Ventdautan

Médias, exagération, désinformations sur la météo

1 090 messages dans ce sujet

Un exemple extrême de tornade multi-vortex :

Au visuel "on" dirait une mini-tornade car pas beaucoup de condensation au début, mais ce fut EF5 ! (on sent que ça souffle pas mal à distance quand même....)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au visuel "on" dirait une mini-tornade

Oui enfin vu que les mini-tornades n'existent pas, on dirait plutôt une tornade.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de la précision default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de la précision biggrin.png

Je t'en prie laugh.png .

Plus sérieusement on note en effet une amélioration sur certains médias en effet qui commencent peut-être enfin à prendre conscience que les mini-tornades et autre joyeusetés n'existent pas, le truc c'est : combien de temps est-ce que ça va durer ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Ce qui est intéressant ce n'est pas d'observer et de critiquer ces approximations c'est de se demander pourquoi ces approximations. Etant à la fois étudiant en information-Communication et passionné de météorologie je vais tenté de répondre à cette question.

Il faut savoir que comme dans à peu près tous les secteurs la productivité est de plus en plus le maitre mot dans le monde du journalisme. Il est donc demandé aux journalistes de "pondre" un sujet dans un temps imparti très limité mais qui soit à la fois précis mais concis ainsi que clair pour l'ensemble du public visé par le média. De plus le journaliste doit être polyvalent et avoir une maitrise de base de thématiques très variées (économie, politique, culture, sciences, ...). Vous comprendrez donc que du fait de ces exigences professionnelles il est normal que les journalistes procèdent à ce genre de raccourcis.

De plus le journaliste doit prendre en compte les références de son public. Pour la majorité de la population et comme dit précédemment le mot "tornade" renvoie en effet à l'image des tornades américaines. Il leur faut donc trouver un terme clair pour signifier à la population qu'en effet la France peut-être touchée par des tornades mais que celles-ci sont de moindre importance que les tornades US : d'où le terme de "mini-tornade" facilement compréhensible par la population n'ayant pas spécialement de connaissances météorologiques.

Néanmoins le manque de pertinence de certains papier est parfois tout simplement lié à un manque de professionnalisme ... tongue_smilie.gif

Voici donc rapidement quelques unes des raisons (il y en a certainement d'autres) qui font que l'on retrouve parfois dans les médias des aberrations d'un point de vue météorologique. Il est donc intéressant avant de crier au scandale d'aller chercher l'explication de ces approximations.

Très bonne journée à vous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Etant à la fois étudiant en information-Communication et passionné de météorologie

Puisses-tu intervenir plus souvent !Sur la "mini-tornade", je pense quand même qu'il y a énormément d'usage qui s'est installé, plus qu'une réelle volonté de vulgariser.

"mini-tornade" est l'expression consacrée pour tout coup de vent violent très localisé. Dans la presse, il y a 20 ans, on le disait exactement comme aujourd'hui. Sauf qu'à l'époque, personne ne s'embêtait (à part Jean Dessens) à vérifier si c'était une tornade ou un front de rafales, donc personne ne pouvait freiner l'usage. Et aujourd'hui, on a beaucoup de mal à freiner l'usage, les journalistes ont leur réflexe. On se rappelle du cas "Hautmont", où les journalistes ont de suite parlé de "mini-tornade" même à la vue de dégâts majeurs. C'est l'usage, un réflexe. Et en plus ils oseront difficilement faire dans l'original sur des faits divers. Le lecteur, s'il voit "tornade", il va penser que le journaliste exagère, donc c'est mauvais. Il suffit de voir les commentaires sur le net où des gens rigolent de ce qui s'est passé à Marseille. Et beaucoup beaucoup de gens considèrent qu'on parle trop de risques environnementaux, qu'on s'alarme inutilement à chaque épisode météo agité, qu'on devrait simplement se concentrer sur la politique, le social et l'économie !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les risques environnementaux peuvent justement avoir un impact sur l'économie donc sur le social et la politique .

Je pense quand même qu' il y a une certaine prise conscience de cela et que l'on a eu bien tord de les ignorer, pensant qu'avec notre monde moderne on serait à l'abri de tous risques(environnementaux, géologiques, épidémiologiques, et même économiques et sociaux !)

Sinon le terme "mini-tornade" n'est pas prêt de disparaître, "tornade" étant trop associé aux US.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faut savoir que comme dans à peu près tous les secteurs la productivité est de plus en plus le maitre mot dans le monde du journalisme. Il est donc demandé aux journalistes de "pondre" un sujet dans un temps imparti très limité mais qui soit à la fois précis mais concis ainsi que clair pour l'ensemble du public visé par le média. De plus le journaliste doit être polyvalent et avoir une maitrise de base de thématiques très variées (économie, politique, culture, sciences, ...). Vous comprendrez donc que du fait de ces exigences professionnelles il est normal que les journalistes procèdent à ce genre de raccourcis.

Il est donc intéressant avant de crier au scandale d'aller chercher l'explication de ces approximations.

C'est bien ça le problème (et pas seulement dans le domaine de la météo) et on est en droit de ne pas accepter cette situation (qui se généralise à toute la société) sans protester de temps en temps 191769.gif .

Tu comprends bien que je ne dis pas ça pour toi, en tant qu'étudiant en journalisme ou communication vous subissez ce système pervers, mais c'est quand même regrettable d'en être obligé à généraliser la "médiocrité" (terme volontairement fort) sous couvert de "productivité" et de "rentabilité".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que tant que l’intérêt des français se limitera à : "Est ce que je vais pouvoir aller bronzer demain ?" on aura se genre de problème, pour la plupart des français les tornades c'est de la science-fiction et ça n'arrive qu'aux States, évidement les journalistes aident pas trop en parlant de mini-tornade. Mais si nos bulletins TV étaient plus long les présentateurs pourraient en profiter pour démêler le vrai du faux.....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En marge de ce débat sur l'utilisation du mot "minitornade" il y a une aberration récente dont je n'en peux vraiment plus sur les bulletins météorologiques de BFM TV. Les présentateurs remplacent de plus en plus souvent les termes "au sud de..." "au nord de..." par "en dessous de...".

Une ineptie sans nom en Géographie et cela révèle une médiocrité affligeante puisqu'on nous apprend à ne pas dire ça en CM 2.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

après les "mini tornades", voilà qu'un journaliste du "monde" sort la "super tempête" .

peut qu’effectivement elle est exceptionnelle mais dans ce cas il y a un mot de trop et autant parler de cyclone et sa catégorie .

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/10/29/atlantic-city-sous-les-eaux-le-new-jersey-envisage-de-fermer-deux-centrales-nucleaires_1782866_3244.html#xtor=RSS-3208

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous,

Viens de lire un peu l'ensemble du topic, bien aimé l'intervention de Youri au début. Le problème est complexe en effet, mais si on peut comprendre que les journalistes doivent avant tout rester abordables pour le grand public et ses besoins propres, le terme "minitornade" en revanche est une réelle aberration et ce pour une raison très simple : il n'a pas un seul sens mais plusieurs. Chacun l'emploie à sa sauce avec sa propre définition (petite tornade pour les uns, rafales orageuses pour d'autres...). Ce terme induit une minimisation regrettable pour les victimes de grosses tornades (il y avait eu un véritable tollé en 2008 chez les victimes de la catastrophe d'Hautmont) et de plus il aurait été délibérément inventé par un journaliste au XXème siècle, et ce alors que les termes exacts et grand public existent déjà.

Enfin -et peut-être même surtout !- ces approximations langagières concernent un domaine "confidentiel dans le confidentiel" très mal connu même des passionnés de météo voire de certains professionnels et qui aurait pourtant d'autant plus urgemment besoin de clarté et de pédagogie.

D'ailleurs une démonstration frappante de cet état de fait tout particulier en est cette autre maladresse constatée jusque dans ce topic (un comble !). En effet tout le monde y donne du "EF5", "EF4" etc... alors que l'utilisation de la nouvelle échelle de Fujita en Europe -contre laquelle j'ai tenté de me battre durant quelques temps avant de vite lâcher prise - est au mieux considérée comme complètement inutile par Jean Dessens et François Paul de qui j'ai eu des retours à ce sujet, et au pire nuisible et source d'erreurs pour Charles Doswell, lequel dans un papier publié en 2009 préconisait déjà aux Européens de rester à l'ancienne échelle de Fujita .

De même certains chiffres avancés pour les tornades en France plus haut, sans être faux, pourraient être nuancés.

Nombre de faits météo sont régulièrement "défendus" face aux déformations diverses et variées, et heureusement. Mais dans ce qui concerne précisément les tornades, malgré les évidents progrès accomplis depuis quelques années, des absurdités ou chiffres inexacts circulent encore, difficilement détectables si on n'a pas vraiment le nez dedans.

Pour en revenir aux journalistes, sans vouloir les excuser totalement, ne pas oublier non plus leurs conditions de travail à flux tendus, sous la contrainte toujours plus forte de la vitesse et de la performance, avec des moyens toujours plus réduits, manque de temps pour vérifier les infos et les sources. Souvent ces dernières sont reprises tels quels (parfois à la virgule près !) des dépêches de Reuters ou de l'AFP. Et quand l'info vient du terroir, ils retranscrivent en vitesse ce que disent les gens ou Météofrance avec des risques énormes, c'est vrai, de déformation. C'est pourquoi aussi je crois qu'il faut rester prudent et envisager la possibilité de déformation par le journaliste quand on se trouve devant des explications émanant de Météofrance par ex.

En fait tout simplement, en dehors de son domaine de connaissances on est tous susceptible de répandre des idées reçues. Moi-même j'en ai répandu aussi, par ex pour la neige qui fond à 0°. il y a des idées comme ça qui s'insinuent dans nos têtes, sans qu'on se rende compte qu'en réalité on n'en connaît pas la source exacte et donc la fiabilité.

Leur éradication, très difficile, ne peut s'envisager que sur le (très) long terme.

Personnellement même si j'en parle de temps en temps, ça fait belle lurette que j'ai renoncé à une véritable action de lutte contre la désinformation, que ce soit pour les minitornades, la nouvelle échelle de Fujita ou quoi que ce soit d'autre. Seuls les éditos ou les communiqués de presse à fort pouvoir de diffusion comme celui de Fred Decker cité plus haut peuvent s'opposer avec une relative efficacité à ce flot de désinformation (déjà pour les "minitornades" et les idées reçues sur le RC). 191769.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En changeant de chaîne , sur canal + j'ai entendu la fin d'une phrase de la ministre duflot disant que l’ouragan Sandy était une cause du dérèglement climatique ... j'espère que le début de cette phrase était moins absurde

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a des choses plus absurdes, entre nous...

J'ai entendu à la radio ce soir "on prévoit 1 mètre d'eau sur la Corse".

J'ai beau étudié toutes les possibilités, je ne vois pas à quoi correspond ce mètre... ermm.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En changeant de chaîne , sur canal + j'ai entendu la fin d'une phrase de la ministre duflot disant que l’ouragan Sandy était une cause du dérèglement climatique ... j'espère que le début de cette phrase était moins absurde

Le problème est que lors des intempéries qui sont des phénomènes météorologiques et non climatiques voilà que bp de ministres..., médias ou autres personnes disent que c'est une cause du dérèglement climatique et du réchauffement climatique alors que cela n'a rien à voir. Car par exemple le cyclone Sandy passant vers New-York et causant bp de dégâts cela a eu lieu il y a déjà 74 ans soit bien avant qu'on parle du réchauffement climatique.

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et comme il a été dit sur France 5 récemment dans "C dans l'air" les évènements extrême de ces dernières années ne montrent pas de changement significatif dans leur puissance et leur fréquence.

Par exemple Sandy est loin derrière Wilma ou Labor Day.

Les changements climatique se mesure sur une période de 30 ans bien qu'un peu court car ne prenant en compte finalement que la moitié de nos cycles océaniques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et comme il a été dit sur France 5 récemment dans "C dans l'air" les évènements extrême de ces dernières années ne montrent pas de changement significatif dans leur puissance et leur fréquence.

Par exemple Sandy est loin derrière Wilma ou Labor Day.

Les changements climatique se mesure sur une période de 30 ans bien qu'un peu court car ne prenant en compte finalement que la moitié de nos cycles océaniques.

En revanche, on peut se demander si le maintien de hautes pressions barrant le passage aux cyclones en direction de l'Islande ou du Groënland et rabattant ce petit cyclone sur Long Island n'est pas dû à l'éclatement du vortex consécutif pour partie à la quasi dislocation de la banquise d'été.

La trajectoire de Sandy est quand même étrange si tard dans la saison, habituellement les cyclones rentrent rapidement dans le flux atlantique sud-groënland sud islande, qui n'est toujours pas en place cette année (il pourrait l'être après le 10 novembre). Le Long Island Express de 1938 s'était produit en septembre.

Je ne sais pas si cette question de la date tardive de la trajectoire de Sandy a été abordée au cours de l'émission?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En revanche, on peut se demander si le maintien de hautes pressions barrant le passage aux cyclones en direction de l'Islande ou du Groënland et rabattant ce petit cyclone sur Long Island n'est pas dû à l'éclatement du vortex consécutif pour partie à la quasi dislocation de la banquise d'été.

La trajectoire de Sandy est quand même étrange si tard dans la saison, habituellement les cyclones rentrent rapidement dans le flux atlantique sud-groënland sud islande, qui n'est toujours pas en place cette année (il pourrait l'être après le 10 novembre). Le Long Island Express de 1938 s'était produit en septembre.

Je ne sais pas si cette question de la date tardive de la trajectoire de Sandy a été abordée au cours de l'émission?

Le flux atlantique sud-groënland sud islande arrive plus ou moins vite chaque année. Tout comme la neige en France qui cette année est arrivée plus tôt que d'habitude.

Puis même si la date de formation du cyclone Sandy est assez tard il faut voir que la date la plus tardive à laquelle la saison des ouragans s’est terminée fut lors de la fin de la tempête tropicale ZETA qui vécu du 31/12/2005 au 07/01/2006. Seul 5 cyclones ou dépressions ou tempêtes tropicales lors de ces 150 dernières années se sont formés en décembre comme ce fut le cas du cyclone en classe 1 EPSILON du 29/11 au 08/12/2005 et du cyclone ALICE2 de catégorie 1 du 30/12/1954 au 06/01/1955.

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le flux atlantique sud-groënland sud islande arrive plus ou moins vite chaque année. Tout comme la neige en France qui cette année est arrivée plus tôt que d'habitude.

Puis même si la date de formation du cyclone Sandy est assez tard il faut voir que la date la plus tardive à laquelle la saison des ouragans s’est terminée fut lors de la fin de la tempête tropicale ZETA qui vécu du 31/12/2005 au 07/01/2006. Seul 5 cyclones ou dépressions ou tempêtes tropicales lors de ces 150 dernières années se sont formés en décembre comme ce fut le cas du cyclone en classe 1 EPSILON du 29/11 au 08/12/2005 et du cyclone ALICE2 de catégorie 1 du 30/12/1954 au 06/01/1955.

Williams

je ne prétends pas du tout que Sandy est anormalement tardif, je te suis tout à fait sur ce point: on peut avoir encore des cyclones en novembre voire après, mais sa trajectoire finale me semble inédite si tardivement.

En revanche, la persistance de l'axe de HP Bermude/Groënland en ce moment est tout de même beaucoup plus étonnante. C'est bien cette récurrence qui favorise la déviation vers New York de cyclones par ailleurs encore nombreux à remonter le gulf stream en cette saison. Si cette conjonction n'était pas si rare, les prévisionnistes des ouragans aux USA n'auraient pas présenté la traversée de New York par Sandy "Ce sera une tempête très étendue et très sérieuse. Nous n'avons aucun précédent moderne à laquelle la comparer" (cf mon post en début de suivi de Sandy) comme un phénomène inédit.

Alors que des cyclones traversant Cuba même fin octobre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

selon un reporter de France 2 en direct de Moscou, qui a essuyé une belle dégradation neigeuse ces 2 derniers jours, il tombe chaque hiver sur Moscou ... 7 m de neige!

Énormité à écouter dans l'émission Télématin de ce jour. http://telematin.france2.fr/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Los Angeles - la ville où il n'a jamais neigé - ensevelie sous la neige ! Incroyable !

Merci TF1... http://lci.tf1.fr/mo...ou-7742207.html

Eh oui, les grands medias français : de plus en plus de désinformation ou d'exagération, voire de propagande ! C'est d'un ridicule sans nom. Et ces gens se disent "journalistes", c'est à dire que leur métier est normalement d'informer la population des faits, et rien que des faits.Alors effectivement, il aurait fallu que ces abrutis s'informent réellement, de cette façon, ils auraient découvert qu'il n'a pas fait moins de +5°c à Los Angeles (alors que le ciel était dégagé), et pas moins de 12°c sous les précipitations depuis hier ! 12°c...!

Mais malheureusement, personne (ou presque) en France ne leur fera part de leur mensonge (ou de leur manque de sérieux) sur ce sujet. Et quand bien même quelqu'un le ferait, cela ne serait qu'une goutte d'eau dans l'océan...

Et dites-vous bien que cela n'est que de la météo... alors imaginez ce qu'il en est dans bon nombre d'autres sujets de toute autre importance...pinch.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et dites-vous bien que cela n'est que de la météo... alors imaginez ce qu'il en est dans bon nombre d'autres sujets de toute autre importance...pinch.gif

une remarque pleine de bon sens. c'est ce que je me dis à chaque fois que j'entends les journalistes parler météo...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.