Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Cirus

Membres
  • Content Count

    2400
  • Joined

  • Days Won

    1

Everything posted by Cirus

  1. Sur GFS, plus les runs passent, plus on semble apercevoir les effets directs du SSW à long terme en troposphère. Beaucoup d'incertitudes subsistent encore concernant notamment la puissance du réchauffement stratosphérique. Toutefois, il est relativement certain que nous aurons affaire à un déplacement de vortex (configuration à ondes n°1). Le paroxysme du phénomène serait atteint aux alentours de la fenêtre du 9 au 12 décembre. Néanmoins, on ne voit pas encore très bien "l'après SSW", puisque nous sommes encore hors échéances à ce sujet. A l'heure actuelle, et depuis qu
  2. Si jamais tu souhaites optimiser tes chances de voir une tenue de la neige au sol, je peux te conseiller d'aller sur certaines hauteurs qui ne sont pas excessivement loin de Saint-Brieuc et de Lamballe comme le Mont Bel-Air (340 m d'alt) ou le Signal de Lanfains (325 m d'alt). Ce sont les 2 plus hauts sommets des Côtes d'Armor. Entre 2000 et 2007, ça m'est arrivé 3 fois de voir le Mont Bel-air blanc au loin, alors que je n'avais aucune tenue au sol chez moi, bien que je suis un peu sur les hauteurs aussi. Et si tu as un peu plus de temps pour toi pour faire un petit détour touristi
  3. Sur le GFS12z d'hier, un renversement du courant circumpolaire d'ouest est modélisé. Vu qu'il y a un décalage d'une journée dans la publication de ce graphique, je ne peux pas poster les projections de GFS d'aujourd'hui, pour les vents zonaux. Ceci ne constitue qu'un run et comme j'ai pu le préciser plus haut, les SSW majeurs sont relativement rares sur un mois de décembre. Il faut donc rester prudent avec ce genre de modélisation. En termes de positionnement des centres d'actions, nous sommes sur une composante à ondes n°1, avec l'accentuation d'une crête d'altitude cô
  4. Tu t'es trompé de topic ^^ Le topic de suivi et de prévisions pour la stratosphère, c'est à côté ;-) Du coup, j'ai répondu à ton post dans le topic des prévisions stratosphériques ;-)
  5. Depuis les années 1950, 5 SSW majeurs (ne pas mettre dans le même panier les SSW mineurs) sont survenus un mois de décembre. Le dernier événement de ce style remonte au 15 décembre 1998. Le phénomène est donc rare. Sur ces 5 SSW passés, les effets ont été diverses en troposphère. Voici 2 cartes qui illustrent les anomalies du champ de pression en surface sur les 30 jours qui ont suivi le SSW du 4 décembre 1981 (à gauche) et le SSW du 15 décembre 1998 (à droite) : Très grossièrement, on a la signature d'un régime AO-/NAO- dans le cas de 1981 tandis que dans l
  6. Réchauffement stratosphérique à surveiller de près en effet. De nouveau, on peut signaler des écarts considérables entre GFS et son ensemble. Près de la moitié des scénarios de l'ensembliste opte pour un renversement du courant circumpolaire d'ouest (synonyme de SSW majeur) à compter d'une échéance de 10/15 jours. GFS, quant à lui, paraît isolé, bien au-dessus du panache GEFS (10 m/s au-dessus sur les échéances lointaines, ce n'est pas anodin!), mais quand on connait les sous-estimations récurrentes du panel GEFS dans ses projections, vis-à-vis des vents zonaux, j'ai plutôt tendance à me fier
  7. J'accorde de l'importance aux différentes phases de propagation, à la distribution spatiale des easterlies ou des westerlies dans le temps... Ce qui est différent de chercher à savoir si la QBO- occupe une tranche d'atmosphère plus importante que la QBO+ sur une période donnée (ou inversement). En outre, dans la situation des hivers 1996/1997 et 2005/2006, une amorce de QBO+ est apparue en cours d'automne ce qui n'est pas le cas pour nous à l'heure actuelle. Au mois de novembre de ces configurations passées, on avait d'un côté des westerlies surplombant des easterlies (
  8. Je vais aussi insister sur le fait que les hivers 1985-1986 et 1995-1996 sont des hivers présentant des similitudes notables avec notre hiver actuel, par rapport aux forçages externes, que ce soit au niveau de l'activité solaire, de la QBO ou de l'ENSO. Je poste le graphique ci-dessous pour apprécier de manière globale, ces ressemblances. Nota Bene: les annotations chiffrées sur le graphique désignent les valeurs d'ONI (Oceanic Nino Index). Entre tous ces cercles noirs sur ce graphique, nous avons plusieurs points communs : - Une niña
  9. Au-delà de mes prévisions de raclette généralisée ;-P , et suite aux bonnes , voire excellentes interventions de plusieurs forumeurs (13Vents, Gugo, Faycal, ... dsl si j'en oublie certains), je ne vois pas grand chose à rajouter pour le moment ... peut-être quelques éléments complémentaires à apporter à certains posts, comme le post de Faycal, mais c'est tout. Beaucoup de choses ont été abordées en 9 pages et c'est très bien ;-)
  10. Sur les modélisations d'hier, il n'y a que GFS qui voit une franche accélération des vents zonaux moyennés au niveau du 65e parallèle à 10 hpa. Il est même bien au-dessus du panache GEFS avec des valeurs atteignant environ 35 m/s, d'ici le 12 novembre. En ce qui concerne le CEP d'hier, les projections ne vont pas jusqu'au 12 novembre, mais jusqu'au 5 novembre. Au 5 novembre, le U60N atteindrait 22,8 m/s, ce qui serait légèrement sous les normes de saison. Après, je n'ai pas d'éléments de comparaison avec les graphiques que tu as posté juste au-dessus puisque les paramètres ne sont
  11. La première phrase, je parlais de mon cas strictement personnel, sur cette partie du forum, pour expliquer pourquoi j'étais dans l'incapacité de lui répondre. Ca fait un peu plus de 2 ans que je viens très rarement sur le forum ou sur d'autres sites. Donc si je viens ici c’est plus pour lire, pour échanger quand j'en ai l'occasion. Les résultats (que ce soit ici ou sur d’autres sites météo), je les regarde, mais c’est secondaire, comme je l’ai dit plus haut, car ça fait longtemps que je n’ai pas le temps de m’y intéresser pour les analyser, les confronter, car ça demande du temps comme toujour
  12. Je peux te faire une prévision pour cet hiver, et elle est 100% fiable ^^ Qu'il fasse froid, ou qu'il fasse doux, cet hiver, ça sera RACLETTE ! ... en tout cas pour moi ^^ Ou pour tout le monde, je paye ma tournée, là au moins, je suis sûr que j'aurai raison Bon blague à part, je ne pourrai pas te répondre sur le tas car j'en ai aucune idée, ça fait très longtemps que je ne m'intéresse pas aux résultats, enfin ça reste secondaire ^^. Le plus important, c'est la méthode, la manière par laquelle on parvient aux résultats. Et après, on peut s'intéresser aux résultats.
  13. J'ai fait une petite virée sur la côte d'émeraude cet après-midi et je n'ai pas été déçu. Il y a eu beaucoup de brouillard sur la côte et en mer à l'est du Cap Fréhel, surtout autour de la Baie de la Fresnaye, où la visibilité était vraiment pas top. Toutefois, en allant vers l'ouest du Cap Fréhel, le ciel était quasiment dégagé et on pouvait observer de loin ces bancs de brouillard qui faisaient penser à certains moments au Morning Glory d'Australie. Sur la plage de Château Serein à Plévenon : Sur le Cap Fréhel, dans le brouillard (vue su
  14. On sent tout de même depuis quelques temps que la récurrence tend à opérer un certain "glissement" avec des changements subtiles tant sur le dynamisme que sur le positionnement des centres d'action. Ceci est d'autant plus visible depuis la séquence caniculaire qui a touché une majeure partie de la France au mois de juin. A chaque salve de la récurrence, à chaque intermède, des grains de sable s'invitent dans les rouages de celle-ci et on semble s'éloigner lentement des conditions supra synoptiques propres à la fin du printemps / début d'été, même si la circulation générale imprime toujours la
  15. Je confirme, ça bombarde pas mal sous la cellule orageuse en ce moment même. Flashs en continu près de Loudéac, là où je me trouve.
  16. Averse de neige d'une durée de 10 minutes qui vient tout juste de se terminer chez moi au nord de Loudéac. Température de 0,5 degrés. Fine pellicule de neige, sur la pelouse, les toits, les voitures. Rien sur les routes.
  17. Voici le lien qui va te rediriger vers les modélisations CEP : http://www.geo.fu-berlin.de/en/met/ag/strat/produkte/winterdiagnostics/ Tu trouveras les niveaux 150, 100, 70, 50, 30, 20, 10, 7, 5, 3, 2 et 1 hpa Pour les modélisations GFS : http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/stratosphere/strat_a_f/ Pour le reste, ton hypothèse est réalité. Mais, il existe des exceptions fréquentes, car la position grossière du vortex polaire ou des ondulations ne correspond pas systématiquement entre 2 niveaux de la stratosphère (par exemple entre les niveaux 1 hpa et 50 hpa...). Dans l
  18. Je répondrai aux questions ce soir (après, je ne sais pas encore si ce sera en début, en milieu ou en fin de soirée). Je suis très peu disponible pour répondre en journée, je suis vraiment désolé.
  19. A ce jour jour, nul doute que l'on s'enfonce tout droit vers un ralentissement dans la durée du courant circumpolaire. Toutefois, le caractère majeur du SSW entrevu n'est pour le moment pas du tout acquis. CFS est toujours favorable à la mise en place d'un SSW significatif, mais GEFS, de son côté est beaucoup plus timoré, avec des scénarios relativement éparpillés. La dispersion d'ensemble est même plus importante, comparée aux jours précédents. On avance donc dans la semoule et il est toujours très périlleux de s'avancer sur les conséquences de ce futur SSW. Les ondes
  20. Pour le moment, la dislocation du vortex stratosphérique n'est pas d'actualité, mais il est tout à fait possible qu'un tel scénario surgisse dans les modélisations futures. A l'heure actuelle, dans le panel GEFS, et même chez CFS (pour le mois prochain), le scénario majoritaire est la mise en place d'une puissante perturbation stratosphérique à onde n°1 (amplification d'une unique ondulation) migrant plus ou moins aisément vers les régions arctiques. Cette perturbation à onde n°1 -si elle est assez puissante- est capable d'anéantir complètement le vortex polaire (sans qu'il y ait de scission/r
  21. Comme mentionné dans certains posts plus haut, on assiste, chez GFS, à l'amplification d'une ondulation côté Alaska et à l'affaiblissement du vortex polaire côté européen pour ces prochains jours. Aucune perspective de scission du vortex polaire : nous avons affaire à un déplacement du tourbillon cyclonique (displacement event), comme nous pouvons le voir dans l'animation ci-dessous (Géopotentiel et température à 10 hpa jusqu'au 2 février). Chez l'ensembliste GFS, les incertitudes apparaissent à partir du 28 janvier (voir le panache GEFS ci-dessous pour l'U65). Nous aur
  22. Justement, on n'est pas du tout avancé sur cette question. D'un run CFS à l'autre, la maturité du SSW n'est jamais atteinte sur la même période. Cela varie entre le début et la fin du mois de février. Les échéances sont également lointaines, donc on n'est pas non plus à l'abri d'un revirement de situation, même si CFS est constant à modéliser un SSW majeur quelque part sur le mois de février.
  23. Pour rebondir sur les messages précédents, nous nous orientons effectivement vers une chute relativement importante des vents d'altitude le long des latitudes subarctiques, et il est possible que ce ne soit que la partie émergée de l'iceberg, si on se contente de l'ensemble GFS. Depuis bientôt 1 mois, CFS (que j'observe depuis assez longtemps) continue à projeter un SSW majeur sur le mois de février. Sur les 3 semaines passées, à peu près 3/4 des runs envisagent un tel scénario. La majeure partie des runs modélise un renversement des vents zonaux le long du 60e parallèle entre 0 m/s et -20 m/s
  24. Le vortex polaire va perdre peu à peu sa "circularité" dans la stratosphère, "se distordre", via l'établissement d'une crête chaude d'altitude du côté de la Sibérie orientale et également par l'intermédiaire d'éventuelles attaques côté atlantique. Pour autant, on est loin d'un affaiblissement profond du tourbillon cyclonique. Certes, on renoue avec une certaine activité ondulatoire en périphérie du complexe de bas géopotentiels, mais l'auge polaire conserverait sa puissance. Après un court intermède accompagné d'un affaiblissement relatif du courant circumpolaire d'ouest, nous nous orientons v
  25. Pas mécontent d'être rentré sur le bassin rennais pour le nouvel an. Atmosphère bien hivernale et paysage totalement blanc à Bruz, au sud de Rennes. Il neige à petits flocons de temps en temps depuis hier. Fine pellicule de neige sur les surfaces, les parkings, les chemins, la pelouse. Pas mal de givre également dans les arbres.
×
×
  • Create New...