Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Statistiques et anomalies climatiques nationales


Recommended Posts

Posted
Altenbach (68) - 705 m - sur le versant Sud du Grand Ballon (1424 m)

A sup.

Edited by alsavosges
Link to post
Share on other sites
  • Replies 790
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Voilà, il n'est pas impossible (pas acquis non plus) que nous vivions l'hiver le plus doux de l'histoire des relevés.   Après un mois de décembre à +2.4°C, nous avons en un mois de janvier à

Tu sais @Barth61, j'avais un prof de math au lycée qui nous disait que quand on faisait trois fois d'affilée "1" au dé c'est qu'on était malchanceux, et que quand on faisait 14 fois "1" sur 15 lancés

Par curiosité, j'ai fait l'exercice de reconstruire les valeurs de l'indicateur thermique national pour voir ce que ça donnait. Bon forcément je trouve des chiffres un poil différents : même sans savo

Posted Images

Posted
Frontonas (230 m)

Des avalanches au cœur de l hiver, ce qui était sauf erreur de ma part rarissime avant devient presque banal. C est en altitude que le réchauffement est le plus marqué. Il n est plus surprenant désormais de voir la pluie s inviter jusque 1800 voire 2000 m sur les trois mois les plus froids de l année. 

  • J'aime 2
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Ecommoy (80-140M d'altitude), Sarthe

Bonjour,

 

Petite question on est à combien de mois consécutif au dessus des normes (sans compter janvier qui d'ailleurs devrait être de justesse sous les normes pour -0.1/-0.2°C)? Car je trouve pas l'info? 


EDIT autant pour moi octobre était sous les normes.
Bonne journée 

Edited by gugo
Link to post
Share on other sites
Posted
Montreuil (93) ou Ciran (37)
il y a 5 minutes, gugo a dit :

Petite question on est à combien de mois consécutif au dessus des normes (sans compter janvier qui d'ailleurs devrait être de justesse sous les normes pour -0.1/-0.2°C)? Car je trouve pas l'info? 

 

M'enfin? https://www.infoclimat.fr/climato/indicateur_national.php

 

Link to post
Share on other sites
Posted
Toulouse, fontaines/Bayonne, en plein ICU, bien trop loin de mes chers reliefs tarnais et cevenols
Il y a 6 heures, gugo a dit :

Bonjour,

 

Petite question on est à combien de mois consécutif au dessus des normes (sans compter janvier qui d'ailleurs devrait être de justesse sous les normes pour -0.1/-0.2°C)? Car je trouve pas l'info? 


EDIT autant pour moi octobre était sous les normes.
Bonne journée 

On a peté le record courant 2020 si je ne m abuse (9 mois anciennement il me semble) , et de loin, avec 16 mois consécutifs de juin 2019 à septembre 2020

Je trouve qu on a un suivi sympa en lisant ces articles vite fait en avançant dans le temps :

Point en mars 2020 un article qui donne la base, alors qu on ne savait pas  la suite... 

http://www.meteofrance.fr/actualites/81127530-1ere-en-france-10-mois-consecutifs-plus-chauds-que-la-normale

Le tableau et le graphe sont très très parlants et à actualiser

 

Ensuite

Point en juillet 2020

Voire intertire "14 mois" 

https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/climat/debut-dannee-janvier-juillet-le-plus-chaud-jamais-observe-en

Petit bilan fait par MF en octobre, perso j aurai aimé qu ils marquent un peu plus le coup pour clore cette série exceptionnelle 

https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/octobre-2020-1er-mois-plus-frais-que-la-normale-depuis-mai-2019

 

@gugo, il est excellent ton billet ;), ça se sent que t as bien bûché l année 2020 même t aurais pu en faire un quizz 😅

Seule question que je me pose, c est bien par rapport aux normes 81-20 la classification des saisons au début ?

Edited by Matpo
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Colomiers (31) et Aveyron Ségala (12)

Le ministère de la Transition écologique publie l'édition 2021 des chiffres du climat:

 

Chiffres clés du climat
France, Europe et Monde
ÉDITION 2021

 

Observations du changement climatique: 

 

https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/edition-numerique/chiffres-cles-du-climat/1-observations-du-changement-climatique

 

https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/edition-numerique/chiffres-cles-du-climat/donnees-cles

Edited by Lachignole
  • J'aime 3
Link to post
Share on other sites
Posted
Dijon, Bellefond

On notera quand même, l'autoflagellation d'un ministère schizophrénique... "

Pour avoir une probabilité supérieure à 66 % de limiter à 2 °C l’augmentation moyenne des températures par rapport à l’ère préindustrielle, le budget carbone restant à partir de 2019 est de 1 128 Gt CO2 et de seulement 378 Gt CO2 pour le limiter à 1,5 °C.

Si les émissions de CO2 continuent au même rythme, le budget carbone restant, qui permettrait avec deux chances sur trois de limiter la hausse des températures à 2 °C, sera épuisé avant 2050, et d’ici les dix prochaines années seulement pour limiter la hausse à 1,5 °C."... 

Un.peu plus loin :  " Les émissions de GES en France sur la période 2015-2018 ont excédé de 3 % le budget défini par la première version de la SNBC (2015)" .. 

passionnant..

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Colombier (42) , Alt. 1030 m

Après la mini vague de froid

image.thumb.png.7a39ae265bce897296918069fb0e8559.png

la mini vague de chaud, toujours en cours (jusqu'à la fin de semaine).

image.thumb.png.c3c2af85568d32abe34632629419b1d0.png

Pas sur que la 2éme fasse autant parler (dans les média) que la 1ére.

  • J'aime 5
Link to post
Share on other sites
Posted
Besse sur Issole (83 - Alt 275 m à 26 km de la mer)

Comparaison des observations sur un graphe des dernières prévisions/projections pour la France

drias3anoanloes402020.thumb.png.467656481a6fe9c866c750b2a7fe2533.png
http://meteo.besse83.free.fr/imfix/drias3anoanloes402020.png


du rapport 2020 :
http://www.drias-climat.fr/document/rapport-DRIAS-2020-red3-2.pdf

 

Le loess/40 ans pour la moyenne/20 ans des obs ...

 

(Plus bruitée que celles des modèles. Ce n'est quand même pas très clair que malgré qu'ils sortent les prévis sur des moyennes/30 ans pour éviter les problèmes d'incertitude avec la variabilité interne ( avec les boxplot des valeurs prévues pour des périodes/30 ans dont celle 2071-2100 fournie pourtant au bout de ce même graphe, voir page 29 dans le pdf), sans produire les courbes/30 ans associées, qui sont pourtant celles à comparer, et non celles/20 ans vu que les obs/20 ans sont logiquement trop bruitées à l'échelle de la France. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ils sortent des moy/30 ans, hors des courbes/20 ans de ces graphes qui ne correspondent à aucune valeur chiffrée et des boxplot données dans leur rapport. En 2015 ils avaient pourtant réalisés les graphes avec les moyennes/30 ans. J'en ai vu un récent diffusé pour le public avec 2 courbes et 2 valeurs/30 ans, mais inexploitable car pas cohérent au niveau des pixels pour les valeurs/30 ans données)

 

...est celui de ce graphe :

obsfrance2020moy20loess40.thumb.png.addd2a2bb7cbbe90473bcc93e4e61d3d.png
http://meteo.besse83.free.fr/imfix/obsfrance2020moy20loess40.png

 

 

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Beaucoup ici se demandent (dont moi) si le RC n'entraine pas un changement de le circulation atmosphérique avec des masses froides qui ont beaucoup plus de mal (et sont donc moins fréquentes) à descendre très sud.

 

Cette question posée dans le topic Moyen Terme taraude beaucoup de monde.

 

Pour les hivers qui sont naturellement une saison qui intéresse beaucoup de forumeurs parce que justement, cette saison se modifie sous nos yeux, la question est légitime.

Ce n'est pas les moyennes hivernales qui sont en cause ; elles augmentent certes, mais pas au point de transformer nos hivers en printemps.

Par contre la disparition des vagues de froid intenses est surprenante et interroge.

 

La partie centrale de la France paraît la plus exposée : sur cette large bande couvrant la moitié de la France, allant du val de Loire  au Centre est, les -15°C étaient crevés environ 3 hivers par décennie. C'est dire que l'on était pas dans le cas que l'on appelle aujourd'hui des OVNIS...

 

Voici par décennie, les hivers où dans cette bande centrale de la France, on à dépassé les -15°C :

En 22, 25, 29,

En 34, 38, 39

En 40, 41, 42, 45, (47 dans le Centre Ouest) 48

En 54 et 56,

En 60, 63, 64, 66, 67, 68

Puis ça se raréfie : 71, 85, (87 dans le Centre Ouest)

...puis plus rien.

97 est resté cantonné dans le Nord Est, et 2012 n'a touché (je parle des -15°C) que de rares stations qui nous intéresse (rien dans le Centre Est).

 

On est bien dans un changement majeur pour le territoire national, qui dépasse le seul critère des 1.5°C de moyenne que nos hivers ont pris en 40 ans.

Si quelques uns pouvaient nous donner des infos sur la cause de la disparition des ces grandes vagues de froid, on serait sans doute nombreux à être preneurs...

 

Ou, pour le dire autrement, quelles étaient ces configurations qui se produisaient tous les 3 ans environ et qui nous donnaient du -15°C, et qui ne se sont plus produites depuis35 ans ?

Edited by th38
  • J'aime 1
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, th38 a dit :

Beaucoup ici se demandent (dont moi) si le RC n'entraine pas un changement de le circulation atmosphérique avec des masses froides qui ont beaucoup plus de mal (et sont donc moins fréquentes) à descendre très sud.

 

[...]

 

Indice : la fréquence des régimes hivernaux de blocage scandinave est globalement stable depuis les années 1950 (elle a même un peu augmenté depuis une quinzaine d'année après un creux dans les années 1990), et le nombre moyen de jours en hiver avec flux d'est dans les basses / moyennes couches en France et en Europe centrale est également stable.

 

Si le robinet n'a pas bougé mais que l'eau arrive moins bien, le problème se situe au niveau de l'alimentation...

  • J'aime 4
  • Merci 4
Link to post
Share on other sites
Posted
Cherbourg-L'aigle
il y a 26 minutes, TreizeVents a dit :

 

Indice : la fréquence des régimes hivernaux de blocage scandinave est globalement stable depuis les années 1950 (elle a même un peu augmenté depuis une quinzaine d'année après un creux dans les années 1990), et le nombre moyen de jours en hiver avec flux d'est dans les basses / moyennes couches en France et en Europe centrale est également stable.

 

Si le robinet n'a pas bougé mais que l'eau arrive moins bien, le problème se situe au niveau de l'alimentation...

 

Oui, et des centres d'actions ! Ce que j'ai remarqué par rapport aux grandes années : 1956, 85 87 ou 63, c'est de 1- l'alimentation n'est pas optimal, mais surtout, des HP plus à l'ouest... favorisant donc un flux plus "maritime" et une alimentation donc plus maritime...

Edited by Barth61
Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Barth61 a dit :

mais surtout, des HP plus à l'ouest... favorisant donc un flux plus "maritime" et une alimentation donc plus maritime...

 

On peut essayer de se trouver des excuses rassurantes, .. mais c'est exactement l'inverse.

 

Si globalement la répartitions des régimes notamment entre NAO- (blocages occidentaux, côté Islande) et "vrai" blocage (blocages orientaux, côté Scandinavie) est à quelque chose près stable dans le temps, dans le détail on note que les blocages scandinaves ont tendance à être de plus en plus marqués quand ils se produisent alors que les blocages islandais n'évoluent pas significativement en intensité. Sur la Baltique, le seuil des 5600 dam pour le géopotentiel 500 hPa a été atteint 47% plus souvent sur les trente dernières années que sur les trente précédentes. En Islande, ce même seuil n'a été atteint qu'environ 10% plus souvent, hausse qui peut s'expliquer par le seul réchauffement sans autre paramètre (augmentation progressive des hauteurs de géopotentiels).

 

 

On n'en n'a pas manqué de gros épisodes de blocages scandinaves ces dernières années .. mais il n'y a pas eu beaucoup de grands soirs pour autant.

 

 

 

1995.png.c9d5d76bdafb0047f5aaaae42ee62974.png1995b.png.64bc8f215593d30cb70c09602cc3cbb2.png

 

1997.png.870f0eef03371fda641d7bc6459f9f3f.png1997b.png.06a7c052408615f5fde833f985baf106.png

 

 

2002.png.021303f05e8af5c315ea04be8b68b4cb.png2002b.png.f26d3e29f1ce46656292ce0b54535436.png

 

 

 

2006.png.49df3bd7b7eca2033083dcb9040d9a64.png2006b.png.ad8415b6b1b1335f0428c691c4105247.png

 

2007.png.6f2306a091aa80d9f862de5ef45cee58.png2007b.png.c7728ac2296b6fb6eacc9dab9b20d973.png

 

 

 

 

  • J'aime 6
Link to post
Share on other sites
Posted
Cherbourg-L'aigle
Il y a 21 heures, TreizeVents a dit :

 

On peut essayer de se trouver des excuses rassurantes, .. mais c'est exactement l'inverse.

 

Si globalement la répartitions des régimes notamment entre NAO- (blocages occidentaux, côté Islande) et "vrai" blocage (blocages orientaux, côté Scandinavie) est à quelque chose près stable dans le temps, dans le détail on note que les blocages scandinaves ont tendance à être de plus en plus marqués quand ils se produisent alors que les blocages islandais n'évoluent pas significativement en intensité. Sur la Baltique, le seuil des 5600 dam pour le géopotentiel 500 hPa a été atteint 47% plus souvent sur les trente dernières années que sur les trente précédentes. En Islande, ce même seuil n'a été atteint qu'environ 10% plus souvent, hausse qui peut s'expliquer par le seul réchauffement sans autre paramètre (augmentation progressive des hauteurs de géopotentiels).

 

 

On n'en n'a pas manqué de gros épisodes de blocages scandinaves ces dernières années .. mais il n'y a pas eu beaucoup de grands soirs pour autant.

 

 

On parle pas de la même chose. Il y a plusieurs soucis dans ce que tu évoques :

- une alimentation même du blocage qui est plus basse qu'un janvier 85, d'un 2012 ou 56. (on parle des 2007, 2006).

- d'un amas de HP déjà présent sur l'Europe (exemple 2002 ou 1995).

- et/ou plus ou moins d'un mixte des deux.

- et une direction de la pulsion des HP pas assez "en direction du pôle".

 

Je continue donc sur ce que je dis :

- Les vraies situations, ceux qui marquent réellement, c'est quand nous avons justement un AI puis AS, avec une alimentation de BP qui se fait vers l'est de la Scandinavie. Or ces dernières années, ce genre de situations, ne sait pas produit réellement, et si elles se sont produits, elles sont raboter par un flux d'ouest trop présent, comme le cas cette année. De plus, à chaque fois, l'alimentation de l'AS n'est pas assez dirigé vers le pôle :

 

archives-1956-2-8-0-0.png?

 

gfs-2021010312-0-6.png?

 

On le voit bien sur ces cartes : un blocage qui file directement se "coucher" vers la Scandinavie, avec des HP eu Europe de l'Est présent => réussite peu probable pour cette année. Quand on compare à 56, on voit les différences majeures.

Et si on compare à 2012, j'ai envie de dire que c'est un peu l'exception où les HP sont déjà assez haut vers l'Europe de l'Est, et attende un soutient des HP de l'ouest qui monte assez bien sur la région Islande/Scandinavie.

 

Le problème reste bien l'alimentation du blocage qui n'est pas assez efficace pour décrocher des anomalies basses. Or, avec le RC, on nous prévoit un pôle plus facilement attaquable, quel ironie. De plus les %, c'est bien, ça montre qu'en effet on a plus de HP en Europe, mais ce genre de % veut tout dire et rien dire en même temps. C'est vraiment la mécanique en elle même qui faut regarder.

 

Enfin, quand je dis "trop à l'ouest", c'est la direction de la pulsion de blocage qui est en cause, notamment niveau GA... et on arrive pas à avoir justement un AI (base d'un blocage AG ou AS) qui  nous permettrai d'avoir de solides bases hivernales. Alors l'augmentation des 10%, peut très bien s'expliquer par une hausse des géo, à cause des AS justement surpuissant. (comme tu l'évoques) Ainsi, on peut dire qu'on est "trop à l'ouest" ou alors trop à l'est". Mais nous n'avons pas de juste milieu. Pourquoi ? Peut être un jet stream plus capricieux ? Peut être des variables dans la synop qui font la différence. Peut être le RC ? Peut être un cycle moins favorable ? Non parce que le genre d'AS très favorable en France, même avant 2000, ça se compte sur le doigt d'une main.

 

Parce que bon, si on enlève, les 85, 87 et 79 depuis 1973=> bizarrement, la moyenne prend un coup de chaud (0,55°C), c'est assez énorme.

Or, quand on compare par rapport à la médiane (qui est beaucoup plus précis qu'une moyenne où les valeurs sont trop éclatées), alors on trouve une valeur de 4,7 depuis 1973. Si on enlève les mêmes hivers, la médiane monte à 4,85. Beaucoup moins sensible, grâce à une meilleure répartition plus "logique".

 

Mais ça n'empêche pas toutes les explications sur la hausse de nos étés, avec des chalumeaux beaucoup plus facile. Même sensibilité ? Mécanique ? Sans doute du au RC, mais quels seront réellement les évolutions futures ? Oui je sais, pour vous c'est déjà clair apparemment, et moi je suis le "démon" de ce forum, qui voit toujours le côté plus positif ou qui est un peu trop "fleur bleue" :D Mais bon, le soucis, c'est qu'on ne sait pas réellement où on va. Encore une fois, entre un flux d'ouest hyper actif dans les années 90, des fin d'hiver et des hivers où les HP montaient trop facile à cause d'un vortex polaire affaibli par le RC, ou encore, nouvelle tendance, de patate chaude ou de blocage chalumeaux en été depuis les années 2014 à actuel, quel sera la prochaine synop ? Vous avez 4h.

 

Encore une fois, des explications existent, notamment sur le jet stream qui pourrait expliquer en partie nos maux, lié au réchauffement actuel du climat, mais quelles seront les évolutions du futures ? Parce que, même si on sait des choses, beaucoup de choses ont tout de même évolué dans les études, et les blabla scientifiques.

 

[modéré]

 

Bref, je me permet de nuancer les propos de chacun, et je me permet aussi de mettre en avant que les données sont maniables. C'est un peu comme les stats sur les températures mondiales.... C'est bien, on voit que ça se réchauffe, mais après ? Qu'est ce que ça apporte ? Pas grand chose. Surtout quand on fait des droites linéaires avec un r²<0.85, autant oublier. Les occurrences montrent un constat. Bref, les stats c'est un constat, et c'est bien de la savoir, mais peut on prévoir réellement ? Je ne pense pas.

 

Et j'ajouterai donc, que le réchauffement climatique actuel, qui est avéré pour tous (Oh my good, même moi je le dis ;)), est en partie dû au CO2. Mais je pense que notre petite civilisation, qui se croit au centre du monde, croit avoir un réel pouvoir sur notre climat. Eh bien oui  et non. Les gaz à effet de serre doivent avoir des effets, mais il y a aussi des effets naturels +/- longs, et toutes les modifications que l'on fait sur notre Terre : déforestation, les haies, le effet urbain, le nombre de "chauffage" qui ajoute une chaleur à notre atm. (Des débats intéressants on eu lieu sur ce même topic). Mais bon, encore une fois climat/évolutions humaines ont beaucoup de choses en communs...dans le sens où il va falloir qu'on change nos sociétés et notre mode de vie, parce que l'écosystème est tué par les humains et non par le RC.

 

[modéré]

 

 

 

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Citation

Ce que j'ai remarqué par rapport aux grandes années : 1956, 85 87 ou 63, c'est de 1- l'alimentation n'est pas optimal, mais surtout, des HP plus à l'ouest

 

il y a une heure, Barth61 a dit :

Les vraies situations, ceux qui marquent réellement, c'est quand nous avons justement un AI puis AS, avec une alimentation de BP qui se fait vers l'est de la Scandinavie.

[...]

Le problème reste bien l'alimentation du blocage qui n'est pas assez efficace pour décrocher des anomalies basses

[...]

Enfin, quand je dis "trop à l'ouest", c'est la direction de la pulsion de blocage qui est en cause, notamment niveau GA... et on arrive pas à avoir justement un AI (base d'un blocage AG ou AS) qui  nous permettrai d'avoir de solides bases hivernales.

 

 

Il faudrait préciser un peu ton propos : tu écris d'abord que le problème c'est que les HP sont plus à l'ouest qu'avant, et quand je te réponds que ce n'est pas le cas bien au contraire, maintenant c'est l'inverse c'est parce qu'elles ne s'alimentent pas assez à l'ouest via l'Atlantique ou qu'elles ne montent pas assez en latitude (2006, 2007). Ou si elles le font, alors c'est la faute à la persistance de hautes pressions sur l'Europe centrale (1995, 2002). Pour ensuite écrire que le problème c'est l'alimentation du blocage - alors que justement les blocages côté Scandinavie ont tendance à être plus costauds et donc davantage alimentés en air chaud d'altitude. Et enfin pour revenir au final nous parler du fait qu'on n'arrive pas à avoir des anticyclones islandais. Je ne sais pas pour les autres lecteurs, mais à chercher des raisons dans tous les sens je ne finis par ne plus du tout comprendre où tu veux en venir sinon que tu cherches des excuses qui n'ont plus aucune logique commune.

 

 

 

1962a.png.47a54dc78af90504e24d1c72cc93957c.png  1962b.png.68ba4d320dd0790e7ef08a329ff65ef2.png

1962c.png.3246922c88d3dfc1f4629bd8155d529b.png  1962d.png.6b0efc95491e511fbb2215583d7ab238.png

 

 

 

 

 

1972a.png.6113e0b60c8501ebc326f00cb5959c2b.png  1972b.png.35074e33c676a2dccd52c5c271bafdc8.png

1972c.png.770bdfe3691f708f5bd86ceb9d37a522.png  1972d.png.74d07fab26aaeede1d8827e500b3c513.png

 

 

 

 

 

1955a.png.29195ca5b7dac3c8f9156ca8a0b829c6.png  1955b.png.dfcc5bce1a05eafc6ac408b90d768316.png

1955c.png.b3669e8734611665d2d059873d71ca1d.png  1955d.png.c8a60d3d5913d19a14b5ee821774bb56.png

 

 

 

1985a.png.04f6671ca1d798d4750692e167f5be41.png  1985b.png.1a90ccaef7eca1f2eab399702f84ea79.png

1985c.png.01936f666dc77d29896e764c611970da.png  1985d.png.6577c51893876cd749c2f275f86f3f51.png

 

 

Quand je regarde les blocages du passés qui ont pourtant plutôt bien réussi, je vois des alimentations qui sont passées par l’Écosse (1962), par les Féroé (1972), par la Mer du Nord (1954), et même des trucs qui ont stagné sur l'Islande pour filer ensuite vers le Groenland (1985). Et je vois des situations où le blocage s'est centré à 60° nord (1962), ou à 65° nord (1965), a grimpé à 70° nord (1973), ou a même atteint Svalbard (1985).

 

 

1997a.png.cde3c89f0e7fed4705e4c92b3209b9b3.png  1997b.png.18d01d064f2d63b9c47a9362f73decb6.png

1997c.png.b8e5290fa3c54c59443a4f1d3d531a1a.png  1997d.png.dc9f506930590b1bf6c3749b6c12111a.png

 

 

 

 

 

2002a.png.585c389884922188831f17d20388792a.png  2002b.png.a1e2226be7dbc6d3d73d696339382e9c.png

2002c.png.d0718b551443eb50f1225c0c8b35dd91.png  2002d.png.5891bc347fba496db828e718aa5d348c.png

 

 

 

 

 

 

2006a.png.80937b8d3276287e18f72a28eaebd9c1.png  2006b.png.470ff2b816131719e2c1c3d81f9f7cc6.png

 

2006c.png.01a77f03fac7ba97693fc775c33d5228.png  2006d.png.c9698a1110dec99062bbb95f5216753b.png

 

 

 

 

 

2007a.png.37ba2eda50184119422447f9394d6647.png  2007b.png.44d4295bccb28f84c0b84f4ec45c730d.png

2007c.png.e2ee92c929e413b7d683bd5e3713c412.png  2007d.png.73895eb9957f86f0faa3517db49821b4.png

 

 

 

 

2018a.png.a6471ddb1c9d7ec60e9aae745801bb4e.png  2018b.png.4d9ccee615d0f6c499fe7f696fe0ea5e.png

2018c.png.868b25e9f4f23326e30cf0655f664109.png  2018d.png.f459e832057eb0ad3672ce5402cdb724.png

 

 

Dans les années récentes, et pour ces exemples on foire en passant par les Féroé (1997), on foire quand ça passe par l’Écosse (2002, 2006), on foire quand ça passe par la Mer du Nord (2007, 2018). On foire à 60° nord (1997, 2007), on foire à 65° nord (2006, 2018), on foire quand on va chercher Svalbard (2002). Si tu arrives à trouver un dénominateur commun la dedans en regardant seulement les élévations de hautes pressions...

 

 

 

Un blocage au sens large, c'est une partition qui se joue toujours à deux : il faut un dôme d'air chaud qui s'élève jusqu'aux hautes latitudes et qui s'y isole, mais il faut aussi une masse froide prête à s'écouler juste en dessous et qui va permettre d'éviter qu'il s'affaisse trop rapidement. Ce n'est pas pour rien que l'indice officiel de la NOAA sur les blocages (blocking index) est basé sur la vigueur de la circulation froide qui se fait en retour d'est "sous" le dôme d'air chaud, et non sur ce dôme lui-même.

 

Et quand on regarde dans ces quelques exemples les différences entre les situations passées qui ont réussi des situations récentes foireuses, c'est au niveau de cette alimentation froide que cela pêche. C'est pas un problème de "on a des HP trop à l'ouest", "l'alimentation n'est pas assez efficace", ou "on n'arrive pas à avoir un AI". Typiquement, les situations réussies sont celles où une masse d'air très froide est déjà présente et disponible entre la Baltique et la Mer Noire pour glisser de suite sous les fondations du blocage scandinave. L'une des constantes des situations des dernières années, c'est qu'on n'a pas cette réserve froide disponible au bon moment : le stock du réfrigérateur est déporté sur l'Oural, et il n'arrive pas assez vite pour venir tenir la construction. 1997, 2002, 2006, 2018 : on voit bien la bonne bulle froide qui s'apprête à déferler via l'Ukraine .. mais qui arrive après la guerre, la construction est déjà en train de s'affaisser. Seul 2007 tire un peu son épingle du jeu grâce à décrochage froid qui s'est fait en flux de nord sur l'Europe centrale juste avant l'installation du blocage - et cela a donné une vague de froid bien honorable d'ailleurs. Honorable mais sans excès, parce qu'on ne pouvait guère demander mieux à une masse d'air qui ne provenait pas de plus loin que la Hongrie.

 

Bref, on n'a pas un problème de synoptique, on sait toujours efficacement monter un robinet, mais on a un problème d'alimentation froide à la source. CQFD.

  • J'aime 14
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Cherbourg-L'aigle

On est presque d'accord TreizeVents, sauf que les réserves d'airs froides sont aussi piloté initialement par la puissance et la direction du blocage initiale (direction vers l'Islande notamment). De ce fait, comment veux tu constituer une réserve froide efficace ? C'est bien beau tes cartes, mais elles montrent juste le constat d'un échec initiale.

1995 et 2002, je persiste, qu'on a trop de HP sur l'Europe de l'Est => c'est mort.

2006 ou 2007, on le voit sur tes cartes initiales => blocage pas assez orienté vers l'Islande (et assez hautes) dés le début.... C'est donc plus compliqué pour avoir des réserves froides.

 

C'est donc des blocages trop bas à l'initiale, mais qui arrive à se former par la suite comme tu le dis sans réserve d'air froide (mais logique au vue des conditions initiales).

C'est donc trop "ouest" ou trop "est" en quelque sorte aussi à la condition intiale.

 

Bref CQFD.

 

Link to post
Share on other sites
Posted
Cherbourg-L'aigle

Je vais ajouter un schéma et quelques explications supplémentaires :

 

En 1984/85, ce fameux Janvier 85, regardons les conditions initiales :

archives-1984-12-25-0-0.png

Quelques jours avant la mise en place d'un mois très hivernal, on ne peut pas dire que l'Europe beigne dans le froid ...

 

Comparons vis à vis de 2002 (ou pourrait prendre 2006 ou 2007 ou n'importe) :

 

archives-2002-12-4-0-0.png

 

Là aussi, pas de gros froid en Europe, on pourrait presque dire qu'on part sur la même base… Mais synoptiquement parlant, pas du tout. On a déjà un amas de HP en Europe du Nord en 2002. Mais bon, on pourrait se dire que ça peut se modifier par la suite, après tout ?

D'ailleurs à la fin décembre 84, ce n'est pas fameux, et ça ressemble plus à du 2002 qu'autre chose ...

archives-1984-12-29-12-0.png?

 

Et pourtant, c'est bien la phase de la vraie phase initiale du futur blocage qu'il faut regarder :

 

archives-1984-12-31-12-0.png?

archives-2002-12-5-12-0.png?

 

Nous avons en 84/85, ces HP de l'Europe du Nord qui disparaissent au profit d'une pulsion Atlantique plus costaud. En 2002, c'est bien différent, puisque les HP de l'Europe du Nord sont très présents et la pulsion Atlantique est déjà moins favorable. Aller un petit schéma :

 

image.png.e15ecdb2d3789c17fc77e39c5c80600a.png

Les cercles rouges, les différences déjà importantes entre les deux synoptiques… On voit déjà que l'Islande est plus dégagé, le flux d'ouest ne peut pas aller de l'avant, contrairement à 2002, où le flux d'ouest est plus coriace, et plus enclin à circuler vers l'extrême Nord européen. Le deuxième cercle rouge sur l'Europe du Nord, voit d'énormes différences => pas d'amas de HP en 85, et des BP plus présentes, mais rien n'est joué encore… Et pourtant, on sent déjà que ça va être différent. La pulsion initiale en Atlantique en 85 est en direction de l'Islande, c'est net et clair. En 2002, la pulsion est plus Est déjà, et surtout la pulsion ira moins vers l'Islande, mais vers la Mer du Nord. Or, c'est là que l'alimentation froide va être terriblement morceler en 2002 par rapport à 85. (et on peut avoir la même explication en 2006 ou 2007, pourtant avantagé par rapport à 2002 où on n'avait pas d'amas de HP).

 

Ainsi pour comparer avec 2006 (pour montrer que l'explication marche là aussi) :

image.png.39d7aea0c334e89c18860b5c0e2ad94d.png

 

En Rouge, le blocage en 85 (ça va c'est la carte 85), et en marron/rouge, le blocage en 2006. La différence initiale de la pulsion en Atlantique, va faire une énorme différence par la suite. On voit qu'en 85 que la pulsion bien Nord, gagne l'Islande, et les régions au Nord de la Scandinavie. Le froid peut alors s'écouler en direction de l'Europe de l'Ouest, l'alimentation n'est pas coupé. En 2006, le blocage est moins haut (pourtant, on devrait avoir avec le RC des blocages plus costauds en altitude et surtout plus Nord), l'alimentation froide est décale vers l'Est, et on aura certes un AS, mais un AS trop bas et sans alimentation.

 

Pourquoi de telles changements ? Le manque de blocage vers l'Islande (AI) est primordiale pour une bonne configuration hivernale, mais pas que, il ne faut pas avoir d'amas de HP en Europe. (Bien-sûr je parle en général).

En 56, la situation initiale est encore différente, et c'est là où on voit aussi que ce genre de blocage avec grosse alimentation ne tient qu'à un fil. Ce qui sauve en 56, c'est la pulsion qui arrive à se diriger vers le Nord de la Scandinavie, mais aller au délà de l'Europe du Nord, un peu comme en 85, permettant d'avoir des réserves froides emprisonner. Mais on voit aussi, qu'en 56, le flux d'ouest est sur le point d'arriver en Europe de l'Ouest :

 

archives-1956-1-30-12-0.png? 

Sauvé par une pulsion Atlantique fin janvier, prouvant que ce mois aurait pu ne jamais exister, et on s'en sort de peu. Et ce genre de situation, c'est du millimètre, des réglages comme jamais.

 

Voilà, on ne peut pas tout mettre sur le dos du RC, d'autres paramètres rentrent en jeu. Peut être que ces paramètres sont en partie influencé par le RC, mais il y aussi une partie plus naturelle. Les situations ne sont jamais tous blancs ou tous noires. Parce que rien n'empêche d'avoir un OVNI, peut être moins froid, mais tout aussi costaud.

Surtout si RC implique des flux méridiens plus souvent, alors ce genre de situation très méridienne devrait être plus courant ? Même moins froide encore une fois.

Et encore une fois, comment peut on comparer un hiver 2009/2010 avec l'hiver 63 ? Si les conditions initiales ne sont pas les mêmes (et pourtant on les vois tous les jours sur les modèles), la comparaison reste une hypothèse bien bancale.

 

De plus, encore une fois, si on enlève ces OVNI, nous arrivons à une moyenne réhaussé d'environ 0,5°C en janvier par exemple, ce qui est énorme depuis 1973. Pourra t'on avoir de nouvelles situations comme celle-ci ? On voit que des blocages à la 85, 63 ou 56, ça reste une occurrence peu fréquente. Peut être, encore une fois, qu'il y a une part de responsabilité du RC actuel, peut être qu'il y a aussi d'autres paramètres qui ne sont pas favorables. Personnellement, je ne sais pas. Je constat, comme vous, le RC (des vagues de douceurs et de chaleurs plus fortes) Mais on a le droit de se poser des questions diverses, sur l'influence du CO2 en partie responsable, en passant par notre propre responsabilité (urbanisation, déforestation, production de chaleur etc) et du peu de recul qu'on a réellement sur cette machine complexe.

Edited by Barth61
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
il y a 28 minutes, Barth61 a dit :

 

 

En 1984/85, ce fameux Janvier 85, regardons les conditions initiales :

 

Comparons vis à vis de 2002 (ou pourrait prendre 2006 ou 2007 ou n'importe) :

.....

Voilà, on ne peut pas tout mettre sur le dos du RC, d'autres paramètres rentrent en jeu. Peut être que ces paramètres sont en partie influencé par le RC, mais il y aussi une partie plus naturelle. Les situations ne sont jamais tous blancs ou tous noires. Parce que rien n'empêche d'avoir un OVNI, peut être moins froid, mais tout aussi costaud.

Surtout si RC implique des flux méridiens plus souvent, alors ce genre de situation très méridienne devrait être plus courant ? Même moins froide encore une fois.

Et encore une fois, comment peut on comparer un hiver 2009/2010 avec l'hiver 63 ? Si les conditions initiales ne sont pas les mêmes (et pourtant on les vois tous les jours sur les modèles), la comparaison reste une hypothèse bien bancale.

 

 

C'est moi qui est posé le problème

Treize Vents y a très bien répondu ; je n'en remercie.

Pas toi Barth 61

 

Tu veux par exemple comparer janvier 85 avec 2002 ou 2006 !

Ce n'est pas ce que j'ai posé.

J'ai posé le problème suivant : "dans la partie centrale de la France, on passait les -15°C tous les 3 ans en moyenne, et on n'a plus connu ça depuis 35 ans".

 

Elle est où ta réponse ?

 

"Comparer 63 à 2009/2010" et oui, là c'est une vrai comparaison, qui a donné lieu d'ailleurs à une Habilitation à Diriger les Recherches de la part de Christophe Cassou, ..et toi tu viens nous dire que "ça reste une hypothèse bien bancale..." Franchement !

Soit plus sérieux, y compris dans tes présentations, quand tu affiches par exemple les "évènements majeurs dans l'Atlantique Nord" (dont on ne sait les limites de cette acception) pour pilonner le fait que les cyclones de catégorie 5 seraient plus nombreux...

 

Tu t'enfonces toi même...

  • J'aime 1
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Naillat, 360m, 23
Il y a 7 heures, Barth61 a dit :

Si les conditions initiales ne sont pas les mêmes (et pourtant on les vois tous les jours sur les modèles), la comparaison reste une hypothèse bien bancale.

Bonjour,

 

l'argument des conditions initiales non identiques n'en est pas un. Evidemment que les conditions initiales ne seront jamais strictement identiques. Si je suis ton raisonnement, les conditions initiales nous seraient défavorables à chaque fois ou presque depuis trente ans? Non ce n'est pas possible... on n'a vraiment pas de bol.

 

Ensuite des comparaisons synoptiques comme tu les fais sans élargir l'échelle, ça risque d'être parcellaire. Je pense que cet hiver risque au final d'être marqué par une belle combinaison NAO-, AO- pour quel résultat au final en anomalie thermique? Il est possible que le bilan soit positif en France et même peut-être en Europe malgré deux vagues de froid, en Espagne, puis en Europe centrale débordant sur l'Allemagne. On verra les chiffres en fin d'hiver, mais avoir un tel enchaînement synoptique pour un tel résultat aux latitudes moyenne en Europe, je pense qu'il va y avoir du grain à moudre et à mon avis, il faudra sans doute chercher au-delà du détail synoptique ( qui d'ailleurs est celui qui a si bien refroidi la péninsule ibérique pendant une semaine ).

 

Si les prochaines études, en fonction du niveau de l'AO, mettent en perspective, 1962/1963, 2009/2010 et 2020/2021...

 

 

Edited by tao
  • J'aime 6
Link to post
Share on other sites
Posted
Cherbourg-L'aigle
il y a 12 minutes, tao a dit :

Bonjour,

 

l'argument des conditions initiales non identiques n'en est pas un. Evidemment que les conditions initiales ne seront jamais strictement identiques. Si je suis ton raisonnement, les conditions initiales nous seraient défavorables à chaque fois ou presque depuis trente ans? Non ce n'est pas possible... on n'a vraiment pas de bol.

 

Ensuite des comparaisons synoptiques comme tu les fais sans élargir l'échelle, ça risque d'être parcellaire. Je pense que cet hiver risque au final d'être marqué par une belle combinaison NAO-, AO- pour quel résultat au final en anomalie thermique? Il est possible que le bilan soit positif en France et même peut-être en Europe malgré deux vagues de froid, en Espagne, puis en Europe centrale débordant sur l'Allemagne. On verra les chiffres en fin d'hiver, mais avoir un telle enchaînement synoptique pour un tel résultat aux latitudes moyenne en Europe, je pense qu'il va y avoir du grain à moudre et à mon avis, il faudra sans doute chercher au-delà du détail synoptique ( qui d'ailleurs est celui qui a si bien refroidi la péninsule ibérique pendant une semaine ).

 

 Salut Tao.

 

N'en est pas un ? Ah bon. Dans ce cas, si les conditions initiales ne sont pas un problème, alors on va avoir un soucis :D Ce n'est pas une réponse. Et je suis désolé, mais quand on va voir nos modèles, les conditions initiales jouent sur les futurs prévisions. C'est un peu pareil dans l'analyse que je fais. Je ne dis pas que c'est la vérité, mais ça permet aussi de voir des différences notables.

 

Et oui je me suis mis qu'à l'échelle Européenne, mais ta phrase insinue aussi que tu es donc partiellement d'accord, puisqu'il faudrait en effet regarder l'ensemble des paramètres sur l'HN, et j'en suis d'accord avec toi. De ce fait, y'a déjà pas mal d'éléments à l'échelle européenne mine de rien, mais on pourrait aussi regarder sur l'HN, si quelqu'un veut regarder et faire l'analyse je suis preneur.

 

Enfin la NAO/AO, c'est bien, mais je crois que sur le topic MT/LT, en fonction des intervenants, nous ne sommes pas d'accord sur le fait que ce sont juste des indices qui représentent un schéma, mais ne voit pas tous les détails de la synoptique, et qui mérite analyse non ? Après il est important de voir la corrélation, oui pourquoi pas, mais si on inclut le RC actuel, forcément, ils sont déjà dépassés. De plus, on l'a déjà vue en Janvier 2011 avec une AO et NAO négative, mais un mauvais positionnement du blocage, et on est dans les choux. Après, je n'expose qu'une petite explication, parmi d'autres possibles. Je pense qu'il y a un plan synoptique, une influence du RC, une influence naturel, une activité et/ou un flux d'ouest trop actif ? Je pense qu'il y a d'autres paramètres, et la NAO/AO en fait partie...

J'ajouterai même : Pourquoi on a des situations plus facilement avec une pompe à chaleur depuis quelques années, alors qu'avant, nous avions un flux d'ouest hyper actif ? La résultante: le climat se réchauffe, me parait un peu léger, c'est tout. 

 

Et toi, comme moi, on a pas assez de recul, dans le sens où nous allons comparer des situations antérieurs à actuels, mais tout en pensant aux possibles influences… et tirer des conclusions peut être hâtives.

Comme je l'ai dit, oui le réchauffement influence, mais tout n'est pas blanc ou noir, et d'autres paramètres sont à prendre en compte, peut être plus minime, mais importante, qui sait ?

Edited by Barth61
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Naillat, 360m, 23
Il y a 6 heures, Barth61 a dit :

Je pense qu'il y a d'autres paramètres, et la NAO/AO en fait partie...

Je te parle  bien d'utiliser l'AO et la NAO à postériori comme outil d'analyse global, qui peut certes être discutable mais il faut bien s'entendre sur quelque chose de mesurable sinon on parle dans le vide, pas comme outils de prévision.

Edited by tao
Link to post
Share on other sites
Posted
Cherbourg-L'aigle
il y a 2 minutes, tao a dit :

Je te parle  bien d'utiliser l'AO et la NAO à postériori comme outils d'analyse global, qui peut certes être discutable mais il faut bien s'entendre sur quelque chose de mesurable sinon on parle dans le vide, pas comme outils de prévision.

 

Je n'ai pas dit le contraire, mais ne parler que de cet indice sans regarder d'autres paramètres, c'est léger. Faudrait que je retrouve mon tableau excel que j'avais fait à l'époque entre AO/NAO/tempé, mais j'avais ajouté aussi le comportement HN, placement des synop et leurs durées. J'avais ajouté l'indice solaire, nino/nina, pdo etc. Et tu vois que c'est toute suite un peu plus compliqué. Sinon je vais le refaire… 

Link to post
Share on other sites
Posted
Montreuil (93) ou Ciran (37)

@Barth61: ferme rappel de la Charte du forum.

 

Citation

D'autre part, une attention toute particulière portera sur la source des articles soumis ou servant de support aux messages de réponse apportés par les membres. De fait, il convient en particulier:

 

  • de citer les sources,
  • de ne pas remettre en cause les bases de la connaissance physique et thermodynamique communément admise par la communauté scientifique,
  • de ne pas se faire l'écho d'un article, d'une idée, d'un site internet, d'une vidéo etc... relayant des idées scientifiquement non admises en peer-review (le peer-review étant ce qui définit la frontière entre la science et la non-science)

 

Plusieurs de tes messages ont été modérés, et la prochaine fois tu gagnes une preview.

  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...