Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Suivi de la secheresse


Recommended Posts

Posted
Hauts d'Essey / Hauts de Saint-Max / Vieille ville de Nancy

Ballade en forêt de Champenoux (20 km à l'Est de Nancy, bien connu par les forestiers lorrains) ce jour. Par ordre d'importance Charme, Hêtre, Chêne, Frêne puis espèces classiques de clairières, noisetier, aubépine....Malgré les 85mm de ce mois d'octobre, je peux garantir que seuls sont humides, à peine, les 4 premiers cm de terre...La végétation, qui ne semble pas avoir souffert, a dû tout pomper. Quand on gratte à la main le paillis de feuilles, la bonne odeur habituelle de champignon, d'humus...n'est pas là. Je crois que l'été qu'on a connu (et les précédents) va laisser des traces. 

Link to post
Share on other sites
  • Replies 3.5k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Bonjour,   Reprenons un peu le cours de ce topic dédié au suivi de la sécheresse, avec un petit point photo réalisé le week-end dernier et cette semaine sur le secteur des Vosges et du piémo

Bonjour,   Voici un état des lieux dans l'est de la Creuse et l'ouest du Puy-de-Dôme, où les vagues de chaleur et de sécheresse se succèdent depuis quatre étés.   Quelques chiffres

Situation désastreuse sur le piémont vosgien côté alsacien, après des semaines sans pluie significative et les fortes chaleurs de ce mois d'août. C'est donc depuis 2015 au moins le 5ème été qui voit l

Posted Images

Posted
Massif du Hohneck, 1220m
il y a une heure, funkadelique a dit :

Ballade en forêt de Champenoux (20 km à l'Est de Nancy, bien connu par les forestiers lorrains) ce jour. Par ordre d'importance Charme, Hêtre, Chêne, Frêne puis espèces classiques de clairières, noisetier, aubépine....Malgré les 85mm de ce mois d'octobre, je peux garantir que seuls sont humides, à peine, les 4 premiers cm de terre...La végétation, qui ne semble pas avoir souffert, a dû tout pomper. Quand on gratte à la main le paillis de feuilles, la bonne odeur habituelle de champignon, d'humus...n'est pas là. Je crois que l'été qu'on a connu (et les précédents) va laisser des traces. 

 

La litière ou la végétation desséchées agissent comme une couche parfois presque totalement imperméable aux premières pluies. J'ai pu le constater ici sur les crêtes vosgiennes début octobre, après pourtant pas loin de 150mm de flotte bien répartis sur 15 jours. Dans un premier temps, ça coule simplement sur la surface, même si à force y'a toujours des endroits où ça commence à pénétrer dans le sol.

Avec  300mm et des brouettes depuis un mois ici, le problème de sécheresse superficielle est enfin résolu, pour cette année en tout cas.

  • C'est corrigé 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Aubenas en Ardèche méridionale

ici aussi les sols s'humidifient lentement mais surement, surtout après les grosses pluies de ces derniers jours. 

c'est mouillé sur environs 50cm de profondeur maintenant.

pour Aubenas, on a eu 105mm en octobre (ce qui nous amène à 380mm pour l'année)

et à La croix de Bauzon (1300m d'altitude , 25km à l'ouest l'Aubenas) 737mm pour octobre et 1632mm pour l'année ! 

donc la sécheresse régresse !

 

correction, à Bauzon on est à 806mm pour octobre et 1701mm pour l'année 2019 !

 

Edited by boubou07
Link to post
Share on other sites
Posted
𝒜𝓊𝓇𝒾𝓁𝓁𝒶𝒸 ⛪️

Les plaines du Languedoc excepté le Gard ont étaient sauver grâce a l'épisode d'hier. Celui ci a parfaitement toucher les zones qui en avaient le plus besoins. À Montpellier on atteint enfin les 400mm sur l'année, dont 270mm depuis le premiers septembre !! 

Les 46 de juin et le desert qui s'en c'est suivie à helas laissée des traces indélébile. De grand arbre ager de plusieurs centaine d'année et d'autre juvéniles n'ont pas survécu à cette énième été qui bat tout les autres. Désormais les sols sont gorger d'eau ici. Mais il manque encore près de 300mm d'ici le 31 décembre pour avoir une année "normal". 

Link to post
Share on other sites
Posted
Lomont sur Crête (25) 550m / Ouest du massif du Lomont
il y a 12 minutes, Thibault Ërza a dit :

Les plaines du Languedoc excepté le Gard ont étaient sauver grâce a l'épisode d'hier. Celui ci a parfaitement toucher les zones qui en avaient le plus besoins. À Montpellier on atteint enfin les 400mm sur l'année, dont 270mm depuis le premiers septembre !! 

Les 46 de juin et le desert qui s'en c'est suivie à helas laissée des traces indélébile. De grand arbre ager de plusieurs centaine d'année et d'autre juvéniles n'ont pas survécu à cette énième été qui bat tout les autres. Désormais les sols sont gorger d'eau ici. Mais il manque encore près de 300mm d'ici le 31 décembre pour avoir une année "normal". 

 

Certes mais avec des intensités pareilles, une grande partie des mm tombés sur l'épisode sont partis à la mer ! rien qu'a voir les ruissellements et autres torrents de rue, c'est toute cette eau qui n'ira déjà pas dans la terre...

Link to post
Share on other sites

Pour illustrer le niveau de sécheresse chronique en Lorraine depuis 2 ans, un article illustré de photos sur le niveau du plus grand lac artificiel de Lorraine, le Lac de Pierre Percée située sur le piémont vosgien dans l'est de la Meurthe-et-Moselle.

 

https://www.estrepublicain.fr/edition-de-luneville/2019/10/26/le-lac-de-pierre-percee-manque-cruellement-d-eau

 

Ce lac a été crée en 1990 comme retenue d'eau pour soutenir le débit de la Moselle en période d'étiage afin de garantir le refroidissement de la central nucléaire de Cattenom. Il est aujourd'hui à son plus bas niveau depuis sa mise en service en 1990.

 

Photo prise le 26 octobre par l'Est Républicain.

image.png.41af8115bfb5ca6b893da250fab2c493.png

 

Et voici à quoi ressemble le lac en temps normal, en fin de printemps lorsque l'eau est à son niveau maximale.

image.thumb.png.17fc1d3b2b3deaf9215022747c9a477d.png

 

La sécheresse est donc loin d'être terminée comme on peut le lire un peu partout, il faudra encore beaucoup d'eau pour recharger les réserves.

  • J'aime 3
  • Surprise 5
Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, thib91 a dit :

Pour illustrer le niveau de sécheresse chronique en Lorraine depuis 2 ans, un article illustré de photos sur le niveau du plus grand lac artificiel de Lorraine, le Lac de Pierre Percée située sur le piémont vosgien dans l'est de la Meurthe-et-Moselle.

 

https://www.estrepublicain.fr/edition-de-luneville/2019/10/26/le-lac-de-pierre-percee-manque-cruellement-d-eau

 

Ce lac a été crée en 1990 comme retenue d'eau pour soutenir le débit de la Moselle en période d'étiage afin de garantir le refroidissement de la central nucléaire de Cattenom. Il est aujourd'hui à son plus bas niveau depuis sa mise en service en 1990.

 

Photo prise le 26 octobre par l'Est Républicain.

image.png.41af8115bfb5ca6b893da250fab2c493.png

 

Et voici à quoi ressemble le lac en temps normal, en fin de printemps lorsque l'eau est à son niveau maximale.

image.thumb.png.17fc1d3b2b3deaf9215022747c9a477d.png

 

La sécheresse est donc loin d'être terminée comme on peut le lire un peu partout, il faudra encore beaucoup d'eau pour recharger les réserves.

En combien de temps/combien de mois le lac pourrait se recharger pour ressembler à la dernière photo ? 

Il faudrait que j'arrive à consulter les archives concernant l'évolution de la hauteur d'eau du lac, on aurait plus d'informations sur ce sujet de recharge en eau.

Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, Antoine Coeuré a dit :

En combien de temps/combien de mois le lac pourrait se recharger pour ressembler à la dernière photo ? 

Il faudrait que j'arrive à consulter les archives concernant l'évolution de la hauteur d'eau du lac, on aurait plus d'informations sur ce sujet de recharge en eau.

 

Aucune idée, à priori son taux de remplissage est à l'heure actuelle entre 20 et 25 % d'un volume d'eau maximale de près de 62 millions de m3.

 

A priori son bassin versant n'est pas suffisant pour garantir son remplissage, l'eau provient donc principalement du pompage de l'eau du lac de la Plaine située en contrebas, lui même alimenté par la rivière du même nom. Les opérations de pompage visant à remplir le réservoir supérieur se font généralement en hiver.lorsque les débits de la Plaine sont suffisant. Je ne connais pas ces conditions qui sont a priori énoncées dans la convention d’exploitation du barrage. Mais vue le volume en jeu, il faudra je pense plus d'une saison hivernale, même humide, et surtout éviter une nouvelle sécheresse l'année prochaine.

 

Edited by thib91
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, thib91 a dit :

La sécheresse est donc loin d'être terminée comme on peut le lire un peu partout, il faudra encore beaucoup d'eau pour recharger les réserves.

 

Loin d'être terminée ? Je n'y crois pas. Octobre sera un mois très arrosé sur l'ensemble du pays, et il a permit de stopper la sécheresse. Et au vue de ce qui nous attends sur la 1er quinzaine de Novembre, je pense qu'on va pouvoir parler de régression de la sécheresse plus en profondeur ! Et c'est tant mieux !

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

Disons qu'une sécheresse pluriannuelle ne se résorbera pas en 1 mois.Et certainement pas dès le mois d'octobre.

 

Dans l'Est de la Somme les limons de plateaux sont encore loin d'être saturés en eau malgré les 112,6 mm recueillis à la station MF de Rouvroy-en-Santerre depuis le 22/09.

Voici une illustration pour s'en persuader:

 

20191030_111102.thumb.jpg.38f9c1a238620b378a92fb2c6f635a05.jpg

 

A 1,20m de profondeur c'est humide mais il suffit de malaxer l'argile quelques secondes dans ses mains pour la rendre friable.

Ça se voit avec la différence de couleur sur cette photo:à gauche la terre en surface et vers la droite le substrat en profondeur.

 

20191030_111110.thumb.jpg.164a2223bfd65c768871684d827fd941.jpg

 

Comme l'eau est pour l'instant absorbée par les sols,une source en contrebas du Plateau (source de la Luce) est toujours à sec:

 

20191030_112401.thumb.jpg.8d4ff16370a194cfc0d86494eeb6a3a1.jpg

 

J'ai retrouvé une photo de mars 2017,pas idéal pour la comparaison mais au moins on voit que c'est une source:

 

Source_Luce1.thumb.jpg.edcfe10641923a4295241ed67f397b56.jpg

 

Extrait de carte pour localiser:

 

Capture.JPG.73b0cb5410d9dd313896844ad6395e23.JPG

 

Bref y'a encore du boulot pour notre zonal préféré.

 

  • J'aime 12
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Besançon (tilleroyes) 300 m d'altitude

Bonsoir, dans le secteur la sécheresse de surface s’est vraiment bien résorbée.

Par contre, en voyant l’état de la Forêt de Chailluz à Besançon et la forêt surplombant marchaux côté nord, donc exposé plein sud, les hêtres épicéas sapins ont vraiment soufferts.

Sur la Forêt de Chailluz c’est près de 2000 arbres qui ont dépéris.

Les nouvelles pluies de novembre vont humidifier encore plus les sols, c’est plutôt une bonne nouvelle.

Link to post
Share on other sites
Posted
Lomont sur Crête (25) 550m / Ouest du massif du Lomont

Gare au 1er coup de vent ce week-end. Avec tous ces arbres plus ou moins morts le danger est présent en forêt. 

Link to post
Share on other sites
Posted
Nîmes (30) secteur Ouest (Pompidou / Jaurès). Alt : 50 m.

Dans le secteur Gard / Cévennes / Lozère il y a également de la marge pour stopper la sécheresse en profondeur.

 

La sécheresse de surface a été stoppée mais malgré les pluies abondantes des 3 dernières semaines (encore 20 mm depuis hier à Mende par exemple et plus de 150 mm depuis le 15 octobre) les sources n'ont pas encore réagi, la plupart sont encore à sec ce qui est inhabituel en novembre !

 

C'est idem dans les Cévennes et autour de Nîmes j'en parle même pas vu qu'il n'est même pas tombé 100 mm sur les 20 derniers jours. Donc il peut pleuvoir il y a de la marge ici !

  • J'aime 6
Link to post
Share on other sites
Posted
Moncoutié 13kms au nord de Cahors(46)-350m

Même chose ici dans le Lot, malgré des seaux d'eau depuis 3 semaines (plus de 150mms) aucune réaction des petits cours d'eau, ceux qui en avaient encore (de l'eau) n'ont pas moufté, ceux qui étaient a sec le sont toujours, et il en est de même des sources ou résurgences qui n'ont pas ressuscitées...

La nature des sols et la profondeur des nappes n'y sont pas non plus étranger, elles ont mis 4 ans a atteindre un stade critique et il en faudra autant avec des hivers normalement arrosés pour que les choses rentrent dans l'ordre, autrement dis c'est pas gagné, la période actuelle très humide n'équivaut pour l'instant qu'a une goutte d'eau dans un océan de sécheresse (et d'anomalies thermiques...).

Edited by cédric du Lot
  • J'aime 6
Link to post
Share on other sites
Posted
st yrieix le déjalat (19) 750 m / 1700 mm annuel

slt , après les 350 mm dans le secteur depuis le 22 sept les ruisseaux commencent juste à réagir mais ils ne sont pas en crue encore, peut etre avec les 150/200 mm de cette semaine cela va  humidifié dans les bois car sous  les feuillus et resineux c'est toujours sec alors en profondeur n'en parlons pas . Il faudra un hiver trés pluvieux  pour retourner à la normale .

Link to post
Share on other sites
Posted
Le Voide (49-Maine et Loire), à 35 km au sud d'Angers et à 135 mètres d'altitude.

Bilan de la sécheresse météorologique dans le Centre-Ouest sur l'année 2019: 

 

19110212022381844.jpg

 

L'épisode de sécheresse météorologique débuté en juillet, ayant pris fin au cours du mois d'octobre, l'heure d'un petit bilan est venu.

 

  A l'instar de l'année 2018, cette année 2019 a encore été touchée par une sécheresse météorologique et agricole dans la région étudiée ci-dessus, et qui fut plus marquée que l'épisode de l'année dernière. Cette période de sécheresse a causé des pertes significatives sur la culture du maïs dans la région, une mortalité sur les jeunes hirondelles rustiques où 2 nichées successives ont été frappées par 2 intenses vagues de chaleur, l'une en juin, et l'autre en juillet, et où la région a pu être témoin du spectaculaire étiage de la Loire observé de juin à septembre, suite à la sécheresse qui sévissait sur une très grande partie du bassin de la Loire à ce moment-là, également.

 

 Avec un déficit pluviométrique de -39%, et un excédent thermique de +1.65°C par rapport aux normales (1981-2010),  l'épisode de (Juillet-Septembre 2019), d'une durée de 3 mois, sur la base de l'indice d'aridité de De Martonne, qui associe la pluviométrie et les températures, se caractérise par un indice d'aridité signalant un assèchement supérieur à la normale observée sur la période (1945-2013), pour des épisodes de telles durées. En plus du déficit pluviométrique de -17% présent sur les 6 premiers mois de l'année 2019, l'incidence de cette période sèche a été également accentuée, par la présence sur la période (mai-juin 2019), soit 2 mois juste avant cet épisode sec, d'un déficit en précipitation de -8%, et qui fut couplé à un excédent en température de +0.57°C.

 

  Après de multiples approches, j'ai tenté d'évaluer l'importance de cet épisode, en me basant sur ceux survenus sur la période (1920-2019), et les cumuls annuels moyens de mois présentant un indice trimestriel d'aridité de De Martonne inférieur à 20, à 15, à 10, et à 5, sur la même période. Ainsi, sur la base de 3 approches différentes, je trouve une fréquence moyenne de retour de 6 à 7 années environ pour ce genre d'épisode [(4 à 5); (5); (5 à 13)], contre 3 à 4 années pour l'épisode de l'année dernière. A noter, que cette évaluation est lissée sur l'ensemble de la période sèche, et ne tient ainsi pas compte des records journaliers absolus de températures relevées lors de cet épisode.

 

  Pour mieux évaluer cette sécheresse, voici 2 graphes permettant de la positionner parmi ses prédécesseures sur la période (1946-2019), en précisant que leurs lectures sont complémentaires l'une et l'autre, et qu'un épisode ne peut être évalué sur la lecture d'un seul graphe. Pour précision, le premier relève les intensités, c'est à dire l'indice d'aridité sur la période sèche, le second signale les incidences, avec la prise en compte des 2 mois précédant la période sèche, et plus l'indice est petit, plus la période est sèche. Une troisième approche complémentaire à celles-ci est toujours en cours d'élaboration et de vérification.

 

191102120500179607.jpg

 

191102120710322604.jpg

 

Si la visualisation de ces 2 graphes, vous donne envie de vous replonger sur les sécheresses de notre région, voici quelques liens:

 

(Avril-Août 1976): https://forums.infoclimat.fr/f/topic/50642-1976-2016-les-40-ans-de-lintense-sécheresse-de-1976/

(Mai-Septembre 1990): https://www.youtube.com/watch?v=HcFby6rVtB0

 

On peut constater sur ces graphes que la période (2016-2019) est marquée par d'importants épisodes de sécheresse agricole, en plus de la sécheresse hydrologique survenue en 2017, et peu visible ici.

 

Pour ma part, en plus de la vision des multiples et fréquents champs de maïs abîmés, voir sinistrés par endroits, je retiens pour cet épisode de sécheresse, à la fois l'étiage mémorable de la Loire, mais aussi, le curieux, et l'effrayant brûlage des feuilles de frêne commun survenus au mois de juillet.

 

L'étiage de La Loire à Saumur, dans le Maine-et-Loire, le 21 septembre 2019:

 

191102035400445818.jpg

191102035200491433.jpg

 

191102031544710659.jpg

 

191102031451456972.jpg

 

Jamais au cours de ces 20 dernières années, je n'avais eu l'occasion de pouvoir observer aussi bien, les vestiges du vieux pont médiéval de Saumur:

 

191102031532763422.jpg

 

191102031407578514.jpg

 

191102031500563736.jpg

 

 

Enfin, lors de la journée pluvieuse du 26 juillet 2019, j'ai pu observer l'inquiétant brunissement du feuillage de frênes communs, qui fut aussi rapide que spectaculaire!

 

J'avais remarqué lors de la journée du 25 juillet, 3eme journée d'affilée très chaude, mais en plus accompagnée par un vent assez intense, que certains frênes semblaient avoir des feuilles fatiguées par la succession de journées sèches et très chaudes, et dont certaines feuilles flétrissaient tout en étant encore vertes. Au soir du 25 juillet, je n'avais remarqué aucun brunissement des feuilles, tout est apparu le lendemain.

 

Voici des images que j'avais fait le samedi 27 juillet 2019:

 

Le Voide, Le Maine-et-Loire, le 27 juillet 2019:

 

190727062249534260.jpg

 

190727062258701534.jpg

 

190727062202692531.jpg

 

190727062244492213.jpg

 

190727062223222694.jpg

 

190727062222973733.jpg

 

  Je n'avais encore jamais observé un tel phénomène sur des arbres, malgré mes 35 ans de présence sur cette localité. La seule certitude que je pourrais avoir, au vu des observations passées, c'est qu'un stress hydrique seul ne peut pas expliquer un dépérissement aussi brutal, rapide, et d'une telle ampleur. J'ai bien pensé à la Chalarose du frêne qui est présent depuis 2018 sur notre localité, mais il me semble que son évolution n'est pas aussi brutale que cet événement. Donc, j'ai tendance à privilégier que les 3 jours d'affilés particulièrement intenses que l'on a vécu cette semaine là au niveau des températures maximales, avaient été probablement assez déterminante pour l'amorce d'un tel événement, où l'Anjou avait connu respectivement, le 23, 24, et 25 juillet, 40.7°C, 37.9°C, et 39.8°C.  D'ailleurs, par la suite, avec la baisse des températures, le phénomène a cessé aussi brutalement qu'il était apparu lors de ces journées très chaudes.

 

Une perspective inquiétante pour l'avenir lorsque l'on observe de tels dégâts sur des arbres, alors que l'épisode de chaleur n'avait duré seulement que 3 jours.

Edited by Aldébaran
  • J'aime 8
  • Merci 4
  • Surprise 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Nîmes (30) secteur Ouest (Pompidou / Jaurès). Alt : 50 m.
Il y a 6 heures, Vincent_L a dit :

Dans le secteur Gard / Cévennes / Lozère il y a également de la marge pour stopper la sécheresse en profondeur.

 

La sécheresse de surface a été stoppée mais malgré les pluies abondantes des 3 dernières semaines (encore 20 mm depuis hier à Mende par exemple et plus de 150 mm depuis le 15 octobre) les sources n'ont pas encore réagi, la plupart sont encore à sec ce qui est inhabituel en novembre !

 

C'est idem dans les Cévennes et autour de Nîmes j'en parle même pas vu qu'il n'est même pas tombé 100 mm sur les 20 derniers jours. Donc il peut pleuvoir il y a de la marge ici !

 

Je réactualise mon constat, écrit ce matin mais qui correspondait à ce que j'avais constaté hier en fin d'aprem' à Mende et Sud Margeride (Lozère).

 

Il est donc tombé environ 20 mm dans la nuit et le constat de cet aprem' est bien différent pour le Sud Margeride (massif granitique) : les sources qui étaient encore à sec hier (et ce depuis plusieurs mois) coulent en abondance aujourd'hui et les tourbières sont bien gorgées d'eau : l'eau sort de partout ça fait plaisir à voir !!! La saturation n'était donc vraiment pas loin hier. Du coup le Lot est légèrement monté (environ +20 cm depuis hier : https://www.vigicrues.gouv.fr/niv3-station.php?CdStationHydro=O702153003&CdEntVigiCru=25&GrdSerie=H&ZoomInitial=1&CdStationsSecondaires=) mais en restant clair, c'est vraiment l'apport unique des sources, pas de ruissellement.

Côté Causses (reliefs karstiques) avec une capacité de stockage plus importante que le massif granitique : pas vraiment de réaction pour l'instant, mais il continue de pleuvoir et les précipitations vont perdurer ces prochains jours donc la situation va continuer à s'améliorer. On est sur la bonne voie : le top serait un épisode cévenol extensif, faisant suite à ces perturbations atlantiques pour vraiment faire le plein de manière très sérieuse.

Link to post
Share on other sites
Posted
Einvaux (54) - 285m d'alt - 36km au SE de Nancy

Je reviens du lac de pierre percée, @thib91en parlait !

 

On n'a fait des images au drone et tout ! C'est vraiment très impressionnant ! (un peu inquiètant aussi)! 

 

Je vous publierai quelques images demain !la vidéo viendra plus tard ! Le temps de monter tout ca ! 

 

Les pluies d'octobre pourtant assez présentes ne semblent pas avoir améliorer la situation ! 

 

Signe que la secheresse ne date pas d'hier ! La végétation commence même a pousser sur les berges asséchée ! 

Edited by supercell54
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Dontreix - Creuse (23) - altitude : 720 m

Dans les Combrailles, depuis le 22 septembre c'est la renaissance. Il est tombé 172 mm depuis cette date et en surface c'est le jour et la nuit :

 

 

Mérinchal, 11 septembre 2019 :

 

20190911_165740copie.thumb.jpg.a8f9ea09df1251cc6425e90ec22bc00e.jpg

 

 

30 octobre 2019 :

 

20191030_171130copie.thumb.jpg.d10b8ce74b46068d10e679367ac87363.jpg

 

 

Le Cher va mieux aussi, forcément. Mais vu que l'on partait de zéro, on est encore loin d'une quelconque montée des eaux :

 

20 septembre 2019 :

 

20190920_123011copie.thumb.jpg.8930a3ca3d1d0f72a5aaf007f51190bb.jpg

 

 

25 octobre 2019 :

 

20191025_143200copie.thumb.jpg.a816d007064574fc9fec06a29fe5cd4f.jpg

 

 

Un vrai soulagement donc, même s'il suffit de jeter un œil aux anomalies de précipitations depuis près de deux ans pour relativiser et se dire qu'il y a encore du chemin à parcourir pour remplir à nouveau correctement nappes, barrages etc.

 

          Dontreix :

  • jan 18   :  +103%          jan 19  -10%                         
  • fev 18   +34%            fev 19   :  -41%
  • mar 18 +58%            mar 19 :  -05%
  • avr 18   -31%             avr 19   :  -29%
  • mai 18  -10%             mai 19  :  -53%
  • juin 18  -18%             juin 19  :  -27%
  • juil 18   -34%             juil 19    :  -37%
  • aou 18  -57%            aou 19   :  -72%
  • sep 18  -71%             sep 19   :  -52%
  • oct 18  -38%              oct 19   :  +84%
  • nov 18 -22%
  • dec 18 -18%

 

Sur une période de 40 jours :

du 13 août au 21 septembre : 3 jours de pluie (>1 mm)

du 22 septembre au 31 octobre : 24 jours de pluie et seulement 9 jours sans basculement d'auget.

 

Le changement de régime est une nouvelle fois bien brutal, avec ce petit air de déjà vu ces dernières années... espérons que ça dure un peu, car si en apparence tout va mieux, les dégâts de cette très longue sécheresse sur la végétation ne se verront qu'au printemps. À ce sujet, on pourra compter les morts dans les populations de hêtres en mai 2020. Je pense que ceux qui ont subitement roussi et perdu leur feuillage en septembre ne se relèveront pas. Le hêtre n'a pas la même souplesse d'un chêne ou qu'un frêne, et pour les peuplements de basse altitude en France continentale, on commence à atteindre la limite de ce que cette essence typique du climat tempéré humide peut endurer pendant la saison chaude.

 

A+

 

 

 

  • J'aime 17
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Le 29/10/2019 à 18:41, Barth61 a dit :

 

Loin d'être terminée ? Je n'y crois pas. Octobre sera un mois très arrosé sur l'ensemble du pays, et il a permit de stopper la sécheresse. Et au vue de ce qui nous attends sur la 1er quinzaine de Novembre, je pense qu'on va pouvoir parler de régression de la sécheresse plus en profondeur ! Et c'est tant mieux !

 

Oui mais ce n'est qu'un début et on est encore tres loin d'etre sorti d'affaire en tout cas par ici en Lorraine.

 

Magré un mois et demi de pluie à plus de 100mm, la Meuse atteint tout juste un niveau habituel pour la saison, la Meurthe est encore en deçà de son niveau saisonniers habituel. Des secteurs de prairies inondables systématiquement sous les eaux par remonté de.nappe et débordements de cours d'eau après 2/3 semaine de pluie, sont etonnament toujours aussi secs (très inhabituel vue la saison et le mois et demi écoulé). De nombreuses sources situées dans des talwegs de plateau calacaire n'ont tjrs pas redémarrée.

 

Imaginons que l'on reparte sur une seconde moitié de novembre et un décembre sec et on pourrait à nouveau avoir quelques sueurs.

Edited by thib91
  • J'aime 4
Link to post
Share on other sites
Posted
Einvaux (54) - 285m d'alt - 36km au SE de Nancy

Voila quelques photos de Pierre Percée ! vraiment impressionnant quand on n'y est ! 

 

 

1548154724_Group0-02112019-IMG_8130_02112019-IMG_8136-7images-Copie.thumb.jpg.04117a639459c0f2a765cf2ed4525cc0.jpg

Depuis le chateau ! 

 

2049391722_Group0-02112019-IMG_8163_02112019-IMG_8170-8images.thumb.jpg.350d5c12b3b7222b7c0568db956ca169.jpg

sur les berges 

 

02112019-IMG_8199.thumb.jpg.e33f20c498b2e78deb76411ebe417581.jpg

le mec en haut de la photos donne un peu l'échelle ! et il en manque encore de la hauteur a gauche de la photos ! ... 

 

vue depuis le drone ! 

 

917973800_Group0-02112019-DJI_0042_02112019-DJI_0051-10images-Copie.thumb.jpg.a6aa01b3bd6804223cb36b0840a8d5ec.jpg

 

 

 

l'utilisation du drône est autorisé la bas

  • J'aime 14
  • Merci 5
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Relevés à Laval Sur Vologne (448m) depuis le 01/01/2013

il manque 26 mètres d'eau pour être précis sur Pierre percée mais sa lente remontée est maintenant amorcée...

  • J'aime 2
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
Posted
𝒜𝓊𝓇𝒾𝓁𝓁𝒶𝒸 ⛪️

Le puissant régime océanique en cours sur l’ensemble du pays et qui touche également étonnement bien ma zone de Montpellier permet enfin de retrouver de vrai paysage d’automne et non une nature dépéris et roussie..450mm depuis le 1 de janvier dont 330 depuis le 1er Septembre . C’est dire au combien la période janvier/août a était mortel pour bien des plantes . En espérant ne plus jamais vivre ça .

Edited by Thibault Ërza
  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

Mon cumul depuis le 1er janvier sur Nîmes-Ouest est de 295mm.

 

Il y a d'autres stations françaises qui n'ont pas encore dépassé le cap des 300mm?

 

Edit: A priori Istres et Toulon.

Edited by gosto13
  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...