Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

sirius

Suivi de l'englacement au pôle nord

Recommended Posts

La je ne vous suis plus, le vortex a été déconcentré tout l'hiver, créant des remontées chaudes au pole, des conditions qui auraient du malmener la banquise, malgrès ça l'extent est très correct en ce mois de mars, l'epaisseur augmente aussi, et vous arrivez encore à penser que ça va si mal que ça là haut.

Depuis 2007 on ne perd rien, on gagne ...

http://www.ijis.iarc.uaf.edu/seaice/extent/AMSRE_Sea_Ice_Extent.png

tu confonds l'extent et l'épaisseur...

Share this post


Link to post
Share on other sites

tu confonds l'extent et l'épaisseur...

Il dit : l'épaisseur augmente aussi. Donc visiblement, il fait bien la distinction entre les deux. Qu'est-ce qui te fait penser qu'il les confond ?

La bonne question est plutôt : quelles sont les données qui indiquent que l'épaisseur augmente aussi ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il dit : l'épaisseur augmente aussi. Donc visiblement, il fait bien la distinction entre les deux. Qu'est-ce qui te fait penser qu'il les confond ?

La bonne question est plutôt : quelles sont les données qui indiquent que l'épaisseur augmente aussi ?

c'est en fait ce que j'entendais par là en disant ça.rien ne lui permet de dire que l'épaisseur augmente, à moins que pour lui augmentation d'extent = augmentation d'épaisseur. auquel cas il confond...

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est en fait ce que j'entendais par là en disant ça.

rien ne lui permet de dire que l'épaisseur augmente, à moins que pour lui augmentation d'extent = augmentation d'épaisseur. auquel cas il confond...

j epense pas qu'on mesure précisément l'épaisseur en temps réel. J'ai néanmoins un peu de mal à imaginer quand même une situation physique où ça fondrait sous la glace formée et ça regélerait à coté ?.. ce début d'année année a l'air quand même particulièrement résistante à la fonte printanière ! personnellement je ne ferai aucun pronostic sur la fonte estivale, on a beaucoup trop de risque de passer pour un con après default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il dit : l'épaisseur augmente aussi. Donc visiblement, il fait bien la distinction entre les deux. Qu'est-ce qui te fait penser qu'il les confond ?

La bonne question est plutôt : quelles sont les données qui indiquent que l'épaisseur augmente aussi ?

Bonne observation. Le fait que l'area augmente plus que l'extent montre l'augmentation de la concentration qui est un indice de plus grande épaisseur. Ardèche07 aurait pu le mentionner.

Share this post


Link to post
Share on other sites

j epense pas qu'on mesure précisément l'épaisseur en temps réel. J'ai néanmoins un peu de mal à imaginer quand même une situation physique où ça fondrait sous la glace formée et ça regélerait à coté ?.. ce début d'année année a l'air quand même particulièrement résistante à la fonte printanière ! personnellement je ne ferai aucun pronostic sur la fonte estivale, on a beaucoup trop de risque de passer pour un con après default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

je prends alors le risque de dire que si l'extent est élevé, c'est parce que le vortex a été déconcentré tout l'hiver. ce qui veut dire que la formation de banquise a été favorisée dans des zones où il y en a habituellement dans des proportions plus faibles, et qui ne va certainement pas résister au printemps car se trouvant à des latitudes peu élevées. pour ce qui est de la banquise à des latitudes normales, il faut plus se concentrer sur l'area, et non sur l'extent. l'area est inlassablement sous la moyenne. ce qui veut dire qu'il est très probable que l'area en fin d'été ne soit pas en plus grande forme que l'année dernière ou que l'année d'avant... et pour peu que les remontées chaudes au pôle perdurent jusqu'à cet été...!bref.

ça fait 2 ans qu'en disant ça on nous dit qu'on va passer pour un con après. on a vu le résultat! default_whistling.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça fait 2 ans qu'en disant ça on nous dit qu'on va passer pour un con après. on a vu le résultat!

Ben, le résultat depuis deux ans, c'est bien que ceux qui annonçaient un effondrement pour l'été suivant se sont trompés, puisqu'on a eu une récupération progressive, que l'été 2008 a été moins catastrophique que l'été 2007, et l'été 2009 nettement meilleur que les deux précédents.

Donc d'accord avec Starman, on n'a pas d'éléments suffisants pour faire une prévision. Mais que cela n'empêche personne de donner des arguments.

Share this post


Link to post
Share on other sites

je prends alors le risque de dire que si l'extent est élevé, c'est parce que le vortex a été déconcentré tout l'hiver. ce qui veut dire que la formation de banquise a été favorisée dans des zones où il y en a habituellement dans des proportions plus faibles, et qui ne va certainement pas résister au printemps

ah ben c'est sûr que ça va pas résister au printemps, vu que ça ne resiste JAMAIS au printemps hein default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">. Les variations d'une saison estivale à l'autre ne joue QUE sur les 4 ou 5 derniers Mkm^2, tout le reste a de toutes façons disparu en juin. Ca me parait donc très difficile de disserter dans un sens ou dans un autre à partir de ce qu'il se passe maintenant, c'est pour ça que je dis que je ne me risquerai pas à dire quoi que ce soit, maintenant chacun est libre et fait comme il veut. (Ceci dit, dire "je pense que ça fondra si les conditions sont celles qu'il faut pour que ça fonde", c'est effectivement pas extrêmement risqué, je reconnais).Ce qui est sûr, c'est que la fonte 2007 n'a aucunement entrainé une rétroaction positive accélérant la fonte, elle apparait plutot comme une grosse fluctuation , mettant quelques années à s'atténuer. Si on me mettait un pistolet sur la tempe pour parier, je parierai sur un retour aux courbes du début de la décennie, probablement liée à l'anomalie positive de l'AMDO, qui va mettre quelques dizaines d'années à régresser.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben, le résultat depuis deux ans, c'est bien que ceux qui annonçaient un effondrement pour l'été suivant se sont trompés, puisqu'on a eu une récupération progressive, que l'été 2008 a été moins catastrophique que l'été 2007, et l'été 2009 nettement meilleur que les deux précédents.

Donc d'accord avec Starman, on n'a pas d'éléments suffisants pour faire une prévision. Mais que cela n'empêche personne de donner des arguments.

ce n'est pas exactement ça: peut-être que quelques-uns faisaient dans le catastrophisme en prédisant que ça serait pire que 2007, mais la plupart étaient pessimiste quand à ce que l'area revienne dans la moyenne. certes 2008 et 2009 ont fini mieux que 2007, mais de là à dire que tout est rentré dans l'ordre...ce que je dis, c'est que depuis 3 ans on voit qu'un effet de seuil a été atteint.

2008 moins catastrophique que 2007? à quasi égalité, plutôt!

piqûre de rappel:

seaice.area.arctic.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : St Pierre Du Chemin Centre Est 85 en limite 79

Autre piqûre de rappel:

current.anomlus6_mini.png

J'ai bien peur qu'on atteigne le sommet du pic pour cette année, c'est donc insuffisant mais pas pire que ces dernières années.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il a déjà atteint son maxi, depuis quelques jours, cela baisse : data ice extent arctique et l'extent est encore très éloigné de 2003 pour la même période et à peine équivalent à l'année dernière. L'extent calcule la surface maritime où la glace est présente à au moins 15%, or cette année, la glace n'est pas du tout consolidée (dû à la déconcentration du vortex cette année qui a favorisé l'englacement partiel des zones périphériques, mais qui vont vite fondre dans les 2 prochains mois, et défavorisé la consolidation dans l'océan arctique) et je suis très pessimiste pour cet été...

Faut croire que non... C'est quand même pas courant d'atteindre le maxima si tard? (début avril) default_blink.png

J'en profite pour remettre quelques liens qui se perdent dans les pages précédentes (je passe mon temps à aller les chercher default_laugh.png )

N_timeseries.png

AMSRE_Sea_Ice_Extent.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dax (40)

je prends alors le risque de dire que si l'extent est élevé [...] est très probable que l'area en fin d'été ne soit pas en plus grande forme que l'année dernière ou que l'année d'avant...

Cela n'empêche pas, toutes choses égales par ailleurs, de constater que l'état de la banquise (area comme extent) n'est pas aussi mauvais qu'on aurait pu le craindre surtout durant l'automne où la poussée se faisait difficilement. Bon, c'est vrai que c'est du sauvetage de meuble in extremis de fin d'hiver, mais les faits sont là, nous sortons de l'hiver avec un bagage qui aurait pu être bien pire, surtout quand on voit les moyennes qu'on avait en février.

Après il y a l'incontournable question de l'épaisseur, mais faute de mesures nous ne pouvons que spéculer dessus, donc cela ne fait pas avancer grand chose.

Ce qui est sûr, c'est que la fonte 2007 n'a aucunement entrainé une rétroaction positive accélérant la fonte, elle apparait plutot comme une grosse fluctuation , mettant quelques années à s'atténuer. Si on me mettait un pistolet sur la tempe pour parier, je parierai sur un retour aux courbes du début de la décennie, probablement liée à l'anomalie positive de l'AMDO, qui va mettre quelques dizaines d'années à régresser.

2007 est avant tout le résultat d'une variabilité climatique exacerbée dans le sens de la douceur, mais qui a aussi profité d'une tendance de fond qui avait favorisé depuis plusieurs années une certaine fragilité de la banquise. C'est vrai que l'on n'a pas de véritables relevés fiables avant 1979, donc qu'on peut aussi disserter de ce qu'il aurait déjà pu se passer ou non avant. Ce que j'en pense personnellement, c'est que même si on n'a pas la certitude qu'une fonte comme celle de 2007 serait inédite depuis le début du siècle ou même au dela, on a celle que les flux de sud dans les régions arctiques n'ont pas été inventés en mars 2007. Et pourtant, jamais depuis 1979 on n'avait observé ne serait-ce que la moitié d'une telle fonte, alors que des advections douces dans les régions polaires il y en a eu et pas qu'un peu.

Mais d'une certaine manière, 2008 et 2009 aussi, que ce soit pour leurs minimums comme leurs maximums, sont aussi des résultats provenant essentiellement de la variabilité climatique qui a été dans l'ensemble ni trop mauvaise, ni trop bonne. De là à vouloir tirer des tendances... C'est comme si quelqu'un avait dit, en France et en août 2005 :"l'été 2003 a été exceptionnel mais cela vient de la variabilité climatique, les étés 2004 et 2005 ont été moins chauds donc c'est la preuve que le réchauffement s'est arrêté et qu'on revient vers la normale". Comme si on pouvait tirer des tendances sur trois ans sous prétexte qu'on part d'une année que l'on sait exceptionnelle et hors-normes.

D'autant que, d'une certaine manière, l'état de la banquise au moment T n'est que le reflet des conditions synoptiques qui ont majoritairement régné dans les régions polaire durant les quelques mois précédents. Si en septembre, on se retrouve avec une fonte du même niveau que 2007 parce que l'anomalie estivale aura été de +14° sur le bassin arctique, mais que dans le même temps on a du -2° sur toute l'Eurasie et l'Amérique du Nord, il y aura pas mal de monde pour trouver que les choses ne vont pas si mal. Inversement, si on a une fonte très faible en septembre avec une anomalie limitée dans les régions arctique, si de l'autre côté tout le reste de l'hémisphère enregistre son été le plus chaud depuis le début des mesures, il y aura matière à relativiser la bonne santé de la banquise.

Sinon, si par AMDO tu voulais parler de l'AMO, il faudra nous expliquer davantage en quoi une phase négative de l'AMO pourrait favoriser la banquise. L'AMO a été négative jusqu'en 1995 (voir ici, et pourtant quand on regarde le graphique posté juste au dessus par sebb on peut constater que la tendance à la baisse était déjà amorcée dans les années 1980.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est sûr, c'est que la fonte 2007 n'a aucunement entrainé une rétroaction positive accélérant la fonte, elle apparait plutot comme une grosse fluctuation , mettant quelques années à s'atténuer. Si on me mettait un pistolet sur la tempe pour parier, je parierai sur un retour aux courbes du début de la décennie, probablement liée à l'anomalie positive de l'AMDO, qui va mettre quelques dizaines d'années à régresser.

Pariez sur ce que vous voulez, mais je crois qu'il faut surtout analyser les projections saisonnières, parce que parler de dizaine d'années, c'est se rapprocher de l'échelle climatique... Enfin tout dépend si vous voulez vraiment parler du climat, parce que j'ai l'impression en vous lisant que c'est de la prévision et de l'anticipation saisonnière plus qu'une analyse climatique... Non pas que je m'y oppose hein default_blushing.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il me semble clair que la glace jeune va être la première à fondre... donc je crains que, bien que non négligeable, cette dernière poussée de prise de glace ne soit pas un bon indice de la suite des événements.

Pour info, l'expé française Under The Pole prévoit de beaucoup nager... et leur Twin Otter (avion léger) de reconnaissance n'a pas pu se poser au Pôle exact ce 26 mars, ils ont trouvé un bout de glace pour poser le Twin et le DC3 de transport un peu plus au sud, par 89°25'. Au vu des différentes expés, la glace semble plutôt fine et fragile en cette fin mars. Les équipes du côté du 85-86° doivent mettre les combinaisons de nage quasiment chaque jour (ce qui n'arrivait jamais les années précédentes à cette époque).

Il faudra attendre Cryosat (normalement décollage le 10/4) et peut-être l'expé de JL Etienne pour avoir enfin des infos précises sur l'épaisseur de la banquise.

Sinon, je rêve évidemment d'apprendre d'ici quelques années que la banquise mesure à nouveau 10m d'épaisseur sur la moitié de sa surface... mais je ne parierais pas sur une telle évolution.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon, si par AMDO tu voulais parler de l'AMO, il faudra nous expliquer davantage en quoi une phase négative de l'AMO pourrait favoriser la banquise. L'AMO a été négative jusqu'en 1995 (voir ici, et pourtant quand on regarde le graphique posté juste au dessus par sebb on peut constater que la tendance à la baisse était déjà amorcée dans les années 1980.

Oui excuse j'ai fourché avec PDO. ;-).Euh oui, négative, mais croissante, si tu parles de la tendance à la baisse je correlerais plutot ça à la dérivée de l'AMO, et on est en alternance croissante depuis le début des mesures justement... difficile de séparer un trend de fond quand on ne mesure qu'une demi-période non?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour info, l'expé française Under The Pole prévoit de beaucoup nager... et leur Twin Otter (avion léger) de reconnaissance n'a pas pu se poser au Pôle exact ce 26 mars, ils ont trouvé un bout de glace pour poser le Twin et le DC3 de transport un peu plus au sud, par 89°25'. Au vu des différentes expés, la glace semble plutôt fine et fragile en cette fin mars. Les équipes du côté du 85-86° doivent mettre les combinaisons de nage quasiment chaque jour (ce qui n'arrivait jamais les années précédentes à cette époque).

Enfin tu prends un exemple en un point précis du globe, l'épaisseur de la banquise en ces lieux est avant tout une conséquence des températures estivales et non hivernales à terme... La banquise au pole nord au vu les températures ne fond bien sur pas en ce moment, elle se disloque, ce qui est tout de même différent... En comparaison avec 2007, la situation se rétablit peu à peu, même si nous trainons toujours un déficit chronique qui sera difficile à résorber. Mais ce n'est pas la situation pire depuis les 3 dernières années que l'on ait connu

Share this post


Link to post
Share on other sites

Remarque sur la résistance des dernières semaines : elle n'est pas due à un englacement exceptionnel de basses latitudes, mais à un rattrapage de l'englacement dans la zone entre Spitzberg et Nouvelle-Zemble, qui était très mauvais début mars.

Ca n'empêche pas que ça reste de la glace récente, mais on n'a pas spécialement un englacement particulièrement étalé cette année et on a au contraire ces dernières semaines une tendance à une reconcentration de l'englacement autour du pôle.

http://igloo.atmos.uiuc.edu/cgi-bin/test/print.sh?fm=03&fd=15&fy=2010&sm=03&sd=31&sy=2010

D'ailleurs, la remarque selon laquelle l'Area est systématiquement sous la moyenne tient aussi pour l'Extent. Les deux restent sous leur moyenne des 30 dernières années, et leur retard par rapport à cette moyenne est assez proche. Difficile de dire si l'Extent fait mieux que l'Area cette année, pour moi, ce n'est pas flagrant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela n'empêche pas, toutes choses égales par ailleurs, de constater que l'état de la banquise (area comme extent) n'est pas aussi mauvais qu'on aurait pu le craindre surtout durant l'automne où la poussée se faisait difficilement. Bon, c'est vrai que c'est du sauvetage de meuble in extremis de fin d'hiver, mais les faits sont là, nous sortons de l'hiver avec un bagage qui aurait pu être bien pire, surtout quand on voit les moyennes qu'on avait en février.

Après il y a l'incontournable question de l'épaisseur, mais faute de mesures nous ne pouvons que spéculer dessus, donc cela ne fait pas avancer grand chose.

2007 est avant tout le résultat d'une variabilité climatique exacerbée dans le sens de la douceur, mais qui a aussi profité d'une tendance de fond qui avait favorisé depuis plusieurs années une certaine fragilité de la banquise. C'est vrai que l'on n'a pas de véritables relevés fiables avant 1979, donc qu'on peut aussi disserter de ce qu'il aurait déjà pu se passer ou non avant. Ce que j'en pense personnellement, c'est que même si on n'a pas la certitude qu'une fonte comme celle de 2007 serait inédite depuis le début du siècle ou même au dela, on a celle que les flux de sud dans les régions arctiques n'ont pas été inventés en mars 2007. Et pourtant, jamais depuis 1979 on n'avait observé ne serait-ce que la moitié d'une telle fonte, alors que des advections douces dans les régions polaires il y en a eu et pas qu'un peu.

Mais d'une certaine manière, 2008 et 2009 aussi, que ce soit pour leurs minimums comme leurs maximums, sont aussi des résultats provenant essentiellement de la variabilité climatique qui a été dans l'ensemble ni trop mauvaise, ni trop bonne. De là à vouloir tirer des tendances... C'est comme si quelqu'un avait dit, en France et en août 2005 :"l'été 2003 a été exceptionnel mais cela vient de la variabilité climatique, les étés 2004 et 2005 ont été moins chauds donc c'est la preuve que le réchauffement s'est arrêté et qu'on revient vers la normale". Comme si on pouvait tirer des tendances sur trois ans sous prétexte qu'on part d'une année que l'on sait exceptionnelle et hors-normes.

D'autant que, d'une certaine manière, l'état de la banquise au moment T n'est que le reflet des conditions synoptiques qui ont majoritairement régné dans les régions polaire durant les quelques mois précédents. Si en septembre, on se retrouve avec une fonte du même niveau que 2007 parce que l'anomalie estivale aura été de +14° sur le bassin arctique, mais que dans le même temps on a du -2° sur toute l'Eurasie et l'Amérique du Nord, il y aura pas mal de monde pour trouver que les choses ne vont pas si mal. Inversement, si on a une fonte très faible en septembre avec une anomalie limitée dans les régions arctique, si de l'autre côté tout le reste de l'hémisphère enregistre son été le plus chaud depuis le début des mesures, il y aura matière à relativiser la bonne santé de la banquise.

Sinon, si par AMDO tu voulais parler de l'AMO, il faudra nous expliquer davantage en quoi une phase négative de l'AMO pourrait favoriser la banquise. L'AMO a été négative jusqu'en 1995 (voir ici, et pourtant quand on regarde le graphique posté juste au dessus par sebb on peut constater que la tendance à la baisse était déjà amorcée dans les années 1980.

Le message de TreizeVents me parait décrire fort bien la situation et je n'ai rien à y ajouter. Sauf qu'avec une glace jeune et tardive sur une grande partie de l'Arctique, il ne me paraitrait pas étonnant que l'été 2010 finisse avec un area particulièrement bas. Pendant les années de stagnation de la situation et de calme solaire, les GES ont continué à s'accumuler. La température des eaux de faible et moyenne profondeur s'est légèrement accrue, tandis que les dégazages de CH4 se sont amplifiés au large de la Sibérie.

Mon sentiment est donc que la pause dont la banquise a profité après 2007 touche à sa fin et qu'un nouveau recul important pourrait être constaté à la fin de l'été 2010 ou au plus tard à la fin de l'été 2011 ou 2012. Il me semble que la variabilité du vortex et des conditions météorologiques ne permette guère d'être plus précis à l'échelle de quelques années...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Cévennes - Joyeuse - Alt: 187 m

Alain , on s'accroche à ce qu'on peut. Tu annonces la fin pour 2020, reste plus que 10 ans, ça va être un peu juste non ?.

En attendant, la réactualisation d'aujourd'hui est encore plus impressionnante:

http://nsidc.org/data/seaice_index/images/daily_images/N_timeseries.png

Concernant la Sibérie, tu trouves qu'il y a fait trop chaud cet hiver ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alain , on s'accroche à ce qu'on peut. Tu annonces la fin pour 2020, reste plus que 10 ans, ça va être un peu juste non ?.

En attendant, la réactualisation d'aujourd'hui est encore plus impressionnante:

http://nsidc.org/data/seaice_index/images/daily_images/N_timeseries.png

Concernant la Sibérie, tu trouves qu'il y a fait trop chaud cet hiver ?

default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> Non, je n'ai jamais annoncé de fin (du monde?) pour 2020! D'ailleurs les prévisions que j'ai publiées vont jusqu'aux environs de 2050. Au delà, je considère comme quasiment dénué de sens toute tentative d'estimation étant données les incertitudes à long terme concernant les variables en cause, notamment les variables économiques et techniques.Ce que je prévois pour 2021 (à quatre années près, soit entre 2017 et 2021), c'est le risque de nous trouver face à une débâcle estivale quasi totale de la banquise arctique, avec une forte accélération de la réduction annuelle de l'area au cours des dernières années précédant cette date approximative. Cela surtout en raison d'un fort risque de rétroactions positives nettes faisant intervenir le CH4 et d'un attiédissement progressif des eaux de faible et moyenne profondeur dans les mers arctiques, en commençant par les mers riveraines de la Sibérie. J'ai déjà largement décrit le processus dont je redoute l'enclenchement, y compris dans le cadre des forums d'InfoClimat et je ne souhaite surtout pas provoquer ici une polémique à ce sujet.

Quant à ta question sur la Sibérie, je te répondrai par une question sur le Canada: Tu trouves qu'il y a fait trop froid cet hiver?

Plaisanterie à part, la comparaison des situations hivernales dans les différentes parties de notre hémisphère nous montre qu'il n'y a guère de sens à ne se baser que sur l'évolution dans une seule région, surtout quand on prend en considération un seul hiver (ou un nombre trop faible d'hivers) En tant que statisticien, je suis plutôt partisan d'un raisonnement basé à la fois sur des moyennes statistiques glissantes (ici de préférence sur onze ans) et sur des prévisions intégrant explicitement diverses hypothèses et donc une fourchette d'incertitude.

Alain

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce que je prévois pour 2021 (à quatre années près, soit entre 2017 et 2021), c'est

[a)]le risque de nous trouver face à une débâcle estivale quasi totale de la banquise arctique, avec une forte accélération de la réduction annuelle de l'area au cours des dernières années précédant cette date approximative.....

[default_cool.png] En tant que statisticien, je suis plutôt partisan d'un raisonnement basé à la fois sur des moyennes statistiques glissantes (ici de préférence sur onze ans) et sur des prévisions intégrant explicitement diverses hypothèses et donc une fourchette d'incertitude.

Alain

tu peux réexpliquer stp comment tu arrives à la conclusion a) à partir de default_cool.png moyennes statistiques glissantes sur 11 ans (pourquoi "de préférence" sur 11 ans d'ailleurs ?) et de "diverses hypothèses" ? (lesquelle s?) - excuse je suis nouveau et j'ai pas tout suivi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le débat semble de nouveau agiter ce forum.

Il faut replacer l'évolution climatique en cours dans son contexte.

On ne peut nier l'évolution depuis d'une perte manifeste de l'englacement au pôle Nord d'une moyenne de 1 million de Kilomètres carrés depuis le milieu des années 90.

L'été 2007 a atteint un minimum qui pour l'heure a toutes les chances de paraître absolu.

Si nous analysons l'englacement de cette année, on a tout lieu de croire que le minimum n'atteindra pas celui de 2007 et sans doute pas celui de 2008. Si nous analysons les données de l'hiver passé nous notons la forte valeur négative de l'oscillation arctique phénomène qui semble être corrélé avec l'épisode El Niño.

Ces conditions ont entraîné une importante douceur au pôle et une situation anticyclonique évitant à la banquise d'être brisée par les tempêtes et de s'échapper du pôle d'où une situation actuelle favorable au début du printemps.

On note toutefois un déficit quasi historique au niveau de la baie du St Laurent quasi-libre de glace tout l'hiver, du Labrador et de la mer de Baffin. On retrouve (toujours ?) ce phénomène lors des années El Niño.

A partir de cette contestation, il apparaît donc légitime de prévoir une situation similaire aux années 2003, 1998 ...

Cette valeur devra être pondérée à la baisse en tenant compte du fait de la tendance globale à la disparition inéluctable de la quasi-totalité de la banquise.

Paradoxalement, en dépit d'un sursaut(?) de l'extent et de l'area cette année, on devrait voir une ouverture précoce du passage Nord-Ouest et une fonte préoccupante dans le secteur de l'est du Groënland. L'Arctique Sibérien devrait faire de la résistance.

Je vous indique trois liens:

Le premier concernant l'oscillation arctique et les températures de cet hiver.

AO hiver 2009-2010

Ceci montre clairement le phénomène de réchauffement au niveau du Gröenland,du Québec, de l'archipel canadien, de l'Alaska et de la Sibérie Orientale à proximité du détroit de Béring.

Mon propos rejoint alors celui d'Alain Coustou sur les gisements de phthalates et de méthane au niveau de l'Alaska.

A ne pas négliger dans la contribution à l'emballement climatique!

Certains ont beau le décrier, ses analyses sont rationnelles et ses prévisions justifiées et justifiables scientifiquement.

J'attire votre attention également sur les données de l'AO

Arctic Oscillation

Ces dernières semblent montrer un cycle d'environ 7 ans.

Pendant ce cycle, on remarque que l'AO passe de manière flagrante d'un minimum extrême négatif( 1997, 2003, 2010 (el niño, el niño et el niño)à un minimum négatif quasi nul au bout de 3-4 ans environ (mi-1999, 2007 (comme par hasard)la niña, la niña)

Le rendez-vous est donc pris pour l'été 2014 ou 2015 prochain grand minimum global attendu de la banquise. Au delà une stabilisation voire un regain de 4 ans est attendu.

Enfin pour conclure, un lien sur le gyre de beaufort pour comprendre les évolutions des échanges arctique /atlantique / pacifique et des courants associés.

circulation gyre de beaufort

J'espère ne pas vous avoir trop ennuyé avec cette analyse sans autre prétention que d'essayer de prévoir les changements climatiques opérants sur la banquise Arctique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Cévennes - Joyeuse - Alt: 187 m

tu peux réexpliquer stp comment tu arrives à la conclusion a) à partir de default_cool.png moyennes statistiques glissantes sur 11 ans (pourquoi "de préférence" sur 11 ans d'ailleurs ?) et de "diverses hypothèses" ? (lesquelle s?) - excuse je suis nouveau et j'ai pas tout suivi.

En résumé:http://www.eons.fr//images/eons38_cauchemar.png default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Il va sans dire, qu'à titre personnel, que je n'approuve pas ces prévisions, ainsi que la fin de la banquise estivale pour 2021 (désolé pour les 1 an).

Share this post


Link to post
Share on other sites

En résumé:

http://www.eons.fr//images/eons38_cauchemar.png default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Il va sans dire, qu'à titre personnel, que je n'approuve pas ces prévisions, ainsi que la fin de la banquise estivale pour 2021 (désolé pour les 1 an).

moi, c'est pas que je les approuve ou que je les désapprouvre, c'est que je comprends pas comment on arrive à des chiffres précis à partir juste de petits dessins. C'est ça le "calcul symbolique" ? default_dry.pngles "moyennes glissantes sur 11 ans" , elles donnent quoi quantitativement sur les taux de décroissance annuels par exemple? parce que 2020 c'est que dans une décade va falloir se grouiller !

Share this post


Link to post
Share on other sites

La je ne vous suis plus, le vortex a été déconcentré tout l'hiver, créant des remontées chaudes au pole, des conditions qui auraient du malmener la banquise, malgrès ça l'extent est très correct en ce mois de mars, l'epaisseur augmente aussi, et vous arrivez encore à penser que ça va si mal que ça là haut.

Les remontées chaudes dans le bassin arctique ne changent rien à l'affaire : la zone centrale arctique est gelée et même avec de gros excédents de T au pôle nord, les T restent négatives, donc pas de fonte.

Par contre, on a depuis des semaines un temps très froid dans les zones périphériques de l'Artique, près de la Nouvelle-Zemble et surtout vers les mers de Bering et d'Okhotsk (un gros bout de vortex stagne là bas depuis pas mal de temps).

D'où une forte extension de la banquise dans ces zones périphériques, et donc extent et area globaux assez élevés.

Mais qui ne préjugent pas de la suite - la glace va fondre rapidement dans ces zones dans les mois qui viennent

On en reparle dans 2/3 mois, et surtout en septembre !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...