvetage de notre environnement nourricier.  

mais je ne me fait guère d'illusion, au rythme où vont les choses, il nous ne restera bientôt que 2 solutions : une dictature écologique sans pitié ou un cataclysme environnemental complet. voire les 2 en même temps...    

 

  • J'aime 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)
Il y a 16 heures, serge26 a dit :

Si l'homme n'a pour seul rèmede que de polluer la stratosphere pour tenter de survivre avec son modele economique actuel, çà me fait froid dans le dos et meme temps je trouve çà pathétique!

 

 

C'est ce genre de réflexion, éculée, qui est pathétique.

Parce que, savez-vous, la stratosphère, on la pollue déjà allègrement avec des centaines de millions de tonnes de CO2 par an.

Vous saviez çà?

Et le CO2,eh bien il restera dans la stratosphère pendant des milliers d'années.

La gestion de la radiation solaire (SRM) par injection de SO2 dans la stratosphère ne fait que reproduire ce qui se passe avec les éruptions, volcaniques, en permanence dans la stratosphère et de façon paroxystique lors des méga éruptions genre Pinatubo, Tambora, Toba, etc.

Lors de ces éruptions des milliards de tonnes de cendres et autres "cochonneries" sont émises en supplément.

Personnellement je soutiens à fond la SRM, seul moyen pour l'instant, de maintenir la température globale.

Quant aux solutions dérisoires genre "privilégier les circuits courts, restreindre les déplacements en avion, etc." c'est des solutions de bobos bien pensants qui n'ont aucun sens des réalités.

Faudrait en parler aux chinois avec leurs centrales à charbon, sûr qu'ils vont être très intéressés...

  • J'aime 1
  • Haha 1
  • Surprise 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié) - Lieu : Forbach, Moselle.
Il y a 7 heures, meteor a dit :

Personnellement je soutiens à fond la SRM, seul moyen pour l'instant, de maintenir la température globale.

 

La seule option dans laquelle je vois cette méthode utilisable, c'est de façon temporaire avec l'accompagnement d'une autre technique où l'on retirerait du CO2 de l'atmosphère. Parce que, comme tu le dis, l’excès de CO2 va rester pendant des centaines voire des milliers d'années. Je ne vois pas une seule seconde l'humanité injecter des agents soufrés pendant une telle durée. Et au moindre relâchement, ce serait le retour de bâton dans la figure avec le retour à l'équilibre ultra-rapide du système par rapport au niveau de GES présents (effet rebond discuté dans la littérature, pour ne citer que lui). D'où le non-sens total, de mon point de vue, à opposer les techniques SRM et CDR ou à mettre en avant les premières alors que les secondes ne sont encore qu'au stade embryonnaire.

 

Je recommande d'ailleurs cet article écrit par Olivier Boucher, qui discute de ce sujet.

Modifié par Higurashi
ponctuation.
  • J'aime 7
  • Merci 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : 60300 Senlis, 61170 Marchemaisons

C'est sûr qu'il n'y a pas des militants que chez les écologistes ! :$

 

Ce qui me gêne moi dans les jusqu'au-boutistes de la la géo-ingénierie même s'il peut y avoir des techniques qui méritent réflexion effectivement, c'est de considérer qu'il ne faut surtout rien changer,  parce qu'on a la parade avec la géo-ingénierie .

 

Et c'est facile de dire que quand on ne partage pas les mêmes point de vue,  les autres ne sont que des bobos bien pensants ( ça en devient comique tellement c'est du réchauffé et du passe-partout maintenant)

  • J'aime 6
  • Merci 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui et puis dans bobo il y a bourgeois, beaucoup d'écolos sont loin de l'être !

en l'occurrence avec mon histoire de circuits courts, je parle de petits producteurs paysans qui triment pour des revenus de misère... on est loin du bobo parisien.

et je parlais de ça pour illustrer le fait que de + en + de gens prennent conscience des problèmes et sont prêts à faire un effort(dans cet exemple payer leur bouffe un peu plus cher même s'ils ne sont pas bien riches).

et je pense que relocaliser l'économie et changer les méthodes agricoles sont des moyens de limiter les dégats infligés à l'environnement. 

la géo-ingénierie, on peut avoir des conséquences surprises derrière et effectivement je vois mal comment on peut mettre su soufre pendant des générations ! 

et puis j'ai dans l'idée que si on demande à ceux qui nous ont mis dans la m..... de nous en sortir, les solutions adoptées seront pas forcément les meilleures

  • J'aime 7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Montreuil (93) ou Ciran (37)
Il y a 9 heures, meteor a dit :

Quant aux solutions dérisoires genre "privilégier les circuits courts, restreindre les déplacements en avion, etc." c'est des solutions de bobos bien pensants qui n'ont aucun sens des réalités.

 

Honnêtement, tu te ridiculises quand tu balances ce genre d'argument aussi caricatural et méprisant qu'indigne. Indigne d'un scientifique. T'es dans le niveau 0 du débat, et tu plombes de fait l'ensemble de ta démonstration qui, par ailleurs, n'est pas sans intérêt - loin de là.

  • J'aime 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : Pierrelatte (confluent 26/07/30/84)
Il y a 7 heures, meteor a dit :

 

C'est ce genre de réflexion, éculée, qui est pathétique.

Parce que, savez-vous, la stratosphère, on la pollue déjà allègrement avec des centaines de millions de tonnes de CO2 par an.

Vous saviez çà?

Et le CO2,eh bien il restera dans la stratosphère pendant des milliers d'années.

La gestion de la radiation solaire (SRM) par injection de SO2 dans la stratosphère ne fait que reproduire ce qui se passe avec les éruptions, volcaniques, en permanence dans la stratosphère et de façon paroxystique lors des méga éruptions genre Pinatubo, Tambora, Toba, etc.

Lors de ces éruptions des milliards de tonnes de cendres et autres "cochonneries" sont émises en supplément.

Personnellement je soutiens à fond la SRM, seul moyen pour l'instant, de maintenir la température globale.

Quant aux solutions dérisoires genre "privilégier les circuits courts, restreindre les déplacements en avion, etc." c'est des solutions de bobos bien pensants qui n'ont aucun sens des réalités.

Faudrait en parler aux chinois avec leurs centrales à charbon, sûr qu'ils vont être très intéressés...

bon ben voila quoi!! continuons donc à consommer tout azimut!

je prefere ne rien dire de plus sur ce sujet! bonne continuation

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) - Lieu : asserac 44

Il ne faut pas tenir compte des propos de personne qui utilise le mot "écologie" de façon aussi péjorative.

Nous aussi avec mon épouse on pratique une petite agriculture respectueuse de la nature, et limitant

au maximum les rejets divers, et on se fait traiter d'"écolo" alors on a pris le parti d'en être fier.

Il y a des gens qui se battent depuis longtemps comme Dominique Soltner et bien d'autres pour faire évoluer les choses

et il faut avancer dans ce sens.

Et même si on a l'impression que ce que l'on fait n'est qu'une goutte d'eau ça au moins le mérite d'être fait.

Je ne crois pas en l'homme qui se prend pour un apprenti sorcier auprès de la nature mais plus en celui qui va évoluer

en symbiose avec elle.

  • J'aime 4
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×